TEST: 2290

La Tasmanie et le Queensland parmi les premiers à ouvrir la bulle ?

Par Côme Prieur | Publié le 29/09/2020 à 07:09 | Mis à jour le 29/09/2020 à 07:17
Photo : La Tasmanie et le Queensland qui sont parmi les États les moins à risque d'Australie pourraient bien faire partis des premiers à s'ouvrir à la bulle Transtasman.
Transtasman bubble juillet australie nz

Lundi matin, la première ministre Néo-Zélandaise a déclaré qu’une bulle Transtasman État par État pourrait possiblement s'ouvrir avant Noel afin de favoriser les voyages entre la Nouvelle-Zélande et l'Australie : « Nous avons déjà discuté de ce que cela signifierait pour la Nouvelle-Zélande et le transport aérien et je pense que nous en reparlerons bientôt ».

Le ministre fédéral du commerce australien, Simon Birmingham, a lui-même tenu à réagir : « Nous travaillons dur pour nous assurer que toutes les précautions et mesures de sécurité sont en place dans nos aéroports (…) pour nous assurer que les gens peuvent voyager en toute sécurité entre l’Australie et la NZ sans risque de rencontrer d’autres voyageurs aériens qui pourraient venir de pays à haut risque ».

Tandis que Nouvelle-Zélande ne compte que 59 cas actifs et 1 477 cas confirmés de COVID-19 à ce jour, ce qui représente l'un des chiffres les plus bas au monde, l'Australie a signalé un peu plus de 27 000 cas et 872 décès, soit bien moins que les chiffres observés dans de nombreux autres pays développés.

La Tasmanie et le Queensland qui sont parmi les États les moins à risque d'Australie pourraient bien faire partis des premiers à s'ouvrir à la bulle Transtasman.

 

Côme Prieur Le Petit Journal Auckland

Côme Prieur

Breton et passionné par le journalisme depuis petit je suis actuellement étudiant en 3ème année à Sciences Po Lille. Très heureux d’écrire sur la NZ et l'Australie, j’aime consacrer mon temps libre à l’écriture, le tennis ou le cinéma.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Sydney !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Nicolas Roger

Rédacteur en chef de l'éditon Sydney.

À lire sur votre édition locale