La contrebande de tigres en hausse dans certains pays d'Asie dont la Thaïlande

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec Reuters | Publié le 04/11/2022 à 01:35 | Mis à jour le 04/11/2022 à 08:57
Photo : REUTERS/Rick Wilking (ÉTATS-UNIS)/photo d'archive
Contrebande-tigre-Asie

Les instances de protection de la faune de certains pays asiatiques constatent une augmentation des saisies de tigres braconnés et de parties de tigre, indique un rapport de l’observatoire du commerce illégal des espèces sauvages TRAFFIC.

 

Malgré les efforts des défenseurs de l'environnement pour protéger le tigre, l’animal, aujourd’hui en voie de disparition, a été décimé au cours du siècle dernier par le braconnage, le commerce et la destruction de son habitat. Toutefois, certaines mesures plus récentes mises en place dans certains endroits du monde ont permis de stabiliser peu ou prou la population globale.

Cela dit, le félin est aujourd’hui visible dans 13 pays d’Asie seulement (Bangladesh, Vietnam, Cambodge, Inde, Bhoutan, Thaïlande, Indonésie, Laos, Chine, Malaisie, Russie, Népal, Birmanie).

Dans la liste, sept sont des nations d’Asie du Sud-Est, qui est depuis longtemps un haut lieu du trafic d'espèces sauvages avec une forte demande de produits issus de ces animaux protégés pour de l’ornement ou des propriétés bienfaitrices qui leur sont attribuées.

Selon le rapport de TRAFFIC, l'Indonésie, la Thaïlande et la Russie ont connu une augmentation significative des saisies au cours des six premiers mois de 2022, par rapport à la même période au cours des deux décennies précédentes.

L'Indonésie, qui abrite le tigre de Sumatra, en danger critique d'extinction, a vu l'équivalent de 18 tigres saisis entre janvier et juillet, contre 16 pour l'ensemble de 2021, selon les données de TRAFFIC.

Depuis 2000, une moyenne de 150 tigres, morts et vivants, ont été saisis chaque année dans 50 pays et territoires du monde entier, soit un total d'environ 3.377 tigres, a indiqué TRAFFIC.

Alors que le nombre total de saisies avait diminué depuis 2018, des augmentations notables ont été observées en Chine et en Inde, ainsi qu'au Vietnam, qui a enregistré une augmentation de 185 % du nombre de tigres confisqués par rapport aux quatre années précédentes, a indiqué l’ONG.

En Thaïlande et au Vietnam, la plupart des tigres saisis ont été confirmés ou sont soupçonnés de provenir d'installations de captivité, indiquant le rôle de ces dernières dans l'alimentation du commerce illégal de tigres, a déclaré TRAFFIC.

Le groupe a exhorté les pays membres de la CITES, un traité des Nations Unies visant à réglementer le commerce international des espèces sauvages, à empêcher les parties de tigre provenant d'installations de captivité d'entrer dans la chaîne d’approvisionnement du commerce illégal.

"À moins que nous ne voulions voir des tigres sauvages disparaitre de notre vivant, des actions immédiates et limitées dans le temps doivent devenir une priorité", a déclaré Kanitha Krishnasamy, co-auteure du rapport et directrice de TRAFFIC en Asie du Sud-Est.

TRAFFIC a également identifié 675 comptes de réseaux sociaux impliqués dans le trafic de tigres et de parties de tigres en Asie du Sud-Est. Environ 75% d'entre eux étaient basés au Vietnam, selon les données.
 

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale