Jeudi 2 décembre 2021
TEST: 2240

Improtomnales - (ré)enchanter demain avec le théâtre d’improvisation

Par Juliette Corbin | Publié le 16/10/2021 à 17:39 | Mis à jour le 16/10/2021 à 19:55
Photo : © LPJ Berlin - Emma Granier
Des comédiens sur scène pendant le spectacle de la LIBER, Guerre et paix

Ce week-end, le grand festival francophone de théâtre d’improvisation, Improtomnales, touche à sa fin. Du 27 septembre au 17 octobre, c’est autour du thème « (ré)enchanter demain » que se sont tenus de nombreux ateliers, des rencontres, des tables rondes et des spectacles d’improvisation organisés par la LIBER, la Ligue d’Improvisation de Berlin.

 

Une cinquantaine de personnes, professionnels ou bénévoles, s’est regroupée autour de la LIBER et du centre CREAL pour mener à bien cet événement. Les animations proposées par le festival ont permis à toutes et tous de se rencontrer pour créer, rêver et imaginer ensemble le monde de demain. Une belle revanche sur ces mois de confinement où l’activité artistique et culturelle était restreinte.

C’est la Russisches Haus der Wissenschaft und Kultur qui accueille ce grand week-end de clôture du festival. Les festivités sont ouvertes par le vernissage de l’exposition « Portrait de mots pour demain » regroupant les photos réalisées à l’issue des ateliers scolaires réalisés pendant le festival. Chaque photo est accompagnée d’un mot ou expression à chérir et à méditer.

Au programme, deux soirées mettant à l’honneur l’improvisation sous différentes formes. Le premier soir, les comédiens de la LIBER proposaient un spectacle d’improvisation long format sur le roman de Léon Tolstoï, Guerre et Paix. Le lendemain, samedi 16 octobre un match d’improvisation a lieu avec la rencontre LIBER vs LICOEUR (La Ligue d’improvisation de Bordeaux).

 

Des costumes sur scène
© LPJ Berlin - Emma Granier

 

Les Improtomnales, le festival d’improvisation théâtrale multilingue tourné vers la jeunesse

Première édition et première inauguration de clôture du festival. Vendredi 15 octobre, à la Russische Haus, nous assistons à l’aboutissements de longs mois de travail pour la réalisation du premier festival d’improvisation franco-allemande à Berlin.

Le discours inaugural est engagé par Olga Vasileva, honore l’importance du multilinguisme russe, allemand et français que propose ce festival, témoignant d’un monde moderne multiple.

A la suite, le festival nous propose une « invitation à se (ré) enchanter » rappelle Sandrine Diesel, attachée de coopération pour le français à Berlin. C’est par la rencontre entre l’art et la langue qu’on stimule le rêve et l’imagination. Un festival pluriel dans sa création, ses publics et ses projets. Sandrine Diesel insiste également sur l’importance du volet de la jeunesse dans ce festival. Jeunesse d’ailleurs représentée par la présence de deux jeunes ambassadeurs de l’OFAJ (Office franco-allemand pour la Jeunesse) qui ont pour mission de « représenter, d’informer et d’organiser » autour de la jeunesse franco-allemande.

 

Un projet à ne pas laisser dans le domaine du possible…

C’est ensuite au tour de Philippe Loiseau, conseillé consulaire de France à Berlin, de prendre la parole. Celui-ci met l’accent sur la difficulté de réalisation de nombreux projets culturels et artistiques qui, pour lui, ne doivent pas être laissés dans le domaine du possible. En effet, Philippe Loiseau met en avant la difficulté de réalisation et de financement du festival. Le festival des Improtomnales a monté un dossier de subvention auprès du crédit STAFE, qui est un dispositif de soutien au tissu associatif français à l’étranger. Un financement public donc, qui dispose d’une enveloppe globale de 2 millions d’euros. Les conditions d’éligibilités étant assez strictes, seulement 38% des projets présentés ont été validés par le ministère. Malheureusement, beaucoup de projets purement culturels sont rejetés, ils doivent bénéficier directement aux compatriotes établis à l’étranger pour se voir attribuer une subvention.

Après de nombreuses tourmentes administratives, le projet des Improtomnales, présenté par l’association Cours et Jardin, a finalement obtenu une subvention de 20 000 euros pour trois semaines d’improvisation théâtrale pour toutes et tous. Ainsi, ces deux jours de clôture sont le résultat d’un grand travail d’écoute, de confiance et d’audace…un plaisir à partager !

