Lundi 22 juillet 2019
Stockholm
Stockholm
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Le snus, cette particularité suédoise

Par Johann Tsati | Publié le 10/10/2018 à 06:30 | Mis à jour le 12/10/2018 à 14:32
Photo : Une boîte de snus en portion. Photo: Bengt Wiberg
snus

"Le tabac c'est tabou on en viendra tous à bout !" scandaient les Inconnus dans leur combat contre la cigarette. Sans en être complètement à bout, la Suède est en tout cas sur la bonne voie dans sa lutte contre le tabagisme :  elle est en effet le pays européen dont les habitants consomment le moins de cigarettes. Dans le même temps, les suédois sont aussi les plus gros consommateurs de tabac sans combustion. L’explication ? Le snus, du tabac à priser qui fait partie intégrante de la culture suédoise.

 

Une exception suédoise

 

Le snus est une poudre de tabac humide qui se place entre la gencive et la lèvre supérieure, pour une durée allant de quelques minutes à une heure. Ce tabac à priser est principalement consommé sous forme de portions, où la poudre de tabac est alors concentrée dans des petits sachets. La portion de snus est constituée de tabac séché auquel on a ajouté de l’eau, du sel, du carbonate de sodium et des arômes. Ce mélange est par la suite chauffé à la vapeur. Une boîte contient généralement 18 sachets, contenant chacun une dose de 27,3 mg de nicotine (seulement 10 mg pour une cigarette). La nicotine présente en masse dans le produit aurait des propriétés relaxantes et énergisantes pour le consommateur.

 

Le snus est consommé dans les pays scandinaves, principalement en Suède et en Norvège. Son usage en Europe a été de plus en plus restreint depuis les années 1970, jusqu’à en être interdit à la vente depuis 1992. Seule la Suède fait exception et a d’ailleurs négocié cette condition lors de son entrée dans l’Union Européenne en 1995.

 

Les origines du snus

 

Si la culture du tabac en Amérique existe depuis plusieurs milliers d’années, l’introduction de cette plante en Europe trouve son origine avec l’arrivée de Christophe Colomb en Amérique en 1492. A l’époque, les Indiens d’Amériques utilisaient le tabac dans un but médicinal mais aussi spirituel, lors de cérémonies chamaniques pour communiquer avec les esprits. Le “pétel” (nom indigène du tabac) était alors principalement fumé sous forme de calumet ou de pipe mais il était aussi mâché ou consommé par voie nasale.

 

Les marins espagnols et portugais, séduits par cette nouvelle plante, ramenèrent des graines de tabac dans leurs pays. Au départ simple plante d’ornement, le tabac commence à être utilisé en Espagne et au Portugal pour ses supposées propriétés curatives. Mais c’est Jean Nicot, ambassadeur français à Lisbonne, qui va donner au tabac une popularité soudaine dans toute l’Europe. En 1561, François II, le fils de la reine Catherine de Médicis, est en proie à de violentes migraines. Jean Nicot lui fait alors parvenir de la poudre de tabac, à consommer par voie nasale, afin de guérir de ses maux persistants. Il s’avère que c’est efficace : les migraines disparaissent, la famille royale est ravie, et Jean Nicot est anobli (et donnera plus tard son nom à Nicotiana tabacum, la plante utilisée dans la production de tabac). Surtout, l’arrivée du tabac à la cour de France va en populariser la consommation dans toute l’Europe.

 

Le tabac à priser arrive en Suède à cette époque-là. C’est au départ un symbole d’élégance, réservé à l’aristocratie et consommé par voie nasale. C’est à partir du XIXe siècle qu’il se démocratise et se développe sous la forme que nous connaissons aujourd’hui. La production croît alors rapidement et de nombreuses marques émergent. Très répandue jusque dans les années 1920, la consommation de snus diminue à la suite de l’émergence de la cigarette sur le marché. A partir des années 1960 et la prise de conscience des dangers de la cigarette pour la santé, il connaît un regain de popularité qui persiste encore jusqu'à aujourd'hui. Plus d’un million de suédois en seraient consommateurs. Ce phénomène est répandu parmi toutes les classes sociales avec cependant une consommation plus marquée chez les hommes que chez les femmes.

