Fendi restaure le temple de Vénus et de Rome

Par Karine Gauthey | Publié le 31/12/2021 à 07:00 | Mis à jour le 31/12/2021 à 07:00
Le temple de Vénus et Rome

Fendi continue de parrainer la restauration des monuments de Rome. Le temple de Vénus et de Rome, situé dans le Forum romain en face du Colisée, a fait l'objet d'une restauration de 2,5 millions d'euros, parrainée par la maison de couture de luxe Fendi.

Le 20 décembre dernier, Fendi a dévoilé les nouveaux de travaux de restauration en projet depuis près de 15 mois. C’est ainsi que le Tempio di Venere e Roma, également connu sous le nom de Templum urbis, dédié aux déesses Vénus Félix (porteuse de chance) et Roma Aeterna (Rome éternelle) se sont fait une nouvelle beauté.

 

Un peu d'histoire autour du temple

Le Tempio di Venere e Roma est le plus grand temple de la Rome antique. Construit à partir de 121, sous l’empereur Hadrien (qui en fut l’architecte) et inauguré le 21 avril 135 ou 137 ou 138, à l’occasion de l’anniversaire de la fondation de Rome, il se situe entre le vieux Forum romain et le Colisée, au niveau de l’atrium de la Domus aurea de Néron. Lors de sa construction, il fallut déplacer la statue colossale de Néron (de 35 mètres de haut) à l’aide de 24 éléphants.

De forme typiquement grecque, conformément à la mode hellénisante chère à Hadrien, le temple est construit en marbre, il mesurait 110 mètres sur 53 mètres et comprenait 50 colonnes de 1,80 mètres de diamètre, sur lesquelles on pouvait découvrir de nombreuses statues (Rhéa Silvia, l’impératrice Sabine, Mars, etc.). La cella (sorte de petit sanctuaire) située du côté du Colisée était dédiée à Vénus, tandis que celle du côté du Forum était consacrée à la déesse Rome.

Cette construction ne fut pas au goût de tous, puisque Apollodore de Damas, architecte le plus réputé de l’époque, critiqua vivement l’édifice, comme le raconte l’historien Cassius Dio. Non seulement il se moqua des opinions architecturales d’Hadrien en compagnie de Trajan, mais en plus il nomma de nombreux défauts sur la conception du temple et sur les statues des déesses qu’il contenait. Exilé, Hadrien ne mit pas longtemps à le faire tuer.

Au Moyen Âge, on récupère les marbres du temple, on les transforme dans des fours à chaux, avant qu’un tremblement de terre le détruise au IXe siècle. Au XIIe siècle, un cloître recouvre les restes des vestiges du monument.

Il faut attendre 1933 pour que soient lancés des travaux de restauration générale, à l’initiative d’Antonio Muñoz.

Sur le même sujet
Karine Gauthey

Karine Gauthey

Rédactrice en chef et Directrice d'édition bénévole pour Lepetitjournal.com/Rome
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Rome !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Rome.

À lire sur votre édition internationale