Coca-Cola League - Derrière les bulles la passion du ballon rond

Par Lucie Pech | Publié le 11/12/2017 à 23:15 | Mis à jour le 08/11/2019 à 12:04
Photo : ©Nilgun F.
coca cola league jakarta football LFJ

Fondée en 2006 et sponsorisée par la fameuse marque de soda américain, la Coca-Cola League est devenue une institution pour les jeunes passionnés du football vivant à Jakarta.


Dans les cours de récréation de Jakarta, que ce soit dans les écoles indonésiennes, australiennes, anglaises,  hollandaises, françaises ou internationales les conversations vont bon train sur les résultats et les matchs à venir de la fameuse Coca-Cola League. Mais de quoi s’agit-il au juste ?


Il faut remonter en 1995 pour comprendre le phénomène. Cette année là un petit groupe de parents d’élèves de la British International School de Jakarta décident de créer la JSFA, Jakarta Schools Football Association pour permettre à leurs bambins de pratiquer le sport favori de bien des européens et de rencontrer les élèves des autres établissement scolaires de l’agglomération jakartienne. L’organisation du tournoi est confiée depuis le début à la JSFL, Jakarta Schools Football League qui de 6 écoles et 12 équipes en 1995 regroupent aujourd’hui 65 écoles et 3400 participants. Chaque année du mois de janvier au mois d’avril 1000 rencontres ont lieu dans 12 établissements scolaires différents. 


Compte tenu de l’engouement pour ce tournoi la JSFA n’a pas eu de mal à convaincre des sponsors de s’associer à cet évènement annuel. C’est ainsi que le tournoi inter-scolaire a pris le nom de Coca-Cola League en 2006. L’embouteilleur local Coca-Cola Amatil finance une partie des équipements, des ballons et même des uniformes les premières années et fournit des boissons en contre-partie il donne son nom au tournoi. Kristy Nelwan directrice de la communication d’entreprise chez Coca-Cola Amatil raconte : “ La marque Coca-Cola s’est associée à la JSFA car l’évènement correspondait à l’image que nous souhaitions promouvoir. Le sport, la vie active, l’esprit d’équipe et le partage. Nous n’imaginions pas que la collaboration dureraient si longtemps. Les jeunes sont tellement attachés à cet évènement que nous ne pouvons pas faire marche arrière et même si nos objectifs en terme de communication ont évolué en 10 ans nous nous devons de continuer à soutenir la Coca-Cola League. En province nous intervenons aussi dans le domaine sportif mais d’une manière un peu différente. Nous finançons la formation de coachs de foot. Nous apprenons à apprendre.”


coca cola league jakarta football école_françaisePour participer les écoles doivent s’acquitter d’un droit d’inscription de 3 millions de rupiah par équipe et par an, il n’y a pas de sélection, seul le désir de participer et de jouer compte. Les filles sont les bienvenues mais elle ne représentent que 20% des joueurs, certaines écoles locales ne promouvant pas suffisamment le football auprès de la gente féminine. Dans la plupart des écoles se sont les parents d’élèves qui se chargent de l’entrainement et de l’accompagnement des joueurs. Ce qui n’est pas pour déplaire aux enfants.


Lepetitjournal a d’ailleurs interrogé des jeunes joueurs, ils sont unanimes : “ C’est super car chaque dimanche on est content de jouer contre d’autres écoles. On s’amuse bien et on est tous soudés. on aime vaincre et gagner des médailles ” témoignent Aksel, Paul et Georges, 10, 9 et 8 ans et déjà passionnés du ballon. Le meilleur souvenir de Georges durant le dernier championnat c’est un arrêt en tant que goal. Paul lui n'aime pas perdre surtout quand son co-équipier lui crie dessus. Quant à Aksel il est très fier de rappeler que son équipe a remporté le tournoi en 2016 sans perdre un seul match même s’il ajoute “quand on a joué contre des équipes locales l’arbitre n’a pas toujours sifflé les fautes de l’équipe indonésienne”. Déjà l'analyse d’un vrai pro !
 

Lucie pech

Lucie Pech

De Casablanca à Jakarta en passant par Alger, Istanbul, Phnom Penh, Colombo ou Nairobi, l’expatriation est ma 2e nature. Passionnée de voyages et de rencontres. J'aime partager mes découvertes sur notre gigantesque et trépidante ville de Jakarta
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale