Mercredi 2 décembre 2020

Comment et pourquoi trier ses déchets à Bombay

Par Charlotte | Publié le 27/02/2020 à 01:05 | Mis à jour le 28/02/2020 à 14:38
Dechets tri Mumbai Inde

Trier ses déchets est l’affaire de tous. En Europe comme dans de nombreux pays du monde, la collecte sélective est en place. Chacun avec ses propres règles, variant d’un État à l’autre, et même d’une commune à l’autre. L’Inde n’échappe pas à ces préoccupations mondiales sur la gestion des déchets.

Des mesures sont prises pour les limiter (ex. loi de juin 2018 dans le Maharashtra interdisant les plastiques à usage unique) et d’autres pour les traiter (ex. loi de 2006 sur la ségrégation des ordures).

Pourtant, les déchets sont visibles, ils jonchent le sol, remplissent les cours d’eau… La route est longue pour éduquer et changer les mentalités et les habitudes. A voir ces montagnes de détritus trier semble une goutte d’eau dans un océan. 

1,3 milliards d’habitants, c’est aussi 1,3 milliards de consommateurs et d’émetteurs de déchets dont nous faisons partie ! Alors, les trier est le minimum que l’on puisse faire, face à ce problème titanesque !

 

Le tri à Mumbai

Mais, comment trier ? Est-ce utile alors que l’on voit nos sacs poubelles engloutis par un seul camion ne faisant pas la différence entre nos sacs destinés au recyclage et ceux d’ordures ménagères ? Est-ce réellement recyclé ? Par qui et comment ? 

Depuis 2006, il est demandé aux habitants de Bombay de séparer leurs ordures en deux : l’humide et le sec.

nous explique Anil Ranglani, expert du tri qui a monté une structure pour accompagner les Mumbaikars dans cette démarche éco-responsable.
 

L’humide regroupe les déchets organiques, c’est-à-dire les résidus alimentaires, les épluchures, les coquilles d’œufs, les os, etc. ainsi que les déchets végétaux. Cette poubelle peut être transformée en compost, qui servira alors d’engrais pour les plantes.

Le sec regroupe les déchets destinés au recyclage mais également ceux qui partiront en décharge ou en incinérateur. 

 

A Bombay, la collecte et le tri des déchets sont organisés en 24 zones. La Brihanmumbai Municipal Corporation (BMC) couvre l’ensemble du territoire et est épaulée par des associations locales ainsi que des travailleurs indépendants, les ragpickers aussi appelés Safai Sathis.

 

Dechets Tri Mumbai Inde
Le tri manuel

 

Sur Bandra, Santacruz et Khar West, aux côtés de la BMC, les 120 agents de l’Aasra Welfare Association et les nombreux ragpickers travaillent de jour comme de nuit pour collecter et trier les déchets secs. 

“15 tonnes d’ordures sont déposées dans notre centre de tri quotidiennement. Ils subissent alors une segmentation manuelle en cinq divisions : 

  • Plastique dur : bouteilles, boîtes en plastique solide, etc.
  • Plastique mou : sachets, film étirable, etc. 
  • Carton
  • Papier de couleur : briques tetra pack, journaux, etc.
  • Verre : bouteilles, verres cassés, etc. 

Chaque jour cinq à six tonnes de plastiques durs sont broyés et vendus pour être recyclés.” nous indique Shahnaws, en charge de l’administration de l'association. 

 

dechets tri Mumbai Inde
Groupe de travailleurs de Aasra Welfare Association

 

dechets tri Mumbai Ince
Le tri des bouteilles

 

Une partie des recettes de l’association provient en effet, des ventes des déchets triés partant pour le recyclage. Alors Shahnaws et ses collègues nous lâchent le sourire aux lèvres, que “plus les gens trient, plus ils pourront embaucher et plus la planète se portera bien.” 

 

A vous de jouer !

Vous avez l’habitude d’un tri sélectif plus poussé, séparant le plastique du verre ou du carton ? A votre échelle, n’hésitez pas à le mettre en place ! Destiné à être re-segmenté manuellement, vous ferez gagner du temps au centre de tri et quelques roupies supplémentaires au ragpicker, qui par chance, tombera sur votre sac déjà trié. Des travailleurs qui reçoivent environ 3 roupies par kilo de déchets triés.


