Lundi 1 juin 2020
Singapour
Singapour
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Covid19 - Humeur de confinés à Singapour #Semaine 5 !

Par Marie-Ségolène Migairou | Publié le 11/05/2020 à 14:15 | Mis à jour le 12/05/2020 à 03:52
confinés à singapour

Alors que la France démarre cette semaine son déconfinement par étapes, nous entamons à Singapour notre 6ème semaine de confinement total de la population pour ralentir la propagation de l’épidémie de Coronavirus. Durant cette période particulière, nous donnons quotidiennement la parole à nos lectrices et lecteurs  sur la page Facebook de Lepetitjournal.com à Singapour ! Merci à Julien Royer, Marie-Ange Georgin-Selman, Céline Liput, Sara Fredaigue, Renée Kaddouch, Rémi Leprince-Ringuet, Chiara Zuber pour ces témoignages gourmands ! 

 

𝐋𝐡𝐮𝐦𝐞𝐮𝐫 𝐝𝐮𝐧 𝐜𝐨𝐧𝐟𝐢𝐧𝐞́ 𝐚̀ 𝐒𝐢𝐧𝐠𝐚𝐩𝐨𝐮𝐫 𝐩𝐚𝐫 𝐥𝐞𝐩𝐞𝐭𝐢𝐭𝐣𝐨𝐮𝐫𝐧𝐚𝐥.𝐜𝐨𝐦 #Jour29

Pour ce 29ème, c'est Julien Royer, chef étoilé dont les créations sont à déguster dans son restaurant Odette, qui nous fait part de son quotidien gourmand et de ses soirées redevenues 'normales' pendant ce confinement !

Julien Royer, Odette, Singapour

 

𝗤𝘂𝗲𝗹 𝗲𝘀𝘁 𝘃𝗼𝘁𝗿𝗲 𝗹𝗶𝗲𝘂 𝗱𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗲𝘁 𝗮𝘃𝗲𝗰 𝗾𝘂𝗶 𝗹𝗲 𝗽𝗮𝗿𝘁𝗮𝗴𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 ?
Je suis entre la maison et le travail. J'ai la chance de pouvoir encore me rendre dans mon restaurant à la National Art Gallery et de travailler sur 'Odette at home' que nous avons démarré il y a 4 semaines. Le reste du temps, je suis chez moi dans le condo que nous occupons avec mon épouse Agnès, à Parc Emily sur Mount Emily road entre Dhoby Ghaut et Little India.

𝗖𝗼𝗺𝗺𝗲𝗻𝘁 𝘀𝗲 𝗱𝗲́𝗿𝗼𝘂𝗹𝗲𝗻𝘁 𝘃𝗼𝘀 𝗷𝗼𝘂𝗿𝗻𝗲́𝗲𝘀 ?
Lorsque je travaille, c'est grosso modo, lever à 7:30, petit dej avec mon épouse et je pars au boulot juste après. Nous travaillons de 8:30 le matin jusqu'à 8:30 le soir. Je suis au restaurant où je m'occupe de la production et de toute la logistique de 'Odette at home'. Nous travaillons en équipe réduite et avec deux équipes distinctes qui ne doivent en aucun cas se croiser.

A la maison, c'est plutôt lever vers 8:00 du matin, breakfast, tâches ménagères, une petite session de travail puis je cuisine pour le déjeuner. Ensuite, sieste obligatoire! Mon épouse bosse en visio avec son équipe de Moynat et moi je parcours beaucoup de livres de cuisine, je recherche des idées, je m'inspire, je regarde des vidéos, passe du temps au tel, j’ai commencé un mini projet jardinage... puis je cuisine pour dîner ou nous commandons un take away, on supporte nos amis restaurateurs: Fred de Gavroche, Geoffrey de Gaston, Stéphane de Bar roque...

𝗖𝗼𝘁𝗲́ 𝗮𝗹𝗶𝗺𝗲𝗻𝘁𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻: 𝗰𝗼𝗺𝗺𝗲𝗻𝘁 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗼𝗿𝗴𝗮𝗻𝗶𝘀𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 ?
De ce coté là, c'est assez facile de par mon activité ! Non seulement on cuisine pas mal à la maison en ce moment, contrairement à d'habitude, mais on a plein de surprises de copains du F&B, on mange très TRES TRES Bien à la maison !

𝗖𝗼𝗺𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗴𝗮𝗿𝗱𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗹𝗲 𝗹𝗶𝗲𝗻 𝗮𝘃𝗲𝗰 𝘃𝗼𝘀 𝗽𝗿𝗼𝗰𝗵𝗲𝘀 ?
Call, whatsapp, réseaux sociaux, c'est tellement simple... Et comme beaucoup, on s'est aussi mis au Zoom apéro ! lol

𝗖𝗼𝗺𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗼𝗰𝗰𝘂𝗽𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝘃𝗼𝘀 𝘀𝗼𝗶𝗿𝗲́𝗲𝘀 ?
Après un verre de vin sur le balcon, c’est Movies ou documentaires on alterne. Cette période me procure vraiment une sensation étrange pour moi qui, en près de 20 ans de restauration, n'ai pas passé beaucoup de temps à la maison à faire des choses 'normales', c'est pas mal en fait !

𝗔𝘃𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗱𝗲𝘀 𝗮𝘀𝘁𝘂𝗰𝗲𝘀/𝗰𝗼𝗻𝘀𝗲𝗶𝗹𝘀 𝗽𝗼𝘂𝗿 𝗯𝗶𝗲𝗻 𝘃𝗶𝘃𝗿𝗲 𝗰𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 ?
Cuisinez, ça occupe vraiment ! Prenez du temps pour faire ce que vous n'avez pas le temps de faire d'habitude, tout simplement.

𝗤𝘂𝗲 𝗿𝗲𝘁𝗶𝗲𝗻𝗱𝗿𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗱𝗲 𝗰𝗲𝘁𝘁𝗲 𝗽𝗲́𝗿𝗶𝗼𝗱𝗲 ?
Le fait de ne pas prendre tout pour acquis. L’importance de la Santé.

𝗤𝘂𝗲𝗹 𝗺𝗲𝘀𝘀𝗮𝗴𝗲 𝘀𝗼𝘂𝗵𝗮𝗶𝘁𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗽𝗮𝘀𝘀𝗲𝗿 𝗮𝘂𝘅 𝗹𝗲𝗰𝘁𝗲𝘂𝗿𝘀 𝗱𝘂 𝗽𝗲𝘁𝗶𝘁𝗷𝗼𝘂𝗿𝗻𝗮𝗹.𝗰𝗼𝗺 ?
Restez à la maison, restez zen, tous ensemble : on va y arriver ! Et faites vous plaisir avec 'Odette at home' !

 

𝐋𝐡𝐮𝐦𝐞𝐮𝐫 𝐝𝐮𝐧𝐞 𝐜𝐨𝐧𝐟𝐢𝐧𝐞́𝐞 𝐚̀ 𝐒𝐢𝐧𝐠𝐚𝐩𝐨𝐮𝐫 𝐩𝐚𝐫 𝐥𝐞𝐩𝐞𝐭𝐢𝐭𝐣𝐨𝐮𝐫𝐧𝐚𝐥.𝐜𝐨𝐦 #Jour30

Aujourd'hui, c'est Marie-Ange Georgin-Selman, 35 ans, Directrice Marketing du Club Med, et résidant depuis 3 ans à Singapour qui vous témoigne son quotidien et son état d'esprit pour ce 30ème jour de confinement!

 

Marie-Ange Georgin-Selman

 

𝗤𝘂𝗲𝗹 𝗲𝘀𝘁 𝘃𝗼𝘁𝗿𝗲 𝗹𝗶𝗲𝘂 𝗱𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗲𝘁 𝗮𝘃𝗲𝗰 𝗾𝘂𝗶 𝗹𝗲 𝗽𝗮𝗿𝘁𝗮𝗴𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 ?
J'habite en appartement à Newton avec mon mari, mes deux garçons de 3 et 5 ans et notre super helper Philippine (nous réalisons la chance que nous avons de l'avoir !). Nous avons une petite terrasse, ce qui nous permet de nous sentir moins enfermés et de prendre tous nos repas dehors.

𝗖𝗼𝗺𝗺𝗲𝗻𝘁 𝘀𝗲 𝗱𝗲́𝗿𝗼𝘂𝗹𝗲𝗻𝘁 𝘃𝗼𝘀 𝗷𝗼𝘂𝗿𝗻𝗲́𝗲𝘀 ?
Comme nous travaillons tous les deux avec mon mari, j’ai préféré assurer de la continuité dans notre emploi du temps. Tout le monde continue à se lever à la même heure «qu’avant » pour conserver la routine et ensuite on jongle. Travail pour les parents, home schooling, un peu de sport et jeux pour les enfants avec des petites surprises chaque jour pour les motiver (chasses au trésor, rebus, défis… ): je retrouve la GO du Club Med qui est en moi. On fait pas mal d’art and craft en recyclant les objets de la vie de tous les jours. On a, par exemple, construit un super château fort avec les cartons du Petit Dépot qu’on améliore à chaque nouvelle commande, ça occupe intelligemment et ça permet d’éviter trop d’écrans.

𝗖𝗼𝘁𝗲́ 𝗮𝗹𝗶𝗺𝗲𝗻𝘁𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻: 𝗰𝗼𝗺𝗺𝗲𝗻𝘁 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗼𝗿𝗴𝗮𝗻𝗶𝘀𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 ?
On a de la chance d’avoir une helper qui cuisine super bien et sain, je prépare les menus de la semaine avec elle. On essaye aussi le week-end de commander dans des restaurants (il faut soutenir le business local) pour ne pas perdre les bonnes habitudes et le dimanche, c’est boulangerie ou pâtisserie fait maison en famille. A ce rythme-là, ça va mal finir, mais ça me fait un bien fou de retrouver des plaisirs simples. En ce moment c’est brioche, je teste différentes recettes... miam...

𝗖𝗼𝗺𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗴𝗮𝗿𝗱𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗹𝗲 𝗹𝗶𝗲𝗻 𝗮𝘃𝗲𝗰 𝘃𝗼𝘀 𝗽𝗿𝗼𝗰𝗵𝗲𝘀 ?
Rien de bien original : whats’app, zoom, skype. La vraie nouveauté par rapport à « avant » c’est qu’on fait des visio à plusieurs et des diners avec les copains sur zoom. Les grands parents lisent aussi l’histoire du soir par Skype, les enfants adorent… et nous aussi, ça nous fait un break !

𝗖𝗼𝗺𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗼𝗰𝗰𝘂𝗽𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝘃𝗼𝘀 𝘀𝗼𝗶𝗿𝗲́𝗲𝘀 ?
Pas de changement. Un peu de lecture, des appels aux copains, du boulot, de la musique, des séries et ce que je n’avais pas le temps de faire quand je voyageais. Comme tout le monde au final.

𝗔𝘃𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗱𝗲𝘀 𝗮𝘀𝘁𝘂𝗰𝗲𝘀/𝗰𝗼𝗻𝘀𝗲𝗶𝗹𝘀 𝗽𝗼𝘂𝗿 𝗯𝗶𝗲𝗻 𝘃𝗶𝘃𝗿𝗲 𝗰𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 ?
Avant d’étriper les enfants, se dire « est-ce que c’est grave »? Plus sérieusement la clé de la réussite pour moi, c’est l’organisation et les plannings. Ce n'est pas très sexy, mais ça permet de structurer la journée pour concilier boulot, enfants et temps tous ensemble. Vivement quand même que la piscine du condo réouvre...

𝗤𝘂𝗲 𝗿𝗲𝘁𝗶𝗲𝗻𝗱𝗿𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗱𝗲 𝗰𝗲𝘁𝘁𝗲 𝗽𝗲́𝗿𝗶𝗼𝗱𝗲 ?
Ça va me manquer… Je suis super contente de profiter de mes enfants et d’être en famille. Il faudra voir demain comment réussir à leur accorder plus de temps malgré les déplacements professionnels.

𝗤𝘂𝗲𝗹 𝗺𝗲𝘀𝘀𝗮𝗴𝗲 𝘀𝗼𝘂𝗵𝗮𝗶𝘁𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗽𝗮𝘀𝘀𝗲𝗿 𝗮𝘂𝘅 𝗹𝗲𝗰𝘁𝗲𝘂𝗿𝘀 𝗱𝘂 𝗽𝗲𝘁𝗶𝘁𝗷𝗼𝘂𝗿𝗻𝗮𝗹.𝗰𝗼𝗺 ?
Continuez à rêver de vos anciens et prochains voyages, et quand ça repartira, soutenez tous les professionnels du secteur (compagnies aériennes, hôtels, resorts…), nous en aurons besoin.

 

𝗟'𝗵𝘂𝗺𝗲𝘂𝗿 𝗲𝘁 𝗹𝗲𝘀 𝗰𝗼𝘂𝗽𝘀 𝗱𝗲 𝗰𝗼𝗲𝘂𝗿 𝗱'𝘂𝗻𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲́𝗲 𝗮̀ 𝗦𝗶𝗻𝗴𝗮𝗽𝗼𝘂𝗿 𝗽𝗮𝗿 𝗹𝗲𝗽𝗲𝘁𝗶𝘁𝗷𝗼𝘂𝗿𝗻𝗮𝗹.𝗰𝗼𝗺 #Jour31

Pour ce 3ème jour de confinement, c'est Céline Liput, fondatrice de l'école Les Oliviers French Montessori et éducatrice, qui nous raconte son confinement et nous donne ses coups de cœur en cette période confinée.

 

Céline Liput

 

𝗣𝗼𝘂𝗿𝗿𝗶𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗻𝗼𝘂𝘀 𝗽𝗿𝗲́𝘀𝗲𝗻𝘁𝗲𝗿 𝗯𝗿𝗶𝗲̀𝘃𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝘃𝗼𝘁𝗿𝗲 𝗹𝗶𝗲𝘂 𝗲𝘁 𝘃𝗼𝘀 𝗰𝗼𝗺𝗽𝗮𝗴𝗻𝗼𝗻𝘀 𝗱𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 ?
Je vis à Singapour depuis 9 ans et suis éducatrice Montessori. J'ai fondé les Oliviers French Montessori il y a 3 ans. Je suis confinée dans notre appartement à Singapour avec mon mari Thomas, mes 3 filles, Justine (5 ans), Théa (3 ans) et Gabrielle (1 an) et notre helper Anabel.

𝗤𝘂𝗲𝗹𝗹𝗲 𝗮 𝗲́𝘁𝗲́ 𝘃𝗼𝘁𝗿𝗲 𝗺𝗲𝗶𝗹𝗹𝗲𝘂𝗿 𝗺𝗼𝗺𝗲𝗻𝘁 (𝗼𝘂 𝘃𝗼𝘁𝗿𝗲 𝗺𝗲𝗶𝗹𝗹𝗲𝘂𝗿𝗲 𝗲𝘅𝗽𝗲́𝗿𝗶𝗲𝗻𝗰𝗲) 𝗱𝗲𝗽𝘂𝗶𝘀 𝗹𝗲 𝗱𝗲́𝗯𝘂𝘁 𝗱𝘂 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗲𝘁 𝗽𝗼𝘂𝗿𝗾𝘂𝗼𝗶 ?
Ma fille Gabrielle qui fait ses premiers pas et l'excitation de ses soeurs. La situation a fait que nous étions tous là pour ce grand moment !

𝗤𝘂𝗲𝗹𝗹𝗲 𝗲𝘀𝘁 𝗟𝗔 𝗰𝗵𝗮𝗻𝘀𝗼𝗻 𝗾𝘂𝗲 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗲́𝗰𝗼𝘂𝘁𝗲𝘇 𝗮𝗰𝘁𝘂𝗲𝗹𝗹𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗲𝘁 𝗾𝘂𝗶 𝗺𝗮𝗿𝗾𝘂𝗲𝗿𝗮 𝗽𝗼𝘂𝗿 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗹𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 ?
Ce n'est pas une chanson mais un conte musical. L'orchestre de Paris a enregistré un extrait de l'Enfant d'Eléphant et toute la famille adore. Dans le Limpopo yo ! 

𝗤𝘂𝗲𝗹 𝗲𝘀𝘁 𝗟𝗘 𝗹𝗶𝘃𝗿𝗲 𝗾𝘂𝗲 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗿𝗲𝗰𝗼𝗺𝗺𝗮𝗻𝗱𝗲𝗿𝗶𝗲𝘇 𝗽𝗼𝘂𝗿 𝗰𝗲𝘁𝘁𝗲 𝗽𝗲́𝗿𝗶𝗼𝗱𝗲 𝗲𝘁 𝗽𝗼𝘂𝗿𝗾𝘂𝗼𝗶 ?
Je pense à tous les parents qui jonglent entre travail et enfants et je sais que c'est un challenge. Je recommande le livre "The Montessori Toddler" de Simone Davies qui est une super source d'inspiration d'activités pour mettre en place Montessori à la maison.

𝗤𝘂𝗲𝗹 𝗲𝘀𝘁 𝘃𝗼𝘁𝗿𝗲 𝗽𝗹𝗮𝘁 𝗽𝗿𝗲́𝗳𝗲́𝗿𝗲́ 𝗱𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 ?
On cuisine beaucoup en ce moment ce qui est vraiment chouette. On fait des choses très variées, mais ce qu'on adore c'est le pain. Facile et les enfants peuvent le faire quasiment tous seuls.

𝗠𝗮𝗶𝗻𝘁𝗲𝗻𝗮𝗻𝘁 𝗾𝘂𝗲 𝗻𝗼𝘂𝘀 𝗮𝘃𝗼𝗻𝘀 𝘂𝗻 𝗽𝗲𝘂 𝗱𝗲𝘅𝗽𝗲́𝗿𝗶𝗲𝗻𝗰𝗲, 𝘀𝗶 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗱𝗲𝘃𝗶𝗲𝘇 𝗲̂𝘁𝗿𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲́ 𝘀𝘂𝗿 𝘂𝗻𝗲 𝗶̂𝗹𝗲 𝗱𝗲́𝘀𝗲𝗿𝘁𝗲, 𝗾𝘂𝗶 𝗲𝘁 𝗾𝘂𝗼𝗶 𝗲𝗺𝗽𝗼𝗿𝘁𝗲𝗿𝗶𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗮𝘃𝗲𝗰 𝘃𝗼𝘂𝘀 ?
Ma famille bien sûr, des crayons de couleur, de l'aquarelle, du papier, un énorme livre d'histoires pour les filles, des livres et du chocolat pour moi !!

𝗣𝗼𝘂𝗿 𝗳𝗶𝗻𝗶𝗿, 𝗾𝘂𝗲𝗹 𝗺𝗲𝘀𝘀𝗮𝗴𝗲 𝘀𝗼𝘂𝗵𝗮𝗶𝘁𝗲𝗿𝗶𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗽𝗮𝘀𝘀𝗲𝗿 𝗮𝘂𝘅 𝗹𝗲𝗰𝘁𝗲𝘂𝗿𝘀 𝗱𝗲 𝗹𝗲𝗽𝗲𝘁𝗶𝘁𝗷𝗼𝘂𝗿𝗻𝗮𝗹.𝗰𝗼𝗺 ?
J'aime beaucoup ce poème de Wendell Berry qui s'applique bien à la situation que nous vivons: « The Peace of Wild Things »
When despair for the world grows in me and I wake in the night at the least sound in fear of what my life and my children's lives may be,
I go and lie down where the wood drake rests in his beauty on the water, and the great heron feeds.
I come into the peace of wild things who do not tax their lives with forethought of grief.
I come into the presence of still water. And I feel above me the day-blind stars waiting with their light. For a time I rest in the grace of the world, and am free.

 

𝗟'𝗵𝘂𝗺𝗲𝘂𝗿 𝗲𝘁 𝗹𝗲𝘀 𝗰𝗼𝘂𝗽𝘀 𝗱𝗲 𝗰𝗼𝗲𝘂𝗿 𝗱'𝘂𝗻𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲́𝗲 𝗮̀ 𝗦𝗶𝗻𝗴𝗮𝗽𝗼𝘂𝗿 𝗽𝗮𝗿 𝗹𝗲𝗽𝗲𝘁𝗶𝘁𝗷𝗼𝘂𝗿𝗻𝗮𝗹.𝗰𝗼𝗺 #Jour32

Aujourd'hui, c’est Sara Fredaigue, graphic designer, qui nous raconte son confinement et nous donne ses coups de cœur en ce 32ème jour confiné.

 

Sara Fredaigue

 

𝗣𝗼𝘂𝗿𝗿𝗶𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗻𝗼𝘂𝘀 𝗽𝗿𝗲́𝘀𝗲𝗻𝘁𝗲𝗿 𝗯𝗿𝗶𝗲̀𝘃𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝘃𝗼𝘁𝗿𝗲 𝗹𝗶𝗲𝘂 𝗲𝘁 𝘃𝗼𝘀 𝗰𝗼𝗺𝗽𝗮𝗴𝗻𝗼𝗻𝘀 𝗱𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 ?
Je vis du côté de Keppel Bay, dans le Sud de l’isle avec mon mari Eric. Nous sommes à 300 mètres du Labrador park et le mont Faber est à deux pas.

𝗤𝘂𝗲𝗹𝗹𝗲 𝗮 𝗲́𝘁𝗲́ 𝘃𝗼𝘁𝗿𝗲 𝗺𝗲𝗶𝗹𝗹𝗲𝘂𝗿 𝗺𝗼𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗱𝗲𝗽𝘂𝗶𝘀 𝗹𝗲 𝗱𝗲́𝗯𝘂𝘁 𝗱𝘂 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗲𝘁 𝗽𝗼𝘂𝗿𝗾𝘂𝗼𝗶 ?
Le confinement ne me pèse pas. J’apprécie d’avoir ce temps pour moi et pour mon couple, même si j’ai l’impression qu’Eric et moi nous nous voyons moins depuis que nous sommes entre 4 murs ! En fait, j’ai l’impression que nous n’avons jamais autant travaillé, surtout moi qui n’ai plus d’engagements à l’extérieur. Un des meilleurs moments est néanmoins le zoom avec la famille ou les amis. J’ai littéralement eu des crises de fous rires avec des amis belges lors d’apéros online. Le confinement m’a également permis de reprendre contact avec des amis en France que je n’avais pas vu depuis longtemps. Pour moi, paradoxalement, c’est aussi une personne propice aux retrouvailles.

𝗔𝘂𝗿𝗶𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝘂𝗻𝗲 𝗮𝗻𝗲𝗰𝗱𝗼𝘁𝗲 𝗮̀ 𝗻𝗼𝘂𝘀 𝗿𝗮𝗰𝗼𝗻𝘁𝗲𝗿 𝗽𝗲𝗻𝗱𝗮𝗻𝘁 𝗰𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 ?
J’ai réussi à me faire une entorse ! Le week-end, nous avons l’habitude de marcher au Labrador park avec mon mari. Au retour d’une de nos balades, je me suis tordue la cheville. Résultat, après en avoir discuté avec mon ostéopathe, j’ai arrêté toute activité physique et confectionné un tabouret de fortune sous mon bureau avec des livres pour surélever ma jambe. Les vingt-quatre bouquins que j’ai pris à la bibliothèque avant sa fermeture me servent à quelque chose…

𝗤𝘂𝗲𝗹 𝗲𝘀𝘁 𝗟𝗘 𝗹𝗶𝘃𝗿𝗲 𝗾𝘂𝗲 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗿𝗲𝗰𝗼𝗺𝗺𝗮𝗻𝗱𝗲𝗿𝗶𝗲𝘇 𝗽𝗼𝘂𝗿 𝗰𝗲𝘁𝘁𝗲 𝗽𝗲́𝗿𝗶𝗼𝗱𝗲 𝗲𝘁 𝗽𝗼𝘂𝗿𝗾𝘂𝗼𝗶 ?
Difficile de donner juste un titre, d’autant que j’en lis plusieurs à la fois. Néanmoins, si je devais n’en conseiller qu’un, ce serait « La Puissance de la gratitude vers la vraie joie » de Pascal Ide. C’est une petite merveille et l’auteur donne des liens vers plein de films pour illustrer son propos. Du coup, c’est ludique et cela m’a donné envie de voir des films auxquels je n’avais jamais pensé.

𝗤𝘂𝗲𝗹 𝗲𝘀𝘁 𝘃𝗼𝘁𝗿𝗲 𝗽𝗹𝗮𝘁 𝗽𝗿𝗲́𝗳𝗲́𝗿𝗲́ 𝗱𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 ?
Depuis le confinement, je cuisine un peu plus. Récemment, j’ai fait deux ou trois fois un tatin d’oignons. J’ai testé plusieurs recettes et je préfère celle avec du vinaigre balsamique

𝗠𝗮𝗶𝗻𝘁𝗲𝗻𝗮𝗻𝘁 𝗾𝘂𝗲 𝗻𝗼𝘂𝘀 𝗮𝘃𝗼𝗻𝘀 𝘂𝗻 𝗽𝗲𝘂 𝗱𝗲𝘅𝗽𝗲́𝗿𝗶𝗲𝗻𝗰𝗲, 𝘀𝗶 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗱𝗲𝘃𝗶𝗲𝘇 𝗲̂𝘁𝗿𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲́e 𝘀𝘂𝗿 𝘂𝗻𝗲 𝗶̂𝗹𝗲 𝗱𝗲́𝘀𝗲𝗿𝘁𝗲, 𝗾𝘂𝗶 𝗲𝘁 𝗾𝘂𝗼𝗶 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗲𝗺𝗽𝗼𝗿𝘁𝗲𝗿𝗶𝗲𝘇 𝗮𝘃𝗲𝗰 𝘃𝗼𝘂𝘀 ?
Mon mari, ma famille et mes amis, ainsi qu’un carnet de dessin avec une multitude de crayons, pinceaux et type de matériaux pour m’amuser. J’emmènerais également une dizaine de bouquins.

𝗦𝗶 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗱𝗲𝘃𝗶𝗲𝘇 𝗳𝗮𝗶𝗿𝗲 𝘂𝗻𝗲 𝗽𝗿𝗼𝗺𝗲𝘀𝘀𝗲 𝗮𝗳𝗶𝗻 𝗱𝗲 𝗽𝗼𝘂𝘃𝗼𝗶𝗿 𝘀𝗼𝗿𝘁𝗶𝗿 𝗱𝘂 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁, 𝗾𝘂𝗲𝗹𝗹𝗲 𝘀𝗲𝗿𝗮𝗶𝘁-𝗲𝗹𝗹𝗲 ?
"N’oublie jamais tes rêves. Ils méritent que tu les chérisses et les mettent en œuvre." Bref, je me suis fait la liste de mes envies et j’espère bien à jour les réaliser.

𝗣𝗼𝘂𝗿𝗿𝗶𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗽𝗮𝗿𝘁𝗮𝗴𝗲𝗿 𝗱𝗲𝘀 𝗽𝗵𝗼𝘁𝗼𝘀 𝗱𝗲 𝗰𝗲𝘁𝘁𝗲 𝗽𝗲́𝗿𝗶𝗼𝗱𝗲 ?
Photo extraite d’une vidéo que des membres de la communauté catholique ont fait pour fêter l’anniversaire du Père Patrick notre aumônier. J’ai bien ri au moment de filmer ma contribution. Je devais attraper une boulette de papier et je m’y suis prise à plusieurs fois.

 

𝗣𝗼𝘂𝗿 𝗳𝗶𝗻𝗶𝗿, 𝗾𝘂𝗲𝗹 𝗺𝗲𝘀𝘀𝗮𝗴𝗲 𝘀𝗼𝘂𝗵𝗮𝗶𝘁𝗲𝗿𝗶𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗽𝗮𝘀𝘀𝗲𝗿 𝗮𝘂𝘅 𝗹𝗲𝗰𝘁𝗲𝘂𝗿𝘀 𝗱𝗲 𝗹𝗲𝗽𝗲𝘁𝗶𝘁𝗷𝗼𝘂𝗿𝗻𝗮𝗹.𝗰𝗼𝗺 ?
Le confinement est l’occasion de faire le tour de soi-même, de réfléchir à ses projets, à ses valeurs. Certes, il est dur de ne pas sortir, mais il y a mille moyens de s’évader par la lecture, le dessin, une activité créative, la musique. Il est ce qu’on a envie d’en faire. J’aime bien cette vidéo à laquelle j’ai participé pour demander aux gens de rester chez soi. Le moto était « Stay at home and sketch ». J’aime bien cet état d’esprit.
Essayons de faire de cette période un enrichissement. Un ami dernièrement me disait qu’il avait institué tous les soirs de faire un exposé en famille sur n’importe quel sujet à tour de rôle. Je trouve que c’est une excellente manière de mettre ce temps disponible pour faire des choses qui nous nourrissent. Bref, profitons-en ! Nous apprécierons encore plus de voir les amis et la famille quand nous sortirons !

 

𝗟'𝗵𝘂𝗺𝗲𝘂𝗿 𝗲𝘁 𝗹𝗲𝘀 𝗰𝗼𝘂𝗽𝘀 𝗱𝗲 𝗰𝗼𝗲𝘂𝗿 𝗱'𝘂𝗻𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲́𝗲 𝗮̀ 𝗦𝗶𝗻𝗴𝗮𝗽𝗼𝘂𝗿 𝗽𝗮𝗿 𝗹𝗲𝗽𝗲𝘁𝗶𝘁𝗷𝗼𝘂𝗿𝗻𝗮𝗹.𝗰𝗼𝗺 #Jour33

Pour ce 33ème jour de confinement, c’est Renée Kaddouch, avocate à Paris et Foreign Lawyer à Singapour, co-fondateur du cabinet Genesis Avocats Singapore, qui nous raconte son confinement et nous donne ses coups de cœur en cette période confinée.

 

Renée Kaddouch

 

𝗣𝗼𝘂𝗿𝗿𝗶𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗻𝗼𝘂𝘀 𝗽𝗿𝗲́𝘀𝗲𝗻𝘁𝗲𝗿 𝗯𝗿𝗶𝗲̀𝘃𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝘃𝗼𝘁𝗿𝗲 𝗹𝗶𝗲𝘂 𝗲𝘁 𝘃𝗼𝘀 𝗰𝗼𝗺𝗽𝗮𝗴𝗻𝗼𝗻𝘀 𝗱𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 ?
Je suis confinée dans mon appartement, dans le sud de Novena, avec mon chat, la grande gagnante de cette période. Alors que d’habitude, je pars tôt le matin et rentre tard le soir, elle est avec moi toute la journée, tous les jours, et apprécie, c’est le moins que l’on puisse dire.

𝗤𝘂𝗲𝗹𝗹𝗲 𝗮 𝗲́𝘁𝗲́ 𝘃𝗼𝘁𝗿𝗲 𝗺𝗲𝗶𝗹𝗹𝗲𝘂𝗿 𝗺𝗼𝗺𝗲𝗻𝘁 (𝗼𝘂 𝘃𝗼𝘁𝗿𝗲 𝗺𝗲𝗶𝗹𝗹𝗲𝘂𝗿𝗲 𝗲𝘅𝗽𝗲́𝗿𝗶𝗲𝗻𝗰𝗲) 𝗱𝗲𝗽𝘂𝗶𝘀 𝗹𝗲 𝗱𝗲́𝗯𝘂𝘁 𝗱𝘂 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗲𝘁 𝗽𝗼𝘂𝗿𝗾𝘂𝗼𝗶 ?
Je me suis confinée volontairement mi-mars. Quand la situation a dégénéré en France et quand je me suis rendue compte de l’inconscience de certains, qui ont envahi les lieux publics à quelques jours du confinement, j’ai vraiment pris conscience de la menace. Jusqu’alors, je prenais quelques précautions élémentaires (comme, par exemple, ne pas voyager), mais cela n’avait rien changé à ma vie. Les premiers jours, j’étais assommée et la seule pensée du futur me mettait des sueurs froides. J’avais peur pour ma famille en France, notamment ma mère qui est âgée, mes amis, et j’étais bouleversée par le sort des malades. Je ne me reconnaissais plus. Cela a culminé quand j’ai appris qu’un de mes clients (que je n’avais pas vu depuis plusieurs semaines) avait été testé positif au Covid. Puis, au bout de quelques jours, j’ai vraiment pris conscience, dans ma chair, que cela passerait comme le reste, et j’ai commencé à penser au futur de manière positive et, dois-je le dire, avec beaucoup d’impatience et d’excitation. Je suis une optimiste invétérée, toujours tournée vers l’avenir et, Covid-19 ou pas, "on ne change pas les rayures du zèbre", comme le dit un de mes amis. Sentir ma véritable nature refaire surface reste mon meilleur souvenir de confinement.

𝗤𝘂𝗲𝗹 𝗲𝘀𝘁 𝗟𝗘 𝗹𝗶𝘃𝗿𝗲 𝗾𝘂𝗲 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗿𝗲𝗰𝗼𝗺𝗺𝗮𝗻𝗱𝗲𝗿𝗶𝗲𝘇 𝗽𝗼𝘂𝗿 𝗰𝗲𝘁𝘁𝗲 𝗽𝗲́𝗿𝗶𝗼𝗱𝗲 𝗲𝘁 𝗽𝗼𝘂𝗿𝗾𝘂𝗼𝗶 ?
Je suis une lectrice vorace et lis plus de 100 livres dans l’année. Depuis que je me suis confinée, j’ai du en lire plus de 20. C’est difficile d’en recommander un seul en particulier. D’une manière générale, je recommanderais plutôt des livres qui donnent foi en l’avenir et dans l’être humain, comme ceux de Steven Pinker "The better angels of our nature" , paru en 2011, ou "Enlightenment", paru en 2019. Aussi, la trilogie sur le futur de Peter Diamandis "Abundance : the future is better than you think", paru en 2012, "Bold", en 2015, ou "The future is faster than you think", plus tôt cette année.

𝗠𝗮𝗶𝗻𝘁𝗲𝗻𝗮𝗻𝘁 𝗾𝘂𝗲 𝗻𝗼𝘂𝘀 𝗮𝘃𝗼𝗻𝘀 𝘂𝗻 𝗽𝗲𝘂 𝗱𝗲𝘅𝗽𝗲́𝗿𝗶𝗲𝗻𝗰𝗲, 𝘀𝗶 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗱𝗲𝘃𝗶𝗲𝘇 𝗲̂𝘁𝗿𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲́e 𝘀𝘂𝗿 𝘂𝗻𝗲 𝗶̂𝗹𝗲 𝗱𝗲́𝘀𝗲𝗿𝘁𝗲, 𝗾𝘂𝗶 𝗲𝘁 𝗾𝘂𝗼𝗶 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗲𝗺𝗽𝗼𝗿𝘁𝗲𝗿𝗶𝗲𝘇 𝗮𝘃𝗲𝗰 𝘃𝗼𝘂𝘀 ?
Mes proches, qui me manquent (car le virtuel ne remplacera jamais le réel), et mon iPad pour les livres et les cours en ligne.

𝗣𝗼𝘂𝗿 𝗳𝗶𝗻𝗶𝗿, 𝗾𝘂𝗲𝗹 𝗺𝗲𝘀𝘀𝗮𝗴𝗲 𝘀𝗼𝘂𝗵𝗮𝗶𝘁𝗲𝗿𝗶𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗽𝗮𝘀𝘀𝗲𝗿 𝗮𝘂𝘅 𝗹𝗲𝗰𝘁𝗲𝘂𝗿𝘀 𝗱𝗲 𝗹𝗲𝗽𝗲𝘁𝗶𝘁𝗷𝗼𝘂𝗿𝗻𝗮𝗹.𝗰𝗼𝗺 ?
Gardez foi en l’avenir ! Le confinement n’est une période facile pour personne, sur tous les plans, mais, selon moi, il faut avoir constamment à l’esprit l’objectif : sauver le plus de vies possible, se préserver et préserver les autres, et l’horizon, ce fameux jour où tout sera fini, non le confinement, mais la pandémie elle-même !

 

𝗟'𝗵𝘂𝗺𝗲𝘂𝗿 𝗲𝘁 𝗹𝗲𝘀 𝗰𝗼𝘂𝗽𝘀 𝗱𝗲 𝗰𝗼𝗲𝘂𝗿 𝗱'𝘂𝗻 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲́ 𝗮̀ 𝗦𝗶𝗻𝗴𝗮𝗽𝗼𝘂𝗿 𝗽𝗮𝗿 𝗹𝗲𝗽𝗲𝘁𝗶𝘁𝗷𝗼𝘂𝗿𝗻𝗮𝗹.𝗰𝗼𝗺 #Jour34

Aujourd'hui, c'est Rémi Leprince-Ringuet, 18 ans, lycéen à L'IFS en classe de Terminale et depuis deux ans à Singpaour, qui nous raconte son humeur et ses coups de coeur en ce 34ème jour de confinement.

 

Rémi Leprince-Ringuet

𝗣𝗼𝘂𝗿𝗿𝗶𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗻𝗼𝘂𝘀 𝗽𝗿𝗲́𝘀𝗲𝗻𝘁𝗲𝗿 𝗯𝗿𝗶𝗲̀𝘃𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝘃𝗼𝘁𝗿𝗲 𝗹𝗶𝗲𝘂 𝗲𝘁 𝘃𝗼𝘀 𝗰𝗼𝗺𝗽𝗮𝗴𝗻𝗼𝗻𝘀 𝗱𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 ?
Je suis confiné avec ma famille dans notre maison située sur Serangoon Garden, près du Lycée français. Je suis avec mes parents, mon frère et mes deux sœurs.

𝗤𝘂𝗲𝗹𝗹𝗲 𝗮 𝗲́𝘁𝗲́ 𝘃𝗼𝘁𝗿𝗲 𝗺𝗲𝗶𝗹𝗹𝗲𝘂𝗿 𝗺𝗼𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗱𝗲𝗽𝘂𝗶𝘀 𝗹𝗲 𝗱𝗲́𝗯𝘂𝘁 𝗱𝘂 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗲𝘁 𝗽𝗼𝘂𝗿𝗾𝘂𝗼𝗶 ?
Mon meilleur moment est sans doute la semaine de vacances que l’on a eu du 25 avril au 3 mai ! On n’était plus obligé de se lever tôt pour assister au cours sur zoom: j'ai hâte d’arriver au 23 mai, date à laquelle, nous aurons encore une semaine de vacances

𝗤𝘂𝗲𝗹 𝗲𝘀𝘁 𝗟𝗘 𝗹𝗶𝘃𝗿𝗲 𝗾𝘂𝗲 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗿𝗲𝗰𝗼𝗺𝗺𝗮𝗻𝗱𝗲𝗿𝗶𝗲𝘇 𝗽𝗼𝘂𝗿 𝗰𝗲𝘁𝘁𝗲 𝗽𝗲́𝗿𝗶𝗼𝗱𝗲 𝗲𝘁 𝗽𝗼𝘂𝗿𝗾𝘂𝗼𝗶 ?
Ce n’est pas un livre en particulier que je pourrais conseiller, mais plutôt une série, c'est "Time Rider," écrit pat Alex Scarrow. Cette série vous fait redécouvrir les évènements historiques majeurs de notre histoire, sous un autre jour. Très bien quand on a du temps à perdre.

𝗠𝗮𝗶𝗻𝘁𝗲𝗻𝗮𝗻𝘁 𝗾𝘂𝗲 𝗻𝗼𝘂𝘀 𝗮𝘃𝗼𝗻𝘀 𝘂𝗻 𝗽𝗲𝘂 𝗱𝗲𝘅𝗽𝗲́𝗿𝗶𝗲𝗻𝗰𝗲, 𝘀𝗶 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗱𝗲𝘃𝗶𝗲𝘇 𝗲̂𝘁𝗿𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲́ 𝘀𝘂𝗿 𝘂𝗻𝗲 𝗶̂𝗹𝗲 𝗱𝗲́𝘀𝗲𝗿𝘁𝗲, 𝗾𝘂𝗶 𝗲𝘁 𝗾𝘂𝗼𝗶 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗲𝗺𝗽𝗼𝗿𝘁𝗲𝗿𝗶𝗲𝘇 𝗮𝘃𝗲𝗰 𝘃𝗼𝘂𝘀 ?
Ma famille, des livres et mon téléphone portable, accompagné d’un chargeur solaire, bien évidemment Description : https://static.xx.fbcdn.net/images/emoji.php/v9/t4c/1/16/1f642.png 

𝗣𝗼𝘂𝗿𝗿𝗶𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗽𝗮𝗿𝘁𝗮𝗴𝗲𝗿 𝘂𝗻 𝗺𝗼𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗱𝗵𝘂𝗺𝗼𝘂𝗿, 𝘂𝗻 𝘀𝗸𝗲𝘁𝗰𝗵, 𝗮𝘃𝗲𝗰 𝗻𝗼𝘀 𝗹𝗲𝗰𝘁𝗲𝘂𝗿𝘀 ?
"LaBajon", sur youtube. Elle utilise l’actualité à sa sauce, en se moquant et en faisant la satire du système, elle en fait des vidéos très drôles à regarder. Je conseille vivement ! 

𝗦𝗶 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗱𝗲𝘃𝗶𝗲𝘇 𝗳𝗮𝗶𝗿𝗲 𝘂𝗻𝗲 𝗽𝗿𝗼𝗺𝗲𝘀𝘀𝗲 𝗮𝗳𝗶𝗻 𝗱𝗲 𝗽𝗼𝘂𝘃𝗼𝗶𝗿 𝘀𝗼𝗿𝘁𝗶𝗿 𝗱𝘂 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁, 𝗾𝘂𝗲𝗹𝗹𝗲 𝘀𝗲𝗿𝗮𝗶𝘁-𝗲𝗹𝗹𝗲 ?
Ce serait, à la fin du confinement, de profiter davantage de l’extérieur et de mes amis, afin de ne pas le regretter si jamais on était amené à être reconfiné dans le futur.

𝗣𝗼𝘂𝗿𝗿𝗶𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗽𝗮𝗿𝘁𝗮𝗴𝗲𝗿 𝗱𝗲𝘀 𝗽𝗵𝗼𝘁𝗼𝘀 𝗱𝗲 𝗰𝗲𝘁𝘁𝗲 𝗽𝗲́𝗿𝗶𝗼𝗱𝗲 ?
La vue depuis ma maison.

𝗣𝗼𝘂𝗿 𝗳𝗶𝗻𝗶𝗿, 𝗾𝘂𝗲𝗹 𝗺𝗲𝘀𝘀𝗮𝗴𝗲 𝘀𝗼𝘂𝗵𝗮𝗶𝘁𝗲𝗿𝗶𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗽𝗮𝘀𝘀𝗲𝗿 𝗮𝘂𝘅 𝗹𝗲𝗰𝘁𝗲𝘂𝗿𝘀 𝗱𝗲 𝗹𝗲𝗽𝗲𝘁𝗶𝘁𝗷𝗼𝘂𝗿𝗻𝗮𝗹.𝗰𝗼𝗺 ?
L’homme est un animal social”, cette citation d’Aristote nous dit tout, on ne peut pas rester enfermé comme ça sans voir personne, c’est très loin de notre nature. Je peux juste conseiller de rester en contact, le plus possible, avec ses proches, sa famille et ses amis, via tout la moyens de communication que l’on connait aujourd’hui.

 

𝗟'𝗵𝘂𝗺𝗲𝘂𝗿 𝗲𝘁 𝗹𝗲𝘀 𝗰𝗼𝘂𝗽𝘀 𝗱𝗲 𝗰𝗼𝗲𝘂𝗿 𝗱'𝘂𝗻𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲́𝗲 𝗮̀ 𝗦𝗶𝗻𝗴𝗮𝗽𝗼𝘂𝗿 𝗽𝗮𝗿 𝗹𝗲𝗽𝗲𝘁𝗶𝘁𝗷𝗼𝘂𝗿𝗻𝗮𝗹.𝗰𝗼𝗺 #Jour35

Pour ce 35ème jour en confinement, c'est Chiara Zuber, 18 ans, étudiante universitaire à Amsterdam qui nous partage son humeur et ses coups de coeur.

 

Chiara Zuber

 

𝗣𝗼𝘂𝗿𝗿𝗶𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗻𝗼𝘂𝘀 𝗽𝗿𝗲́𝘀𝗲𝗻𝘁𝗲𝗿 𝗯𝗿𝗶𝗲̀𝘃𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝘃𝗼𝘁𝗿𝗲 𝗹𝗶𝗲𝘂 𝗲𝘁 𝘃𝗼𝘀 𝗰𝗼𝗺𝗽𝗮𝗴𝗻𝗼𝗻𝘀 𝗱𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 ?
Je suis en ce moment dans un appartement, chez mes parents, ce qui inclut aussi deux chats, assez particuliers.

𝗔𝘂𝗿𝗶𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝘂𝗻𝗲 𝗮𝗻𝗲𝗰𝗱𝗼𝘁𝗲 𝗮̀ 𝗻𝗼𝘂𝘀 𝗿𝗮𝗰𝗼𝗻𝘁𝗲𝗿 𝗽𝗲𝗻𝗱𝗮𝗻𝘁 𝗰𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 ?
L’un des problèmes du confinement c'est que les journées se ressemblent et je trouve que c’est très difficile de vraiment changer cette routine inespérée. Ma seule vraie compagnie, à longueur de journée, c'est mon chat car il a décidé d’apprivoiser mon lit. A part ça, mes activités se passent avec mon ordinateur, pour mes études (mes cours sont online) ou autre.
Mais un soir, j’ai eu une idée ! Je souhaite préciser que cette idée n’a pas été trouvée par mon cher cerveau mais par mon appendice. Étant un organe souvent oublié, je veux lui donner la reconnaissance qu’il mérite. En effet, j’ai quand même réussi à bouleverser un peu la monotonie du quotidien avec un petit séjour à l’hôpital pour me faire opérer d’une attaque aiguë d’appendicite fort sympathique. Grâce à mon appendicite, j’ai pu faire plein de nouvelles rencontres: des infirmières, des docteurs et après deux mois d’isolement, c’était plutôt rafraîchissant ! Et j'ai apprécié le simple fait d’avoir un échange avec quelqu’un de différent de mon quotidien, quelqu’un de nouveau… plaisanteries mises à part, ça fait du bien.
Mais bon, même à l’hôpital mes journées se sont passées au lit avec mon ordinateur, en revanche…. Sans chat. Bref, je ne conseille pas trop l’appendicite comme technique pour éviter le confinement.

𝗤𝘂𝗲𝗹𝗹𝗲 𝗲𝘀𝘁 𝗟𝗔 𝗰𝗵𝗮𝗻𝘀𝗼𝗻 𝗾𝘂𝗲 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗲́𝗰𝗼𝘂𝘁𝗲𝘇 𝗮𝗰𝘁𝘂𝗲𝗹𝗹𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗲𝘁 𝗾𝘂𝗶 𝗺𝗮𝗿𝗾𝘂𝗲𝗿𝗮 𝗽𝗼𝘂𝗿 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗹𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 ?
Je n’ai pas de chanson particulière, j’écoute régulièrement une station radio reliée à une chaine YouTube qui partage de courts concerts live avec plein d’artistes différents. Ce qui rend cette chaîne originale, c'est que les concerts se passent derrière un tout petit bureau !! Je conseille fortement d’aller visiter cette chaîne. Description : https://static.xx.fbcdn.net/images/emoji.php/v9/t4c/1/16/1f642.png 

𝗤𝘂𝗲𝗹 𝗲𝘀𝘁 𝘃𝗼𝘁𝗿𝗲 𝗽𝗹𝗮𝘁 𝗽𝗿𝗲́𝗳𝗲́𝗿𝗲́ 𝗱𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 ?
J’adore les crêpes ! Salée et sucrée et accompagnée par un bol de cidre. Mon resto préféré à Singapour est spécialisé dans les crêpes bretonnes.

𝗠𝗮𝗶𝗻𝘁𝗲𝗻𝗮𝗻𝘁 𝗾𝘂𝗲 𝗻𝗼𝘂𝘀 𝗮𝘃𝗼𝗻𝘀 𝘂𝗻 𝗽𝗲𝘂 𝗱𝗲𝘅𝗽𝗲́𝗿𝗶𝗲𝗻𝗰𝗲, 𝘀𝗶 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗱𝗲𝘃𝗶𝗲𝘇 𝗲̂𝘁𝗿𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗳𝗶𝗻𝗲́e 𝘀𝘂𝗿 𝘂𝗻𝗲 𝗶̂𝗹𝗲 𝗱𝗲́𝘀𝗲𝗿𝘁𝗲, 𝗾𝘂𝗶 𝗲𝘁 𝗾𝘂𝗼𝗶 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗲𝗺𝗽𝗼𝗿𝘁𝗲𝗿𝗶𝗲𝘇 𝗮𝘃𝗲𝗰 𝘃𝗼𝘂𝘀 ?
Sûrement pas mon appendice, puisque je l’ai déjà donné à l’hôpital ! Pas non plus mon chat Piuma, car il est un voleur de lit, mais mon iPhone et mes écouteurs pour la musique et mes amis, qui me manquent.

𝗣𝗼𝘂𝗿𝗿𝗶𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗽𝗮𝗿𝘁𝗮𝗴𝗲𝗿 𝗱𝗲𝘀 𝗽𝗵𝗼𝘁𝗼𝘀 𝗱𝗲 𝗰𝗲𝘁𝘁𝗲 𝗽𝗲́𝗿𝗶𝗼𝗱𝗲 ?
Une photo prise par ma mère lors de mon admission à l’hôpital (zut… elle ne s’arrête jamais avec son iPhone !) et les photos de mes chats, Piuma, qui adorent se coller à moi pendant les heures de cours et de révision, et Minou l’aristocrate de famille.

𝗣𝗼𝘂𝗿 𝗳𝗶𝗻𝗶𝗿, 𝗾𝘂𝗲𝗹 𝗺𝗲𝘀𝘀𝗮𝗴𝗲 𝘀𝗼𝘂𝗵𝗮𝗶𝘁𝗲𝗿𝗶𝗲𝘇-𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗽𝗮𝘀𝘀𝗲𝗿 𝗮𝘂𝘅 𝗹𝗲𝗰𝘁𝗲𝘂𝗿𝘀 𝗱𝗲 𝗹𝗲𝗽𝗲𝘁𝗶𝘁𝗷𝗼𝘂𝗿𝗻𝗮𝗹.𝗰𝗼𝗺 ?
Dans l’esprit des concerts live, je veux partager une initiative d’une ONG, Covaid Arica. Pendant chaque ‘live’, il est possible de faire une donation directement à Médecins Sans Frontières pour soutenir l’Afrique face au Covid-19. Je vous conseille vivement d’aller visiter leur chaîne youtube et leurs réseaux sociaux !!! 

 

#humeurdeconfineparlepetitjournal
#solidaritefrancaiseasingapour
#restonsunisetconnectes

Merci de nous suivre sur Instagram, de nous liker sur Facebook et surtout, n’oubliez pas de vous abonner à notre newsletter. 

Marie-Ségolène Migairou

Marie-Ségolène Migairou

Pendant ses études et ses fonctions à l’export, elle a parcouru le monde. Aujourd'hui à Singapour, elle s’investit au sein du Petitjournal.com au niveau commercial et marketing et occasionnellement rédactionnel
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Chennai Appercu
#MAVIEDEXPAT

Une "confinée" à Pondichéry se déconfine doucement (3)

Arrivée par hasard en Inde il y a 10 ans, Isabelle Pacaud n'est plus jamais repartie. Aujourd'hui résidente de Pondichéry, elle nous raconte, avec ses mots, son quotidien de "confinée".