 

Discours de philippe loiseau
© LPJ Berlin - Emma Granier

 

Une jeunesse (ré)enchantée

De pair avec le centre CREAL, le centre de Coopération de Recherches et d’Echanges, Artistiques et Linguistiques, l’association Cours et Jardin a mis en place des ateliers artistiques autour du théâtre d’improvisation dans différentes écoles et lycées à Berlin et Hambourg. L’exposition photo présentée pour la clôture du festival est le fruit de 60 ateliers d’impro d’1h30 proposés par des animateurs, invitant plus de 700 jeunes à réfléchir sur le monde de demain. Montrant ainsi la diversité de l’imagination et d’appréhension du « Monde de Demain », on admire les réalisations et les postures de ces jeunes pour qui le l’avenir oscille entre robots, catastrophes écologiques, métiers fictifs et réels…

Le festival a permis aux jeunes de faire parler leur corps en montrant que l’avenir se construit maintenant, dans notre présent.

 

Personnes devant des photos
© LPJ Berlin - Emma Granier

 

« L’improvisation c’est l’art d’être au présent »

Au cours de cette soirée, nous avons rencontré Denis Aubert, directeur artistique de la LIBER et des Improtomnales. Egalement comédien d’improvisation multilingue et traducteur, Denis Aubert fonde la LIBER en 2017 afin d’improviser en français, en allemand et en gromelot….la langue que tout le monde parle mais que personne ne comprend.

Denis Aubert nous a expliqué les raisons du choix d’improviser autour de Guerre et Paix et la préparation du match retour contre la LICOEUR. Il nous a également donné quelques conseils pour se lancer dans l’improvisation afin d’explorer sa spontanéité, développer l’écoute et la construction en commun.

 

 

 

Guerre et Paix ou « Décevoir en hiver »

Ce vendredi 15 octobre, le festival nous a réuni autour du spectacle Guerre et Paix, entièrement improvisé à la manière de Tolstoï par la LIBER. Ce long format d’improvisation longue où sont mobilisées improvisation théâtrale, musicale et technique, permet d’appréhender d’une nouvelle manière la relation avec le public.

Une fois le public installé, il est mobilisé pour construire le spectacle avec les acteurs

Qu’est-ce que Guerre et Paix de Tolstoï vous évoque ? Y a-t-il des thèmes actuels qui vous préoccupent ? Y a-t-il quelque chose d’intime, de personnel qui vous a rendu heureux ou triste récemment ?

Des questions aux réponses diverses menant à un spectacle de 2 heures, intitulé non plus Guerre et Paix mais … « Décevoir en hiver » par la LIBER.

 

Comédiens sur scène pendant le début du spectacle Guerre et Paix.
© LPJ Berlin - Emma Granier

 

Les coulisses avant le spectacle Guerre et paix
© LPJ Berlin - Emma Granier

 

Un nouveau souffle artistique pour la LIBER

Après des mois de confinement qui ont contraint l’émanation culturelle et artistique de l’improvisation, la LIBER prend sa revanche. En effet, même si des ateliers en ligne, deux courts métrages (à retrouver sur la chaîne Youtube Thealingua) et un match d’improvisation ont pu être réalisés depuis le printemps 2020, les Improtomnales marquent le début de grandes retrouvailles en live.

Après ces deux soirées, la LIBER ne s’arrête pas là. Ce dimanche 17 octobre, retrouvez la LIBER à l’Acud Theater pour une prolongation du festival. En première partie « Excuse my French », des improvisateurs qui ne parlent pas français mais qui vont faire comme si ! Et pour un feu d’artifice de clôture, en deuxième partie on retrouve la LIBER t’adore, les joueurs et joueuses de la LIBER font durer le plaisir avec un spectacle de gala improvisé.

Et si vous avez raté l’occasion de participer à ce festival, pas d’inquiétudes, la LIBER revient avec des matchs d’impro tous les 3èmes dimanches de chaque mois (plus d’informations sur le site de la LIBER)

Et comme pour le parachute, le secret de l’impro, c’est de se lancer !

 

Comédien de la Liber pendant les saluts
© LPJ Berlin - Emma Granier

 

 

Pour recevoir gratuitement notre newsletter du lundi au vendredi, inscrivez-vous !

Pour nous suivre sur FacebookTwitter et Instagram.

Portrait de Juliette Corbin

Juliette Corbin

Étudiante en troisième année à Sciences-Po Strasbourg, elle passe un semestre à Berlin, où elle rejoint comme stagiaire la rédaction du petitjournal.com
0 Commentaire (s) Réagir