Sabrina Candeloro Zuber – Lien entre cultures européenne et asiatique

Par Laurence Huret | Publié le 24/05/2021 à 14:30 | Mis à jour le 25/05/2021 à 11:23
Photo : @ Anne Valluy
Sabrina Candeloro Zuber

Sabrina Candeloro Zuber à quitté l'Italie il y a 27 ans. En France, en Allemagne, puis à Singapour où elle vit depuis 2004 avec son mari Nicolas, elle a soit étudié quelque chose de nouveau, soit changé de carrière, soit les deux. Le fil rouge de son parcours ?  Promouvoir l'accès aux arts et les liens entre les cultures européenne et asiatique. Sabrina est fondatrice et directrice de Bellepoque, compagnie de musique et de théâtre à but non lucratif, et depuis 2019 de la boutique-école de danse Danza Attitude.

 

Sabrina, quel est votre parcours ?

J’ai un Bac+5 avec un diplôme en Langues et Littératures Étrangères (anglais et allemande) obtenu en Italie, mon pays natal. Puis un Master en Gestion de Projets Culturels, obtenu en France. Parallèlement, j’ai fait des études de piano au Conservatoire en Italie et obtenu un diplôme en chant classique.

A la fin de mes études en Italie, je suis partie vivre et travailler en Allemagne pendant 7 ans, puis j’ai passé 5 ans en France. En 2004, je suis venue à Singapour car j’ai suivi mon époux Nicolas. Nous sommes arrivés à 4, nos deux filles ont été scolarisées ici et y ont conclu tout leur parcours jusqu’au Bac. Elles suivent maintenant des études en Europe et aux US. Quant à nous deux, nous sommes restés ici avec deux chats, Singapouriens…

 

Sabrina Candeloro Zuber
Premières productions indépendantes

 

Quels souvenirs gardez-vous de Singapour lors de votre arrivée ?

La chaleur à Changi, une fois quitté le hall, pour prendre notre premier taxi. Puis le bruit non-stop de la climatisation dans les logements. Puis la sensation d’être la seule à se balader sur Orchard Road avec son maquillage coulant et deux gamines hystériques en besoin d’espaces vertes et de toboggans.

Blague à part, le début fut très difficile, car je me suis sentie coupée de mon passé et sans trop d’avenir dans une ville qui ne semblait pas me correspondre…

 

Sabrina Candeloro Zuber
Sonic Blossom à la National Gallery @Anne Vally

 

Quels sont les évènements qui vous ont le plus marquée ?

Ma première réunion de travail, en octobre 2004, avec la direction du Musée de Civilisations Asiatiques. C’est là que mon métier est né. Je n’en reviens toujours pas ! La facilité de se créer un network professionnel, l’énergie que la ville dégageait, car tout était possible, aucune restriction (à l’époque j’étais en DP et j’ai pu ouvrir mon agence en sole proprietorship en l’espace de deux heures) et beaucoup d’écoute de la part des autorités comme des opérateurs de mon secteur.

 

Quels ont été les opportunités ou challenges, professionnels et personnels, que vous avez rencontrés?

Entre les projets réalisés au nom de ma première agence et ce que j’ai concrétisé avec ma compagnie non-profit je pense avoir fait le tour de tout type de missions possibles dans mon métier : agent d’artistes internationaux, productrice, directrice artistique, curatrice de programmes museaux, artiste... Cela a demandé plein d’énergie et du travail sans cesse. Mais je suis chanceuse : j’aime mon métier et par conséquent mon énergie se renouvelle toute seule.

A mes yeux, il y a eu un changement progressif à partir de 2015, l’année du jubilée. L’impact de ce changement d’orientation du pays visant à se recentrer sur soi-même et à préférer les contenus et valeurs locaux est assez fort en matière de création artistique.

Sur le plan personnel, le tournant a eu lieu lorsque nos filles ont quitté Singapour. La pandémie n’aide surement pas à surmonter le sentiment de solitude et mille questionnements peuplent actuellement ma tête et mon cœur…

 

Sabrina Candeloro Zuber
Premier projet digital en 2020


Quel appui vous ont apporté les différentes institutions françaises ?

Le Lycée français (IFS) a été l’école de mes enfants, depuis la maternelle jusqu’au Bac. Je n’étais pas toujours d’accord sur certains aspects de pédagogie et méthodologie, mais mes filles ont eu un parcours assez brillant et sans difficultés particulières. Elles ont l’air de se débrouiller très bien dans les systèmes universitaires.

La Chambre de Commerce (FCCS) a été toujours un véritable point de référence et de soutien, surtout pendant les premières années de ma carrière ici.

L’Institut Français a à de nombres reprises soutenu mes projets, j’en suis très reconnaissante.

 

Sabrina Candeloro Zuber
La danse, une nouvelle direction

    
Comment voyez-vous la situation actuelle à Singapour dans le contexte de la pandémie ?

La pandémie a complètement bouleversé mon activité professionnelle, car le secteur des arts est le premier à sauter lors des crises. Grace aux plans de soutien mis en place par le National Arts Council, j’ai pu continuer à créer et à produire en 2020, en transformant le spectacle vivant en spectacle digital. Au début je n’y croyais pas du tout, mais je me trompais : cette expérience a été une véritable révélation et m’a permis d‘explorer un nouveau langage artistique. Depuis, ma manière d’être artiste et productrice a changé et je ne pense pas que ce changement soit juste temporaire.

Sur le plan personnel, j’ai appris plein de choses sur moi-même (et parfois même sur les personnes autour de moi), j’ai eu beaucoup de temps calme et de silence. Si on est capable de ne pas se laisser abattre par ça, nous avons l’opportunité de découvrir et d’apprécier des choses moins “visibles” en temps normaux. En même temps, avec une famille éclatée sur 3 différentes nations européennes et 3 continents, les questionnements personnels se font plus pressants.


Comment envisagez-vous votre avenir ? A Singapour ? Ailleurs ?

Je suis extrêmement reconnaissante et bien fière de mon parcours en Asie ! Néanmoins, je ne pense pas vouloir vieillir ici. La vieille Europe m’appelle, ses patrimoines culturel, historique et même géographique me manquent de plus en plus. Pour le moment, je n’ai pas de plan de retour immédiat, ni une destination précise en tête. Mais je me sens toujours et avant tout européenne.

 

Sabrina Candeloro Zuber
"Maternité" @Sabrina Candeloro Zuber, Lauréate du Prix des adhérents, Concours photo de l'UFE Singapour en 2020

 

20 ans lepetitjournal.com

Dans le cadre de l’anniversaire des 20 ans de lepetitjournal.com, l’édition de Singapour a souhaité donner la parole et mettre en lumière des Français et francophones résidant à Singapour depuis une vingtaine d’années.

 

Laurence Huret

Laurence Huret

Co-Directrice de l'édition. Avocate de formation, Laurence multiplie les engagements auprès de la communauté française à Singapour : Elue Conseillère consulaire, elle est membre du CA de l’Alliance française et du Conseil d’établissement du Lycée français
0 Commentaire (s) Réagir