Mardi 20 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Gilles Kepel : "Le jeu régional impacte la formation du gouvernement"

Par Léa Balézeau | Publié le 06/11/2018 à 13:02 | Mis à jour le 08/11/2018 à 20:18
kepel Sortir du chaos

Le grand spécialiste de l'islam et du monde arabe a publié il y a quelques jours Sortir du chaos. Les crises en Méditerranée et au Moyen-Orient, qui raconte la mécanique des conflits de la région de ces 40 dernières années.

 

Lepetitjournal.com Beyrouth : Il y a, selon vous, deux moteurs du chaos dans la région : le pétrole et l’islamisme politique. Quels sont leurs mécanismes ?

Gilles Kepel : La guerre de 1973 (Kippour, ndlr) a mis en lumière la victoire des pétromonarchies et la montée du salafisme qui a légitimé ces pétromonarchies. Cela a, d’une certaine manière, changé la donne au Moyen-Orient. Six ans plus tard survient la guerre entre l’Iran et l’Arabie saoudite, par personnes interposées, avec le jihad en Afghanistan. Puis vient la guerre entre l’Iran et l’Irak qui va introduire les bases du chaos sunno-chiite dans lequel nous sommes aujourd’hui.

 

Vous avez découpé votre ouvrage selon trois périodes-clés : la guerre d’octobre 1973, les printemps arabes de 2010-2011, et la chute de Daech à partir de 2017. Pourquoi avoir choisi ces dates en particulier ?
Ces trois dates correspondent à une lecture rétrospective des choses. Dans ce livre, je voulais au départ mettre en perspective les printemps arabes, les raisons pour lesquelles ils n’ont pas marché. On avait observé ce phénomène sans vraiment le comprendre. Il m’a donc fallu réinscrire ces printemps arabes dans le contexte au long cours, celui de la montée de l’islamisme politique, du jihadisme dans ses différentes phases qui était sous-jacent et a récupéré les printemps arabes par-delà la surface des manifestations démocratiques.

Dans une deuxième partie, j’analyse les différents soulèvements arabes, les trois qui ont lieu en Afrique du Nord (Tunisie, Egypte et Libye) où les despotes ont été éliminés, et les trois autres en Asie (Bahreïn, Yémen et Syrie) qui ont été très vite pris en otage par la mosaïque confessionnelle, aboutissant à des guerres civiles.

 

L’avènement de Daech a coupé court à ce que vous appelez « l’euphorie démocratique ». Pensez-vous que la chute de l’EI permette un renouveau démocratique dans la région ?
La chute de Daech est très importante. Le 17 octobre 2017, Raqqa tombe sous la pression conjuguée des milices kurdes des YPG (Unités de protection du peuple, ndlr) en Syrie du nord et des bombardements de la coalition occidentale. Cela va détruire la capacité opérationnelle de Daech qui coordonnait les attentats en Europe, notamment en France, à partir de la zone Raqqa-Mossoul. Ce jihadisme de troisième génération n’a donc plus les moyens opérationnels de ses ambitions.

Néanmoins il y a toujours des jihadistes qui croient en l’idéologie de Daech dans les prisons françaises, dans la zone « libre » de Syrie et aussi près de Deir Ez-Zor dans le désert syrien. Leur dangerosité est moindre parce qu’ils n’ont pas le moyen de la mettre en œuvre mais les jihadistes sont encore très présents.

 

Vous connaissez bien le Liban dont vous parlez par petites touches tout au long de votre livre. Où se situe aujourd’hui le Liban dans cette sortie du chaos ?
Le Liban se situe en plein milieu de cette sortie du chaos parce qu’il est d’une certaine façon affixé à la Syrie qui a été le lieu principal et paroxystique de cette situation chaotique. Le Liban multiconfessionnel comporte le Hezbollah qui est aujourd’hui la force dominante mais, en même temps, très liée à ce qui se passe en Iran, aujourd’hui très affaibli par les sanctions américaines. Le jeu régional, dans son ensemble, a un impact direct sur la constitution ou non d’un gouvernement libanais.

Le Liban est au coeur de cette situation de chaos, mais il est aussi sans doute l’un des lieux par lesquels on pourra en sorti,  grâce à sa société éduquée, son cercle d’entrepreneurs qui peut être un pont avec l’Europe - comme on le voit à ce Salon du livre - et permettre de poser des jalons pour le futur.

 

Que signifie pour le Liban la concomitance des sanctions américaines contre le Hezbollah et l’affaire du journaliste Jamal Khashoggi ?
L’assassinat de Jamal Khashoggi dans le consulat saoudien d’Istanbul a eu pour effet un affaiblissement de l’Arabie saoudite, notamment en termes d’image. Ceci a favorisé ses rivaux à l’intérieur du camp sunnite, notamment la Turquie d’Erdogan, le Qatar et les Frères musulmans qui en ont tiré les bénéfices.

Cette affaire donne également un peu d’oxygène à l’Iran en faisant baisser la pression saoudienne. La question est maintenant de savoir dans quelle mesure les Iraniens peuvent en profiter ou non. Les Iraniens ont été très impactés par les sanctions américaines. L'Iran a-t-il toujours les moyens de sa politique dans la région ? 

Au Liban, le Hezbollah souhaite aujourd’hui qu’un tiers des ministres du prochain gouvernement, qu’ils soient chiites, sunnites ou chrétiens, lui soit affilié de manière à se prémunir contre une situation dans laquelle l’affaiblissement conjoncturel de l’Iran pourrait se traduire par sa marginalisation sur la scène libanaise.

 

Vous évoquez au début de votre ouvrage les menaces dont vous êtes la cible.  Ces menaces ont-elles eu un effet sur l’écriture de votre livre ?
Outre le fait que les voitures de police dans lesquelles je circulais n’avaient plus d’amortisseurs et m’ont causé des sciatiques épouvantables – j’ai d’ailleurs écrit ce livre couché au départ - ce livre est une thérapie de ma condamnation à mort, même si je considérais que les personnes qui m’avaient mis à mort étaient des crétins. Lorsque Daech est tombé, mes sciatiques ont disparu. Je n’ai plus été sous protection policière et j’ai pu parcourir la région comme j’aime le faire pour analyser la période post-Daech.

 

Nous vous recommandons

Léa Balézeau

Léa Balézeau

"J'ai toujours préféré la folie des passions à la sagesse de l'indifférence". Au liban, terre de passion, j'ai choisi d'y étudier 1 an et de partager mon expérience.
3 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

SheikhNanar ven 09/11/2018 - 10:18

La création des jihadistes afghans provient d’une collusion saoudienne et états-uniennes, dès actée dès juillet 1979, avant l'invasion russe, l’Arabie pétrolière payant, Bzrezinski la suscitant et l'organisant avec la CIA comme il l’a reconnu lui-même des années après (article au Nouvel Obs du 15/01/1998), afin d’enferrer l’URSS dans une guerre ingagnable, qui a repris et enferre désormais l’armée US. G. Kepel parle de la "pornographie de la violence " des jihadistes mais il oublie de dire aussi que la violence de Nos armées et armes occidentales sur les populations civiles d’Iraq, de Syrie, du Yémen, de Libye, elle, n’est pas visible sur nos media. Pourtant elle fut évoquée clairement par les assassins manipulés au Bataclan, selon les rapports de police citant les témoins survivants qui entendirent crier (en gros’ ‘ Vous allez voir et entendre crier, comme ce que vous nous faites là-bas". Kepel ne parle pas de résistance quand ils évoquent la formation de mouvements contre l’agression et l’occupation illégales et préméditées de l’Iraq en 2003, résistance forcément aussi diverse qu’en France sous l’occupation nazie. Le chaos n’a pas commencé à la guerre du Kippour comme l'écrit G. Kepel , mais été organisé par Kissinger et le Likoud peu après la nationalisation de l'IPC le 1er juin 1972, voire après la nationalisation des gisements non exploités par l’IPC en déc. 1961 par Abdel Karim Kassem, nationalisation symbolique qui a motivé l’appui anglo-saxon à un coup d’état où les conjurés baathistes furent aidés par la CIA postée à Koweït pour affaiblir l’organisation du PC irakien (relire Hanna Batatu, 1978, page 985, et l'aveu récent d'un ancien responsable américain ayant publié un appel à ne pas s'allier avec l'Arabie contre l'Iran). Parler de complotisme, c’est juste reconnaître sa méconnaissance de l’histoire longue et détaillée de l’ensemble du M-Orient. L'histoire vraie est dans les détails, pas dans les livres conformistes qui ne comportent aucune référence bibliographique.

Répondre
Commentaire avatar

rima mer 07/11/2018 - 15:52

Cet ouvrage de Gilles Kepel présente un intérêt de lecture certain. Merci.

Répondre
Commentaire avatar

dominique mer 07/11/2018 - 10:10

Gilles Kepel a toujours quelquechose d'intéressant à dire. Merci de nous avoir informés de son nouveau livre.

Répondre

Rubriques partenaires

Logo partnaire Logo partnaire