Samedi 12 juin 2021
Singapour
Singapour

Enquête sur le « populisme » dans la « culture pop » avec Ketna Patel

Par Emma Dailey | Publié le 21/01/2021 à 17:30 | Mis à jour le 22/01/2021 à 11:00
Photo : @Ketna Patel
Ketna Patel artiste pop art

L’artiste pop britannique « mixed-media » Ketna Patel est l'incarnation d’une citoyenne du monde mélangée et kaléidoscopique. Née et élevée en Afrique de l'Est de parents indiens, éduquée au Royaume-Uni, elle passe deux décennies à Singapour. Elle est à la fois de partout et nulle part.

Ses œuvres d'art vibrantes et son expérimentation avec différents médiums (le Mixed Media consiste à mélanger des peintures, collages et des médiums afin d’obtenir des effets spectaculaires) sont le résultat unique de trois aspects fondamentaux. Tout d'abord, sa formation académique en architecture et design. Deuxièmement, sa curiosité insatiable pour une exploration plus profonde de « l’identité » individuelle et collective. Enfin, le sentiment de responsabilité en tant qu'artiste de tenir un miroir à la hauteur de l'état actuel de notre monde de plus en plus polarisé. Depuis son départ de Singapour en avril 2013, elle partage son temps entre deux « studios itinérants » à Londres et à Pune, en Inde. Ces emplacements lui offrent deux perchoirs uniques. Ils lui permettent d'observer de près la culture européenne et asiatique au sein des interfaces interconnectées du XXIe siècle. La plupart de ses travaux ont consisté à analyser diverses dichotomies : la fracture urbaine-rurale, la dynamique entre l'Est et l'Ouest et le lien entre la mondialisation et le populisme. Dans cet entretien, réalisé en novembre 2020, elle revient sur ses recherches sur ces sujets, notamment ses découvertes et sa méthodologie, sa conception des rôles et responsabilités de l'artiste, et son expérience de l'expatriation et du retour au pays.

 

ketna Patel artiste pop art
@Ketna Patel

 

En tant qu'expatriée à Singapour, Ketna Patel est devenue un nom connu de la communauté expatriée. Les Français sont rapidement devenus sa plus grande clientèle, avec 70% des clients, suivis des Allemands et des Américains. Lorsqu'on lui a demandé pourquoi elle pensait que les expatriés français étaient si séduits par son art, elle répond :

« Je pense que les gens sont séduits par les couleurs. Les Français sont beaucoup plus confiants dans leur expression visuelle. J'admire vraiment leur capacité à prendre des risques ; ils ont cette audace que je trouve plus réticente dans la culture britannique. Toutefois, une fois que vous êtes expatrié, vous êtes mondial ; on peut utiliser l'analogie d'un mot malais « Rojak » pour « salade mixte ». Le charme de l’expatriation à Singapour est que nous développons une sensibilité visuelle très « Rojak ». Cela signifie que vous devenez très poreux ; vous vous imprégnez de nouveautés et vous laissez sortir cotre personnalité. Parce qu’il n’ya pas de statu quo culturel auquel adhérer, cela libère la partie « non étiquetée » de vous pour se déplacer librement pour explorer et expérimenter. Cela peut se traduire dans nos espaces de vie et notre état d'esprit ; Par exemple, vous pouvez avoir un ancien meuble laqué chinois, et le mélanger avec d'autres antiquités ou des reproductions de pays voisins, surmonté d'un pop art sexy et élégant de Ketna Patel ! Vous pouvez tout mélanger de la même manière que la cuisine asiatique est mélangée, toutes les textures et saveurs se mélangeant les unes aux autres…»

Ketna Patel artiste pop
@Ketna Patel

 

En effet, bien qu'elle travaille avec une large gamme de médiums, les couleurs vibrantes de ses collages numériques sont instantanément reconnaissables, qu'elles soient imprimées sur du papier, des chaises de barbier anciennes, ou même sur une Rolls-Royce vintage ! Son utilisation en couches d'images et d'iconographie des cultures asiatiques, européennes et nord-américaines, et son sens du détail, lui permettent de créer des contrastes saisissants qui laissent le spectateur réfléchir sur la société moderne et la relation entre l'Est et l'Ouest. En effet, elle cite l'enregistrement de la culture et des expériences asiatiques pour approfondir la compréhension mutuelle avec l'Occident comme une intention dans son travail :

