Samedi 6 juin 2020
Barcelone
Barcelone
  Ne manquez plus les
dernieres nouvelles
S'abonner

L'angoissante incertitude des professionnels français à Barcelone

Par Francis Mateo | Publié le 16/03/2020 à 17:14 | Mis à jour le 16/03/2020 à 17:21
Photo : Caelis
coronavirus barcelone

Comme tous les patrons ou gérants de bars, restaurants et hôtels, les professionnels français du secteur redoutent les lourdes conséquences de l'épidémie de coronavirus, bien au delà d'une crise dont la fin est impossible à prévoir.


L'association professionnelle des hôteliers de Barcelone a décidé ce 16 mars la fermeture de tous les hôtels de la ville. Une étape supplémentaire dans la logique de confinement des populations qui s'ajoute aux restrictions imposées par le gouvernement de Pedro Sanchez dans le cadre de "l’état d'alarme". Les hôteliers sont donc désormais soumis au même régime que les bars, restaurants et discothèques dans la capitale catalane, où les professionnels français du secteur affichent le fatalisme de tout un pays. 

"Que faire d'autre ?", s'interroge le chef étoilé français Romain Fornell, qui est à la tête d'une dizaine d’établissements en Catalogne, dont le prestigieux restaurant Caelis à Barcelone (distingué par un "macaron" Michelin) : "La seule chose sûre, c'est que nous resterons fermés pendant au moins deux semaines". Le chef espère simplement que l'interdiction ne se prolongera pas au delà. Son compatriote Eric Basset, propriétaire du bar à cocktails "Bobby's Free" et du Bistrot Bilou à Barcelone, est tout aussi résigné : "Nous avions essayé de limiter les dégâts au début de l'épidémie en imposant des règles d’hygiènes très strictes, mais on voyait bien que les clients devenaient de plus en plus rares ; et puis, il faut bien reconnaître que cela n'avait plus de sens de travailler dans de telles conditions, c'est-à-dire en imposant une distance et des contraintes alors que la convivialité et la détente sont l'essence même de notre métier". Une résignation la mort dans l'âme pour Eric Basset, dont les 22 salariés sont désormais au chômage technique... sine die.


Une crise à plusieurs inconnues

Car à l'angoisse de cette interruption et ce confinement forcés s'ajoute l'incertitude concernant la reprise de l'activité. "Pour l'heure, nous devons plier pour passer ce moment très dur mais nous savons pas jusqu'où cela durera, ce qui est très compliqué", ajoute Eric Basset. Les difficultés de "l'après coronavirus" se font d’ailleurs déjà sentir, puisque le patron du Bistrot Bilou avait enregistré -avant même la fermeture- des annulations de groupes jusqu'au mois de juin ! 

Autre grande inconnue : les possibilités de soutien économique de la part de l'État. "Un grand nombre d’entreprises du secteur ne supporteront pas la charge de trésorerie liée à cette trêve imposée", explique Eric Basset, qui reste cependant confiant sur ses propres capacités à refaire surface : "Ce sera un peu comme repartir de zéro, mais nous y arriverons". 

Nizar Ayadi, propriétaire du Bar Seco dans le quartier de Poble Sec à Barcelone, partage ce sentiment mêlé d'inquiétude et d'incertitude, comme évidemment l'ensemble de son personnel. Pour alléger l'angoisse, le patron du bar a ouvert un groupe Whatsapp avec toute son équipe afin que chacun puisse s'exprimer : "L’important, c’est aussi de ne pas rester isolé, de pouvoir communiquer pour traverser cette période difficile qui laissera des traces". Nizar Ayadi ne se fait pas non plus d'illusion sur les conséquences d'une crise qui durera : "Au delà même de la période de fermeture, dont personne ne peut dire aujourd'hui combien elle durera, il est évident que nous allons souffrir pendant des mois et que nous aurons tous du mal à nous en remettre". 

francis mateo

Francis Mateo

Journaliste spécialisé en économie et tourisme, correspondant pour lepetitjournal.com en Catalogne, Francis Mateo est également directeur des éditions Barnanews.com (Barcelone).
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Marie d mer 18/03/2020 - 01:14

En effet et comme partout, les professionnels vont subir l'effet du confinement mais les aides prevues par l'état Espagnol sont quasi voir les mêmes que celles prévues en France pour les sociétés. Ce qu'il oublie de dire c'est qu'ici en Espagne ce sont les salariés qui vont être les plus touchés économiquement par cette situation. Il n y a quasi aucunes mesures en leurs faveur. Parce qu'en Espagne le chômage technique n'est pas du tout indemnisé comme en France (84 % du salaire net) , un salarié va toucher un peu plus de 1400€ brut maximum si 2 enfants , 1200€ brut max avec 1 enfant et 1098 € brut max sans enfants. Certains vont se retrouver avec une perte de salaire énorme. Et je rappelle qu'à Barcelone , ville de ce restaurateur, les loyers et charges sont très chers, équivalent à la région parisienne .il va se créer une précarité énorme, les mesures qui ont été prises sauvegarde, et c est très bien, les sociétés et les emplois pour l'après la crise. Mais les grands oubliés pendant celle-ci sont les salariés.

Répondre

Communauté

LEPETITJOURNAL.COM

Merci pour votre soutien !

Plus de 150 lecteurs ont déjà apporté leur contribution à la campagne de soutien Je l’aime Je l’aide lancée par lepetitjournal.com. Il n’est pas trop tard pour participer !

Expat Mag

New York Appercu
Black lives Matter

#blacklivesmatter : les New-Yorkais protestent pacifiquement

Les protestations contre les violences policières et le racisme ont continué cette semaine aux États-Unis après le meurtre de George Floyd commis par un officier de police.

Sur le même sujet