Dimanche 17 janvier 2021

Accusation de viol à Koh Tao: la police thaïlandaise classe l’affaire

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 17/10/2018 à 00:00 | Mis à jour le 17/10/2018 à 09:26
viol Koh Tao

La police thaïlandaise a conclu mardi que les preuves étaient insuffisantes pour étayer les accusations de viol prononcées par une jeune Britannique à son retour de vacances en juin sur l’ile de Koh Tao

Une équipe de la police thaïlandaise a voyagé jusqu’en Angleterre pour rencontrer une jeune Britannique qui prétendait avoir été violée sur l’ile de Koh Tao en juin dernier.  

L’adolescente de 19 ans avait raconté aux medias britanniques, une fois retournée chez elle début juillet, qu’elle avait été droguée et violée lors de ses vacances sur l’ile.

Son récit a rapidement été réfuté par la police de Koh Tao, mais les autorités thaïlandaises ont tout de même envoyé au Royaume Uni une équipe dont unofficier supérieur de police, une femme policière et un interprète pour rencontrer et interviewer la jeune fille, et aussi récupérer un T-shirt dont cette dernière disait qu’il portait l’ADN de son agresseur présumé.

Le Lieutenant-Colonel Piyapong Boonkaew a indiqué à la presse thaïlandaise que la jeune fille n’aurait finalement pas pu confirmer le lieu de l’agression présumée en visionnant des photos, ni identifier le moindre suspect, ni même donner des détails sur le déroulement de l'attaque. Quant à l’analyse du T-shirt qui a été remis aux enquêteurs thaïlandais par la police britannique, elle n’aurait selon les policiers thaïlandais révélé aucune trace de sperme contrairement à ce que la jeune fille avait indiqué. 

La police thaïlandaise a donc conclu que le prétendu viol sur l’ile de Koh Tao ne s’était pas produit comme l’avait affirmé l’adolescente aux médias de son pays. L’officier a néanmoins tenu à préciser que si des preuves nouvelles surgissaient ou si la victime supposée souahitait venir en Thaïlande pour apporter davantage d’éléments, la police était prête à rouvrir l’enquête.

Jusqu’ici, aucune plainte n’a été formellement déposée auprès de la police thaïlandaise –à son retour de vacances, la jeune fille s’était confiée à sa mère, laquelle a ensuite porté plainte auprès de la police locale, remettant le fameux T-shirt. N’ayant pas déposé plainte en Thailande, la jeune fille ne peut donc y être poursuivie pour fausse déclaration -elle a toutefois été blacklistée et ne peut donc visiter librement le royaume. 

Néanmoins, des mandats d’arrêt ont été émis à l’encontre des administrateurs de deux pages Facebook ayant partagé des posts à propos du viol présumé. 

En avril, un jeune policier français venu passer des vacances en Thaïlande avait été accusé à tort de viol par une jeune britannique, conquête d’un soir. Après avoir ete inculpé et avoir passé deux mois bloqué dans le royaume, il avait finalement été disculpé (lire notre article). 

Même si la plupart des iles du sud de la Thaïlande sont jugées sûres et jouissent d’une notoriété mondiale pour le tourisme, Koh Tao, petite île du golfe de Thaïlande, a été le théâtre ces dernières années d’un grand nombre d’assassinats et de disparitions mystérieuses lui valant d’être surnommées par certains l’ile de la mort. La police et la justice locale font l'objet de critiques sur la manière souvent expéditive dont certaines affaires sont traitees.

0 Commentaire (s)Réagir