Vendredi 14 août 2020

Le déconfinement en cours dans le Maharashtra

Par lepetitjournal.com Bombay | Publié le 29/06/2020 à 01:01 | Mis à jour le 29/06/2020 à 01:01
Photo : Credit : Unsplash
covid-19 deconfinement inde

L'épidémie de coronavirus continue de se propager en Inde, le cap des 500 000 cas a été passé le vendredi 26 juin et le Maharashtra (159 133 cas le 28 juin 2020) est toujours en tête des états les plus touchés. Cependant, la ville de Mumbai (74 252 cas) a été détrônée par Delhi (79 400 cas) dans le classement des mégalopoles les plus contaminées. Cependant, l’Inde, hormis quelques états comme le Bengale Occidental, poursuit le déconfinement amorcé le 1er juin 2020. Le Chief Minister de l'état du Maharashtra, Uddhav Thackeray, a confirmé le 28 juin que le redémarrage de l'activité économique était en cours. Cependant, il n'a pas annoncé de modifications dans les règles énoncées début juin lors du lancement du plan Mission Begin Again.


 

Tous les commerces et les usines autorisés à fonctionner dans le Maharashtra

“Le confinement est terminé, nous déconfinons pas à pas,” a déclaré le Chief Minister du Maharashtra dimanche 28 juin. “Les magasins sont à nouveau ouverts, depuis aujourd’hui, les salons de coiffure accueillent des clients, étape par étape nous relançons l'économie. Mission begin again est en cours.” Il a cependant ajouté que le virus était toujours là et qu’il rappelait à tous de ne pas sortir de chez eux si ce n'était pas nécessaire : “Ce n’est pas encore le retour à la normale,” a-t-il affirmé. Des déclarations qui peuvent sembler contradictoires...

 

 

 

La police de Mumbai a pris le Chief Minister à la lettre et a diffusé une vidéo demandant à tous les habitants de la ville de continuer à respecter les règles de distance sociale et les mesures suivantes entre autres :

  • Tout déplacement à l'extérieur de son domicile ne doit être fait que pour des besoins de première nécessité ou pour aller travailler.
  • Le port du masque est obligatoire,
  • Il est interdit de dépasser un rayon de 2 km autour de son domicile pour aller faire ses courses, se faire couper les cheveux ou faire du sport.
  • Le couvre-feu de 21h à 5h est toujours en place.

 

 

La reprise de l'activité économique a entraîné un mouvement migratoire inverse de celui généré par le confinement strict. En avril et en mai, les travailleurs journaliers qui n’avaient plus de travail et donc plus aucun moyen de survie, notamment à Mumbai, sont rentrés par tous les moyens (en marchant, à vélo, sur le toit de camions) dans leurs villages d’origine dans les états du nord, Uttar-Pradesh et Bihar en particulier. Depuis le 1er juin, ils reviennent en nombre de plus en grand à Mumbai pour reprendre leur travail qui leur offre une rémunération bien meilleure que celle qu'ils pourraient recevoir chez eux. Selon les chiffres révélés par Indian Railways, 481 983 passagers sont arrivés dans la région de Mumbai (Mumbai Metropolitan Region - MMR) entre le 1er et le 25 juin.

 

Selon l’Economic Times of India, le gouvernement du Maharashtra et la municipalité du Grand Mumbai (Municipal Corporation of Greater Mumbai - MCGM) ont demandé aux entreprises privées de commencer à pratiquer des tests de dépistage des anticorps contre le SRAS-CoV-2 , le virus responsable de la Covid-19, sur tous leurs employés. “La MCGM a demandé aux sociétés privées de se procurer des kits auprès des sociétés Abbott et Roche et de tester leurs employés. Cette étape jouera un rôle clé pour freiner la contagion alors que la ville se déverrouille de manière progressive. Cela permettra également au secteur privé de participer activement dans le plan d’action pour limiter la propagation de la Covid-19", a déclaré le commissaire municipal Iqbal Chahal dans un communiqué. 

Cependant, l’OMS a mis en garde à la fin avril sur la délivrance aux personnes qui présentent des anticorps contre le SRAS-CoV-2 d’un “passeport d'immunité” ou à un “certificat sans risque”, qui leur permettrait de voyager ou de retourner travailler en supposant qu'ils sont protégés contre la réinfection. L’OMS mentionne dans son article qu’il n'y a actuellement aucune preuve que les personnes qui sont guéries de la COVID-19 et qui ont des anticorps sont protégées contre une deuxième infection.


 

Au niveau national, les trains toujours à l'arrêt

Cependant, tous les trains qu’ils soient nationaux ou de banlieue, sont encore à l'arrêt jusqu'au 12 août par une décision du ministère des transports. Seuls les trains spéciaux mis en service pour transporter les voyageurs qui travaillent pour les services de première nécessité et les travailleurs journaliers de leur lieu de travail vers leur lieu d’origine continuent de fonctionner.

 

L’espace aérien international toujours fermé

Les vols internationaux restent eux aussi suspendus jusqu’au 15 juillet sauf les vols spéciaux ayant une autorisation préalable d’atterrir donnée par la direction de l’aviation civile indienne peuvent embarquer des passagers au départ de l’Inde.


 

Dans le Maharahstra, des restrictions pour les prochains festivals 

Les grandes manifestations lors des festivals ayant habituellement lieu au mois d'août : Dahi Handi (les pyramides humaines) et Ganesh Chaturthi ont été annulées. Pas de procession pour Ganesh Visarjan (l’immersion des idoles de Ganesh dans la mer) cette année et les idoles ne devront pas mesurer plus de 120 cm afin de pouvoir être immergées dans un petit plan d’eau. 

 

maharashtra covid-19 ganesh
Une idole de Ganesh

 

Le Chief Minister a ajouté qu’il fallait rester prudent même pour les festivals plus lointains comme Diwali (14 novembre 2020).



 


soutien contribution lecteurs lepetitjournal

Rejoignez le Club des lecteurs contributeurs

Pour être sûr de recevoir GRATUITEMENT tous les jours notre newsletter (du lundi au vendredi) (attention Bombay est tout en bas de la liste) ou nous suivre sur Facebook


 

0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

TÉMOIGNAGES

Covid-19 : Un été loin de mes proches

Avec la fermeture des frontières et les différents confinements, de nombreux Français se retrouvent aujourd’hui dans l’incapacité de retrouver leurs proches qu’ils soient en France ou ailleurs.