Vendredi 22 mars 2019
Singapour
Singapour
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Anne-Garance Primel, Directrice de l’Alliance Française de Singapour

Par Cécile Brosolo | Publié le 13/11/2017 à 14:00 | Mis à jour le 13/11/2017 à 15:58
Photo : Anne-Garance Primel, Directrice de l’Alliance française de Singapour
Af_Anne-Garance_Une

Depuis septembre 2016, Anne-Garance Primel a repris la direction exécutive de l’Alliance Française. Autant passionnée par l’Asie, qu’elle sillonne depuis plus de 20 ans ayant travaillé en Chine et à Taïwan, que par la France, elle porte haut les valeurs de partage, de diversité et d’interculturel de l’Alliance Française. Fondée en 1949, l'Alliance française de Singapour fait pleinement partie du mouvement mondial de l’Alliance française, créée en 1883 à Paris, et dont le réseau compte plus de 800 structures dans le monde et une Fondation à Paris.

 

On ne présente plus l'Alliance française, mais pouvez-vous nous rappeler ses missions en quelques mots ?

Anne-Garance Primel – L’Alliance française a pour mission de promouvoir la culture et la langue françaises ainsi que les cultures francophones. Nous sommes donc à la fois un centre culturel, qui dispose d’une médiathèque, d’une galerie d’art et d’une salle de spectacle et de projection, et un centre d’enseignement de la langue française qui propose essentiellement des cours de FLE (Français Langue Etrangère).

L’Alliance est une association autonome, de droit local, à but non lucratif. Les notions d’interculturel, de partage et de diversité sont profondément ancrées dans notre démarche.

L’Alliance est soutenue par l’Ambassade de France et travaille en partenariat étroit avec les institutions françaises ou assimilées de Singapour comme l’Institut français, la chambre de commerce, ou encore le lycée français. Et elle ne cesse d’étoffer ses partenariats avec des structures locales, publiques ou privées. Notre première cible est le public local et nos objectifs sont essentiellement tournés vers les Singapouriens, même si nous sommes très heureux d’accueillir le public français évidemment !

 

Pourquoi les Singapouriens apprennent-ils le français ?

C’est un ensemble de raisons, telles que découvrir la culture française ou francophone, le plaisir d’apprendre une nouvelle langue, rencontrer des gens, socialiser, ... Les raisons sont très diverses, cela dépend des publics. Nous accueillons environ 3 500 étudiants différents par an à l’Alliance, enfants, adolescents et adultes.

Plus de 60% des adultes qui viennent apprendre le français sont généralement attirés par la culture française. C’est en très grande majorité un public loisir, attiré par le français pour son enrichissement personnel et son plaisir. D’autres personnes bien sûr ont un projet professionnel ou familial, mais c’est une minorité.

Chez les enfants, il s’agit davantage d’un projet scolaire et d’un choix des parents, pour des raisons diverses telles que développer les capacités cognitives de l’enfant, leur donner des clefs de succès pour plus tard. Parler français est aussi un signe de différentiation à Singapour. Et il y a aussi toujours un attrait pour la culture et le savoir-vivre à la française.

 

Quelles sont les spécificités du public à Singapour ?

- Une grande caractéristique singapourienne, qui la distingue des autres pays d’Asie, est à mon sens son public très divers et très exigeant. Le public singapourien est particulièrement exigeant dans son apprentissage du français, et il représente plus de la moitié de nos apprenants. Mais le public de l’Alliance Française reflète aussi la diversité de la population de Singapour ; ainsi, nous recensons 70 nationalités parmi nos apprenants. L’Alliance Française est bien intégrée dans le paysage singapourien, et donne l’opportunité d’interactions, d’échanges entre Francophones et Singapouriens, et c’est enthousiasmant.

Enfin, une autre particularité de Singapour réside dans l’importance et le dynamisme de la communauté française. C’est une communauté importante, relativement jeune, très active, et on ressent beaucoup son dynamisme à l’Alliance. Nous notons d’ailleurs une hausse de fréquentation des enfants francophones dans nos classes dédiées aux petits bilingues.

 

Comment l’Alliance se distingue-t-elle des autres lieux d’apprentissage du français ?

- L’Alliance Française n’est pas seulement un centre de langue. Langue et culture fonctionnent ensemble ; elles s’entremêlent. A l’Alliance, vous pouvez prendre des cours de langue, et aussi voir des films, des expositions, lire des BD et feuilleter des magazines, boire un verre et rencontrer des gens. Personnel culturel, enseignant ou administratif, tous s’efforcent de créer des liens ou des passerelles entre langue et culture. Ainsi, la programmation culturelle, à travers le cinéma et les expositions, se fait en interaction avec la médiathèque et les cours.

Les évènements sociaux, comme le French Friday par exemple, apportent de la convivialité et sont très appréciés ; les apprenants de nationalités différentes échangent avec des Francophones dans un environnement culturel. C’est pour tout cela que l’Alliance est surnommée The French Hub.

 

Quelles sont vos ambitions et vos priorités ?

- Je souhaite améliorer l'imbrication entre action culturelle et enseignement, et la rendre plus lisible de l’extérieur. Nous venons de rénover la médiathèque, de l’aménager avec davantage de lumière et d’espace pour accueillir plus de rencontres avec des auteurs, des heures du conte et d’autres évènements.

Concernant le centre de langue, nos priorités sont de fidéliser nos étudiants et bien sûr de séduire de nouveaux publics.

Je souhaite également poursuivre les efforts pour construire une identité culturelle lisible de l’Alliance Française centrée sur le cinéma et la photographie et dès que possible en partenariat avec d’autres structures singapouriennes, voire parfois simultanément dans nos locaux et hors les murs, chez nos partenaires. Le cinéma est un axe fort, car accessible à tous, notamment aux apprenants de français, et le public singapourien s’intéresse beaucoup au cinéma.

 

Justement, parlons cinéma avec l'actualité du French Film Festival en ce moment

- Le Festival du Film Français est depuis longtemps une institution à Singapour et c’est une très bonne chose ! Pour cette 33e année, après une ouverture avec une salle comble pour L’Odyssée jeudi soir à l’Alliance, nous avons reçu l’actrice Sylvaine Faligant, pour une rencontre après la diffusion de Club Europa dimanche soir. Ce film, diffusé en partenariat avec l’Institut Goethe a clos le festival du film allemand.

Et bien sûr, il y a la diffusion du film vedette cette année, Ce qui nous lie de Cédric Klapisch. Toujours dans l’idée de créer des liens ou des connexions, en marge de cette diffusion cinématographique, la galerie de l’Alliance Française accueille une exposition de photos magnifiques liées au tournage du film et prises par Emmanuelle Jacobson-Roques, Michel Baudouin et Cédric Klapisch.

 

-------

Deux visites guidées de l’exposition Nature Humaine demain mercredi 15 novembre (demain) à 18h et 18H30. Vous pouvez (peut-être) encore vous inscrire en ligne sur le site de l’Alliance ici :

Et à suivre prochainement dans votre édition : les interview de Cédric Klapisch, de Ana Girardot et des photographes Emmanuelle Jacobson-Roques et Michel Baudouin !

- lepetitjournal.com/Singapour, partenaire média du French Film Festival -

 

 

Cecile Brosolo

Cécile Brosolo

Ingénieur de formation et passionnée par la photo, Cécile s'intéresse en particulier à la science et à la technique, à la photographie et à l'environnement.
0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

SHANGRI-LA - La question du bonheur et de l’harmonie avec soi-même

​​​​​​​Après la lettre de la Présidente des Amis du Musée (FOM) dans la revue Passage de mars 2019, où est mentionné l’existence du « gross national happiness » au Bhoutan ou « mesure du bonheur des c

Vivre à Singapour

Singapour, Hong Kong et Paris: Villes les plus chères pour expatriés

Singapour, Hong Kong et Paris ont été classées les 3 villes les plus chères au monde pour les expatriés selon une enquête sur 133 villes publiée ce mardi 19 mars 2019 par l’Economist Intelligence Unit