Pour conscientiser les habitants sur la question des déchets et les motiver dans leur démarche éco-responsable, la municipalité propose depuis août 2019 de réduire de 5 à 15 % la taxe de propriété sur des critères de tri, de compost et de récupération des eaux de pluie. 

 

dechets tri Mumbai Inde

 

Anil Ranglani, qui rêve d’une ville zéro déchet, forme et accompagne les habitants dans la mise en place du tri et d’un système de compost. A son compteur, 50 immeubles ont été éduqués, trient le sec de l’humide et compostent. 

Plusieurs structures existent pour guider les Mumbaikars d’origine ou d’adoption à mettre en place le tri sélectif, à composter leurs déchets organiques et à consommer de manière responsable pour réduire ces déchets.

 

Vous souhaitez lancer l’impulsion dans votre immeuble ? Contacter-les ! 

Structures qui facilitent le mise en place du tri et/ou du compost :

Sunsaar (Anil Ranglani) : +91 99308 00 228

Raddi Connect : +91 9004 2400 004

Rur India : +91 93269 93543

 

Enfin, notez que la plupart du temps, lorsque vos poubelles sont collectées en bas de chez vous par des camions, les sacs partent dans la même benne, mais dans laquelle une séparation est faite entre les sacs de sec et ceux d’humide.

 

dechets tri Mumbai Inde
Un camion poubelle de la BMC

 

N’oubliez pas que tous les déchets secs sont retriés ensuite manuellement. Ainsi, plus nous trions chez nous, plus le centre de tri est efficace lors de cette seconde ségrégation manuelle. 

Tous les déchets n’ayant pas été retriés par le centre de tri, par manque de temps ou car ils étaient mélangés avec des déchets humides, finissent dans une décharge à ciel ouvert. 

Le tri est donc la goutte d’eau de chaque colibri.


 


Le tri à Bombay c’est a minima :
Un sac pour le “sec” : papier, carton, brique de lait, plastique, verre, plaquettes de médicaments vides, canettes, aluminium, etc.
Il n’est pas nécessaire de laver les contenants. Vous pouvez les passer sous l’eau et les faire sécher. L’objectif étant qu’ils ne contiennent pas d’aliments ! Sans quoi, ne pouvant être recyclés, ils termineront dans une décharge ! 
Pour un tri plus poussé et facile à réaliser, vous pouvez séparer le plastique dur, les cartons, et le verre.
Un sac pour les déchets organiques “humides” : restes alimentaires, épluchures, coquilles d’oeufs, os, arêtes de poissons mais aussi poussière, cheveux, ongles, terre et plantes. 
Les déchets sanitaires : serviettes hygiéniques, cotons et mouchoirs usagés, couches, cotons tiges, préservatifs, etc.
Ces déchets ne se recyclent pas. N’hésitez pas à les collecter à part. Si vous ne souhaitez pas multiplier les sacs, vous pouvez aussi les envelopper dans du papier journal et les glisser dans le sac de sec. Ce qui permettra de les identifier et évitera lors du tri manuel qu’une personne mette la main dedans.
Les noix de coco nécessitent un traitement particulier. Vérifier auprès de votre immeuble, mais souvent elles sont collectées hors des sacs. 
Les déchets électroniques (e-waste), peuvent être déposés dans les magasins Croma disposant de poubelles prévues à cet effet. 
Le tri est encore en train de se mettre en place à Bombay. N’hésitez donc pas à demander à votre immeuble leurs règles et à proposer un tri plus poussé.

 

 

Nous vous recommandons

Charlotte

Charlotte

De la Croix-Rouge à l’entrepreneuriat social, Charlotte s’épanouit dans le contact humain. Curieuse, dynamique, elle goute aux expériences qui se présentent pour en faire des opportunités de vie. Rencontre, cuisine, apprentissage sont ses maîtres mots.
0 Commentaire (s)Réagir