Mercredi 20 octobre 2021
TEST: 2271

Sommet franco-espagnol: les 7 points du volet économique à retenir

Par Armelle Pape Van Dyck | Publié le 28/04/2021 à 15:23 | Mis à jour le 02/07/2021 à 15:06
Photo : DR
26e sommet franco espagnol : pedro sanchez et emmanuel macron

Le XXVIe sommet bilatéral entre la France et l’Espagne est important sur plusieurs volets. Outre la signature de la convention sur la double nationalité, il a permis d’avancer sur plusieurs initiatives majeures en matière de relance de l’économie. L’Espagne et la France restent des partenaires commerciaux de premier plan.


Les sujets économiques ont occupé une très grande place lors du XXVIe sommet franco-espagnol le mois dernier, comme le montre d’ailleurs le fait qu’ils monopolisent environ la moitié de la déclaration conjointe. Ces travaux bilatéraux ont bien sûr été marqués par le contexte européen de la crise sanitaire et la nécessaire collaboration entre les deux pays pour relancer l’économie après la pandémie du COVID-19. 

L’autonomie stratégique, une priorité

Si l’on devait résumer le volet économique de ce sommet bilatéral, il faudrait retenir une expression, celle de « l’autonomie stratégique », déclinée en termes d’autonomie industrielle, technologique et numérique. Cette notion, d’abord promue par la France, est maintenant pleinement partagée par l’Espagne. En effet, lors de la pandémie, la dépendance de l’Europe a été mise en lumière, notamment dans le secteur de la santé ou, plus généralement, dans la maîtrise nécessaire des chaînes d’approvisionnement. 

On retrouve également cette notion clé d’autonomie stratégique dans les secteurs identifiés comme « nouveaux » et prioritaires pour continuer à développer la relation économique bilatérale entre l’Espagne et la France ; ces secteurs prioritaires sont le numérique, l’électronique, le traitement et l’hébergement des données -le cloud- ou encore la promotion de toute la chaîne de valeur de l’hydrogène.

 

cybersécurité france espagne
La cyber-sécurité constitue un domaine prioritaire dans la coopération franco-espagnole / Charles Deluvio


Coopération dans la transition numérique

Les deux pays vont ainsi renforcer leur coopération dans la nécessaire transition numérique et en particulier dans le domaine de la cyber-sécurité, grâce aux investissements dans les semi-conducteurs et microprocesseurs, l’informatique quantique, les grands équipements critiques en matière de calcul haute performance, de 5G ou de communications satellitaires.

L’hébergement de données et le cloud constituent un autre sujet d’autonomie stratégique ou de souveraineté. L’Espagne est invitée à jouer un rôle actif dans le projet gaia-X, de cloud et data, initialement lancé en franco-allemand, qui respecte un certain nombre de valeurs et critères européens, notamment en termes de confidentialité. L’ambassade de France va ainsi organiser prochainement un événement en Espagne avec les acteurs économiques qui pourraient être intéressés par une réunion à ce sujet. 


Des licornes en Europe

Le développement de la nouvelle économie numérique passe aussi par le soutien aux startups, en établissant des mécanismes de coopération qui facilitent leur création et développement. L’un des objectifs est de favoriser l’émergence de licornes, ces sociétés non cotées mais qui valent plus d’un milliard de dollars, afin que des entreprises européennes puissent être en première ligne de l’économie numérique à l’échelle mondiale.


65 milliards d’euros de biens échangés entre la France et l’Espagne

Il est également important de rappeler le dynamisme des relations économiques bilatérales. En effet, malgré la crise l’an dernier et le fort ralentissement du commerce mondial, l’Espagne et la France restent des partenaires commerciaux de premier plan. Ainsi, les deux pays ont échangé en 2020 plus de 65 milliards d’euros de biens ; la France reste le premier client de l’Espagne, son troisième fournisseur et l’Espagne est le quatrième fournisseur et le quatrième client de la France.

Les investissements croisés sont substantiels et ils se renforcent au fil des ans, avec environ 50 milliards d’investissements français en Espagne et 25 milliards d’investissements espagnols en France. Selon certains observateurs, la France pourrait d’ailleurs renforcer sa place en tant que pays investisseur en Espagne derrière les États-Unis, en particulier après les dernières opérations d’achat des entreprises Vinci, Total, Vivendi, et Carrefour. Cela illustre la densité et l’étroitesse des relations économiques entre les deux pays.

