Mardi 21 septembre 2021
TEST: 2238

CRISE POLITIQUE – "Les leaders nous ont laissés tomber, mais la lutte continue !" (vidéo)

Par Pierre QUEFFELEC | Publié le 21/05/2010 à 00:00 | Mis à jour le 19/05/2020 à 05:02
Photo : Les manifestants refugiés dans le temple sortent encadrés par les policiers (Photo Pierre QUEFFELEC
sortietemple

Ecoeurés par le mépris et l'arrogance affichés par les autorités et la lâcheté de leurs leaders, de nombreux manifestants Chemises rouges sont rentrés chez eux, hier, après avoir mis à sac de nombreux endroits de la capitale. Mais pour beaucoup, le combat pour la réduction des inégalités n'est pas terminé. Ce n'est peut-être même qu'un début?

Au lendemain de l'opération militaire sur le site de manifestation des Chemises rouges qui a mis fin à plus de deux mois de rassemblement dans Bangkok, l'évacuation des manifestants réfugiés dans le temple Pathum Wanaram aura constitué l'un des moments bouleversants, qui s'est ajouté aux images de désolation du quartier tout entier.

Après une nuit que beaucoup ont décrite comme terrifiante, un millier de personnes qui étaient venues se cacher là pensant être en sécurité, sont sorties, vers 8h du matin, en suivant le couloir formé par des policiers menant au quartier général de la police situé juste de l'autre côté de la rue. Pour l'essentiel des femmes et des personnes âgées, ils ont avancé dans un silence funèbre - beaucoup exprimant une grande émotion plaquée sur le visage, certains les larmes aux yeux, d'autres pétrifiés ou sans expression - jusqu'à la cour de rassemblement qui fait face au temple pour aller s'asseoir en groupe après avoir été fouillés par les policiers. Là, ils devaient attendre encore quelques heures que des bus de ville viennent les chercher pour les amener 500 mètres plus loin, près du stade National (Supachalasai), où ils devaient s'enregistrer avant d'embarquer dans d'autres bus pour rentrer chez eux.

Forte tension émotionnelle

Cette émotion était pour beaucoup teintée de terreur, de colère et d'incompréhension.

Tout d'abord la terreur de la nuit passée dans le temple. Une femme d'une cinquantaine d'année raconte que, vers quatre heures du matin, des affrontements violents ont eu lieu autour du temple, et que 6 personnes ont été tuées dans l'enceinte même du lieu de culte, ce que confirmeront dans la journée les experts de la police scientifique. "C'était terrifiant, dit-elle, nous avions très peur".

La colère et l'incompréhension viennent manifestement du sentiment que Bangkok les rejette complètement, définitivement. Le Bangkok du gouvernement qu'ils considèrent illégitime pour avoir pris la place de leur élu à la faveur d'un coup d'Etat et de violences perpétrées par leurs opposants restées impunies à ce jour. Le Bangkok de la classe moyenne qui méprise généralement les provinciaux, tout particulièrement les Issanais. Le Bangkok des leaders du mouvement et du parti politique qui les ont abandonnés à leur propre sort après les avoir utilisés. "Ce ne sont pas que des casseurs qui ont brulé les bâtiments, nous avoue Ball, un étudiant de 25 ans qui a passé plusieurs semaines avec le mouvement. Ce sont les gens, de simples fermiers pour certains, car ils sont en colère, ils sont éc?urés".

Assise depuis plus de 5 heures dans la cour du quartier général de la police, une femme de soixante-dix ans explose de colère. "Ils sont où ces gens qui nous ont tout promis ! Ils nous ont demandé de venir à Bangkok pour défendre la démocratie et réduire les inégalités et ils abandonnent la lutte au premier danger. Ils nous ont promis qu'ils s'occuperaient de nous, disant que l'on pouvait quitter nos foyers pendant plusieurs jours, qu'ils couvriraient nos dépenses, et ils nous laissent aujourd'hui ici sans rien. Ils nous ont dit que nous pouvions nous réfugier dans le temple, que nous y serions en sécurité, et six de nos amis sont morts devant nous, ajoute la dame, blessée légèrement au ventre par une balle. Qu'ils aillent au diable !"

Pour autant, le combat des Chemises rouges ne semble pas terminé. "Pour l'instant, les gens ont tout laissé là-bas (Ratchaprasong), leur esprit, leurs affaires, leur enthousiasme, etc. Ils n'ont ramené que leur propre corps à la maison, nous dit Ball. Mais il va y avoir beaucoup de concertation dans les prochains jours dans les provinces pour savoir comment réorganiser notre combat. Ce n'est pas fini", dit-il.

