Dimanche 25 octobre 2020

Les étudiants à Bangkok appellent le peuple à gagner sa souveraineté

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec Reuters | Publié le 21/09/2020 à 00:00 | Mis à jour le 21/09/2020 à 02:27
Photo : REUTERS / Athit Perawongmetha - Des leaders étudiants installent une plaque déclarant «Ce pays appartient au peuple» lors d'une manifestation près du Grand Palais à Bangkok, le 20 septembre 2020
Des manifestants posent une plaque defiant la suprematie de la monarchie thailandaise

Défiant ouvertement la monarchie, des milliers de manifestants ont défilé dimanche à Bangkok pour présenter une série de revendications comprenant un appel à des réformes visant à limiter les pouvoirs de la royauté

Avec une audace sans précédent depuis plusieurs décennies, les manifestants ont multiplié les critiques ces deux derniers mois contre l'establishment dominé par l'armée mais aussi contre le palais, brisant ainsi un vieux tabou vis-à-vis de la monarchie qui est protégée par une loi de lèse-majesté parmi les plus sévères au monde.

Le roi n'est actuellement pas en Thaïlande. Il passe une grande partie de son temps en Europe.

Les manifestants ont été bloqués par des centaines de policiers non armés qui ont disposé des barrières de contrôle de foules.

Les dirigeants de la manifestation ont déclaré la victoire après avoir déclaré que la police de la Garde royale avait accepté de transmettre leurs demandes au siège de la police. 

Manifestation anti-gouvernement a Bangkok
Des policiers sans armes bloquent les manfiestants aux abords du Grand Palais dans le quartier historique de Bangkok le 20 septembre. REUTERS / Jorge Silva

"Notre plus grande victoire en deux jours est de montrer que les gens ordinaires comme nous peuvent envoyer une lettre à la famille royale", a déclaré Parit "Penguin" Chiwarak à la foule.

Lors de la manifestation samedi, jour anniversaire du coup d’Etat de 2006 qui avait vu le retour des militaires aux affaires, des dizaines de milliers de manifestants ont applaudi les appels à la réforme de la monarchie, à la destitution du Premier ministre Prayuth Chan-O-Cha, ainsi qu’à une nouvelle Constitution et à des élections.

Peu de temps après le lever du soleil dimanche, les manifestants ont posé une plaque sur l’esplanade royale de Sanam Luang près du Grand Palais.

Pose de la plaque commemorant la fin de la monarchie absolue
Des leaders étudiants posent une plaque déclarant «Ce pays appartient au peuple» lors d'une manifestation près du Grand Palais à Bangkok, le 20 septembre 2020. Photo REUTERS / Athit Perawongmetha

La plaque porte le message: «À cet endroit, le peuple a exprimé sa volonté: ce pays appartient au peuple et n’est pas la propriété du monarque comme ils nous l’ont fait croire».

La police n'est pas intervenue. Le porte-parole du gouvernement Anucha Burapachaisri a déclaré que la police n'utiliserait pas la violence contre les manifestants et qu'il appartenait à la police de constater et de poursuivre tout discours illégal.

"A bas la féodalité, vive le peuple", ont scandé les manifestants.

Plaque posee par les manifestants thailandais pour souligner la souverainete du peuple
La plaque posée par les manifestants thaïlandais pour souligner la souveraineté du peuple sur la Thaïlande. Photo REUTERS / Athit Perawongmetha

La plaque ressemble à une plaque commémorative de la fin de la monarchie absolue retirée sans explication en 2017, quelques mois après la montée sur le trône du roi Vajiralongkorn. La plaque, datant de 1932 et qui était encastrée dans le sol près de la salle du trône (Ananta Samakhom) avait alors été remplacée par une autre portant un slogan pro-monarchie.

Les autorités de Bangkok doivent encore déterminer si la plaque est illégale et, si c'était le cas, elle sera retirée, a déclaré à la presse le chef adjoint de la police de Bangkok, Piya Tawichai.

Après la manifestation, les gens ont fait la queue pour se prendre en photo à côté de la plaque, qui porte également une main faisant le salut à trois doigts qui est devenu le symbole des manifestants pro-démocratie.

Actions individuelles

Mais la nouvelle plaque ne fait pas l’unanimité chez les Thaïlandais. Un éminent politicien conservateur, Warong Dechgitvigrom, estime que les actions des manifestants sont inappropriées et que le roi est au-dessus de la politique. "Cela n'a rien accompli", a-t-il déclaré à Reuters. "Ces actions sont symboliquement contre le roi, mais le roi n'est pas un adversaire."

Les autorités thaïlandaises ont déclaré que critiquer la monarchie est inacceptable dans un pays où le roi est constitutionnellement "intronisé dans une position de culte et de vénération".

Les dirigeants de la manifestation ont appelé les Thaïlandais à prendre un jour de congé le 14 octobre pour faire la démonstration qu’ils soutiennent le changement. Ils ont également appelé les gens à retirer leur argent de la Siam Commercial Bank, banque dans laquelle le Crown Property Bureau, agence qui gère les biens de la couronne, détient plus de 23% des actions, et qu’ils cessent de se lever lors de l'hymne royal dans les cinémas.

Les manifestations qui ont débuté sur les campus universitaires attirent un nombre croissant de personnes plus âgées. On retrouve notamment les "Chemise rouge", les partisans de l’ex-Premier ministre Thaksin Shinawatra qui avaient été réprimés dans le sang par les militaires sous la houlette de Prayuth Chan-O-Cha, quatre ans avant qu’il ne prenne le pouvoir par un coup d’Etat contre le gouvernement de la sœur de Thaksin, Yingluck Shinawatra.

"La nouvelle génération réalise ce que ses parents et grands-parents n'ont pas osé. J'en suis très fière", a déclaré Somporn Outsa, 50 ans, ancienne chemise rouge. "Nous respectons toujours la monarchie, mais elle devrait être placée dans le cadre de la Constitution."

Les manifestants estiment que la Constitution donne trop de pouvoir au roi et qu'elle a été conçue pour permettre à Prayuth Chan-O-Cha de garder le pouvoir après les élections controversées de l'année dernière. Ce dernier considère que le scrutin était juste.

La prochaine manifestation est prévue jeudi. 

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir