Le Parti Démocrate à nouveau blanchi pour vice de forme

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 10/12/2010 à 00:00 | Mis à jour le 16/02/2019 à 10:15

La Cour constitutionnelle a décidé hier de classer une affaire dans laquelle le Parti Démocrate est accusé de ne pas avoir révélé à la Commission électorale un don politique de 258 millions de bahts du géant industriel TPI Polene Plc, en 2005, sur la base que le processus légal n'a pas été suivi correctement, a annoncé un juge.

C'est la seconde affaire pouvant mener à la dissolution du Parti historique qui est abandonnée pour une subtilité juridique et technique, et qui permet au Premier ministre Abhisit Vejjajvia de rester à la tête du parti pour les élections prévues légalement fin 2011. Les principaux cadres du Parti Démocrate dont Abhisit, directeur-adjoint au moment des faits, risquaient d'être bannis pour cinq années de politique. Les opposants au gouvernement ont réagi avec déception face à ce verdict. Le peuple thaïlandais "va être en colère et cela confirme qu'il y a une justice à deux vitesses", a commenté l'actuelle présidente des Chemises rouges, Thida Thavornseth. Les Démocrates sont arrivés au pouvoir en 2008 après un vote parlementaire et plusieurs décisions de justice qui ont évincé les alliés de l'ancien Premier ministre Thaksin Shinawatra. Fondé en 1946, le Parti Démocrate est une force conservatrice, pro-monarchiste et soutenue par les militaires et l'élite de Bangkok. Hier, la Cour criminelle a décidé d'annuler la remise en liberté sous caution du leader des Chemises rouges Jatuporn Prompan, et d'émettre un mandat d'arrêt à son encontre, pour ne pas s'être présenté lors d'une convocation concernant des poursuites pour diffamation entamées par Abhisit.

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale