Retour en France : ayez les bons réflexes patrimoniaux ! (3/3)

Par Elodie Letouche | Publié le 18/04/2022 à 18:30 | Mis à jour le 18/04/2022 à 18:30
patrimoine achat immobilier retour en France

Votre expatriation à Singapour se termine dans quelques mois. Vous vous êtes déjà occupés des billets d’avion, de rendre votre appartement ou encore du transfert scolaire des enfants.  Faut-il acheter un bien avant le retour en France ? De quelle manière ? Quelles sont les incidences du retour en France ?

 

Des experts établis à Singapour vous proposent une check-list patrimoniale en 3 volets pour préparer au mieux votre retour en France et éviter les mauvaises surprises.

 

Acheter un bien en France avant mon retour : est-ce une bonne idée ?

Monsieur et Madame X se demandent s’ils doivent acquérir un bien immobilier avant leur départ de Singapour ou bien attendre d’être sur le sol français.

Il est envisageable d’obtenir un financement avant le retour en France. Vous devrez pour cela vous conformer aux directives du haut conseil de la stabilité financière qui s’appliquent depuis le 1er janvier 2022.

De manière synthétique, le taux d’effort des emprunteurs ne doit pas excéder 35 %. Le calcul du taux d’effort se fait par le ratio charges annuelles (loyer, charges d’emprunt etc.) / revenus annuels.

 

Compte tenu des conditions historiquement basses de prêt, certains voudront emprunter le plus possible afin de profiter d’une différence positive entre ce que coûte le prêt et les éventuels intérêts perçus sur les produits de leur épargne.

Par exemple : emprunter 200 000 € sur 20 ans coûte environ 32 000 € en intérêts, tandis que placer la même somme sur la même durée pourrait rapporter environ 70 000 € au regard notamment des effets de la capitalisation.

Un emprunt peut s’avérer opportun au titre de l’impôt sur la fortune immobilière puisque le prêt vient en déduction de l’actif immobilier imposable.

 

Est-ce possible de prévoir l’acquisition via une société civile immobilière (SCI) ?

Sur le principe, une SCI peut parfaitement être constituée en France, alors que vous êtes encore résident fiscal à l’étranger. Elle continuera d’exister à votre retour en France ou en cas de nouvelle résidence fiscale à l’étranger.

Si la SCI peut être un outil efficace de gestion et de transmission du patrimoine, elle nécessite une étude d’opportunité personnalisée (objectifs, occupation du bien, fiscalité, etc.) pour éviter toute mauvaise surprise (blocage, fiscalité supplémentaire, etc.).

 

Le présent article vise à attirer votre attention sur les problématiques patrimoniales qui peuvent survenir à la fin d’une expatriation et au retour en France. Il convient de prendre rendez-vous avec des professionnels qualifiés afin de réaliser un bilan patrimonial et d’effectuer différentes simulations selon vos projets.

 

Cédric FIGLIOLINI est directeur du bureau de représentation de la Banque Transatlantique à Singapour. Filiale de Crédit Mutuel Alliance Fédérale, la Banque Transatlantique est l’établissement de référence des Français de l’étranger. Elle propose à ses clients un accompagnement adapté à leur environnement international. Elle est présente dans 10 métropoles mondiales, en complément du siège parisien.

Nous contacter : BTSINGAPOUR@banquetransatlantique.com | + 65 6231 9880

Elodie LETOUCHE coordonne les projets des résidents de Singapour avec leurs notaires en France, ainsi que leurs experts à Singapour. 

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Singapour !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale