Jeudi 19 septembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

« 30 ans après la chute du mur de Berlin… », avec Jean-Pierre Raffarin

Par Lepetitjournal Berlin | Publié le 06/09/2019 à 08:00 | Mis à jour le 10/09/2019 à 11:32
Photo : © Institut du Dialogue des civilisations
RAFFARIN jean-pierre conférence chute mur Berlin

Dans le cadre de ses événements « Meet in Mitte » au cours desquels des penseurs éminents se rassemblent au cœur de Berlin pour partager leurs points de vue, l’Institut du Dialogue des civilisations reçoit M. Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre et Fondateur de Leaders for Peace mardi 10 septembre 2019 à 18h00 pour une conférence sur le thème « 30 ans après la chute du mur de Berlin : bâtir de nouvelles alliances pour la paix ».


« La situation de la sécurité et de la coopération en Europe paraît plus dégradée qu’elle ne l’a été à certains moments de la guerre froide. La méfiance, les sanctions, la préparation à la guerre même s’installe. Des projets qui peuvent être des liens durables et des obligations réciproques sont considérés souvent comme des instruments de dépendance. Les opinions publiques sont soumises à des informations qui éloignent plus qu’elles ne rapprochent les peuples. La Russie est amenée à se rapprocher de la Chine, ce qui n’est pas critiquable compte tenu du poids de ce pays en Asie et dans le monde, mais devient préoccupant quand le même mouvement ne s’effectue pas toujours vers l’Europe.

Le Président Macron a lancé à la conférence des ambassadeurs des idées de sécurité régionale, d’un nouveau dialogue avec la Russie, exigeant mais ouvert et constructif. Pour qu’elles aboutissent, des initiatives doivent être prises sur plusieurs plans, sans en méconnaître les difficultés. Une réflexion en profondeur doit être menée sur toutes les dimensions d’une telle démarche et d’un tel objectif. Dans les mois à venir, des contacts entre dirigeants français, allemands, russes, ukrainiens vont s’intensifier mais il faut aller au-delà de ses contacts et éviter de figer, par une formalisation trop précoce, des positions marquées par l’appréhension et l’hostilité.

Ce travail préparatoire, d’écoute, de convictions, de mise en confiance, les ONG comme la fondation « Leaders pour la Paix » peuvent l’effectuer, c’est leur vocation. Il ne s’agit pas de refaire le processus d’Helsinki même s’il peut être une source d’inspiration. Il faut s’adresser aux sociétés civiles, à tous les pays de la région, aux Etats-Unis, à la Chine et permettre les gestes de confiance nécessaires. La Fondation « Leaders pour la paix » est disposée à mobiliser son réseau et à travailler avec tous ceux qui partagent les mêmes objectifs ». – Jean-Pierre Raffarin


L'événement aura lieu à l'Institut du Dialogue des civilisations, Französische Straße 23, 10117 Berlin. Jean-Pierre Raffarin s’exprimera en français, une traduction simultanée en anglais et en allemand sera assurée. L’intervention sera suivie d’une discussion ouverte et une session de questions / réponses, ainsi que d’un cocktail.

Présence à confirmer par mail à event@doc-research.org.


« 30 ans après la chute du mur de Berlin : bâtir de nouvelles alliances pour la paix ».

Mardi 10 septembre 2019 de 18h00 à 20h30.

l'Institut du Dialogue des civilisations

Französische Straße 23, 10117 Berlin.

0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

COMMUNIQUÉ

Coopération franco-allemande : M. Frédéric Petit à Berlin

A l’issue de la 2e session de l’APFA le 23 septembre, M. Frédéric Petit, député des Français établis à l’étranger (Allemagne, Europe centrale, Balkans) organise une réunion publique à Berlin.

Communauté

Heidelberg Mannheim Appercu
TÉMOIGNAGES

APPEL A TEMOINS ! Des habitudes prises en Allemagne

Afin de réaliser un article, nous souhaiterions recueillir quelques témoignages de lecteurs qui, après quelques années passées en Allemagne, ont pris des habitudes typiquement germaniques.

Expat Mag

Dublin Appercu

Apple met en cause le « bon sens » de l’UE devant la justice

Apple a dénoncé mardi devant la justice européenne la décision de Bruxelles lui demandant de rembourser à l’Irlande 13 milliards d’euros d’avantages fiscaux, estimant qu’elle défiait « la réalité et l