Tout savoir sur les clubs berlinois

Par Héloïse Leclercq | Publié le 20/04/2022 à 12:15 | Mis à jour le 20/04/2022 à 19:11
Photo : © Baptiste MG - Unsplash
baptiste-mg-club Berlin-unsplash

Depuis les années 90, Berlin est devenu le temple de la musique électronique et ses clubs les plus célèbres comme le Berghain attirent plus d’un curieux.

 

La vie nocturne berlinoise 

Berlin n'est pas le seul endroit où la culture techno a émergé. Elle trouve ses origines à Detroit, Chicago, en Belgique, entre autres, mais aussi dans les premiers genres de musique électronique, comme la synth-pop et le new beat. Cependant, les particularités de la ville, comme la situation historique avec la chute du mur de Berlin et l'euphorie qui en a résulté, ont été déterminantes pour son développement. Dans les années 1990, les espaces vacants et sans administration ont constitué le terrain idéal pour la scène culturelle créative et ont favorisé sa croissance exponentielle, qui se reflète entre autres dans la Love Parade et a conduit à l'étroite connexion entre la techno et Berlin. Aujourd’hui Berlin est considéré comme la capitale mondiale de la techno et la culture alternative attire de nombreux clubbers chaque année. À elle seule, la scène berlinoise a réalisé un chiffre d'affaires brut de 168 millions d'euros d’après une étude menée par Clubcomission en 2019.

 

De plus, les transports en commun fonctionnent toute la nuit les week-ends dans la capitale allemande et le prix des soirées y est attrayant en comparaison d’autres villes, notamment Paris. En revanche, la sélection à l’entrée est parfois rude et s’il faut parfois s’y reprendre à plusieurs fois avant d’entrer dans un club, c’est aussi parce que le tri fait à l’entrée détermine l’ambiance inimitable des soirées techno berlinoises. La plupart des clubs sont situés à l’Est de Berlin entre Friedrichshain et Kreuzberg et la sélection faite à l’entrée des clubs berlinois entretient le côté mystique des soirées. Chacun peut laisser libre cours à sa créativité dans ces lieux d’expression, de diversité et de liberté ; à Berlin les clubs sont des « safe place ».

 

La sélection de clubs 

Kitkat Club

Le légendaire Kitkat Club a ouvert ses portes en 1994, on s’y retrouve pour mener une expérience unique où la musique électronique vient rencontrer le libertinage. Le club dispose d’une piscine ouverte au printemps et en été et de plusieurs coins bars plus tranquilles. Le Kitkat est un lieu cosmopolite, nourri par la diversité de curieux et d’habitués excentriques venant s’y débrider, dans un univers de débauche et de luxure où tout devient possible.

 

Sisyphos

Non loin de la Spree, le Sisyphos dispose d’un large espace extérieur et de deux dancefloors intérieurs. Les sons techno, électro et house parfois même disco y sont délivrés tous les week-ends. L’ambiance et le décor typiquement berlinois diffusent une atmosphère imaginative et exubérante et les adeptes de la culture alternative y trouveront leur bonheur, une plage artificielle a même été installée. Le Sisyphos est le mélange parfait entre le club et le biergarten, parfait pour les soirées autant en hiver qu’en été.

 

Wilde Renate

Le Renate est réparti sur plusieurs étages, il se situe non loin de la station Ostkreuz et s’est fait connaître par ses soirées à thèmes. Le décor baroque ne dénote pas avec l’ambiance détendue du club, de nombreux canapés sont dispersés sur les différents étages pour les fatigués du dancefloor et un bateau suspendu surplombe le jardin. Ce club aux allures de labyrinthe abrite plus d’une salle et vous avez vite fait de vous y perdre aux détours d’un mini-bar ou d’une boiler room.  

 

Anomalie Art Club

L’Anomalie Art Club Berlin brise les frontières entre boîte de nuit et centre culturel. Situé dans un ancien atelier de réparation de voitures à Prenzlauer Berg, ce club dispose d’une grande salle ou la musique électronique et l’art sont mis au premier plan, d’une petite salle plus intimiste et d’un jardin. Le club est célèbre pour ses grands espaces, son design esthétique unique et sa musique tech-house.

 

://about blank

Derrière les portes de l'About Blank, vous trouverez quelques-unes des meilleures soirées électroniques de Berlin. Situé à deux pas de la station Ostkreuz, le petit club dispose de deux pistes de danse avec différents styles de musique. Les DJ locaux et internationaux viennent se consacrer à la techno, la house et parfois même la disco. Outre les deux étages intérieurs, l'About Blank dispose d’un troisième étage transformé en grand jardin. Pendant l'été, ://about Blank reste souvent ouvert plusieurs jours d'affilée, vous n'aurez donc pas à vous soucier des heures d'ouverture.

 

Der Visionäre

Le Club der Visionäre ressemble à une petite guinguette posée sur les rives de la Spree. Le Club délivre un son électronique dans une petite salle intimiste et le ponton donne accès à un bar sous les saules pleureurs.

 

Hoppetosse

Directement sur la Spree, Hoppetosse se situe sur une péniche à quai. La petite salle réserve plus d’une surprise en termes de musiques house et techno. La vue imprenable donnant sur le Molecule man d’un côté et sur la tour de la télévision de l’autre donne tout son charme au petit club. L’ambiance y est alternative et détendue.

 

ÆDEN

Situé sur la Lohmühleninsel, dans le cœur culturel de Kreuzberg, le club mise sur la musique live mais aussi sur les performances artistiques. La salle principale accueille des DJ du monde entier et un étage extérieur est ouvert en été ainsi qu’un jardin.

 

Suicide Club  

Si vous voulez plonger et explorer la scène techno de Berlin, le Suicide Club est le bon endroit à visiter. L’attente pour entrer au Suicide est parfois bien longue mais une fois à l’intérieur, l’atmosphère de la salle couverte (techno) et de l’espace extérieur (house) sont au rendez-vous.

 

Berghain

Que serait la culture club à Berlin sans le mythique Berghain, ce temple de la techno est classé parmi les dix meilleurs du monde. Installé dans une ancienne centrale électrique, ce lieu dispose d’une qualité de son indescriptible, à la fois populaire et alternatif. Le club se veut avant-gardiste et gardien de la tradition des clubs de la capitale. Bon nombre essayent d’y pénétrer chaque week-end sans succès et le mythe autour du Berghain reste intact depuis des années. L’impitoyable physionomiste aurait même refusé l’entrée à Elon Musk il a quelques semaines, celui-ci s’est empressé de tweeter qu’il aurait de lui-même refusé d’y pénétrer à cause de l'inscription sur le bâtiment.

 

 

La techno berlinoise pourrait bientôt faire partie du patrimoine de l’UNESCO

Jusqu’à peu considérés comme des lieux de divertissement, les clubs berlinois prennent une place croissante dans la capitale et leur engagement va plus loin. Avec la crise sanitaire, le parlement allemand avait déjà pris la décision de changer le statut des clubs en 2021, ils sont maintenant considérés comme des lieux de culture. En même temps, le collectif Rave the Planet entend faire reconnaître la culture électronique comme une entité indépendante en faisant intégrer la techno à la liste du patrimoine immatériel de l’UNESCO. En résumé, le patrimoine culturel immatériel (PCI) désigne les traditions et expressions vivantes, telles que les rassemblements communautaires, la musique, les croyances, les pratiques culturelles et l'artisanat. Par exemple, le Reggae de Jamaïque et la Gay Pride Parade d'Amsterdam sont déjà considérés comme patrimoines culturels. Pour le collectif allemand, l’objectif est de soutenir et protéger les acteurs du monde de la nuit, Rave the Planet ambitionne par ailleurs d’acquérir un statut de protection de l'UNESCO qui facilitera la prise de décision en faveur des sites culturels.

 

 

 

Pour recevoir gratuitement notre newsletter du lundi au vendredi, inscrivez-vous !

Pour nous suivre sur FacebookTwitter et Instagram.

heloise_0

Héloïse Leclercq

Étudiante à Berlin depuis septembre 2021, Héloïse est en double diplôme d'histoire de l'art et en école de commerce. Elle aime découvrir Berlin et ses habitants au travers des événements culturels et artistiques.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Berlin !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Emma Granier

Rédactrice en chef de l'édition Berlin.

À lire sur votre édition locale