Vendredi 18 octobre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

La Pologne et le Rock n' roll, toute une histoire

Par Félix Fier | Publié le 29/05/2019 à 00:00 | Mis à jour le 29/05/2019 à 00:00
Pologne musique rock groupes

Vous avez assez entendu Queen, les Beattles, les Doors ou Johnny Hallyday... Et puis comme on entend plus souvent parler de Chopin dans cette ville, lepetitjournal.com/Varsovie a sélectionné pour vous quelques groupes historiques de rock qui déménagent. A vos santiags’ !

 

Pays connu pour sa musique classique mais aussi pour le jazz, l’histoire musicale polonaise a également été teintée de rock’n roll. Bien que le contexte géopolitique n’y ait pourtant pas été particulièrement propice dans les années 1970/80, le gouvernement populaire de Pologne ne fut pas le plus répressif en matière de musique occidentale. Celle-ci n’était en effet pas interdite, simplement, les magasins d’Etat n’en vendaient pas. Un marché noir s’étant alors créé, il était possible d’écouter de la musique anglo-saxonne piratée sur les ondes de la BBC ou de Radio Luxembourg. 

Il est par ailleurs à noter que le premier concert de rock’n roll en URSS fut produit par les Rolling Stones en 1967 à Varsovie. Ces derniers, agacés par l’autoritarisme dont firent preuve les autorités durant leur séjour, semèrent des exemplaires de leurs albums depuis la voiture qui les ramena à l’aéroport, faisant la joie des groupes de jeunes croisés sur le chemin.

 

Années 60, les pionniers du rock polonais 

 

Cependant, les musiciens polonais n’ont pas attendu la venue des Rolling Stones pour accorder leurs guitares sur des mélodies Rhythm & Blues (Officiellement Big bits car la terminologie rock’n roll, jugée subversive, était interdite). En 1960 déjà, se tient l’un des premiers concert rock du pays dans un club de Gdansk. Franciszek Walicki, journaliste et pionnier du rock polonais monte sur scène en solo avant de créer l’un des premiers groupes à succès du pays : Czerwono-Czarni (Littéralement : « les rouges et noirs »).

 

 

 

Issu du groupe des Niebiesko-Czarni (Les « bleus et rouges », également fondé par Walicki), Czesław Niemen deviendra une légende de la musique polonaise connue dans le monde entier. Il commence sa carrière en interprétant des musiques latines et russes avant de basculer vers la musique rock. En 1967, il sort le titre « le monde est étrange », aux paroles assez subtiles pour éviter la censure. Czesław Niemen, enchainera les tournées internationales tout en faisant évoluer sa musique vers de nouvelles sonorités grâce à ses connaissances techniques des instruments.   

 

 

 

Czerwone Gitary (Les « Guitares rouges ») sont également originaires de Gdansk. Fondé en 1965, ils connaissent un succès immédiat. En effet, les albums les plus vendus de leur histoire sont produits dans les 5 premières années de leur existence. Souvent comparés aux Beatles, Czerwone Gitary entamera une carrière internationale. Ils se produisent notamment en Tchécoslovaquie, aux Etats Unis, en Hongrie et en Allemagne avant de faire un retour triomphal en Pologne.  

 

 


Les bouleversements politiques des années 80 profitent aux rockers

 

De ces pionniers, va naître une nouvelle génération de musiciens à succès aux accents plus punk et contestataires. Ces derniers évoluent au fil du temps en fonction du niveau de répression imposé par le régime. La parole va particulièrement se délier à la mort de Brejev en 1892, qui mettra fin aux « années de plomb » et à la forte répression qui fit suite aux révoltes des chantiers navals de Gdansk en 1980. 

 

Dżem

 

Le groupe fondé par les frères Adam, Beno Otrębów, Paweł Berger et Aleksander Wojtasiak se produit d’abord sous le nom « Jam » soit « confiture ».  Il jouait des reprises de célèbres groupes anglo-saxons avant de sortir leur premier album studio intitulé Cegła. Ce disque est aujourd’hui considéré comme l'un des plus grands albums de l'histoire du rock polonais.

 

 

 

Maanam

 

Suite à la libéralisation de l’année 82, le canal 3 de la radio polonaise diffuse les hits parades durant lesquels le public vote pour ses artistes préférés. Emerge de cette émission le groupe Maanam, fondé en 1976, composé de Marek Jackowski, l’emblématique Kora (Olga Jackowska) et Milo Kurtis. Ce groupe à la sonorité néo-punk connaitra un succès planétaire puisque le clip de leur chanson Sie ściemnia devient le premier vidéo-clip polonais à être diffusé sur MTV international.

 

 

 

Republika

 

Produit au départ par le tout nouveau label Polton, financé en partie par la diaspora polonaise, Republika se démarque des autres groupes de l’époque par leur style à part. Vêtu de noir, un comportement calme et posé et une scénographie simpliste dans un style punk et contestataire est la recette de leur succès.

Le groupe est alors repéré par le société anglaise Mega Organization, qui décide de promouvoir Republika à l'étranger et de produire en 1984 en Grande Bretagne un disque avec des paroles en anglais.  

 

 

 

Lombard

 

Ce groupe fondé en 1981 a dû faire face à la censure, notamment sur le titre "Przeżyj to sam". Après avoir été diffusée sur les ondes lors de l’inauguration de radio Trójka en 1982, la chanson fut interdite. Elle reste à ce jour l’un des plus grands succès de ce groupe largement plébiscité par le public polonais.

 

 

 

Lady Pank

 

Lady Pank est fondé en 1981 à Wrocław par Jan Borysewicz et Andrzej Mogielnicki. Le plus récent de notre sélection, il est aussi l’un les plus populaires de l'histoire du rock polonais. Ceux qui tirent leur nom de leur premier enregistrement “Little Lady Punk" ont sorti plus de 20 albums et restent jusqu’à aujourd’hui actifs sur le scène musicale polonaise.

 

 

 

FacebookInsta

.

Félix Fier

Le petit stagiaire de la rédaction, étudiant en master de relations internationales, j'aime vagabonder pour découvrir de nouvelles places, cultures et activités inédites.
0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

Enseignement français à l'étranger : le gouvernement dévoile son plan

Le Président Macron a fixé un doublement des effectifs dans les lycées français à l’étranger d’ici 2030. Le gouvernement a détaillé sa stratégie et les moyens prévus pour parvenir à cet objectif élevé