Nuit des idées 2018 à l'IFV : retour sur un succès

Par Lepetitjournal Valence | Publié le 07/02/2018 à 15:18 | Mis à jour le 08/02/2018 à 18:59
La nuit des idées organisée par l'Institut français de Valencia

Le 25 janvier dernier avait lieu la Nuit des idées à l’Institut français de Valencia. Une soirée où « l’imagination a pris le pouvoir » comme l’indiqué le slogan de cet événement qui se déroulait simultanément dans 56 pays à travers le monde. Retour sur un joli succès pour lequel plus d’une centaine de personnes avaient fait le déplacement.

Le thème de cette année 2018, « L’imagination au pouvoir », ne laissait présager que le meilleur : quel héritage avons-nous reçu 50 ans après Mai 68 ? C’est à travers deux tables rondes que les participants ont tenté de répondre à cette question.

Tout d’abord, la table ronde philosophique d’Hélène Rufat, Yahia Belaskri et Bouziane Khodja intitulée « L’absurde et le pouvoir ». Le postulat était on ne peut plus clair : Le monde est pensé à travers les images qui façonnent profondément nos représentations des lieux et des autres peuples. Quelles sont donc les limites de cet imaginaire collectif et individuel ? N’y existe-t-il pas une réalité différente qui le rend amer et horrible ?

Yahia Belaskri, Bouziane Khodja et Hélène Rufat
Yahia Belaskri, Bouziane Khodja et Hélène Rufat

 

La seconde table ronde quant à elle était plus littéraire. Menée par Carole Zalberg et Hubert Haddad accompagnés une nouvelle fois par Bouziane Khodja, ces deux écrivains se sont penchés sur la question « Quand l’imagination interroge le pouvoir ». S’il n’y a pas de nation sans imagination, que faut-il comprendre avec la concept d’ « imagination » et de la même manière, que faut-il comprendre avec celui de politique ? Des questions simples et pourtant infinies dans leur sens qui ont ravies les participants de cette soirée.

Hubert Haddad, Bouziane Khodja et Carole Zalberg
Hubert Haddad, Bouziane Khodja et Carole Zalberg

 

Enfin, la soirée s’est poursuivie avec l’inauguration de l’exposition d’Antonio Camaró, « El hombre post-moderno: reflexiones desde la imaginación » (l’homme post-moderne : réflexions depuis l’imagination). L’artiste valencien juxtapose et superpose une série de couleurs dans une hiérarchie indéterminée. Sa proposition est claire : la couleur est en réalité guidée par un potentiel imaginaire. Sa façon à lui d’apporter sa touche de couleur à cette réflexion autour de l’héritage de Mai 68. Une exposition à découvrir au sein de l'Institut français jusqu'au 28 février.

L’exposition d’Antonio Camaró, « El hombre post-moderno: reflexiones desde la imaginación »
L’exposition d’Antonio Camaró, « El hombre post-moderno: reflexiones desde la imaginación » 
L'écrivain Bouziane Khodja, l'articte valencien Antonio Camaro et Marie-Cécile Le Luec, la Directrice de l'Institut Français
L'écrivain Bouziane Khodja, l'articte valencien Antonio Camaro et Marie-Cécile Le Luec, la Directrice de l'Institut Français

Qu’elle ait été réflexive, philosophique, artistique, colorée, imaginative ou liée au pouvoir, cette nuit des idées fût étoilée d’une réussite certaine dans laquelle tous les participants se sont laissés emporter. Gageons que la prochaine édition rencontrera elle aussi ce même succès !

Plus d'une centaine de participants étaient venus assisté à la Nuit des Idées 2018 de l'Institut français de Valencia
Plus d'une centaine de participants étaient venus assisté à la Nuit des Idées 2018 de l'Institut français de Valencia

Sur le même sujet
logofbvalence

Lepetitjournal Valence

Site d'information, premier média des Français, francophones et francophiles à l'étranger, lepetitjournal.com/valence, c'est VOTRE site !
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Valence !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale