VOUS – La compagnie "Théâtre en français" sur les planches, au profit de l'Entraide Française

Par | Publié le 06/04/2011 à 00:00 | Mis à jour le 03/01/2018 à 06:37

Du 6 au 9 avril, ils revisitent une pièce culte, écrite par Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri. Dans l'amphithéâtre de l'Institut français de Madrid, disputes, vieilles ranc?urs et jalousies refont surface. Il n'en faut pas plus pour faire rire le public. Rencontre avec la troupe

La troupe d'Un air de famille au complet

Des histoires, des secrets bien gardés, il y en a dans toutes les familles. Prenez par exemple les Ménard. Comme chaque vendredi, le clan est réuni au bistrot du coin, tenu par Henri (Frédéric Sanchez), le fils aîné. "Un bar miteux de la banlieue parisienne", dépeint Mathieu Droulez-Bettinger, dans le rôle de Philippe, le préféré de sa mère (Claude Samitier) parce qu'il a réussi et que cela se voit même au journal de la télévision régionale.
Ce soir, c'est l'anniversaire de Yolande (Virginie de Saint-Pierre), la belle-fille un peu BCBG sur les bords. Un évènement que la tribu s'apprête à fêter "Aux ducs de Bretagne", le restaurant étoilé d'à côté. Mais la fête tourne court avec la disparition d'Arlette, la femme du cafetier partie s'accorder une semaine pour "réfléchir".

Une pointure récompensée
"Nous ne nous mettons pas du tout la pression là !", lance Mathieu Droulez-Bettinger. Car sur scène, cette troupe 100% française, "jusqu'à cette année", a choisi d'interpréter, au profit de l'Entraide Française, un monstre du théâtre. Et pas n'importe lequel, une ?uvre signée du tandem Jaoui-Bacri et adaptée au cinéma en 1996 par Cédric Klapisch (L'Auberge espagnole, Les poupées russes et en mars dernier, Ma part du gâteau). Un air de famille enregistre au compteur deux Molières, dont celui du meilleur spectacle comique et 3 Césars, dont celui du meilleur scénario. Alors pour ces six artistes amateurs, pas question d'improviser.
"Nous collions parfaitement avec le casting", explique la metteur en scène Daniela Garcia-Casilda qui a délibérément pris le parti de ne pas visionner le film. "La répartition des rôles a donc été plutôt rapide et facile."


Comédiens d'un jour
"C'est un travail d'équipe", assure Claude Samitier, mère manipulatrice sous les projecteurs et maman d'adoption en coulisses. "J'apprends beaucoup de choses sur moi et les autres. Je crois que j'ai attrapé le virus et aujourd'hui, le théâtre fait partie de mon équilibre de vie." "Moi, je vois ça vraiment comme un moment d'évasion", explique Eduardo Martinez-Debeza, dans la peau de Denis, le serveur philosophe. "La scène est peut-être le seul vrai espace de liberté qui puisse exister", ajoute Virginie de Saint-Pierre, du service marketing de Pernod-Ricard. Et sa s?ur Laure (Betty, l'unique fille de la famille) d'ajouter : "L'exercice est fabuleux pour apprendre à s'exprimer à l'oral dans sa vie professionnelle ou entraîner sa mémoire." "L'expérience humaine est très belle et très enrichissante", conclut quant à lui Frédéric Sanchez, pasteur protestant à Madrid. "Avant de m'engager, je ne me rendais pas compte de l'ampleur du travail que cela représentait."


La société dans le rétroviseur
"Toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite." La formule revient souvent. Ici, pas la peine de chercher, elle s'applique forcément. "Le caractère de chacun des personnages ressort", affirme Daniela Garcia-Casilda. "Dans cette 'famille', seul le chien, vieux et paralysé, semble finalement être aimé de tous."

Mathilde BAZIN (www.lepetitjournal.com ? Espagne) mercredi 6 avril 2011


Un air de famille
Théâtre de l'Institut français de Madrid
C/ Marqués de la Ensenada, 10
Entrée : 12? (6? pour les moins de 25 ans et les adhérents IFM)
Réservations au 91 308 09 30 (de 10h à 14h) ou par mail ef_madrid@yahoo.es
En partenariat avec Pernod-Ricard. Les recettes seront reversées à l'Entraide Française.


0 Commentaire (s) Réagir