Lundi 18 novembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Les 5 personnalités birmanes connues de par le monde (Suite)

Par Marie-Sophie Villin | Publié le 12/12/2018 à 15:35 | Mis à jour le 12/12/2018 à 15:35
Les 5 personnalités de Birmanie connues de par le monde

Suite du Top 5 des personnalités birmanes connues de par le monde et qui ont marqué – ou marquent encore – la Birmanie. 

1- Aung San
Le général Aung San (1915-1947), personnalité incontournable de l’Histoire politique birmane, n’est autre que le père d’Aung San Suu Kyi. Il s’allie avec les Japonais pendant la Seconde Guerre mondiale et prend la tête de l’Armée d’Indépendance Birmane qu’il crée avec leur aide. Doutant du soutien des Japonais, il finit par s’en détourner pour se diriger vers les Alliés et l’Organisation Antifasciste et participer à la victoire des Alliés contre les Japonais. En février 1947 lors de la conférence de Panglong, il signe un accord sur la solidarité et l’unification de la Birmanie avec les dirigeants des différents groupes ethniques composant le pays. Il est assassiné le 19 juillet 1947 avec six autres généraux dans ce qui est aujourd’hui appelé le Secrétariat, à Yangon, six mois avant que la Birmanie n’accède à l’Indépendance.

2- Ne Win
Il est un des dictateurs qui ont marqué l’Histoire de la Birmanie. Aspirant médecin, Ne Win (1910-2002) se détourne de ses études pour rejoindre un entraînement militaire dirigé par Aung San pour former l’Armée d’Indépendance Birmane. C’est là qu’il décide de se faire appeler Ne Win, "radieux soleil" au lieu de Shu Maung, son vrai nom. Après l’Indépendance en 1948 et la mort d’Aung San, il devient général des forces armées du pays. En 1962, il organise un coup d’état qui le propulse au poste de Premier ministre. Il gouverne selon sa "voie birmane vers le socialisme", augmentant le rôle de l’armée et menant une politique économique autarcique. En 1988, il démissionne mais reste une des personnes les plus influentes du pays à travers le Conseil d’Etat pour la restauration de la loi et de l’ordre. Il décède en 2002 dans la maison de Yangon dans laquelle il avait été assigné à résidence après que son beau-fils ait été accusé d’avoir voulu renverser le régime.

3- U Thant
Une personnalité birmane dont vous ne connaissez peut-être pas le nom mais qui a marqué l’Histoire et la géopolitique mondiale est U Thant (1909-1974). Il travaille en tant que professeur, puis au ministère de l’Information et au secrétariat du Premier ministre avant de rejoindre la délégation birmane des Nations Unies. Troisième secrétaire-général des Nations Unies de 1961 à 1971, il est celui qui est resté le plus longtemps à ce poste : 10 ans et un mois. Il a vu son premier mandat marqué par la crise des missiles de Cuba opposant les Etats-Unis et l’Union Soviétique en 1962 et qui aurait pu mener à une troisième guerre mondiale. Durant son deuxième mandat, il a fait face à la guerre du Vietnam et à l’intensification du conflit israélo-palestinien. Selon le président de Etats-Unis de 1961 à 1963 John F. Kennedy, le monde a une dette envers U Thant. 

4- Than Shwe
Than Shwe (né en 1933) a dirigé la Birmanie de 1992 à 2011 en tant que Premier ministre, Commandant en chef des Armées et dirigeant de l’Union pour la Solidarité et le Développement. Il s’engage dans l’armée coloniale au début des années 1950, participe au coup d’état de Ne Win en 1962. En 1988, il profite de l’insurrection pour faire ses preuves et monter dans la hiérarchie du Comité Central Exécutif du Parti Socialiste de Birmanie. En 1992, il prend la tête de l’Etat. Modéré dans ses débuts, il libère notamment Aung San Suu Kyi de sa résidence surveillée et permet l’entrée de la Birmanie dans l’ASEAN en 1997. Mais il se révèle vite sans pitié, ne respectant pas les droits de l’Homme – pas de liberté d’expression ou de la presse, par exemple – et mettant en place des politiques économiques qui ont contribué à maintenir la Birmanie comme l’un des pays les plus pauvres au monde. Il se retire en 2011 et choisit Thein Sein pour lui succéder.

5- Nay Phone Latt
De son vrai nom Nay Myo Kyaw, Nay Phone Latt (né en 1980) s’est fait connaître lors de la révolution de Safran en 2007 pour ses activités de bloggeur. Après des études d’ingénieur, il ouvre plusieurs cafés Internet à Yangon et participe à la formation de l’Organisation des Technologies d’Informations et de Communication pour le Développement de Birmanie. En 2007, son blog devient la référence internationale pour des informations fiables sur la situation en Birmanie. Il est arrêté en 2008 pour atteinte à la morale, à la sécurité et à l’ordre public et condamné à 20 ans de prison. En 2010, il reçoit le prix PEN/Barbara Goldsmith Pour La Liberté D’Ecrire, décerné aux écrivains s’étant battu pour préserver leur liberté d’expression. Il est libéré en 2012 avec d’autres prisonniers politiques. En novembre 2015, Nay Phone Latt est élu membre du Parlement pour la municipalité de Thingangyun.

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

DIPLOMATIE

Aung San Suu Kyi confondue avec les militaires

Rude semaine internationale pour la Birmanie : entre rejet et plaintes internationales, l’image du pays a pris un coup. Et celle de la Conseillère d’état Aung San Suu Kyi s’est encore détériorée.

Communauté

ÉVÉNEMENT

La CCI France Myanmar déménage

La CCI France Myanmar bouge vers de nouveaux locaux plus grands et plus modernes, à Times City, dans Sanchaung. Une étape clef pour son développement et une preuve de son dynamisme.

Expat Mag

TÉLÉTHON

Jonas : "La maladie m'emprisonne, mais je crois au traitement"

Jonas, jeune étudiant de 22 ans, a été diagnostiqué d’une calpaïnopathie à l’âge de 6 ans. Une maladie qui s’est installée progressivement et qui depuis l’adolescence grignote peu à peu ses muscles