« Nous n'avons pas été de très bons conteurs d'histoires en Orient ; nous n'avons pas documenté notre propre culture comme l'ont fait les Européens ou les Américains. En conséquence, il y a beaucoup de fausses perceptions, de suspicion et d'ambiguïté de la part de l'Occident concernant ce qu'est la culture asiatique ; ils recourent à de nombreux stéréotypes. De ce fait, je veux creuser cette histoire culturelle en faisant apparaître des faits culturels asiatiques par excellence, mais destinées à l'ouest, car c'est là que je vois la confusion se produire. Au fur et à mesure qu'un changement se produit, c'est à ce moment que la confusion se produit, et si je peux aider en tant qu'artiste, je peux essayer de désamorcer une partie de la tension inévitable qui va arriver. »

 

ketna patel artiste pop art
@Ketna Patel

 

En plus de cet objectif, un deuxième aspect majeur de son travail consiste à « enquêter sur la politique identitaire, avec des questions telles que : qu'est-ce qui façonne l'identité, quels sont les grands récits de notre culture qui façonnent la perception et l'opinion ? » Étant une artiste profondément multiculturelle, elle ne se concentre pas uniquement sur Singapour, l'Inde ou l'Angleterre. Elle préfère avoir des studios itinérants, à cheval sur les continents et les cultures, ce qui permet à son enquête de s'étendre à travers le monde. De plus, cela lui permet d'avoir les ressources pour explorer différents médiums :

« L'Inde, c'est comme plonger dans la mer de l'humanité. Cela me donne accès à un immense baignade énergique d’expérience asiatique. Cela me donne également la possibilité d'explorer et d'expérimenter des matériaux et des techniques à travers sa riche culture artisanale. De l'autre côté du spectre, l'Europe est là où ma tête travaille ; où je m'assois et où le côté intellectuel de moi décompose les impressions de vie et les reconstruit en sens. C'est là que je peux tracer des lignes reliant politique, économie et sociologie. Dans le calme relatif de mes studios de Londres ou de Pune, tous les voyages se traduisent en Art ; soit sur toile, tableau ou ordinateur. La géographie devient intériorisée… peu importe dans quelle partie du monde je me trouve. Ce qui compte pour moi, c'est de libérer dans le processus de création artistique ce qui se trouve en moi ! »

 

Ketna Patel artiste pop art
@Ketna Patel

 

Elle explique la structure de ses projets de la manière suivante : « Je pense à mes projets comme des poupées russes. La poupée extérieure s'appelle « Planet Pop », sous elle se trouvent « Europe Pop » et « Asia Pop ». Sous « Asia Pop », vous avez « India Pop », « Singapore Pop », etc. Donc, en gros, j'écris des histoires. Si chaque histoire est comme une bulle et que je la fais éclater avec une épingle, je raconte l'histoire de cet hémisphère particulier. » En effet, en tant qu'artiste, Ketna Patel assume le rôle d'une « conteuse de notre époque », qui explore les grands récits de notre culture qui façonnent la perception et l'opinion. En tant qu'artiste pop, elle se concentre sur la culture populaire. À ce titre, elle se décrit comme une « éponge, absorbant tout, prenant le pouls de la société » par l'échange et la recherche. En tant que telle, sa recherche en tant qu'artiste a viré vers des enquêtes plus approfondies sur notre ère de l'information, la mondialisation et le populisme, ainsi que sur la manière dont ces concepts sont liés. Elle dit « une grande partie de mon temps ces dernières années a été consacrée à vraiment comprendre les retombées de la mondialisation dans le monde. Vous ne pouvez pas regarder le populisme sans comprendre la mondialisation. »

 

Ketna Patel artiste pop art
@Ketna Patel

 

Elle a commencé sa quête sur par l'achat d'une chapelle méthodiste dans un ancien village minier du Pays de Galles, qui était également l'une des régions les plus pauvres de Grande-Bretagne. Elle a ensuite passé deux ans là-bas, par intermittence, à découvrir la culture locale. « Rester là-bas, apprendre à connaître les voisins, comprendre les potins locaux, assister aux réunions du conseil local, parler à d'anciens mineurs ivres dans le pub, écouter ce qu'ils disent, aller chez eux s'ils m'invitent à prendre le thé, etc. Ce fut une révélation complète pour moi. Avec le Brexit en arrière-plan, tout le pays était très divisé ; en fait, le monde entier est aujourd'hui très divisé », explique-t-elle. Ce fut le début de son projet global appelé « Re-MIX » Society, qu’elle présente de la manière suivante :

« Cela commence par le fait que nous sommes collectivement vulnérables parce que nous ne savons pas ce que l'avenir nous réserve. En tant que tel, c'est un bon moment pour appuyer sur pause et regarder le passé, car cela nous informera sur l'avenir. Pendant que vous avez cette conversation, vous êtes assis dans le présent. Ainsi, le passé, le présent et le futur se chevauchent sur un moment singulier, que j'appelle la société Re-MIX. Dans ce document, vous avez de la place pour la nostalgie, l'analyse des grandes tendances, comment l'insécurité est née comme une conséquence de la mondialisation, comment elle a façonné les forces derrière le populisme, et est censée être considérée avec compassion, sans dédain, ce qui ajoute de l’huile sur le feu. Nous devons vraiment comprendre pourquoi les gens se sentent si exclus et quelles en sont les répercussions sur nos messages et nos systèmes d'information. »

 

ketna patel artiste pop art
@Ketna Patel

 

Dans ce projet, il y en a un autre, appelé « Diary of Transience » (Journal de la transition). Cela a commencé avec son achat d'une vieille Rolls-Royce sur eBay, qu'elle a ensuite recouverte d'une peau extérieure d'art numérique. L'idée était d'utiliser ce véhicule unique comme installation mobile, de traverser la Grande-Bretagne avec un cinéaste, de visiter des zones avec une riche histoire d'immigration et de collecter les histoires de résidents locaux via des interviews. A partir de ces entretiens, elle espère créer un reportage sous forme de journal vidéo. Malheureusement, ce projet a été suspendu par la pandémie COVID-19. Ce projet s'inscrit profondément dans sa conception de ce que signifie être un artiste : « Il y a une limite à l'art que vous accrochez au mur ; les gens l'achètent parce qu'ils veulent l’assortir au mobilier, mais il y a un autre aspect au rôle de l'artiste. Nous assumons presque le rôle du journalisme. Vous allez là-bas pour enquêter sur ce qui se passe. Vous racontez les histoires des « petites gens ». À une époque de communication rapide, de consommation axée sur le marché et de culture des célébrités, « l’homme ordinaire » est de plus en plus marginalisé. Cette idée de l'artiste, utilisant son art, sa voix, pour rendre compte et attirer l'attention sur des histoires que les médias grand public ont laissées passer entre les mailles du filet, ou des perspectives qui sont réduites au silence, est d'une grande importance pour Ketna Patel :

« Nous savons tous qu'un changement se produit dans le monde, donc ce que je fais de mon travail est une sorte de journalisme de guérilla. Je regarde derrière les portes et j'essaie de me faire une idée de la situation des gens ordinaires. Tout le monde est si occupé ; quand auraient-ils le temps de s'asseoir avec un grand-père en train de manger son riz au poulet dans un Hawker center. Qu'arrive-t-il à toutes ces histoires ? Elles se sont passées mais personne ne le sait. Donc, vraiment, il y a une grande différence entre le conteneur d'informations et le contenu, et je m'intéresse à la création de contenu en regardant les histoires plus petites des individus. Je suis très du côté de l'individualisme et non du côté d'une grande homogénéité. Après tout, Celui qui contrôle les médias contrôle l'esprit comme l'a dit Jim Morrison. »

 

Ketna Patel artiste pop art
@Ketna Patel

 

« En utilisant des photographies que j’ai prises de personnes et de lieux visités et expérimentés, ainsi que du texte de matériel de lecture (journaux, magazines, brochures, menus, etc.), je colle et invente des récits qui parlent d’un changement sociétal plus large » explique Ketna. Elle espère qu'en mettant en lumière les histoires les moins racontées d'individus, ses œuvres pourront favoriser la réflexion, la discussion et, à long terme, la compréhension mutuelle, sans dédain ni jugement, de tous côtés, sur le sujet complexe du populisme. Sur cette note, elle décrit ses résolutions pour la nouvelle année comme suit : « Aimez votre voisin trompé, recherchez la synthèse unificatrice plutôt que l'analyse dominante, créez la beauté en tant que langage universel.» Pour en savoir plus sur Ketna Patel, vous pouvez visiter son site Web à l'adresse https://ketnapatel.com

Ketna s'intéresse profondément à la relation entre la vérité et la perception et à la façon dont l'information est propagée, manipulée et distribuée, car c'est là que surgissent les stéréotypes et les perceptions erronées. Qui sommes-nous ? Comment notre image de soi évolue-t-elle et se projette-t-elle ? Qu'est-ce qui nous influence et comment les autres nous perçoivent-ils ? Les récits sont modelés et perpétués à travers la culture populaire et les plateformes médiatiques. Notre image de soi est souvent influencée et formulée par la publicité et le cinéma.

 

Emma Dailey

Emma Dailey

Franco-Américaine, Emma a passé plus de dix ans à Singapour. Après une licence en Sciences Sociales, focalisée sur les relations entre l'Europe et l'Asie, elle est actuellement étudiante en Master de Sécurité Internationale à SciencesPo Paris.
0 Commentaire (s)Réagir