Lundi 10 août 2020

Diplômes et examens en ligne : enjeux et perspectives

Par Audrey Ruchet-Bach | Publié le 30/06/2020 à 01:01 | Mis à jour le 30/06/2020 à 01:01
Photo : @Good Free Photos
examen universite en ligne controle

Le 26 mars 2020, 165 pays ont décidé de fermer les établissements d’enseignement sur l’ensemble de leur territoire, les universités transférant leurs contenus en ligne et proposant un apprentissage entièrement dématérialisé aux étudiants, engendrant un profond séisme des modalités d’apprentissage et de nouveaux enjeux bouleversant le monde de l'éducation. A partir du mois de mai 2020, celles-ci ont dû s’organiser pour assurer, outre la continuité pédagogique, le passage des examens en ligne, ce qui relevait d’un défi bien plus important : celui de la sécurisation des examens, afin de garantir la crédibilité du diplôme émis.


 

Protocoles de sécurité, législation et innovation

Les universités françaises et internationales partagent toutes la même préoccupation : la recherche de protocoles d’apprentissage performants, de plateformes innovantes et d’examens sécurisés. Faisons un tour d’horizon des possibilités et innovations technologiques.

75% des universités françaises utilisent actuellement la plateforme Moodle, conceptualisée par une entreprise australienne d’une trentaine de développeurs, financée par une soixantaine d’entreprises mondiales.

À Harvard aux USA, chaque examinateur peut quant à lui choisir la modalité de son examen et son protocole, comme Canvas ou Proctorio par exemple. 

Beaucoup de start-up et de spécialistes de la high tech se saisissent de ce nouveau marché florissant : la société Managexam a, par exemple, mis en place des solutions d'évaluation à distance, de télésurveillance et des sessions de rattrapage en ligne. Ils offrent des solutions live (nécessitant un surveillant en direct), replay (enregistrement et visionnage ultérieur de l’examen) et aussi des reconstitutions à partir de captures d'écran pour les pays où la connexion est instable.

 

examen diplome en ligne universite

 

Mais attention aux méthodes de surveillance ; en France la CNIL s’en mêle considérant la surveillance vidéo en temps réel pendant la durée de l’examen et la prise de photographies ou de flux vidéo ou sons de manière ponctuelle ou aléatoire proportionnées alors que la prise de contrôle à distance de l’ordinateur personnel de l’étudiant et les dispositifs de surveillance reposant sur des traitements biométriques sont jugés disproportionnés. Entre surveillance et loi RGPD de protection des données (règlement général sur la protection des données), l’exercice peut s'avérer périlleux.

 

Mathieu Richard, directeur développement international du groupe Planeta, nous raconte les mesures mises en place dans leurs écoles en France, Espagne et Italie :

Nous étions déjà équipés d’une plateforme virtuelle, intuitive et efficace, Blackboard collaborate. C’est notre campus virtuel que nous utilisons pour les cours, les examens et les notes. Les étudiants étaient ainsi habitués à un univers virtuel qui est, dans le monde professionnel d'aujourd'hui, une compétence clé à avoir.

Pour répondre aux exigences sanitaires, offrir à nos étudiants une expérience optimale et maintenir notre qualité d’enseignement, nous nous sommes préparés aux divers scénarios afin de rendre les cours en ligne encore plus agréables et favoriser l’esprit campus pour la nouvelle rentrée d’automne. Si, par exemple, les conditions de réouverture des campus ne nous permettent d’accueillir qu’un effectif réduit d'étudiants, nous serons en capacité de mettre en place un modèle hybride, moitié présentiel et moitié en ligne, grâce à des salles de cours équipées de caméras HD qui nous permettront de retransmettre les leçons en direct et ce en offrant une expérience vraiment immersive.

La sécurité, accompagnée d'une forte conscience de respect est le maître mot pour le passage des examens : "Nous avons revu notre mode d’examens avec des études de cas faites en un temps précis, des QCM et des sujets hybrides. Nous n'avons eu aucune réticence de la part des étudiants, tout au contraire, ils ont su s’adapter à la situation et ont fait preuve de bonne volonté et d'enthousiasme."

 

Certains pays misent également, de manière très judicieuse sur la formation du corps professoral aux bonnes pratiques de l'éducation en ligne.

En Espagne, la plateforme INTEF de l’Institut National des Technologies pour l’Éducation et de la Formation des professionnels de l’éducation propose des formations dématérialisées à destination des professeurs. En Italie, des webinaires sont organisés pour former enseignants et chefs d’établissements aux spécificités de l’enseignement en ligne (outils, stratégies, méthodes). 

 

Qu’en pensent les étudiants ?

Nous interviewons Mikael, étudiant au CNAM, se formant au contrôle de gestion pour connaître son ressenti sur les cours en ligne et ses préoccupations.

Le CNAM avait déjà en amont les plateformes adaptées pour la retransmission des cours, facilement accessibles via l'espace étudiant. De plus, la plupart des étudiants sont des professionnels en formation continue et sont donc agiles et rigoureux. Les cours, tous en direct étaient interactifs et l’esprit classe a été maintenu.

Une semaine d’organisation mi-mars a toutefois été nécessaire, mais comme cela correspondait à des congés du CNAM, aucun retard n’a été pris. 

En revanche, le passage de l’examen s’est avéré désastreux. Mikael nous raconte : “Nous devions nous connecter à une heure précise pour imprimer les documents, ensuite faire l'épreuve en manuscrit puis scanner notre copie et envoyer l’original par la poste. N’ayant pas ce matériel à la maison, j’ai dû me rendre sur mon lieu de travail qui dispose d’une imprimante et d’un scanner, heureusement que nous étions déjà déconfinés ! J’étais aussi très inquiet quant à un possible bug informatique ou à un problème technique qui m’aurait empêché d'effectuer le téléchargement, l’impression, la rédaction de l’examen et le scan de ma copie dans le temps imparti.

La sécurité et la surveillance n'étaient absolument pas au rendez-vous et Mikael, amer, témoigne que, finalement n’importe qui aurait pu faire son devoir, décrédibilisant l’obtention de son diplôme et questionnant l'authenticité des diplômes 2020/2021 : “Hormis la contrainte de télécharger et imprimer les documents à heure fixe, l’examen a été fait caméra éteinte en totale autonomie, je pouvais avoir mes notes de cours, les outils informatiques de calcul et j’aurai même pu faire faire mon devoir par quelqu’un d’autre sans que personne ne s’en rende compte. Que vaudra donc mon diplôme ?

 

examen diplome en ligne universite


 

Une crise identitaire du secteur

La crise du COVID bouleverse ainsi profondément les modalités d’enseignement et pose de nouvelles questions, allant au delà de la sécurisation des cours en ligne et des modalités d’examen : 

  • Comment différencier la pertinence des cours en ligne d’une grande université et ceux d’une plateforme gratuite telle Coursera, et quelle plus-value celles-ci peuvent encore apporter aux étudiants, privées de leur prestigieux campus et activités annexes, telles que les infrastructures sportives, clubs et associations, network et réseau alumni, bibliothèques et outils de recherche qui font traditionnellement leur force ?
  • Voit-on la refonte d’un système qui devra s’axer sur les compétences développées et la qualité des contenus, plutôt qu'être lié à un nom prestigieux d'université ?

 

Si le discours des universités reste rassurant sur le mentoring et l’accompagnement des étudiants, ceux ci, à l’image de Mikael peuvent ne pas se sentir accompagnés en étudiant en ligne et en étant livrés à eux mêmes.

Le groupe Planeta, très attaché à la qualité du suivi et à l'épanouissement de l'apprenant, continue et renforce l’accompagnement individuel des étudiants : mentoring du career center dès le 1er jour d'entrée, tutoring personnalisé… tout est mis en place pour que l'étudiant, national ou international, soit parfaitement intégré à ce nouvel environnement.

Toutefois, le sondage QS de fin avril 2020 montre à quel point les étudiants sont réticents à étudier en ligne, surtout s’agissant des étudiants internationaux, qui sont ainsi privés de l'expérience si attendue et valorisée de vivre à l'étranger.

 

examen diplome en ligne universite

 

Il est assez préoccupant de constater que la moitié des étudiants sondés ne souhaitent pas étudier en ligne un diplôme étranger. Si la crise venait à se prolonger, serait-ce l'arrêt de l'éducation internationale ? Que proposer à ces cohortes, désireuses de se former, d’aller à l'étranger, mais non réceptives aux cours en ligne ?

 

Les campus transnationaux peuvent peut être offrir un début de piste intéressante.

Andrew Bambang, directeur de l’international du groupe RAFFLES, une école de design présente à Mumbai, Singapour et Milan, témoigne : “Depuis le début, nous offrons à nos étudiants la possibilité d'étudier sur nos trois campus, mais nous avons observé que la plupart de nos étudiants indiens venaient d'une autre école, passaient notre examen puis s’envolaient pour leur master chez nous, dans notre école de Milan ou de Singapour. La crise du Coronavirus change la donne : nous avons renforcé notre recrutement niveau bachelor et intégrons des étudiants indiens plus jeunes qui s'engagent dans notre campus de Mumbai et souhaitent rester en Inde le temps de la crise. Ils savent que, sans soucis et sans conditions, ils pourront ensuite aller sur nos campus de Milan ou de Singapour dès qu’ils le souhaiteront, le transfert des crédits universitaires étant automatique. Ils sont intégrés à un univers présentiel et rassurant à Mumbai et peuvent disposer des cours en ligne des autres campus pour une véritable exposition internationale. Nous renforçons la mobilité des professeurs afin d’exposer uniformément les étudiants de nos trois campus à un univers multiculturel. L'expérience en ligne se fait depuis le campus, de manière expliquée et encadrée, et concerne environ 20% des cours.” 

 

Une piste intéressante et porteuse d’avenir.

 


soutien contribution lecteurs lepetitjournal

Rejoignez le Club des lecteurs contributeurs

Pour être sûr de recevoir GRATUITEMENT tous les jours notre newsletter (du lundi au vendredi) (attention Bombay est tout en bas de la liste), Ou nous suivre sur Facebook


 

Nous vous recommandons

Audrey Ruchet-Bach

Audrey Ruchet-Bach

Audrey Ruchet Bach cultive la polyvalence et la curiosité, les moteurs animant son parcours et ses envies. De l'Inde où elle travaille actuellement, elle cite Gandhi : "Vis comme si tu devais mourir demain. Apprends comme si tu devais vivre toujours."
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Christine mar 30/06/2020 - 21:38

Très bon article sur le devenir de l'éducation internationale dans ce contexte particulier de crise. Merci

Répondre

Actualité en Inde

MÉTÉO

Mousson 2020 : Encore de fortes pluies prévues à Mumbai

La météo prévoit une nouvelle intensification de la mousson sur la côte du Maharashtra après une accalmie. Mumbai s’attend encore à de fortes pluies après la dévastation subie début août.

Communauté

TÉMOIGNAGES

Covid-19 : Un été loin de mes proches

Avec la fermeture des frontières et les différents confinements, de nombreux Français se retrouvent aujourd’hui dans l’incapacité de retrouver leurs proches qu’ils soient en France ou ailleurs.

Expat Mag

Chennai Appercu
TOURISME

10 choses qui rendent Chennai célèbre

4ème ville d'Inde, capitale du Tamil Nadu mais surtout petite pépite en mal de notoriété, Chennai, anciennement Madras mérite qu'on s'y attarde un peu !