3 musées pour découvrir comment on vivait à l’époque communiste

Par Lepetitjournal Bucarest | Publié le 18/12/2019 à 00:00 | Mis à jour le 18/12/2019 à 00:00
3 musées du communisme tourisme

Alors que la date d'anniversaire de la Révolution de 1989 approche à grands pas, voici trois musées inédits qui vous permettront de revivre un peu de la période communiste en Roumanie. Pour ceux qui veulent découvrir comment on vivait à cette époque, pour ceux qui ont le courage de se remémorer des souvenirs souvent douloureux, mais aussi pour des touristes curieux.

 

 

Ferestroika

Dans un appartement trois pièces situé dans le quartier Militari, deux jeunes Roumains ont ouvert un petit musée privé qui reconstitue la vie quotidienne d’une famille roumaine pendant la période communiste appelée l’âge d’or. Pièce par pièce vous pourrez découvrir l’histoire de la famille qui avait réellement vécu là-bas dans les années 80 à travers la décoration et le mobilier authentiques, les appareils électro-ménagers mais aussi grâce à des documents d’archive. Vous pourrez voir à quoi ressemblaient les tickets de rationnement pour le sucre, l'huile et le pain, la chambre des enfants avec des magazines et des manuels scolaires où se trouvait sur la première page une photo de Nicolae et Elena Ceausescu, l'uniforme de pionnier ou encore le fameux manuel de préparation à la vie de famille. De plus, contrairement à d’autres musées, vous êtes encouragés à toucher les objets exposés et à déguster des collations et des boissons maisons spécifiques de cette période.

 

ferestroika-musée-communisme-roumanie

 

Où le trouver : Strada Iona Manolescu, Bucarest

https://ferestroika.com/

 

Musée du Kitch

Même si le kitsch est un art de vivre international, en Roumanie, un musée a ouvert pour nous permettre de bien l’apprécier sous toutes ses formes. Initié par un «passionné du kitsch» avec des objets de sa collection personnelle, le musée offre une belle diversité de plus de 200 objets soigneusement choisis pour représenter le kitsch à la roumaine. Distribués en 6 grandes catégories: Dracula, kitsch religieux, gypsy-kitsch, kitsch moderne et décoration intérieure, il y a aussi une partie dédiée au kitsch communiste. Des portraits de Ceausescu avec un sceptre, les poissons-bibelots au-dessus de la télé, les tapisseries représentant «l’enlèvement au sérail» ou les fruits et fleurs en plastique. Une chose est sûre, cela promet de faire mal aux yeux !

 

musée-kitsch-bucarest-communisme
Facebook / Romanian Kitsch Museum

 

Ouvert chaque jour entre 12:00 et 20 :00
Où le trouver: Strada Covaci nr. 6 (étage 2), Bucarest

https://www.facebook.com/RomanianKitschMuseum/

 

 

La villa de Ceausescu

Vous pouvez aussi découvrir la luxueuse résidence du couple Ceausescu, appelée aussi le Palais du Printemps, Palatul Primaverii, située dans le quartier Primaverii qui était jadis réservé à la nomenklatura communiste et dans lequel les citoyens n’avaient pas le droit de circuler. Résidence privée des époux Nicolae et Elena Ceausescu et de leurs trois enfants dès 1965, la villa s’étend sur 53000 m² et compte pas moins de 80 pièces, parmi lesquelles une piscine, un spa, une salle de cinéma, une serre, ainsi qu'un bunker anti-atomique. La décoration est fastueuse, mêlant styles Renaissance et Rococo, avec chandeliers en cristal, tapisseries flamandes, tableaux appartenant à de grands peintres roumains, etc, le tout entièrement réalisé en Roumanie, hormis les cadeaux que le couple dictatorial avait reçu.

 

maison-ceausescu-palatul-primaverii-bucarest
Facebook / Palatul Primaverii

 

Où le trouver : bd Primaverii nr.50, Bucarest

casaceausescu.ro

 

lepetitjournal.com bucarest

Lepetitjournal Bucarest

Lepetitjournal.com de Bucarest est un quotidien comprenant une newsletter et un site Internet. Il informe notamment sur l'actualité roumaine.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Bucarest !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Grégory Rateau

Rédacteur en chef de l'édition Bucarest.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale