Vendredi 3 juillet 2020
Singapour
Singapour

Covid19 - Humeur de confinés à Singapour #Semaine 8 !

Par Marie-Ségolène Migairou | Publié le 01/06/2020 à 23:10 | Mis à jour le 03/06/2020 à 05:33
covid 19 singapour

Nous entamons à Singapour la Phase 1 de déconfinement de la population et le début de la sortie des mesures du Circuit Breaker. Durant cette période particulière, nous donnons quotidiennement la parole à nos lectrices et lecteurs  sur la page Facebook de Lepetitjournal.com à Singapour ! Retour sur la semaine passée avec Fanny Ozda, Mylène Dutoit, Hélène Le Chatelier, Emmanuel Morin, Anne Céline Vincendon, Pauline Rouger, Axelle Goubet. Merci pour ces témoignages très vivants ! Prenez soin de vous ! Restons unis et connectés !

 

𝗟'𝗵𝘂𝗺𝗲𝘂𝗿 𝗲𝘁 𝗹𝗲𝘀 𝗰𝗼𝘂𝗽𝘀 𝗱𝗲 𝗰𝗼𝗲𝘂𝗿 𝗱'𝘂𝗻𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲́𝗲 𝗮̀ 𝗦𝗶𝗻𝗴𝗮𝗽𝗼𝘂𝗿 𝗽𝗮𝗿 𝗹𝗲𝗽𝗲𝘁𝗶𝘁𝗷𝗼𝘂𝗿𝗻𝗮𝗹.𝗰𝗼𝗺 #Jour50

Pour cette 50ème journée confinée, notre talentueuse illustratrice Fanny Ozda nous partage son humeur et ses coups de coeur en dessin, pour notre plus grand plaisir ! Découvrez son travail sur Instagram : @fanny.ozda

Fanny Ozda

 

Fanny Ozda

 

Fanny Ozda

 

Fanny Ozda

 

Fanny Ozda

 

Fanny OzdaFanny Ozda

 

𝗟'𝗵𝘂𝗺𝗲𝘂𝗿 𝗲𝘁 𝗹𝗲𝘀 𝗰𝗼𝘂𝗽𝘀 𝗱𝗲 𝗰𝗼𝗲𝘂𝗿 𝗱'𝘂𝗻𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲́𝗲 𝗮̀ 𝗦𝗶𝗻𝗴𝗮𝗽𝗼𝘂𝗿 𝗽𝗮𝗿 𝗹𝗲𝗽𝗲𝘁𝗶𝘁𝗷𝗼𝘂𝗿𝗻𝗮𝗹.𝗰𝗼𝗺 #Jour51

Aujourd'hui, c'est Mylène Dutoit, fondatrice de Soul your Skin, un espace de ressourcement et de bien-être, qui nous partage son expérience de confinement et ses coups de coeur pour ce 51ème jour.

Mylene Dutoit

𝗣𝗼𝘂𝗿𝗿𝗶𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗻𝗼𝘂𝘀 𝗽𝗿𝗲́𝘀𝗲𝗻𝘁𝗲𝗿 𝗯𝗿𝗶𝗲̀𝘃𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝘃𝗼𝘁𝗿𝗲 𝗹𝗶𝗲𝘂 𝗲𝘁 𝘃𝗼𝘀 𝗰𝗼𝗺𝗽𝗮𝗴𝗻𝗼𝗻𝘀 𝗱𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 ?

Je vis à Bishan dans une maison avec mon mari, nos 3 enfants, notre chien et notre chat ! Autant dire que nous ne ressentons pas de solitude. 😉 Nous avons beaucoup de chance, puisque nous sommes à quelques minutes de Bishan-Ang Mo Kio park, où nous allons nous promener, courir ou faire du vélo tous les jours.

𝗩𝗼𝘂𝘀 𝘃𝗲𝗻𝗲𝘇 𝗱𝗲 𝗰𝗿𝗲́𝗲𝗿 𝘃𝗼𝘁𝗿𝗲 𝗲𝗻𝘁𝗿𝗲𝗽𝗿𝗶𝘀𝗲, 𝗰𝗼𝗺𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗮𝘃𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗴𝗲́𝗿𝗲𝗿 𝗰𝗲𝘁𝘁𝗲 𝗽𝗲́𝗿𝗶𝗼𝗱𝗲? 𝗤𝘂𝗮𝘃𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗳𝗮𝗶𝘁 𝗽𝗲𝗻𝗱𝗮𝗻𝘁 𝗰𝗲𝘁𝘁𝗲 𝗽𝗲́𝗿𝗶𝗼𝗱𝗲? 𝗔𝘃𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝘂𝗻 𝗲𝗻𝘀𝗲𝗶𝗴𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗮̀ 𝗽𝗮𝗿𝘁𝗮𝗴𝗲𝗿 ?

Effectivement, j’ai créé Soul your Skin au mois de mars, donc au début de la deuxième vague et je dois dire que ça n’a pas simplifié les choses! Il a fallu traverser les étapes une à une avec les up & down qui peuvent les accompagner. Heureusement, mon mari est absolument super et m’a beaucoup accompagné dans ce beau projet : créer un espace de ressourcement dans une approche globale et consciente de la beauté puisque la peau est un tissu sur lequel s’inscrivent nos émotions et nos pensées. Nos Soins du visage et epilations, nos massages relaxants ou le Massage Initiatique®, Thérapie de l’âme à travers le corps est donné en pleine conscience car le toucher dans la bienveillance et la pleine conscience sont des outils merveilleux de reconnexion à soi.

Quand la nouvelle du Circuit Breaker est tombée, je me suis dit que c’était le parfait moment pour developper et finaliser tout le côté marketing, site internet, aménagement de l’espace de ressourcement. J’ai donc travaillé en étroite collaboration avec mon amie Veronique Lassablière (@veronique.lassabliere) qui a été d’une aide précieuse dans l’accompagnement de la création du site web. Elle a parfaitement su comprendre l’essence de mon travail et je suis ravie du résultat. D’ailleurs après la mise en ligne du site, je n’ai reçu que des compliments !

Je suis évidemment déçue des dernières mesures en 3 phases puisque mon espace mieux-être ne peut pas ouvrir pendant la phase 1. J’ai hâte de pouvoir prendre soin des futures clientes et de leurs apporter ce ressourcement qui devient tant nécessaire. L’enseignement que je tire de cette situation est de rester positive au maximum, de prendre le temps de se poser, de s’écouter, tout simplement être dans le moment présent… cela permet de pouvoir être plus precise dans mes motivations et choix, donc actions. Je me souviendrai du lancement de Soul your Skin !

𝗤𝘂𝗲𝗹 𝗲𝘀𝘁 𝗟𝗘 𝗹𝗶𝘃𝗿𝗲 𝗾𝘂𝗲 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗿𝗲𝗰𝗼𝗺𝗺𝗮𝗻𝗱𝗲𝗿𝗶𝗲𝘇 𝗽𝗼𝘂𝗿 𝗰𝗲𝘁𝘁𝗲 𝗽𝗲́𝗿𝗶𝗼𝗱𝗲 𝗲𝘁 𝗽𝗼𝘂𝗿𝗾𝘂𝗼𝗶 ?

Je recommande le livre “Le pouvoir du moment présent” de Eckhart Tolle, même si je pense que beaucoup de personnes le connaissent déjà. C’est un livre que l’on aime ou pas de part la lecture parfois complexe et des informations à digérer. J’ai découvert ce livre en 2014, quand j’ai démarré ma formation de Masso-Thérapeute en Massage Initiatique®. Ca a été une révélation pour moi, une lumière qui s’allumait. Pouvoir identifier et donc maîtriser les pensées qui s’emballent pour apprendre à vivre le moment présent (j’ai bien sûr quelques rechutes 😉 ) je continue mon chemin d’éveil personnel. Ce livre nous donne les clés du bien-être et du lâcher-prise pour se recentrer sur l’essentiel : La présence ! J’aime beaucoup cette citation: “Tu ne peux pas voyager sur un chemin, sans être toi-même le chemin” -Bouddha-

𝗣𝗼𝘂𝗿𝗿𝗶𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗽𝗮𝗿𝘁𝗮𝗴𝗲𝗿 𝘂𝗻𝗲 𝗮𝗽𝗽𝗹𝗶𝗰𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗱𝗲 𝗱𝗲́𝘁𝗲𝗻𝘁𝗲 𝗮𝘃𝗲𝗰 𝗻𝗼𝘀 𝗹𝗲𝗰𝘁𝗲𝘂𝗿𝘀?

Le site Petit Bambou : serein et calme avec l’esprit clair. Il existe aussi l’application petit bambou. Il y a d’ailleurs en ce moment des séances en accès libre de “découverte de la pleine conscience”.

𝗠𝗮𝗶𝗻𝘁𝗲𝗻𝗮𝗻𝘁 𝗾𝘂𝗲 𝗻𝗼𝘂𝘀 𝗮𝘃𝗼𝗻𝘀 𝘂𝗻 𝗽𝗲𝘂 𝗱𝗲𝘅𝗽𝗲́𝗿𝗶𝗲𝗻𝗰𝗲, 𝘀𝗶 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗱𝗲𝘃𝗶𝗲𝘇 𝗲̂𝘁𝗿𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲́ 𝘀𝘂𝗿 𝘂𝗻𝗲 𝗶̂𝗹𝗲 𝗱𝗲́𝘀𝗲𝗿𝘁𝗲, 𝗾𝘂𝗶 𝗲𝘁 𝗾𝘂𝗼𝗶 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗲𝗺𝗽𝗼𝗿𝘁𝗲𝗿𝗶𝗲𝘇 𝗮𝘃𝗲𝗰 𝘃𝗼𝘂𝘀 ?

Cette question me fait sourire, car nous y sommes un peu sur cette île déserte… non? Je prendrais ma famille, mes amis et tout un tas d’autres choses qui font que la vie est belle!

𝗣𝗼𝘂𝗿 𝗳𝗶𝗻𝗶𝗿, 𝗾𝘂𝗲𝗹 𝗺𝗲𝘀𝘀𝗮𝗴𝗲 𝘀𝗼𝘂𝗵𝗮𝗶𝘁𝗲𝗿𝗶𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗽𝗮𝘀𝘀𝗲𝗿 𝗮𝘂𝘅 𝗹𝗲𝗰𝘁𝗲𝘂𝗿𝘀 𝗱𝗲 𝗹𝗲𝗽𝗲𝘁𝗶𝘁𝗷𝗼𝘂𝗿𝗻𝗮𝗹.𝗰𝗼𝗺 ?

J’ai attendu 3 jours avant de répondre aux questions, histoire d’être de nouveau dans une belle énergie, car comme beaucoup d’entre nous, cette dernière annonce de fin de circuit breaker en 3 phases a été difficile à digérer. J’en reviens au “moment présent”, puisque nous n’avons aucun impact sur ce qui se passe, j’essaye de trouver le positif dans cette situation que nous vivons. C’est un moment unique de réflexion et de prise de conscience.

 

𝗟'𝗵𝘂𝗺𝗲𝘂𝗿 𝗲𝘁 𝗹𝗲𝘀 𝗰𝗼𝘂𝗽𝘀 𝗱𝗲 𝗰𝗼𝗲𝘂𝗿 𝗱'𝘂𝗻𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲́𝗲 𝗮̀ 𝗦𝗶𝗻𝗴𝗮𝗽𝗼𝘂𝗿 𝗽𝗮𝗿 𝗹𝗲𝗽𝗲𝘁𝗶𝘁𝗷𝗼𝘂𝗿𝗻𝗮𝗹.𝗰𝗼𝗺 #Jour52

Pour cette 52ème journée, c'est Hélène Le Chatelier, artiste, qui nous partage son quotidien et ses nombreux coups de coeur pendant cette période de confinement.

Helene Le Chatelier

𝗣𝗼𝘂𝗿𝗿𝗶𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗻𝗼𝘂𝘀 𝗽𝗿𝗲́𝘀𝗲𝗻𝘁𝗲𝗿 𝗯𝗿𝗶𝗲̀𝘃𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝘃𝗼𝘁𝗿𝗲 𝗹𝗶𝗲𝘂 𝗲𝘁 𝘃𝗼𝘀 𝗰𝗼𝗺𝗽𝗮𝗴𝗻𝗼𝗻𝘀 𝗱𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 ?

Je vis avec Ghislain, mon mari, nos 4 enfants: Brune (17ans, rentrée d’Ecosse au mois de mars), Castille (15 ans), Théotime (11 ans), Amalric (8 ans, presque 9 !), notre nounou Emy, Hashtag notre hamster, Lulu & Edwige, deux oiseaux recueillis il y a environ un an. Nous avons la grande chance de vivre dans une maison que nous aimons beaucoup et qui possède un grand jardin et une piscine.

𝗤𝘂𝗲𝗹 𝗮 𝗲́𝘁𝗲́ 𝘃𝗼𝘁𝗿𝗲 𝗺𝗲𝗶𝗹𝗹𝗲𝘂𝗿 𝗺𝗼𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗱𝗲𝗽𝘂𝗶𝘀 𝗹𝗲 𝗱𝗲́𝗯𝘂𝘁 𝗱𝘂 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗲𝘁 𝗽𝗼𝘂𝗿𝗾𝘂𝗼𝗶 ?

J’ai du mal à choisir… Trois moments me viennent à l’esprit : le jour de Pâques où chacun a fait un effort pour se faire beau et où mon mari est passé en cuisine pour concocter un délicieux dessert. Un après-midi de couture avec mes deux filles. Nous étions en pleine forme, avons chanté à tue tête, raconté plein de bêtises et beaucoup ri ! Par ailleurs, j’ai été bluffée par les talents de couturière de mes deux filles qui surpassent de loin les miens ! Et enfin, la simplicité de notre tentative de planter des tomates et des poivrons et l'émerveillement général ainsi que la joie enfantine ressentis ensuite devant la vitesse de germination et toutes les petites pousses qui ont pointé le bout de leurs nez au bout de quelques jours.

𝗔𝘂𝗿𝗶𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝘂𝗻𝗲 𝗮𝗻𝗲𝗰𝗱𝗼𝘁𝗲 𝗮̀ 𝗻𝗼𝘂𝘀 𝗿𝗮𝗰𝗼𝗻𝘁𝗲𝗿 𝗽𝗲𝗻𝗱𝗮𝗻𝘁 𝗰𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 ?

Au fur et à mesure des semaines, nous avons vu une partie de la maison se transformer progressivement en usine à vaisseaux spatiaux et autres véhicules en légo. Les petites briques ont tellement envahi notre entrée que nous ne pouvions plus ni entrer, ni sortir de la maison sans prendre le risque de se fusiller quelques orteils au passage…! #mavieàLégoland. Sur un autre registre, je pense que ce confinement est une période particulièrement délicate et difficile à vivre pour les adolescents. Un tsunami émotionnel est parfois au rendez-vous… J’avoue avoir été particulièrement touchée par une carte écrite par ma fille de 15 ans à l’occasion de la fête des mères et qui en dit long sur les liens particuliers mis en lumière par cette situation. Et pour finir, le jour où chaque membre de la famille a tiré au sort en secret un autre membre de la famille pour être son ange gardien pour 24h. Ca a donné plein de petites attentions discrètes ou amusantes... Un excellent moment familial (et quelques surprises!) quand, le soir venu, il a fallu deviner qui était l’ange gardien de qui !

𝗩𝗼𝘂𝘀 𝗲̂𝘁𝗲𝘀 𝗲𝗻𝘁𝗿𝗲𝗽𝗿𝗲𝗻𝗲𝘂𝗿, 𝗰𝗼𝗺𝗺𝗲𝗻𝘁 𝘀𝗲 𝗽𝗮𝘀𝘀𝗲 𝗰𝗲𝘁𝘁𝗲 𝗽𝗲́𝗿𝗶𝗼𝗱𝗲 𝗽𝗼𝘂𝗿 𝘃𝗼𝘂𝘀 ? 𝗔𝘃𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝘂𝗻 𝗲𝗻𝘀𝗲𝗶𝗴𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗮̀ 𝗽𝗮𝗿𝘁𝗮𝗴𝗲𝗿 𝗮̀ 𝗰𝗲 𝗻𝗶𝘃𝗲𝗮𝘂-𝗹𝗮̀ ?

Je suis artiste. Je travaille seule et à mon compte. Pour faire face à la situation actuelle, j’ai recréé un mini atelier à la maison. Cela m’a obligée à adapter ma façon de travailler à un espace beaucoup plus restreint que dans mon atelier de Woodlands. Il m’a aussi fallu repenser complètement le principe des expositions physiques en galerie. Pour pallier à ce problème, j’ai eu la chance de trouver appui auprès de la galerie Intersections avec laquelle je travaille à Singapour depuis plusieurs années, et qui a organisé l’exposition en ligne Story of a Timeless Time, présentant une partie de mon travail en résonance directe avec le contexte actuel (jusqu’au 30 juin):

D’autres partenaires dans d’autres pays ont également fait un travail formidable pour m’aider en cette période particulière. Je pense entre autres à Ronewa Art Projects () qui a beaucoup communiqué sur mon travail, à Studio ID à Singapour qui a eu la bonne idée de lancer une série de conversations avec les artistes ()  ainsi qu’à l’initiative française “Les amis des artistes” () qui réunit de nombreux acteurs culturels et organise des ventes solidaires auxquelles je suis heureuse de participer pour venir en aide à d’autres artistes dans le besoin. Jusqu’ici c’est plus de 15000 Eur qui ont été récoltés et reversés à différentes associations et fonds de solidarité. Une bonne façon de construire du lien et de se serrer les coudes en ce moment. Quant à savoir comment cette crise du Coronavirus influencera notre rapport à la culture dans un deuxième temps, c’est une autre histoire à laquelle je me garderai bien de répondre...

𝗤𝘂𝗲𝗹𝗹𝗲 𝗲𝘀𝘁 𝗟𝗔 𝗰𝗵𝗮𝗻𝘀𝗼𝗻 𝗾𝘂𝗲 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗲́𝗰𝗼𝘂𝘁𝗲𝘇 𝗮𝗰𝘁𝘂𝗲𝗹𝗹𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗲𝘁 𝗾𝘂𝗶 𝗺𝗮𝗿𝗾𝘂𝗲𝗿𝗮 𝗽𝗼𝘂𝗿 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗹𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁

Nous avons la chance d’avoir des enfants musiciens. Donc entre batterie, guitares, piano et chant chez nous, la musique c’est souvent Live. Difficile donc d’isoler une chanson dans ces conditions. Nous avons surtout réécouté et fait découvrir à nos enfants plein de vieux albums de Dire Straits, Keith Jarrett, The Cure, The Beatles… Et aussi  Friday night in San Francisco, un concert époustouflant de dextérité par les 3 brillantissimes guitaristes que sont John Mc Laughlin, Paco DeLucia et Al DiMeola. A écouter sans modération !  

𝗤𝘂𝗲𝗹 𝗲𝘀𝘁 𝗟𝗘 𝗹𝗶𝘃𝗿𝗲 𝗾𝘂𝗲 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗿𝗲𝗰𝗼𝗺𝗺𝗮𝗻𝗱𝗲𝗿𝗶𝗲𝘇 𝗽𝗼𝘂𝗿 𝗰𝗲𝘁𝘁𝗲 𝗽𝗲́𝗿𝗶𝗼𝗱𝗲 𝗲𝘁 𝗽𝗼𝘂𝗿𝗾𝘂𝗼𝗶 ?

Ayant un fils dyslexique qui lit peu, j’ai profité de ce confinement pour lui lire faire découvrir des livres que j’aime et qu’il aurait eu du mal à aborder seul. L’occasion pour lui de découvrir Jack London (Croc Blanc), Barjavel (l’Enchanteur), Hemingway (Le vieil homme et la mer) et pour moi, le plaisir de ce rendez-vous quotidien avec mon fils et celui de lui transmettre mon amour des livres. Mais si je devais recommander 2 auteurs qui feraient de bons compagnons pour cette période de confinement, je choisirai sans hésiter Christian Bobin pour son invitation à l’intériorité et sa capacité d'émerveillement devant les choses toutes simples. Et Romain Gary pour son intelligence, sa complexité, son sens de l’humour toujours en pointillés… Et parce que c’est un personnage qui me fascine.

𝗤𝘂𝗲𝗹𝗹𝗲 𝗲𝘀𝘁 𝗹'𝗼𝗲𝘂𝘃𝗿𝗲 𝗱'𝗮𝗿𝘁 𝗾𝘂𝗲 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝘀𝗼𝘂𝗵𝗮𝗶𝘁𝗲𝘇 𝗽𝗮𝗿𝘁𝗮𝗴𝗲𝗿 ? 𝗣𝗼𝘂𝗿𝗾𝘂𝗼𝗶 ?

Sans conteste, une encre en noir et blanc de Zao Wou Ki, parce que ces grands formats réalisés à la toute fin de sa vie sont comme un retour à l’origine. Elles sont aussi le point fondateur de ma pratique artistique et constitue pour moi une invitation au voyage intérieur. Je peux les contempler des heures sans me lasser: 

Les oeuvres de l’artiste contemporain Christian Boltanski pour son approche de la condition humaine comme une chose tellement essentielle, insignifiante et dérisoire à la fois, où le hasard tient une place importante. Une oeuvre émouvante,  bouleversante qui met tous les humains sur un même plan d’égalité. Un travail plein de sens, particulièrement dans les conditions actuelles.

Et enfin l’oeuvre de Hans Hartung pour la joie inextinguible de peindre que l’on devine chez lui. Sa  pratique est à la fois extrêmement construite et spontanée, deux qualités qui me paraissent essentielles en cette période de confinement. La construction et la contrainte d’une part pour ne pas perdre pied en ces temps incertains. Et la spontanéité pour laisser beaucoup d’espace aux imprévus et aux actions non préméditées qui permettent de réinventer notre quotidien et de nous réinventer nous-mêmes.

𝗤𝘂𝗲𝗹 𝗲𝘀𝘁 𝗹𝗲 𝗽𝗼𝗱𝗰𝗮𝘀𝘁 𝗾𝘂𝗲 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝘀𝗼𝘂𝗵𝗮𝗶𝘁𝗲𝘇 𝗽𝗮𝗿𝘁𝗮𝗴𝗲𝗿 ? 𝗣𝗼𝘂𝗿𝗾𝘂𝗼𝗶 ?

L’heure bleue, une émission de Laure Adler sur France Inter. Parce qu’elle y reçoit de nombreuses personnalités qui viennent d’univers variés et avec lesquelles on aurait ensuite envie de devenir ami. Parce que ses interviews sont toujours pleines d’intelligence et de pudeur en même temps. Et parce que chacun de ses invités nous rend moins bêtes et nous ouvre de larges horizons… 

𝗤𝘂𝗲𝗹 𝗲𝘀𝘁 𝘃𝗼𝘁𝗿𝗲 𝗽𝗹𝗮𝘁 𝗽𝗿𝗲́𝗳𝗲́𝗿𝗲́ 𝗱𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 ?

Nous sommes tous très gourmands et la cuisine tient chez nous une place importante. Ce confinement aura été pour moi l’occasion de cuisiner autrement et de tester pas mal de nouvelles recettes. Parmi elles, nous garderons précieusement une tatin de carottes à la ricotta trouvée au hasard des pages internet, originale et très savoureuse, que tout le monde a appréciée! 

Et enfin, je ne peux pas ne pas évoquer ici une salade de pois chiches au citron et cumin accompagnée de mille petites graines (sésame, citrouille, pignons de pin…) que j’affectionne tellement que mon mari et mes enfants n’en peuvent plus!!! A tel point que pour la fête des mères, mon mari m’a offert (entre autres)... une boîte de pois chiches!

𝗣𝗼𝘂𝗿𝗿𝗶𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗽𝗮𝗿𝘁𝗮𝗴𝗲𝗿 𝘂𝗻 𝗺𝗼𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗱𝗵𝘂𝗺𝗼𝘂𝗿 𝗮𝘃𝗲𝗰 𝗻𝗼𝘀 𝗹𝗲𝗰𝘁𝗲𝘂𝗿𝘀 ?

Sans hésiter, le sketch des Mamans Calmes de Florence Foresti ! Parce que ca fait partie de nos références familiales et qu’on se le passe régulièrement (ainsi que les films de OSS117). Parce qu’évidemment, en cette période de confinement, ce sketch prend encore plus de sens! Et parce que j’adore entendre mes enfants à la fin du sketch, dire: “En vrai, c’est énervant les mamans calmes !” 

𝗠𝗮𝗶𝗻𝘁𝗲𝗻𝗮𝗻𝘁 𝗾𝘂𝗲 𝗻𝗼𝘂𝘀 𝗮𝘃𝗼𝗻𝘀 𝘂𝗻 𝗽𝗲𝘂 𝗱𝗲𝘅𝗽𝗲́𝗿𝗶𝗲𝗻𝗰𝗲, 𝘀𝗶 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗱𝗲𝘃𝗶𝗲𝘇 𝗲̂𝘁𝗿𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲́ 𝘀𝘂𝗿 𝘂𝗻𝗲 𝗶̂𝗹𝗲 𝗱𝗲́𝘀𝗲𝗿𝘁𝗲, 𝗾𝘂𝗶 𝗲𝘁 𝗾𝘂𝗼𝗶 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗲𝗺𝗽𝗼𝗿𝘁𝗲𝗿𝗶𝗲𝘇 𝗮𝘃𝗲𝗰 𝘃𝗼𝘂𝘀 ?

Sans ordre hiérarchique pour ne pas faire de jaloux : mon mari parce qu’il me fait beaucoup rire, mes baskets pour aller marcher, plein de livres car sans eux je me sens toute nue, mes pinceaux, de l’encre de chine et du papier parce qu’ils me font voyager mieux que personne, un appareil photo pour regarder le monde autrement, de la terre glaise pour me détendre, des aiguilles à tricoter et une machine à coudre parce qu’elles m’ont beaucoup servies ces derniers temps, les deux frangipaniers avec lesquels j’ai rendez-vous chaque jour parce que leur parfum est une petite joie quotidienne et...  mes enfants (évidemment!)  - même si de temps en temps ils mettent à rude épreuve la maman calme qui sommeille très très profondément en moi! -  parce qu’ils m’émerveillent, me font grandir et rire, et aussi parce qu’ils m’apprennent beaucoup de choses.

𝗦𝗶 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗱𝗲𝘃𝗶𝗲𝘇 𝗳𝗮𝗶𝗿𝗲 𝘂𝗻𝗲 𝗽𝗿𝗼𝗺𝗲𝘀𝘀𝗲 𝗮𝗳𝗶𝗻 𝗱𝗲 𝗽𝗼𝘂𝘃𝗼𝗶𝗿 𝘀𝗼𝗿𝘁𝗶𝗿 𝗱𝘂 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁, 𝗾𝘂𝗲𝗹𝗹𝗲 𝘀𝗲𝗿𝗮𝗶𝘁-𝗲𝗹𝗹𝗲 ?

Arrêter les pois chiches? Non, ce serait trop dur ! Continuer à faire du sport tous les jours, ce que je ne suis pas sûre d’avoir déjà fait avant ce confinement mais qui me fait un bien fou et m’aura permis de traverser ces semaines d’isolement en gardant ma bonne humeur !

𝗣𝗼𝘂𝗿𝗿𝗶𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗽𝗮𝗿𝘁𝗮𝗴𝗲𝗿 𝗱𝗲𝘀 𝗽𝗵𝗼𝘁𝗼𝘀 𝗱𝗲 𝗰𝗲𝘁𝘁𝗲 𝗽𝗲́𝗿𝗶𝗼𝗱𝗲 ?

Un montage à dominante noir et blanc: ma table de travail qui s'est transformée au fil des jours. Parce que c'est ma bulle et mon accès privilégié à tout un territoire intérieur. Les livres d'art qui m'ont particulièrement accompagnée ces dernières semaines et le mur de ma chambre qui s'est progressivement transformé en mur d'exposition...

𝗣𝗼𝘂𝗿 𝗳𝗶𝗻𝗶𝗿, 𝗾𝘂𝗲𝗹 𝗺𝗲𝘀𝘀𝗮𝗴𝗲 𝘀𝗼𝘂𝗵𝗮𝗶𝘁𝗲𝗿𝗶𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗽𝗮𝘀𝘀𝗲𝗿 𝗮𝘂𝘅 𝗹𝗲𝗰𝘁𝗲𝘂𝗿𝘀 𝗱𝗲 𝗹𝗲𝗽𝗲𝘁𝗶𝘁𝗷𝗼𝘂𝗿𝗻𝗮𝗹.𝗰𝗼𝗺 ?

Je choisirai une citation de l’artiste Louise Bourgeois qui disait: “Art is a guaranty of sanity”. Il me semble que plus que jamais, les artistes de tous bords (écrivains, cinéastes, poètes, peintres, sculpteurs, musiciens...) sont des ressources et des compagnons merveilleux pour traverser cette période un peu anxiogène. Cultiver notre intériorité  et enrichir notre approche de la vie à leur contact me semble au moins aussi essentiel (si ce n’est plus !) que d’écouter les infos !

 

𝗟'𝗵𝘂𝗺𝗲𝘂𝗿 𝗲𝘁 𝗹𝗲𝘀 𝗰𝗼𝘂𝗽𝘀 𝗱𝗲 𝗰𝗼𝗲𝘂𝗿 𝗱'𝘂𝗻 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲́ 𝗮̀ 𝗦𝗶𝗻𝗴𝗮𝗽𝗼𝘂𝗿 𝗽𝗮𝗿 𝗹𝗲𝗽𝗲𝘁𝗶𝘁𝗷𝗼𝘂𝗿𝗻𝗮𝗹.𝗰𝗼𝗺 #Jour53

Aujourd'hui, c'est Emmanuel Morin, Finance Customer Team Controller - Asean chez CFO Nokia Enterprise, qui partage son quotidien et ses coups de coeur pour cette 53ème journée confinée.

Emmanuel Morin

𝗣𝗼𝘂𝗿𝗿𝗶𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗻𝗼𝘂𝘀 𝗽𝗿𝗲́𝘀𝗲𝗻𝘁𝗲𝗿 𝗯𝗿𝗶𝗲̀𝘃𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝘃𝗼𝘁𝗿𝗲 𝗹𝗶𝗲𝘂 𝗲𝘁 𝘃𝗼𝘀 𝗰𝗼𝗺𝗽𝗮𝗴𝗻𝗼𝗻𝘀 𝗱𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 ?

Je vis sur East Coast avec ma femme, mon beau-fils, notre fille, notre maid et notre chat qui n’a visiblement aucun souci avec le confinement. L’appartement est donc bien vivant, mais le quartier est paisible et permet facilement d’aller faire du sport le long de la mer (course à pied ou vélo).

𝗤𝘂𝗲𝗹 𝗮 𝗲́𝘁𝗲́ 𝘃𝗼𝘁𝗿𝗲 𝗺𝗲𝗶𝗹𝗹𝗲𝘂𝗿 𝗺𝗼𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗱𝗲𝗽𝘂𝗶𝘀 𝗹𝗲 𝗱𝗲́𝗯𝘂𝘁 𝗱𝘂 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗲𝘁 𝗽𝗼𝘂𝗿𝗾𝘂𝗼𝗶 ?

Cela a pris quelques semaines pour s’ajuster mais j’apprécie de pouvoir passer plus de temps avec ma fille de 3 ans. Nous avons tous été forcés de changer certaines habitudes mais on s’adapte et on innove.

Et je me suis amusé à faire des gateaux avec ma fille, reprendre la course à pied après une blessure au mollet et commencer le vélo en appartement. J’ai même débuté un projet de vidéos pour une nouvelle chaine youtube. Please like and subscribe! 😊

Bien sûr, les activités en exterieur me manquent, mais les “e-aperos” de type zoom permettent de garder le contact.

𝗔𝘂𝗿𝗶𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝘂𝗻𝗲 𝗮𝗻𝗲𝗰𝗱𝗼𝘁𝗲 (𝗱𝗿𝗼̂𝗹𝗲 𝗼𝘂 𝗽𝗮𝘀) 𝗮̀ 𝗻𝗼𝘂𝘀 𝗿𝗮𝗰𝗼𝗻𝘁𝗲𝗿 𝗽𝗲𝗻𝗱𝗮𝗻𝘁 𝗰𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 ?

Ma fille aime bien venir à mon bureau quand je suis en pleine conférence téléphonique pour dire bonjour à mes collègues… et eux-même demandent à lui dire au revoir à la fin des meetings. 😊

𝗩𝗼𝘂𝘀 𝗲̂𝘁𝗲𝘀 𝘀𝗮𝗹𝗮𝗿𝗶𝗲́, 𝗰𝗼𝗺𝗺𝗲𝗻𝘁 𝘃𝗶𝘃𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗹𝗮 𝘀𝗶𝘁𝘂𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗮̀ 𝗰𝗲 𝗻𝗶𝘃𝗲𝗮𝘂-𝗹𝗮̀? 𝗤𝘂𝗲𝗹𝘀 𝘀𝗼𝗻𝘁 𝗹𝗲𝘀 𝗲𝗻𝘀𝗲𝗶𝗴𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁𝘀 𝗾𝘂𝗲 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗿𝗲𝘁𝗶𝗲𝗻𝗱𝗿𝗲𝘇 𝗱𝗲 𝗰𝗲𝘁𝘁𝗲 𝗽𝗲́𝗿𝗶𝗼𝗱𝗲?

Faire un “closing” financier pour le 1er trimestre fiscal de l’année complètement à distance a été “intéressant”.

L’une des chances de travailler depuis un moment dans une multinationale est d’avoir l’habitude de travailler à distance avec des équipes basées dans différents pays. Même si cela ne remplace pas complètement les meetings en F2F et les fameuses “pauses café”, les outils collaboratifs nécessaires pour assurer la continuité du business sont déjà en place (Teams, Webex,…). C'est par contre plus compliqué pour nos vendeurs et équipes de Business Development.

Beaucoup d’initiatives et de formation sur le bien-être ont été lancées en interne. Le volume de travail n’a pas ralenti et j’ai dû apprendre a réorganiser mon temps pour bien séparer le travail du côté personel.

𝗩𝗼𝘂𝘀 𝗲̂𝘁𝗲𝘀 𝗿𝗲𝗽𝗿𝗲́𝘀𝗲𝗻𝘁𝗮𝗻𝘁 𝗱𝗲 𝗹'𝗮𝘀𝘀𝗼𝗰𝗶𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗱𝗲𝘀 𝗮𝗹𝘂𝗺𝗻𝗶𝘀 𝗱𝗲 𝗠𝗼𝗻𝘁𝗽𝗲𝗹𝗹𝗶𝗲𝗿 𝗕𝘂𝘀𝗶𝗻𝗲𝘀𝘀 𝗦𝗰𝗵𝗼𝗼𝗹 𝗮̀ 𝗦𝗶𝗻𝗴𝗮𝗽𝗼𝘂𝗿, 𝗮𝘃𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗺𝗶𝘀 𝗱𝗲𝘀 𝗮𝗰𝘁𝗶𝗼𝗻𝘀 𝘀𝗽𝗲́𝗰𝗶𝗮𝗹𝗲𝘀 𝗲𝗻 𝗽𝗹𝗮𝗰𝗲 dur𝗮𝗻𝘁 𝗰𝗲𝘁𝘁𝘁𝗲 𝗽𝗲́𝗿𝗶𝗼𝗱𝗲 ?

Pour l’antenne des Alumni de Montpellier Business School, les projets physiques sont bien sûr décalés jusqu’à nouvel ordre. Une activité de type pétanque semble difficile à mettre en place à distance, mais nous avons des projets de type conférence en ligne qui nous permettraient d’interagir avec des alumni / intervenants basés en dehors de Singapour.

𝗤𝘂𝗲𝗹 𝗲𝘀𝘁 𝗟𝗘 𝗹𝗶𝘃𝗿𝗲 𝗾𝘂𝗲 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗿𝗲𝗰𝗼𝗺𝗺𝗮𝗻𝗱𝗲𝗿𝗶𝗲𝘇 𝗽𝗼𝘂𝗿 𝗰𝗲𝘁𝘁𝗲 𝗽𝗲́𝗿𝗶𝗼𝗱𝗲 𝗲𝘁 𝗽𝗼𝘂𝗿𝗾𝘂𝗼𝗶 ?

Il y a un moment, j’avais commencé à lire “Open” d'André Agassi et le confinement a été l’occasion de reprendre la lecture. Cette autobiographie d’un sportif de haut niveau qui se dépasse dans la douleur nous rapelle tous ces évènements sportifs qui ont été annulés. D’ailleurs coté tennis, nous aurions dû être en plein période de Roland Garros !

𝗤𝘂𝗲𝗹 𝗲𝘀𝘁 𝘃𝗼𝘁𝗿𝗲 𝗽𝗹𝗮𝘁 𝗽𝗿𝗲́𝗳𝗲́𝗿𝗲́ 𝗱𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 ?

A part les crêpes à la bière (version humoristique) et les beef Nachos, ce sont les pâtes bolognaises même si étonnamment il y a une pénurie de sauce tomate sur Singapour depuis le début du CB…

𝗠𝗮𝗶𝗻𝘁𝗲𝗻𝗮𝗻𝘁 𝗾𝘂𝗲 𝗻𝗼𝘂𝘀 𝗮𝘃𝗼𝗻𝘀 𝘂𝗻 𝗽𝗲𝘂 𝗱𝗲𝘅𝗽𝗲́𝗿𝗶𝗲𝗻𝗰𝗲, 𝘀𝗶 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗱𝗲𝘃𝗶𝗲𝘇 𝗲̂𝘁𝗿𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲́ 𝘀𝘂𝗿 𝘂𝗻𝗲 𝗶̂𝗹𝗲 𝗱𝗲́𝘀𝗲𝗿𝘁𝗲, 𝗾𝘂𝗶 𝗲𝘁 𝗾𝘂𝗼𝗶 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗲𝗺𝗽𝗼𝗿𝘁𝗲𝗿𝗶𝗲𝘇 𝗮𝘃𝗲𝗰 𝘃𝗼𝘂𝘀 ?

Il me faudrait une bonne connection Internet, short et chaussures de courses à pied, et quelques amis pour l’apéro 😊

𝗣𝗼𝘂𝗿 𝗳𝗶𝗻𝗶𝗿, 𝗾𝘂𝗲𝗹 𝗺𝗲𝘀𝘀𝗮𝗴𝗲 𝘀𝗼𝘂𝗵𝗮𝗶𝘁𝗲𝗿𝗶𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗽𝗮𝘀𝘀𝗲𝗿 𝗮𝘂𝘅 𝗹𝗲𝗰𝘁𝗲𝘂𝗿𝘀 𝗱𝗲 𝗹𝗲𝗽𝗲𝘁𝗶𝘁𝗷𝗼𝘂𝗿𝗻𝗮𝗹.𝗰𝗼𝗺 ?

La période actuelle est vraiment incroyable et disruptive, tant d’un point de vue personnel que professionel. Profitons en pour réfléchir et nous poser les bonnes questions, en espérant que la situation se régularise rapidement. Il y aura forcément un après “pandémie” et même si cela ne s’annonce pas forcément meilleur (contrôles et restrictions renforcées… ), à nous de rester solidaires et de faire en sorte que la tradition de l’apéro soit respectée malgré la distanciation sociale !

 

𝗟'𝗵𝘂𝗺𝗲𝘂𝗿 𝗲𝘁 𝗹𝗲𝘀 𝗰𝗼𝘂𝗽𝘀 𝗱𝗲 𝗰𝗼𝗲𝘂𝗿 𝗱'𝘂𝗻𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲́𝗲 𝗮̀ 𝗦𝗶𝗻𝗴𝗮𝗽𝗼𝘂𝗿 𝗽𝗮𝗿 𝗹𝗲𝗽𝗲𝘁𝗶𝘁𝗷𝗼𝘂𝗿𝗻𝗮𝗹.𝗰𝗼𝗺 #Jour54

Aujourd'hui, c'est une Absolute Fabulous de Serangoon qui témoigne, Anne Céline Vincendon, ex L'Oréal purchaser, passionnée par l'Egypte, la plongée et partenaire de Princess Hanna Nile Sailing Boat, qui partage avec nous son humeur et ses coups de coeur en ce 54ème jour de confinement... on ne compte plus😬😩

Celine

𝗣𝗼𝘂𝗿𝗿𝗶𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗻𝗼𝘂𝘀 𝗽𝗿𝗲́𝘀𝗲𝗻𝘁𝗲𝗿 𝗯𝗿𝗶𝗲̀𝘃𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝘃𝗼𝘁𝗿𝗲 𝗹𝗶𝗲𝘂 𝗲𝘁 𝘃𝗼𝘀 𝗰𝗼𝗺𝗽𝗮𝗴𝗻𝗼𝗻𝘀 𝗱𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 ?

Je vis à Serangoon Garden, dans une agréable maison, en compagnie de 5 beaux mecs : mon mari, nos garçons de 19,17 et 14 ans, et Ezekiel en stage ici. Marybel nous aide, nous sauve au quotidien à gérer tous ce p'tit monde. Une tortue égarée a élu domicile juste avant le confinement et a pondu 5 oeufs dans le jardin... Nous attendons tous les naissances.

𝗖𝗼𝗺𝗺𝗲𝗻𝘁 𝘃𝗶𝘃𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗰𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 ?

Toujours vivante... après l'annonce de cette semaine, je tente de "mettre un maximum de paillettes dans ma vie" afin que toute la tribu ressorte boostée à fond. J'écoute des Live d'artistes inconnus qui me donnent la pêche et également les live quotidiens de Bob Sinclar plein d' humour et d'imagination : danser m'apaise. Motivation obligatoire ; tous les matins avec notre coach sportif singapourienne Nisa, puis NIA avec l' incroyable Marie et, les cours de Yoga avec Olga pour relâcher la pression. Samedi 5PM : c'est cours de pâtisserie avec l'adorable couple de jeunes français coincés ici à Serangoon. Malgrè tous mes efforts, je suis malheureusement toujours aussi nulle. Mes garçons garderont en mémoire ce fameux Opéra réalisé durant 3h et qui a fini à la poubelle 😅😂.

Je maintiens le contact avec toutes les copines, la famille. On élabore aussi le futur fameux Calendrier "Circuit Breaker in Black and White des F. Résistant Fabulous". Merci au chouette groupe Facebook "Les filles de l'Ouest"  qui partage leur confinement et leur famille avec émotion et  bienveillance (surtout leurs cousins 😜).

𝗤𝘂𝗲𝗹 𝗮 𝗲́𝘁𝗲́ 𝘃𝗼𝘁𝗿𝗲 𝗺𝗲𝗶𝗹𝗹𝗲𝘂𝗿 𝗺𝗼𝗺𝗲𝗻𝘁 (𝗼𝘂 𝘃𝗼𝘁𝗿𝗲 𝗺𝗲𝗶𝗹𝗹𝗲𝘂𝗿𝗲 𝗲𝘅𝗽𝗲́𝗿𝗶𝗲𝗻𝗰𝗲) 𝗱𝗲𝗽𝘂𝗶𝘀 𝗹𝗲 𝗱𝗲́𝗯𝘂𝘁 𝗱𝘂 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗲𝘁 𝗽𝗼𝘂𝗿𝗾𝘂𝗼𝗶 ?

L'arrivée en urgence de notre fils aîné avant le confinement en France reste un moment important. Impossible de le laisser seul à Paris dans un petit studio pendant la pandémie. Maman poule oblige ! Je dirais également tous les diners en famille, les discussions, les moments de rigolades avec nos enfants lorsqu'ils nous racontent leurs aventures, leurs bêtises. On profite d’être tous réunis ,de fêter les 17 ans de notre Aloïs, de partager des apéros ! On laisse à chacun espace et liberté : rêver, dormir, jouer aux jeux vidéo, travailler, boire un apéro, jouer au ping-pong, et dans la piscine... bref, pas besoin de rajouter plus de stress !  La vie reste belle à Singapour !

𝗩𝗼𝘂𝘀 𝗲̂𝘁𝗲𝘀 𝗲𝗻𝘁𝗿𝗲𝗽𝗿𝗲𝗻𝗲𝘂𝗿, 𝗰𝗼𝗺𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗴𝗲́𝗿𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗰𝗲𝘁𝘁𝗲 𝗽𝗲́𝗿𝗶𝗼𝗱𝗲 𝗱𝗮𝗻𝘀 𝘃𝗼𝘁𝗿𝗲 𝗮𝗰𝘁𝗶𝘃𝗶𝘁𝗲́ ? 𝗤𝘂𝗲𝗹 𝗲𝗻𝘀𝗲𝗶𝗴𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗿𝗲𝘁𝗶𝗲𝗻𝗱𝗿𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 ?

Je suis passionnée par l’Egypte. Depuis plus de 20 ans, nous partons régulièrement plonger en mer rouge à Marsa Alam. Toute la civilisation égyptienne me passionne, les couleurs au bord du Nil m'attirent. L'Egypte est le seul pays au monde où j'ai eu les larmes aux yeux en visitant à Louxor les tombes des artisans (peu visitées par les touristes) et en rencontrant les archéologues sur les sites de fouille.Tant de trésors encore à découvrir dans ce pays si accueillant !

L’année dernière, je suis devenue partenaire dans une activité d'un bateau à voiles mytique en Egypte: une dahabia. Les dahabiehs étaient les voiliers utilisés par les préfets romains et servaient de résidences flottantes aux égyptiens et voyageurs fortunés au 19e siècle. Le bateau Princess Hanna est à Louxor et descend, en 8 jours, le Nil jusqu'à Assouan en haute Egypte. Une équipage de 10 personnes et un guide égyptologue vous accueillent à bord pour découvrir de manière authentique et privative les sites archéologiques et les villages typiques. L’idée est également de proposer un service sur mesure en accord avec les  souhaits des familles, amis (maximum 14 personnes, 7 cabines). Nous proposons tous types de formules: stages de Yoga, Pilate, Méditation, mais aussi cours de danse et ateliers de musique orientale. Massages et cours de cuisine égyptienne à bord. BBQ et soirées authentiques au bord du Nil. Vraiment une expérience inoubliable à bord de ce bateau. N'hésitez pas à me contacter pour en savoir davantage.

Nous prenons le temps qui nous est imposé par le Covid 19 pour améliorer notre site internet et préparer progressivement la reprise du tourisme dans ce magnifique pays. Pour les personnes intéressées, je vais proposer une initiation à l Egyptologie via Zoom, enseignement dispensé par notre guide égyptologue francophone.  Je dirais pour conclure qu'il faut savoir changer rapidement nos habitudes et manière de travailler, profiter du moment présent, car jamais rien n'est acquis .

𝗤𝘂𝗲𝗹𝗹𝗲 𝗲𝘀𝘁 𝗟𝗔 𝗰𝗵𝗮𝗻𝘀𝗼𝗻 𝗾𝘂𝗲 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗲́𝗰𝗼𝘂𝘁𝗲𝘇 𝗮𝗰𝘁𝘂𝗲𝗹𝗹𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗲𝘁 𝗾𝘂𝗶 𝗺𝗮𝗿𝗾𝘂𝗲𝗿𝗮 𝗽𝗼𝘂𝗿 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗹𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁

Dans notre famille, nous aimons la musique, car cela nous donne une pêche de dingue ! Mattéo à la guitare, Aloïs au piano, Ezekiel au violon, Morgan au youkoulélé, moi qui danse derrière... 😂J'écoute pas mal de vieilles musiques ultra positives en ce moment : - Diana Ross The Boss  - Ain't no mountain high enough Marvin Gaye  - Think d'Aretha Franklin - I am what i am de Gloria Gaynor - et I will survive 😂  Mes ados n'en peuvent plus. 🙉

𝗣𝗼𝘂𝗿𝗿𝗶𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗽𝗮𝗿𝘁𝗮𝗴𝗲𝗿 𝘂𝗻 𝗺𝗼𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗱𝗵𝘂𝗺𝗼𝘂𝗿 𝗮𝘃𝗲𝗰 𝗻𝗼𝘀 𝗹𝗲𝗰𝘁𝗲𝘂𝗿𝘀 ?

"GuiHome vous détend" est un jeune humoriste belge qui m’a le plus fait rire dernièrement, je vais d'ailleurs commencer le Kayak avec lui  

𝗠𝗮𝗶𝗻𝘁𝗲𝗻𝗮𝗻𝘁 𝗾𝘂𝗲 𝗻𝗼𝘂𝘀 𝗮𝘃𝗼𝗻𝘀 𝘂𝗻 𝗽𝗲𝘂 𝗱𝗲𝘅𝗽𝗲́𝗿𝗶𝗲𝗻𝗰𝗲, 𝘀𝗶 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗱𝗲𝘃𝗶𝗲𝘇 𝗲̂𝘁𝗿𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲́ 𝘀𝘂𝗿 𝘂𝗻𝗲 𝗶̂𝗹𝗲 𝗱𝗲́𝘀𝗲𝗿𝘁𝗲, 𝗾𝘂𝗶 𝗲𝘁 𝗾𝘂𝗼𝗶 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗲𝗺𝗽𝗼𝗿𝘁𝗲𝗿𝗶𝗲𝘇 𝗮𝘃𝗲𝗰 𝘃𝗼𝘂𝘀 ?

Ma famille, mes amis, un briquet pour faire du feu, de la musique, une guitare pour animer nos soirée, du materiel pour plonger et pêcher, une caisse de bons vins et hop le tour est joué : je suis au paradis !

𝗦𝗶 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗱𝗲𝘃𝗶𝗲𝘇 𝗳𝗮𝗶𝗿𝗲 𝘂𝗻𝗲 𝗽𝗿𝗼𝗺𝗲𝘀𝘀𝗲 𝗮𝗳𝗶𝗻 𝗱𝗲 𝗽𝗼𝘂𝘃𝗼𝗶𝗿 𝘀𝗼𝗿𝘁𝗶𝗿 𝗱𝘂 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁, 𝗾𝘂𝗲𝗹𝗹𝗲 𝘀𝗲𝗿𝗮𝗶𝘁-𝗲𝗹𝗹𝗲 ?

J'arrête d’être en retard et je réussis à faire ce satané gâteau Opéra😜, si seulement cela pouvait marcher...

𝗣𝗼𝘂𝗿 𝗳𝗶𝗻𝗶𝗿, 𝗾𝘂𝗲𝗹 𝗺𝗲𝘀𝘀𝗮𝗴𝗲 𝘀𝗼𝘂𝗵𝗮𝗶𝘁𝗲𝗿𝗶𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗽𝗮𝘀𝘀𝗲𝗿 𝗮𝘂𝘅 𝗹𝗲𝗰𝘁𝗲𝘂𝗿𝘀 𝗱𝗲 𝗹𝗲𝗽𝗲𝘁𝗶𝘁𝗷𝗼𝘂𝗿𝗻𝗮𝗹.𝗰𝗼𝗺 ?

Aime la vie intensément et tu n'auras plus de temps pour la haine, le regret ou la peur. « La vie, ce n’est pas d’attendre que l’orage passe, c’est d’apprendre à danser sous la pluie. »  Sénèque 😘

 

𝗟'𝗵𝘂𝗺𝗲𝘂𝗿 𝗲𝘁 𝗹𝗲𝘀 𝗰𝗼𝘂𝗽𝘀 𝗱𝗲 𝗰𝗼𝗲𝘂𝗿 𝗱'𝘂𝗻𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲́𝗲 𝗮̀ 𝗦𝗶𝗻𝗴𝗮𝗽𝗼𝘂𝗿 𝗽𝗮𝗿 𝗹𝗲𝗽𝗲𝘁𝗶𝘁𝗷𝗼𝘂𝗿𝗻𝗮𝗹.𝗰𝗼𝗺 #Jour55

Pour ce 55ème jour de confinement, c’est Pauline Rouger, fondatrice de Time To Travel, service d’organisation de voyages, qui nous raconte son confinement et nous donne ses coups de cœur en cette période confinée.

Pauline

𝗣𝗼𝘂𝗿𝗿𝗶𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗻𝗼𝘂𝘀 𝗽𝗿𝗲́𝘀𝗲𝗻𝘁𝗲𝗿 𝗯𝗿𝗶𝗲̀𝘃𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝘃𝗼𝘁𝗿𝗲 𝗹𝗶𝗲𝘂 𝗲𝘁 𝘃𝗼𝘀 𝗰𝗼𝗺𝗽𝗮𝗴𝗻𝗼𝗻𝘀 𝗱𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 ?

Je vis près de Kovan avec mes 2 garçons et mon mari. Jusqu’à il y a un mois, nous avions une colocataire, mais elle a malheureusement dû rentrer en France. Nous avons la chance de vivre dans une maison avec un bout de jardin et une piscine pour les enfants. Nous sommes conscients de ce privilège, surtout dans ce genre de situation et nous en sommes reconnaissants tous les jours.

𝗤𝘂𝗲𝗹 𝗮 𝗲́𝘁𝗲́ 𝘃𝗼𝘁𝗿𝗲 𝗺𝗲𝗶𝗹𝗹𝗲𝘂𝗿 𝗺𝗼𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗱𝗲𝗽𝘂𝗶𝘀 𝗹𝗲 𝗱𝗲́𝗯𝘂𝘁 𝗱𝘂 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗲𝘁 𝗽𝗼𝘂𝗿𝗾𝘂𝗼𝗶 ?

Je voyage habituellement beaucoup grâce à mon travail mais aussi avec ma famille. J’avoue que ça me manque énormément. En attendant de pouvoir voyager à nouveau, nous sommes partis en voyage virtuel grâce à @randomdots avec leur StayHome expérience à Taipei. Quelle belle expérience à « Taïwan » avec repas traditionnel taïwanais, cocktails créatifs DYO, une visite live de la ville avec super guide et jeux pour clôturer. Une très agréable soirée pour s’évader et se changer les idées. Je vous recommande vivement de tenter leur prochaine expérience :

𝗔𝘂𝗿𝗶𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝘂𝗻𝗲 𝗮𝗻𝗲𝗰𝗱𝗼𝘁𝗲 (𝗱𝗿𝗼̂𝗹𝗲 𝗼𝘂 𝗽𝗮𝘀) 𝗮̀ 𝗻𝗼𝘂𝘀 𝗿𝗮𝗰𝗼𝗻𝘁𝗲𝗿 𝗽𝗲𝗻𝗱𝗮𝗻𝘁 𝗰𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 ?

J’ai été contactée par le Radio locale de ma région d’origine en France @radiogatine pour raconter mon confinement, ma vie à Singapour et mon parcours personnel et professionnel. C’était une expérience toute nouvelle pour moi et très intéressante. Je ne regrette pas. La voici 

𝗩𝗼𝘂𝘀 𝗲̂𝘁𝗲𝘀 𝗲𝗻𝘁𝗿𝗲𝗽𝗿𝗲𝗻𝗲𝘂𝗿, 𝗰𝗼𝗺𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗴𝗲́𝗿𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗰𝗲𝘁𝘁𝗲 𝗽𝗲́𝗿𝗶𝗼𝗱𝗲 𝗱𝗮𝗻𝘀 𝘃𝗼𝘁𝗿𝗲 𝗮𝗰𝘁𝗶𝘃𝗶𝘁𝗲́ ? 𝗤𝘂𝗲𝗹 𝗲𝗻𝘀𝗲𝗶𝗴𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗿𝗲𝘁𝗶𝗲𝗻𝗱𝗿𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 ?

Faire vivre Time To Travel aujourd’hui est un vrai défi. Le tourisme n’a jamais connu de crise aussi profonde, durable et à l’échelle mondiale. C’est un vrai bouleversement pour moi dont la vocation est de faire découvrir les beautés de ce monde et de partager ma connaissance et mon expérience. Etant multi-expatriée depuis plus de 15 ans (Canada, Etats-Unis, Australie) et depuis maintenant 5 ans à Singapour, j’ai énormément voyagé pour mon travail mais aussi en famille à travers les 5 continents.

Bien évidement depuis le début de l’épidémie, il est impossible de voyager à travers le monde et mon activité a été très réduite. Cependant je peux toujours continuer à faire profiter mes clients de mes conseils personnalisés sur ma page Facebook Time To Travel et je les oriente désormais un peu différemment. J’effectue des recherches de nouveaux lieux insolites, je vérifie les informations internationales pour connaitre les dates et conditions de réouverture de frontières dans les pays, j’observe la reprise d’activité des compagnies aériennes, etc., je relaie des témoignages intéressants, je partage des façons de voyager innovantes, depuis chez soi, comme des visites virtuelles par exemple.

Et puis j’aide déjà mes clients à préparer leurs futurs voyages, en leur faisant gagner du temps précieux dans leurs recherches. En effet, toute la planification d’un voyage par soi-même demande beaucoup de temps, une étude a montré que les futurs voyageurs passent en moyenne 15h pour la recherche seule de leur voyage, du temps que les gens n’ont pas forcement. Internet est une mine de ressource encore faut-il savoir où trouver les informations et les bons plans. Alors je les aide à définir leurs attentes, leurs besoins et leur budget. J’effectue toutes les recherches (transport, hébergements, visites, etc), l’idée étant pour moi de comprendre ce dont ils ont envie pour leur proposer leur voyage, leur expérience et pas celle d’un catalogue d’agence de voyage. Avec le contexte actuel, j’observe que la personnalisation et l’adaptation sont plus importants que jamais face à un monde qui change vite, face à des gens inquiets et des déplacements restreints. J’ai toujours prôné un voyage durable et responsable et je note que la problématique environnementale est encore plus importante pour les voyageurs depuis la crise COVID.

Je suis sereine professionnellement car les gens auront toujours soif de voyage et d’aventure et de plus en plus de façon personnalisée, mettant en valeur une réelle expérience, loin des sentiers battus. C’est ce qui m’a toujours guidé en tant que conseillère voyage. Les clients souhaiteront aussi de plus en plus d’adaptabilité et de réactivité ce à quoi l’offre de Time to Travel répond à mon avis bien mieux qu’une agence de voyage classique. Il me faudra encore continuer à faire découvrir aux voyageurs le mode innovant d’organisation de voyages que Time to Travel propose pour leur en faire réaliser les nombreux bénéfices.

𝗤𝘂𝗲𝗹𝗹𝗲 𝗲𝘀𝘁 𝗟𝗔 𝗰𝗵𝗮𝗻𝘀𝗼𝗻 𝗾𝘂𝗶 𝗺𝗮𝗿𝗾𝘂𝗲𝗿𝗮 𝗽𝗼𝘂𝗿 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗹𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁

L’année dernière nous sommes allés voir le ballet de l’opéra de Paris à Esplanade. C’était la toute première fois que je voyais un ballet de ma vie et là ce fut, comment dirais-je, LA claque ! Un ballet en forme de rituel primitif sur une version recomposée des Quatre Saisons de Vivaldi par Max Richter. Les enfants adorent autant que nous et nous adorons re-écouter et revoir des scènes de ce ballet. Voici un extrait de The Season's Canon de Crystal Pite 

𝗤𝘂𝗲𝗹 𝗲𝘀𝘁 𝗹𝗲 𝗽𝗼𝗱𝗰𝗮𝘀𝘁 𝗾𝘂𝗲 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝘀𝗼𝘂𝗵𝗮𝗶𝘁𝗲𝘇 𝗽𝗮𝗿𝘁𝗮𝗴𝗲𝗿 𝗲𝘁 𝗽𝗼𝘂𝗿𝗾𝘂𝗼𝗶?

J’adore tout particulièrement les podcasts de Romain Lazzarotto @surlesroutesdelasie. Des posdcasts entièrement dédiés au voyage d’aventure et découverte en Asie. Je m’allonge dans mon hamac, je mets mes écouteurs et c’est parti je suis emportée aux 4 coins de l’Asie sans bouger ! Si vous ne connaissez pas encore aller écouter celui sur L’histoire de Singapour avec Ariane Nabarro : passionnant ! 

𝗤𝘂𝗲𝗹 𝗲𝘀𝘁 𝘃𝗼𝘁𝗿𝗲 𝗽𝗹𝗮𝘁 𝗽𝗿𝗲́𝗳𝗲́𝗿𝗲́ 𝗽𝗲𝗻𝗱𝗮𝗻𝘁 𝗰𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 ?

Durant le confinement, je me suis lancé le défi de faire plus de sport (en même temps il n’y a pas beaucoup d’autre activites disponibles 😊) et de manger plus sainement. C’est simple, c’est bon et c’est joli à l’œil : les Poke Bowl. Pas grand-chose à faire juste à voir les ingrédients

𝗣𝗼𝘂𝗿𝗿𝗶𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗽𝗮𝗿𝘁𝗮𝗴𝗲𝗿 𝘂𝗻 𝗺𝗼𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗱𝗵𝘂𝗺𝗼𝘂𝗿 𝗮𝘃𝗲𝗰 𝗻𝗼𝘀 𝗹𝗲𝗰𝘁𝗲𝘂𝗿𝘀 ?

Je suis fan de Florence Foresti depuis le début. Tous ses sketchs sur la grossesse, la maternité et la parentalité me font mourir de rire et me parle tellement… J’ai particulièrement aimé re-re-regarder celui « des devoirs » qui resonne énormément en moi durant cette période avec l’enseignement à la maison. Si vous ne le connaissez, faites vous plaisir

𝗠𝗮𝗶𝗻𝘁𝗲𝗻𝗮𝗻𝘁 𝗾𝘂𝗲 𝗻𝗼𝘂𝘀 𝗮𝘃𝗼𝗻𝘀 𝘂𝗻 𝗽𝗲𝘂 𝗱𝗲𝘅𝗽𝗲́𝗿𝗶𝗲𝗻𝗰𝗲, 𝘀𝗶 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗱𝗲𝘃𝗶𝗲𝘇 𝗲̂𝘁𝗿𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲́ 𝘀𝘂𝗿 𝘂𝗻𝗲 𝗶̂𝗹𝗲 𝗱𝗲́𝘀𝗲𝗿𝘁𝗲, 𝗾𝘂𝗶 𝗲𝘁 𝗾𝘂𝗼𝗶 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗲𝗺𝗽𝗼𝗿𝘁𝗲𝗿𝗶𝗲𝘇 𝗮𝘃𝗲𝗰 𝘃𝗼𝘂𝘀 ?

Je ne vais pas très originale mais bien évidement j’emmènerais mon mari et mes enfants… une enceinte (j’aurais beaucoup de mal à vivre sans musique), mon matériel de dessin et peinture (je n’ai jamais autant dessiné que pendant ce confinement) et je ne pourrais plus me passer de mes amis aussi longtemps sans qu’ils viennent avec moi !

𝗦𝗶 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗱𝗲𝘃𝗶𝗲𝘇 𝗳𝗮𝗶𝗿𝗲 𝘂𝗻𝗲 𝗽𝗿𝗼𝗺𝗲𝘀𝘀𝗲 𝗮𝗳𝗶𝗻 𝗱𝗲 𝗽𝗼𝘂𝘃𝗼𝗶𝗿 𝘀𝗼𝗿𝘁𝗶𝗿 𝗱𝘂 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁, 𝗾𝘂𝗲𝗹𝗹𝗲 𝘀𝗲𝗿𝗮𝗶𝘁-𝗲𝗹𝗹𝗲 ?

J’espère pouvoir continuer à faire du sport tous les jours ou au moins plusieurs fois par semaine. Cela m’a tellement fait de bien physiquement et moralement pour pouvoir surmonter cette période d’isolation.

𝗣𝗼𝘂𝗿𝗿𝗶𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗽𝗮𝗿𝘁𝗮𝗴𝗲𝗿 𝗱𝗲𝘀 𝗽𝗵𝗼𝘁𝗼𝘀 𝗱𝗲 𝗰𝗲𝘁𝘁𝗲 𝗽𝗲́𝗿𝗶𝗼𝗱𝗲 ?

Notre quotidien est rythmé par le sport : Karaté pour les enfants par zoom, Yoga pour mon grand garçon et moi et HIIT en famille. Une photo aussi à Willing Heart une journée de bénévolat avec nos amis. Les enfants étaient fous de joie de pouvoir revoir leur copains (et nous aussi 😊) Et pour finir une photo de ma fresque Mandala réalisée a la maison dans mon bureau. Si je m’étais écoutée, j’aurais pu couvrir tous les murs de la maison, mais je ne crois pas que le propriétaire aurait été très content. Voici un timelapse des 36 heures de travail.

𝗣𝗼𝘂𝗿 𝗳𝗶𝗻𝗶𝗿, 𝗾𝘂𝗲𝗹 𝗺𝗲𝘀𝘀𝗮𝗴𝗲 𝘀𝗼𝘂𝗵𝗮𝗶𝘁𝗲𝗿𝗶𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗽𝗮𝘀𝘀𝗲𝗿 𝗮𝘂𝘅 𝗹𝗲𝗰𝘁𝗲𝘂𝗿𝘀 𝗱𝗲 𝗹𝗲𝗽𝗲𝘁𝗶𝘁𝗷𝗼𝘂𝗿𝗻𝗮𝗹.𝗰𝗼𝗺 ?

Je pense nous devons profiter de cette période unique et exceptionnelle pour repenser notre façon de vivre, se poser les bonnes questions, développer notre créativité. J’essaie de le faire au quotidien, tant d’un point de vue personnel que professionnel. De mon côté, c’est la fin de l’expérience Singapourienne. En effet, nous partons dans quelques semaines vivre à Taiwan. Nous sommes impatients de nous lancer dans cette nouvelle aventure familiale, les enfants en particulier ont hâte de découvrir un nouveau pays, une nouvelle école, et se faire de nouveaux copains. L’expérience COVID a resserré nos liens familiaux, et, malgré des hauts et des bas nous avons appris à mieux nous connaitre et nous accepter. Et puis pour moi, ce sera un nouveau territoire à explorer dont le potentiel touristique est incroyable et encore peu exploré. De belles perspectives de conseils pour les futurs voyageurs ! J’ai hâte de continuer à vous faire voyager à Taiwan ou ailleurs !

 

𝗟'𝗵𝘂𝗺𝗲𝘂𝗿 𝗲𝘁 𝗹𝗲𝘀 𝗰𝗼𝘂𝗽𝘀 𝗱𝗲 𝗰𝗼𝗲𝘂𝗿 𝗱'𝘂𝗻𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲́𝗲 𝗮̀ 𝗦𝗶𝗻𝗴𝗮𝗽𝗼𝘂𝗿 𝗽𝗮𝗿 𝗹𝗲𝗽𝗲𝘁𝗶𝘁𝗷𝗼𝘂𝗿𝗻𝗮𝗹.𝗰𝗼𝗺 #Jour56

Aujourd'hui, c’est Axelle Goubet, Brand ambassador chez Didier Goubet, qui nous raconte son confinement et nous partage ses coup de cœur en cette 56ème journée confinée.

Axelle Goubet

𝗣𝗼𝘂𝗿𝗿𝗶𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗻𝗼𝘂𝘀 𝗽𝗿𝗲́𝘀𝗲𝗻𝘁𝗲𝗿 𝗯𝗿𝗶𝗲̀𝘃𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝘃𝗼𝘁𝗿𝗲 𝗹𝗶𝗲𝘂 𝗲𝘁 𝘃𝗼𝘀 𝗰𝗼𝗺𝗽𝗮𝗴𝗻𝗼𝗻𝘀 𝗱𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 ?

Dans notre appartement entre Robertson Quay et Tiong Bahru, avec mes deux colocs françaises. Nous sommes en home office depuis le début du CB mais arrivons malgré tout à trouver toutes les 3 notre rythme de travail sur nos bureaux improvisés dans la salle à manger ! Nous profitons aussi de cette période pour cuisiner (ou se faire livrer de bon petits plats de chez Bakalaki…), organiser des sorties vélos autour de chez nous pour redécouvrir notre quartier.

𝗤𝘂𝗲𝗹𝗹𝗲 𝗮 𝗲́𝘁𝗲́ 𝘃𝗼𝘁𝗿𝗲 𝗺𝗲𝗶𝗹𝗹𝗲𝘂𝗿𝗲 𝗲𝘅𝗽𝗲́𝗿𝗶𝗲𝗻𝗰𝗲 𝗱𝗲𝗽𝘂𝗶𝘀 𝗹𝗲 𝗱𝗲́𝗯𝘂𝘁 𝗱𝘂 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗲𝘁 𝗽𝗼𝘂𝗿𝗾𝘂𝗼𝗶 ?

La découverte d’une nouvelle activité, l’aquarelle ! De nature créative, j’ai toujours eu envie de tester de nouvelles activités et j’ai enfin trouvé le temps et l’occasion de me lancer.

𝗩𝗼𝘂𝘀 𝗲̂𝘁𝗲𝘀 𝗲𝗻𝘁𝗿𝗲𝗽𝗿𝗲𝗻𝗲𝘂𝗿, 𝗰𝗼𝗺𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗴𝗲́𝗿𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗰𝗲𝘁𝘁𝗲 𝗽𝗲́𝗿𝗶𝗼𝗱𝗲 𝗱𝗮𝗻𝘀 𝘃𝗼𝘁𝗿𝗲 𝗮𝗰𝘁𝗶𝘃𝗶𝘁𝗲́ ? 𝗤𝘂𝗲𝗹 𝗲𝗻𝘀𝗲𝗶𝗴𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗿𝗲𝘁𝗶𝗲𝗻𝗱𝗿𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 ?

Je suis en charge de mon entreprise familiale, Maison Didier Goubet en Asie et suis basée à Singapour depuis un an chez notre distributeur Gourmet Partner. Fondée par mes parents il y a 25 ans, nous sommes pionniers dans l’élaboration d’un jus de raisin BIO et artisanal de la même manière qu’un vin « Grand Crus » avec une approche unique, une approche par cépages. C’est une boissons santé, festive et typiquement française. Même si nous ne sommes plus libres de voyager et de rentrer facilement en France, nous sommes toujours libres de bien manger et de prendre soin de nous ! Si vous souhaitez voyager à la source des vins de Bordeaux, découvrez nos jus de Merlot, Cabernet et Sémillon sur notre siteSur Instagram, vous découvrirez nos points de vente à Singapour (My Market, Le Petit Dépôt, etc.) et nos dernières nouveautés ! 

Avec la crise on se rend compte que finalement tout peut se faire à distance et de manière informatisée et qu’il est essentiel de garder du lien malgré la distance physique. Mes journées sont rythmées par les rendez-vous téléphoniques !

𝗤𝘂𝗲𝗹 𝗲𝘀𝘁 𝗹𝗲 𝗽𝗼𝗱𝗰𝗮𝘀𝘁 𝗾𝘂𝗲 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝘀𝗼𝘂𝗵𝗮𝗶𝘁𝗲𝘇 𝗽𝗮𝗿𝘁𝗮𝗴𝗲𝗿 𝗲𝘁 𝗽𝗼𝘂𝗿𝗾𝘂𝗼𝗶?

J’aime beaucoup le podcast « Business of Bouffe » qui est passionnant et qui permet de découvrir de nouveaux acteurs dans le monde de la gastronomie. C’est aussi un moyen de savoir comment les acteurs dans le F&B font face à la crise. Sinon « Les nouveaux toqués », un podcast d’Emmanuelle Coulon qui est très chouette et permet de découvrir de nouvelles marques canons dans la food.

𝗤𝘂𝗲𝗹 𝗲𝘀𝘁 𝘃𝗼𝘁𝗿𝗲 𝗽𝗹𝗮𝘁 𝗽𝗿𝗲́𝗳𝗲́𝗿𝗲́ 𝗽𝗲𝗻𝗱𝗮𝗻𝘁 𝗰𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 ?

Depuis que Gourmet Partner (distributeur de produits gourmets pour l’hôtellerie et la restauration) propose ses produits en retail et aux particuliers, on s’est remises à cuisiner en coloc ! Et j’avoue qu’on abuse pas mal de leur Burratina italienne qui est vraiment incroyable… A tester ! 

 𝗣𝗼𝘂𝗿𝗿𝗶𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗽𝗮𝗿𝘁𝗮𝗴𝗲𝗿 𝗱𝗲𝘀 𝗽𝗵𝗼𝘁𝗼𝘀 𝗱𝗲 𝗰𝗲𝘁𝘁𝗲 𝗽𝗲́𝗿𝗶𝗼𝗱𝗲 ?

Si vous ne connaissez pas nos jus, je vous joins une photo de notre jus de raisin pétillant Merlot de Bordeaux, 100% BIO, = sans alcool, sans sucre ajoutés, additifs, sulphites, etc ! A déguster très frais (avec ou sans glaçons) avec un dessert au chocolat ou des plats épicés. Ou même en cocktail avec du gin pour vos call-apéros !

𝗣𝗼𝘂𝗿 𝗳𝗶𝗻𝗶𝗿, 𝗾𝘂𝗲𝗹 𝗺𝗲𝘀𝘀𝗮𝗴𝗲 𝘀𝗼𝘂𝗵𝗮𝗶𝘁𝗲𝗿𝗶𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗽𝗮𝘀𝘀𝗲𝗿 𝗮𝘂𝘅 𝗹𝗲𝗰𝘁𝗲𝘂𝗿𝘀 𝗱𝗲 𝗹𝗲𝗽𝗲𝘁𝗶𝘁𝗷𝗼𝘂𝗿𝗻𝗮𝗹.𝗰𝗼𝗺 ?

Avant le confinement je me déplaçais beaucoup en Asie pour le travail, finalement cela nous oblige à nous recentrer et à ralentir le rythme. On apprécie davantage les moments simples ! C’est également un bon moment à exploiter je trouve. Par exemple au niveau business nous en profitons pour remettre à plat notre stratégie, nos objectifs et faire en sorte que nos actions reflètent vraiment nos valeurs.

 

lepetitjournal.com

Rejoignez le Club des lecteurs contributeurs ! 

Suivez-nous sur Instagram, likez notre Page Facebook et abonnez-vous à notre newsletter !

 

Marie-Ségolène Migairou

Marie-Ségolène Migairou

Pendant ses études et ses fonctions à l’export, elle a parcouru le monde. Aujourd'hui à Singapour, elle s’investit au sein du Petitjournal.com au niveau commercial et marketing et occasionnellement rédactionnel
0 Commentaire (s)Réagir