 

 

jean-nicot
Gravure de Jean Nicot (1530-1600) datant de 1876. Publiée par Albin Michel

 

 

Une possible alternative à la cigarette

 

Alors quels sont les risques du snus en termes de santé publique ? Si les avis des spécialistes divergent et les études scientifiques sur les effets du snus en lui-même manquent, tous s’accordent néanmoins sur le fait que sa nocivité est faible comparée à celle de la cigarette.

Ce qui est évident c’est que la forte présence de nicotine rend le produit très addictif. La dépendance est donc rapide et l’arrêt tout aussi difficile que celui de la cigarette.

En ce qui concerne le lien entre consommation de snus et cancer de la bouche, du pancréas ou de l’œsophage, il n’existe pas de consensus scientifique sur la question. Des études montrent que le snus pourrait être à l'origine de différents maux. Folkhälsomyndigheten souligne le lien entre snus et problèmes irréversibles à l'oesophage et aux gencives où le snus est placé. L'agence signale également le danger que peut représenter le tabac à priser durant la grossesse. 

Par ailleurs l'agence de santé publique suédoise cite une étude de 2014 de l'Institut de santé publique norvégien s'appuyant sur divers articles scientifiques. Elle met en avant le lien entre consommation de tabac sans fumée (dont le snus) et le développement entre autres de diabète de type 2, cancers du pancréas, de l'estomac, des poumons, du colon et du rectum. Folkhälsomyndigheten déplore le fait que les études sur la question en Suède manquent ou ne sont pas d'assez bonne qualité pour en tirer de véritables conclusions sur les dangers du snus en lui-même.

Finalement, la grande différence du snus par rapport à la cigarette est qu’il n'aurait pas d’impact négatif sur le système respiratoire, le tabac n’étant pas consommé. Consommer du snus n'expose donc pas aux dangers du goudron, monoxyde de carbone, ammoniac et autres additifs chimiques présents dans les cigarettes.

Le snus est aussi utilisé comme substitut nicotinique. Au même titre que la cigarette électronique, il peut aider à réduire ou arrêter la cigarette. En Suède, il s’avère que le snus a supplanté la cigarette, plus de la moitié des consommateurs de snus étant d’anciens fumeurs. Le taux de fumeurs est passé de 34% en 1980 à 7% aujourd’hui. Le pourcentage de consommateurs de snus a quant à lui évolué dans le sens inverse. Et cela a des conséquences importantes en termes de santé publique : la Suède est aujourd’hui le pays d’Europe présentant les plus faibles taux de cancer du poumon chez les hommes.

 

Vers une future commercialisation européenne?

Les arguments du snus sont donc solides. Alors pourquoi ne pas s’en servir dans la lutte contre le tabagisme et proposer au fumeur une solution moins risquée pour sa santé ?

La question de la commercialisation du snus est régulièrement remise à l’ordre du jour de l’agenda politique. Elle est très complexe car de nombreux acteurs sont impliqués et tentent d’influencer la législation : fabricants de tabac et de tabac à priser, représentants de la santé publique et firmes pharmaceutiques… En 2004 puis plus récemment en 2018 la Cour de Justice Européenne a réétudié la question avant de finalement maintenir sa décision, affirmant que le snus présentait un danger pour la santé. Pour l’instant le snus reste donc une affaire suédoise.

 

Nous vous recommandons

22835566_10155725773738116_1508645627_n (2)

Johann Tsati

Diplômé en science politique, les hasards de la vie m'ont conduit à Stockholm. J'ai depuis rejoint l'équipe du Petit Journal en août 2018. Je m'intéresse à tout mais surtout à l'Histoire, à la musique sous toutes ses formes et aux Girondins de Bordeaux
5 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

snusfrench lun 10/06/2019 - 14:28

Consommateurs de snus depuis 10ans (j'ai 27ans )plusieurs années je tourne à 10portions par jour. le taux de nicotine est de 8,10,12,16,32 et 45mg de nicotine , une boîte de snus contient 24portions et pour le reste vous avez tous dit. Le snus est ma passion . l'Europe préféré ne pas légaliser le snus car les cigarettes rapporte plus d'argent , l'Europe préfère laisser mourir les gens atteints de cancer du poumon juste pour ce faire du fric . Le snus n'es pas plus dangereux qu'une gomme nicorette, attention il 'ne faut pas confondre snus avec tabac a choquer ou le dip américain qui sont bourrer ne nitrosamine . Je vais me battre pour la légalisation du snus et tôt ou tard il sera a nouveau légal.

Répondre
Commentaire avatar

falkenvape jeu 11/10/2018 - 14:40

Pour que le snus soit qualifié d'addictif, il faudrait qu'il cause des souffrances... le comparer aux cigarettes sur ce plan est totalement erroné. Par ailleurs malgré l'effacement des risques de la clope (respiratoires mais aussi cancers et maladies cardiovasculaires, comme démontré dans des cohortes des plus importantes), l'arrêt spontané est supérieur à celui des clopes (sinon en Suède ils seraient bien plus nombreux à en consommer). Le snus réduit plus les risques du tabac (fumé) que le préservatif ne réduit ceux du sexe, et c'est largement démontré, alors qui gagne quoi à l'interdire au lieu de le promouvoir ? (à presque 6€ par paquet de clope pour la pharma/médecine la question devient très simple).

Répondre
Commentaire avatar

Johann Tsati sam 13/10/2018 - 13:46

Bonjour merci pour votre commentaire. On peut à mon sens qualifier le snus "d'addictif" car même si les risques sont peu importants comparés à ceux de la cigarette, il peut causer des dommages aux gencives et tissus dentaires. Et sa consommation, selon certaines études, peut entrainer un risque légèrement plus élevé de développer certains cancers. Encore une fois toutes les études ne parviennent pas aux mêmes conclusions. Les principaux "gagnants" de l'interdiction sont les firmes pharmaceutiques qui commercialisent des produits aidant à arrêter la cigarette. La légalisation d'un substitut nicotinique ne serait pas une super nouvelle pour ces entreprises. Les organisations et associations antitabac sont pour la plupart elles aussi pour un maintien de la législation, pour des raisons de santé publique. Quant aux fabricants de tabac dits "classiques", ils fabriquent désormais du snus et vont donc dans le sens d'une législation plus souple. Les institutions européennes sont au centre de cette lutte d'influence, la très controversée "affaire Dalli" en est un bon exemple. Je n'ai pas trouvé de stats sur les différences d'arrêt spontané entre le snus et la cigarette mais si vous avez des sources je suis preneur

Répondre
Commentaire avatar

SBeziau jeu 11/10/2018 - 13:58

Merci pour cet article. A toute fin utiles, en se basant sur les données suèdoises, projetées sur la France, si le SNUS n’avait pas été prohibé en France depuis 1992, et les fumeurs avait été honnêtement informés, nous aurions 38.000 morts de moins chaque année sur les 73000 liés au tabagisme. Un « détail » à mettre à l’actif des « fou de dieu » anti-tabac qui ont infiltré tous les organes de décision en France concernant la lutte contre le tabagisme.

Répondre
Commentaire avatar

Johann Tsati sam 13/10/2018 - 13:25

Effectivement certaines études estiment qu'i y aurait au minimum moitié moins de décès liés au tabagisme dans le cas d'une légalisation du tabac à priser. La décision de maintenir la prohibition semble donc incompréhensible et plus liée à des enjeux extérieurs qu'à l'intérêt des fumeurs. Pour les "fous de dieu anti tabac" : oui la tendance politique en France et en Europe est à un refus des solutions alternatives à la cigarette, sous prétexte que toute consommation de tabac et/ou de nicotine doit être évitée. On a pu le constater récemment avec les obstacles que rencontre la cigarette électronique. Encore une fois les motivations semblent plus politiques que pragmatiques

Répondre

Actualités

HISTOIRE

À l’abordage d’une découverte de tombes vikings 

Des archéologues ont déterré deux sépultures de l’époque Viking à Gamla Uppsala, la vieille ville d’Uppsala ville voisine de Stockholm. L’histoire des hommes du Nord refait surface. 

Sur le même sujet