Lundi 21 mai 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Les Rois sont passés à Mestalla (Valencia CF 2 - 1 Girona)

Par Francisco Puig Diaz | Publié le 06/01/2018 à 18:23 | Mis à jour le 10/01/2018 à 11:15
Photo : © www.valenciacf.com
Un beau cadeau du Valencia CF ses supporters en ce jour si spécial.

Opposé au Girona, surprenant 10e du championnat pour son premier match de l’année 2018 à Mestalla, le Valencia CF était dans l’obligation de remporter sa rencontre. Privé de Zaza et Montoya (suspendus), Marcelino, de retour sur le banc, à du remanier son onze de départ. L’arbitrage a encore marqué les débats mais la remuntada a bien eu lieu.

Girona, une tête au dessus

Bien que dominateur durant 80 minutes, le Valencia CF a éprouvé de grandes difficultés dans les airs aux abords de sa surface.

Placé en 3-5-2 sur le pré, le Girona a annihilé le jeu vertical du Valencia durant le premier quart d’heure. N’arrivant pas à trouver la profondeur, les Ches s’en remettait aux accélérations de Guedes, comme à l’image de cette frappe du Portugais passée à quelques centimètres du poteau de Bono.

Le Valencia a eu du mal à développer son jeu

Mais depuis plusieurs matchs, la défense semble être le point noir du Valencia : trop tendre quand elle ne récupère pas le ballon rapidement et faible dans le jeu aérien. Sur cet aspect, les joueurs du Girona ont pris un malin plaisir faire parler leur jeu de tête. Suite à une première alerte sur corner par Juanpe, Neto ne pouvait rien faire sur la tête croisée de Portu, venue mourir dans le petit filet. Le gardien brésilien a néanmoins effectué de nombreux arrêts qui ont permis au Valencia CF de conserver l'avantage au score.

 

Guedes à la rescousse

Après avoir sorti son équipe du pétrin face à Las Palmas, Gonzalo Guedes a encore une fois joué les pompiers.

le portugais Gonzalo Guedes, joueur du Valencia CF

En tirant son équipe vers le haut quand elle en avait le plus besoin, le 7 a permis à ses coéquipiers de poser leur jeu. Après l’ouverture du score des catalans, le portugais a multiplié les appels et  les dribbles jusqu’à trouver la faille. Sur une accélération côté gauche, le portugais effaçait son vis à vis et envoyait un centre à son coéquipier Rodrigo. La passe terminait sa course dans les filets, déviée par le défenseur Ramalho dans ses propres buts.

En 2e mi-temps, même tarif : puissance et sérenité ont habité les jambes du portugais. Si son envie se traduisait souvent par des centres en retrait un peu trop puissants, il ne fait aucun doute que son prêt est la belle affaire de la saison pour le club.

 

Apprendre à tuer les matchs

Sur ce match, les Ches ont retrouvé en partie le fond de jeu qui leur a fait défaut durant le mois de décembre. Bien que dominateurs sur de nombreux aspect du jeu, les Valencia CF peine a marquer. Certes, l’italien Zaza était absent, mais le nombre d’occasions en supériorité numérique des blanquinegros auraient du se solder par un avantage plus conséquent au tableau d’affichage.

N’arrivant pas à mettre le ballon au fond sur une action concrète, c’est sur un penalty obtenu par Gayà et transformé par Parejo en début de seconde période que le Valencia CF prenait l’avantage.

Le capitaine du Valencia CF Dani Parejo

La nouvelle recrue Vietto, entrée à la 73e minute devrait permettre de donner plus de tranchants aux avant-postes. C’est en tout cas ce qu’ont montré les quelques minutes disputées par l’argentin ce soir, même si les automatismes avec ses camardes sont encore a mettre en place.

Le Valencia CF aura montré un visage plus optimiste dans cette rencontre. Reste à valider le jeu retrouvé mercredi soir face à Las Palmas.

Nous vous recommandons

22089717_10155735495175477_7302706872380432125_n

Francisco Puig Diaz

Né à Paris d'un père de la région Valencienne et d'une mère des Canaries, Francisco à baigné dans la culture hispanique et valencienne depuis son plus jeune âge. Il adore le football, le cyclisme et les Fallas.
0 CommentairesRéagir