Samedi 4 décembre 2021
TEST: 2288

Thales à Singapour : une longue présence dans de nombreux domaines de pointe

Par Jean-Michel Bardin | Publié le 26/10/2021 à 18:30 | Mis à jour le 26/10/2021 à 18:30
Photo : Le site de Thales a Changi (copyright Thalès)
batiment entreprise

Depuis près de 50 ans, le groupe français Thales est présent à Singapour dans les domaines de l’aérospatial, le défense, la sécurité, et le transport. L’attribution récente d’un nouveau contrat de près de 32 millions de dollars pour remplacer ou installer 1350 des portillons d’accès au MRT donne l’occasion de revenir sur les multiples facettes de ce groupe dans ce pays.

 

Thales, un fleuron du complexe militaro-industriel français

Thales est un groupe français d'électronique spécialisé dans la défense, l’aéronautique, l’espace, le transport et la sécurité.   C'est aujourd'hui l'un des leaders mondiaux des équipements à destination de l'aéronautique et de la défense. Le groupe sous ce nom est né à la fin des années 90 de la réunion des activités militaires d'Alcatel, de Dassault Électronique et Thomson CSF. Il a donc hérité d'une longue histoire, celle de Thomson, né à la fin du 19ème siècle. Ses diverses activités se fondent sur un socle de technologies et de compétences transverses (aujourd’hui liées au numérique) et sur une mission commune : la maitrise des systèmes dits « critiques », c’est-à-dire vitaux pour le bon fonctionnement et développement des sociétés.

Thales compte aujourd’hui environ 80.000 collaborateurs répartis dans 56 pays, dont Singapour où il est présent depuis 1973. Il y emploie aujourd’hui 2100 personnes sur quatre sites (21 and 28 Changi North Rise; 12 Ayer Rajah Crescent and Digital Factory @ WeWork in 5 Temasek Boulevard). Il y opère dans quatre domaines : l’aérospatial, le défense et la sécurité, le transport terrestre, et, plus récemment, l’identité et les sécurité numérique.

 

L’aérospatial, la première activité de Thales à Singapour

Au début des années 70, Thales s’est implanté à Singapour pour accompagner l’expansion de la flotte d’airbus dans la région Asie-Pacifique. Ses activités se sont progressivement étendues a d’autres types d’appareils, comme Boeing et ATR, et ont couvert la maintenance de l’électronique embarquée, dont les systèmes de divertissement pour distraire les passagers en vol. Singapore Airlines et Air France utilisent ces équipements. La dernière innovation inaugurée par Singapore Airlines est d’offrir aux passagers la possibilité de les utiliser pour commander des produits depuis leur siège et se les faire livrer soit chez eux, soit lors d’un vol ultérieur.

ecran de divertissement dans un avion
Le système de divertissement en vol de Thales sur SIA (copyright business traveller)

 

Thales a construit à Singapour des capacités industrielles pour la production et la maintenance de l’électronique embarquée dans les avions des compagnies aériennes régionales. Plus de 40.000 composants d’équipements y sont réparés chaque année, faisant de Singapour le centre le plus important du groupe dans ce domaine.

En 2013, le groupe a aussi équipé Changi avec des systèmes permettant de gérer de manière efficace le trafic aérien de cet aéroport, le plus fréquenté de l’Asie du Sud-Est (près de 70 millions de passagers en 2019).

 

Un fournisseur de composants clés du MRT

La moitié des lignes de Singapour utilise des systèmes de billetterie Thales.

portillons de transports publics
Des portillons Thales sur la DTL (copyright SGtrains)

 

En 2012, le groupe a gagné les contrats de mise à niveau des systèmes de signalisation pour les lignes NS et EW, projet terminé en 2018, non sans problème. En effet, le 15 novembre 2017, une collision a eu lieu entre deux rames à la station de Joo Koon, avec 28 personnes blessées. La cause en a été rapidement élucidée, et après s’être excusé, Thales y a remédié. Cela a permis de rendre ces lignes plus fiables et les rames plus fréquentes.

Le contrat annoncé ces derniers jours va concerner le remplacement d’ici 2026 des portillons de trois lignes de MRT existantes (NSL, EWL, et CCL) et l’installation de portillons sur la nouvelle ligne JRL (Jurong Region Line) qui ouvrira en trois étapes entre 2027 et 2029.

 

Une relation de long terme avec le gouvernement singapourien

Depuis de longues années, Thales a fourni les forces armées singapouriennes avec des équipements de défense aérienne, de communication, et des capteurs marins, comme les radars multifonctions Héraclès pour les frégates « Formidable » de la marine singapourienne construites dans les années 2000 sur un modèle français. Le groupe travaille aussi étroitement avec la marine singapourienne dans le domaine des systèmes sans équipage.

Depuis 1995, il a travaillé avec le ministère de l’intérieur singapourien sur des projets importants de gestion d’incidents pour les centres de commandements de la police et de la sécurité civile.

En 2010, Thales a gagné un contrat pour la surveillance de l’aire de trafic de l’aéroport de Changi.

Thales dispose aussi à Singapour de compétences en matière de cybersécurité pour des évaluations de risques et des test de pénétration.

 

L’acquisition de Gemalto en 2019, une ouverture sur de nouvelles perspectives à Singapour

Gemalto était le numéro un mondial des cartes à puces pour téléphones portables. Son acquisition a permis à Thales d’étendre son marché à Singapour et dans l’Asie du Sud-Est, servant les banques, les opérateurs télécom, les gouvernements, et les entreprises avec la plus large gamme de solutions basées sur des technologies telles que la biométrie, la protection des données et la cybersécurité. La plus grande usine du groupe est située à Singapour et opère 24h sur 24 pour produire des micromodules, des cartes bancaires, des étiquettes RFID, et des pages électroniques de passeport, pour plus de 100 pays. C’est là que sont fabriqués les passeports biométriques pour les citoyens singapouriens depuis 2017.

carte identite biometrique
Le passeport biométrique singapourien (copyright mothership)

 

Thales Singapour abrite également un pôle de compétence de 350 ingénieurs dans ce domaine.

 

La recherche, la technologie, et l’innovation à Thales Singapour

Singapour abrite un des cinq laboratoire de recherche et technologie du Groupe dans le monde. Il s’appuie sur l’important écosystème de Singapour en matière de recherche et développement en le complétant. Les techniques de pointe qui y sont développées permettent de répondre aux besoins locaux et d’améliorer la gamme de produits du groupe. C’est aussi un lieu d’échange entre le groupe, d’une part, et les chercheurs et utilisateurs locaux, d’autre part.

Depuis 2009, Thales a développé des partenariats stratégiques avec la NTU (National Technological University) à travers des laboratoires communs, pour favoriser la recherche en matière de nanotechnologies et contribuer à de nouveaux concepts et techniques pour les systèmes utilisés dans les petits satellites (entre 1 et 100 kg).

En 2018, le groupe a lancé une usine numérique à Singapour pour accélérer l’innovation et la transformation numérique du groupe et de ses clients dans la région.

Enfin, en septembre dernier, Thales s’est engagé dans un partenariat avec la NUS (National University of Singapore) pour développer et tester des technologies quantiques pour des applications commerciales.

idpix3

Jean-Michel Bardin

Scientifique de formation, mais curieux de tout. Ingénieur IT de profession, mais artiste de coeur. Citoyen du monde, d'une jeunesse au Maroc à la retraite à Singapour.
0 Commentaire (s) Réagir