1ère Rencontre franco-espagnole sur l’hydrogène 

Le terrain est donc tout à fait propice pour développer de nouvelles sources de collaboration et essayer de mettre en œuvre ces nouveaux domaines identifiés comme prioritaires, tels que le numérique, mais également soutenir le développement d’une technologie qui est moins à la mode mais qui est tout à fait pertinente et d’actualité : l’hydrogène, comme un atout économique, dans la transition écologique mais aussi comme un axe majeur de coopération entre les deux pays

hydrogène france espagne
L’hydrogène est amené à jouer un rôle important dans la décarbonation de l’industrie / Creative Commons

En effet, l’hydrogène est amené à jouer un rôle important dans la décarbonation de l’industrie et dans le secteur des transports lourds. A ce sujet, Business France et l’ambassade viennent d’organiser le 22 avril dernier une première rencontre franco-espagnole sur l’hydrogène avec la participation d’entreprises des deux côtés des Pyrénées et la mise en valeur de la région Normandie en montrant des expériences concrètes sur le terrain. Il s’agissait de la première réunion de ce genre et, vu le succès obtenu, il y en aura bien d’autres.


Transition énergétique au quotidien

Grâce à la très grande convergence de vues de la France et l’Espagne sur la lutte contre le changement climatique, il existe aussi de nombreuses opportunités d’échanges commerciaux dans ce domaine. Les lois et normes relatives à la transition énergétique qui sont en train d’être votées et mises en application tant en France qu’en Espagne peuvent paraitre très lointaines mais en fait, elles vont avoir des implications très concrètes sur le terrain, en termes de projets, que ce soit sur l’économie durable, la mobilité, les énergies renouvelables, l’économie circulaire, etcetera.

 

énergie renouvelable france espagne
Les lois et normes relatives à la transition énergétique sont en train d’être votées et mises en application tant en France qu’en Espagne / Anna Jiménez Calaf 

Outre les nouveaux secteurs de coopération mentionnés, les deux pays n’oublient pas les secteurs plus « traditionnels », tels que l’industrie ferroviaire, l’automobile, les transports urbains, les télécommunications ou les interconnexions électriques, notamment avec le projet important en cours  dans le golfe de Gascogne. Les interconnexions électriques, qui permettront d’accélérer la décarbonation des économies des deux pays, sont par ailleurs essentielles pour le bon fonctionnement des réseaux à haute tension au sein de l’Union européenne. 


Promouvoir les projets bilatéraux

Il existe déjà plusieurs projets de collaboration entre les entreprises des deux côtés des Pyrénées, soutenus par les autorités. A ce sujet, l’ambassade et Business France ont signalé, lors d’une récente réunion avec les entreprises membres des deux chambres de commerces hispano-françaises qu’ils souhaiteraient connaître toute initiative ou projet en cours ou futur, ainsi que les éventuels obstacles rencontrés par les entreprises françaises sur l’ensemble du territoire espagnol. Il s’agit en effet du meilleur moyen pour avancer de façon concrète, lever les barrières à l’établissement de projets bilatéraux et, en définitive, aider à investir réciproquement et à innover dans ces domaines. 


Congrès Industrie Connectée 4.0: la France à l’honneur

Enfin, il est important de signaler que cette année la France sera l’invitée d’honneur du IVe Congrès Industrie Connectée 4.0, organisé par le ministère de l’Industrie, du Commerce et du Tourisme espagnol (l’an passé, le pays invité était la Corée du Sud). Ce forum économique aura lieu début octobre à IFEMA, avec une formule mixte, en présentiel et on-line, et, cette année, une importante retransmission avec l’Amérique Latine. C’est dire que cette édition dépassera le nombre de participants du dernier congrès, qui avait réuni près de 4.000 personnes. Ce sera donc une opportunité pour les entreprises de se faire connaître et de mettre en valeur leurs projets.
 

Nous vous recommandons
Armelle pvd

Armelle Pape Van Dyck

Après 15 ans à la direction de la communication de la 1ère banque espagnole, elle a décidé de concilier vie pro & perso, comme journaliste freelance en français ou espagnol. Elle est vice-présidente de l’Association des Correspondants de Presse Étrangère.
0 Commentaire (s) Réagir
Sur le même sujet