Mercredi 17 juillet 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

CHANDELEUR – De l'origine aux coutumes allemandes et françaises

Par Lepetitjournal Berlin | Publié le 01/02/2015 à 23:00 | Mis à jour le 01/02/2015 à 18:01

 

Des crêpes, du cidre et des chandelles : chaque année, de nombreux Français fêtent la Chandeleur, le 2 février. Quelle est l'origine de cette tradition et qu'en est-il en Allemagne ? Le Petit Journal de Berlin vous dévoile les différences et points communs entre les deux pays

"À la Chandeleur, l'hiver se meurt ou prend vigueur", tel est le dicton en ce lundi 2 février 2015. En allemand, il existe des proverbes équivalents à l'instar de « Ist's zu Lichtmess klar und hell, kommt des Frühling nicht so schnell ». D'origine païenne, la Chandeleur est une fête liée à la lumière et au retour du printemps. À l'époque, les peuples germains, scandinaves et celtes célébraient le réveil de l'ours qui sortait de sa tanière début février. Un comportement qui rappelle un ancien adage provençal : « À la Candélouse (Chandeleur), l'ours fait trois sauts hors de son trou : s'il neige, il s'en va ; s'il fait soleil, il rentre et ne sort plus pendant quarante jour ». En Lorraine, ce serait le loup qui aurait symbolisé le renouveau de la belle saison.

Le terme « Chandeleur », du latin « festa candelarum », signifie la fêtes des chandelles. Les expressions allemandes « Lichtmess » ou « Mariä Lichtemess » renvoient à la « messe de la lumière ». Les Romains auraient organisé cérémonies et processions en l'honneur de Proserpine, déesse des saisons et emblème du retour de la végétation au printemps. Enlevée par Pluton, le dieu des enfers, Proserpine était autorisée à revenir sur Terre ou sur l'Olympe uniquement durant la belle saison.

Une histoire de lumière divine
Vers le Ve siècle, l'Église latine se serait emparée de ce rite païen pour en élaborer une fête chrétienne célébrant la présentation de Jésus-Christ au temple (Darstellung des Herrn) et la purification de la Vierge Marie (Mariä Reinigung). D'après la loi juive en vigueur à la naissance de Jésus, lorsqu'une mère accouchait d'un garçon, elle était jugée impure pendant 7 jours et était contrainte de patienter 33 jours pour la purification de son sang. "Et lorsque furent accomplis les jours pour leur purification, selon la Loi de Moïse, ils l'emmenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur", peut-on lire dans l'évangile selon Luc.

Au sein des églises, les cierges bénis étaient censés écarter le mal, mais aussi rappeler que Jésus représente la « lumière du monde ». Après une procession, les croyants auraient ramené les cierges chez eux en s'assurant que la flamme ne s'éteigne pas, pour prier contre les tempêtes, les maladies ou la mort. "Celui qui la rapporte chez lui allumée, pour sûr ne mourra pas dans l'année", assurait un dicton, preuve que l'on attribuait divers pouvoirs à ces bougies.

Des crêpes allemandes ?
Rondes et dorées, les crêpes évoquent le soleil et donc le retour du printemps. Cette pâte fine aurait été préparée le 2 février, parce que les jours se rallongeaient. Tandis que des proverbes allemands affirment que la journée de la Chandeleur durait une heure de plus, des dictons français parlent de deux heures supplémentaires.

"À l'époque, les enfants se baladaient, munis de leurs lampions dans les rues et les gens mangeaient des « Pfannkuchen (crèpes)", révèle le professeur de théologie, Manfred Becker-Huberti. En Rhénanie, on les aurait même appelées « Kreppchen », d'après le nom français.

Selon la tradition, il ne s'agit pas de retourner la crêpe avec une simple spatule, mais de la faire sauter dans les airs en tenant la poêle de la main droite, et en serrant une pièce d'or dans la main gauche. Pourquoi ? D'un côté, en faisant sauter la crêpe, le soleil aurait été invité à s'élever plus haut dans le ciel et à faire disparaître l'hiver ; de l'autre côté, l'or est régulièrement associé à l'astre du jour. Si la ménagère parvenait à faire atterrir la crêpe parfaitement dans la poêle, cela permettait d'être prospère jusqu'à la fin de l'année.

Pendant des siècles, les paysans auraient confectionné des crêpes afin de récolter du bon blé toute l'année. Superstitieux ? Certains déposaient la première crêpe élaborée dans une armoire pour obtenir des récoltes abondantes.

À cette époque de l'année, il fallait se remettre à l'activité sur les champs. En Allemagne, le 2 février représentait le début de l'« année des paysans » qui reprenaient leur travail agricole. L'« année des domestiques » par contre, se terminait à cette date : les serviteurs recevaient leur salaire annuel et bénéficiaient de quelques jours de repos, les « Schlenkeltage ». Lorsqu'ils rentraient chez eux, leur famille les accueillait avec un banquet.

Des coutumes distinctes
La Chandeleur a la même origine en France qu'en Allemagne, mais les coutumes divergent de nos jours, même au sein des régions des deux pays. Au lieu de déguster des crêpes à la Chandeleur, les Marseillais, par exemple, savourent des navettes de Saint Victor, ces petites pâtisseries en forme de barque, parfumées à la fleur d'oranger. Si, de nos jours, les Allemands ne mangent pas de crêpes pour la Mariä Lichtemess, quelques-uns commandent des bougies, surtout dans des régions plus rurales. Il en va de même en ce qui concerne maintes paroisses qui font leur réserve de cierges pour toute l'année en ce début de février.

Autres survivances ? Depuis le XVIIe siècle, des personnes vêtues d'un costume très coloré, décoré de fleurs et de rubans multicolores sont dispersés dans les rues de Spergau en Saxe-Anhalt. Dans de nombreuses communes, la Chandeleur est considérée comme étant le début de mardi gras. Petit rappel : le 2 février était un jour férié en Bavière jusqu'en 1912. En Saxe et dans plusieurs régions des monts Métallifères, un banquet est organisé encore aujourd'hui pour célébrer la fin de la période de Noël. En France comme en Allemagne, pour enlever la crèche, il faudrait attendre la Chandeleur, ultime fête du cycle de la nativité. Certaines maisons et églises respectent encore cette tradition mais, après la réforme liturgique de 1960, la plupart considèrent que la période de Noël se termine le 6 janvier, jour de l'Épiphanie.

J.W. (lepetitjournal.com/berlin) lundi 2 février 2015

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Berlin

EMPLOI

L’Ambassade de France en Allemagne cherche un/e chargé/e de mission

L’Ambassade de France en Allemagne recrute un/e chargé/e de mission auprès de la Conseillère pour les affaires sociales à temps plein (38h30) à partir du 09/09/2019.

Expat Mag

Tokyo Appercu
POLITIQUE

Japon : élections à la chambre des conseillers

Le 21 juillet prochain se tiendront au Japon les élections de la chambre des conseillers qui verront se renouveler la moitié des sièges de l’assemblée (dans trois ans pour l’autre moitié).

Sur le même sujet