La fin du conflit encore loin

Les deux mois de chaos dans les rues de Bangkok ne sont en effet probablement qu'un avant-goût des violences politiques qui pourraient surgir en Thaïlande, les mouvements de manifestation étant devenus particulièrement militants.

Alors que la Thaïlande a vu de nombreux coups d'états et soulèvements populaires dans son histoire turbulente, elle se dirige désormais sur un territoire inexploré, la fracture s'approfondissant entre les élites et les classes pauvres urbaines et rurales, estiment les analystes.

"Il y a eu des rumeurs et des murmures dans le passé mais jamais l'expression d'une colère et d'une fureur de cette ampleur", constate Thitinan Pongsudhirak, politologue à l'université de Chulalongkorn. "L'émotion brute derrière les convictions politiques ont augmenté les enjeux dans la vie politique thaïlandaise. Cela a aussi creusé la polarisation".

Pavin Chachavalpongpun, de l'Institut des études d'Asie du Sud-est à Singapour, explique que les violences deviennent une partie de la culture politique en Thaïlande. "Trente-cinq bâtiments brûlent, pas seulement à Bangkok mais aussi dans d'autres endroits de Thaïlande. Cela signifie la radicalisation de la politique thaïlandaise. Je dirais même que c'est la nouvelle radicalisation de la Thaïlande". "Ce n'est pas la fin du conflit, c'est juste le début d'une autre phase de guerre. Qu'importe la manière dont vous l'appelez : guerre civile, guérilla? C'est ouvert à interprétation".

Toujours est-il que les attaques semblent très ciblées, une grande partie des bâtiments incendiés correspond à la liste dressée par les Chemises rouges des sociétés qui soutiennent le mouvement opposé des Chemises jaunes, telles que la Bangkok Bank, Central, la chaine de télévision Channel 3, ou encore la Kasikorn Bank.

Un mouvement de vrais militants sensibilisés et organisés

Les Rouges se plaignent que les pauvres ont été laissés derrière alors que la classe moyenne de Bangkok peut profiter des fruits de décennies de croissance économique, tandis que les élites tiennent les reines du pouvoir politique et militaire.

Ils sont majoritairement les partisans de l'Ex-premier ministre Thaksin Shinawatra, qui a été expulsé par un coup d'état en 2006. Célébré pour ses politiques populistes qui ont bénéficié aux pauvres, Thaksin a aussi été accusé d'abus flagrant sur les droits de l'homme et de corruption. Malgré les critiques, Thaksin et ses alliés ont gagné toutes les élections depuis cette dernière décennie, et Abhisit Vejjajiva va devoir faire face à une rude bataille lors du prochain vote, prévu désormais à la fin 2011.

L'élite thaïlandaise voit les Chemises rouges principalement comme des soldats payés par l'Ex-premier ministre Thaksin Shinawatra, mais William Case, directeur de City University's Southeast Asia Research Centre à Hong Kong, explique que leur mouvement est devenu de plus en plus sophistiqué. "Ils ont beaucoup plus de savoir-faire organisationnel, sont beaucoup plus sensibilisés et ont plus de capacité d'action qu'auparavant. Ils sont en mesure d'agir sur les ressentiments des classes maintenant", explique-t-il. "Une fois qu'ils ont commencé à s'organiser de cette manière, il devient très difficile de les arrêter".

L'attachement des Chemises rouges aux leaders, Thaksin y compris, s'était peu à peu effrité au fil des jours. Des réunions s'organisaient chaque soir dans certaines communautés pour commenter les discours des leaders, et un sentiment de défiance s'était progressivement installé, selon certains manifestants. "Nous avons le sentiment qu'ils [les leaders] suivent d'autres objectifs que nous", nous avait confié la semaine dernière Mot Dam, une militante engagée dans des réseaux souterrains.   

Paul Chambers, spécialiste de la Thaïlande à l'université de Heidelberg, précise que les Rouges se sont "galvanisés en une armée du peuple", mimant les tactiques qu'avaient employé les manifestants Chemises jaunes lorsqu'ils avaient bloqué les aéroports de Bangkok en 2008.
"Si vous continuez à voir l'utilisation des manifestations pour amener le changement d'une manière de plus en plus violente, alors les gens vont s'habituer à ça", explique-t-il.

Pierre QUEFFELEC avec AFP vendredi 21 mai 2010

 

Pierre-Queffelec-vignette-2018

Pierre QUEFFELEC

Originaire du sud de la France, il fait ses premières armes dans le journalisme avec la Nouvelle République des Pyrénées en 1996. Arrivé en Thaïlande en 2004, il est en charge des opérations du bureau de Bangkok depuis janvier 2006.
0 Commentaire (s) Réagir
Sur le même sujet