La réouverture de la serre mauresque de la villa Torlonia

Par Le Petit Journal de Rome | Publié le 25/01/2022 à 07:00 | Mis à jour le 25/01/2022 à 07:00
La serra moresca à Rome

Dans un des vastes parcs de Rome, se cache un bâtiment semblant tout droit sorti de l’Alhambra de Grenade. Comme annoncé par une vaste campagne de communication de la municipalité de Rome, la serre mauresque de la villa Torlonia, entièrement restaurée, est accessible à la visite depuis le 8 décembre 2021.

 

Une folie orientaliste conçue en 1839

Commandée par le prince Alessandro Torlonia, la serre mauresque illustre parfaitement l’engouement orientaliste de l’Europe au XIXème siècle. L’architecte paysagiste Giuseppe Jappeli a créé entre 1839 et 1841 une scène exotique dans le domaine à l’anglaise, où plusieurs constructions architecturalement hétéroclites cohabitent avec les pins parasols. 

La serre mauresque a été le théâtre de fêtes, comme l’atteste un balcon qui accueillait un orchestre. Une tour a été construite dans le même style oriental, dans laquelle une table apparaissait par le sol pour surprendre les convives, ainsi qu’une grotte artificielle contrastant avec l’atmosphère colorée de la serre et de sa tour. La serre ne se résumait donc pas à sa fonction botanique, mais permettait de mettre en scène fastueusement la richesse de la famille Torlonia.

 

L’abandon de la serre à l’état de ruines

Faite de matériaux fragiles, notamment le verre, requérant une attention particulière, la serre a été progressivement abandonnée après la Seconde Guerre mondiale. La Villa Torlonia était encore fortement associée dans la mémoire romaine à Mussolini, qui en avait fait une de ses résidences. Achetée par la municipalité de Rome en 1978 dans le cadre d’un vaste projet de restructuration du parc, elle continua cependant de s’effondrer, jusqu’à ce qu’il ne reste que son squelette de pierre et de fer forgé, envahi par la végétation.

 

Un long processus de restauration

Ce n’est que trente ans après son acquisition par la municipalité que les processus de restauration ont commencé. Ceci a nécessité d’importants travaux de recherche, d’études de photographies, dessins et écrits décrivant la serre, afin que la restauration respecte au mieux son aspect originel.

Une première phase, financée à hauteur de 4 millions d’euros par la ville de Rome, a permis la restauration presque intégrale de l’édifice entre 2007 et 2013. La tour mauresque a également été reconstruite. Cependant, la restauration n’a pas été menée jusqu’à ses touches finales qui auraient permis une ouverture antérieure, principalement par manque de moyens. La serre est donc restée restaurée, mais inaccessible au public, la végétation menaçant de l’envahir une nouvelle fois.

En septembre 2021, les étapes nécessaires à la mise en exercice du lieu ont repris, notamment la plantation de végétaux, qui ont été soigneusement sélectionnés, afin de correspondre aux espèces présentes en Italie au XIXème siècle.

 

Voyage dans l’univers des Mille et Une Nuits

Depuis le 8 décembre 2021, il est donc possible de visiter la serre mauresque, nichée parmi les palmiers dans un recoin du parc du quartier Nomentana.

Vous pourrez y admirer les vitraux polychromes en rosaces, la discrète fontaine intérieure et les jardinières où poussent, pour l’instant timidement, des agaves, de l’aloe vera ou encore des ananas.

Après vous être émerveillés devant tant de couleurs et vous être demandé si la boutique de la serre commercialisera un jour des ananas locaux, vous sortirez par un petit escalier de pierre à l’arrière de la serre. Vous traverserez alors les ruines de la grotte artificielle, témoignant de sa grandeur passée, dominées par la tour mauresque, actuellement fermée à la visite à cause de la pandémie.

Vous pourrez également profiter de votre présence à la Villa Torlonia pour visiter ses autres curiosités, dont la Casina delle Civette (maisonnette des chouettes), à l’architecture délirante !

 

Horaires d’ouverture et billets sur le site de la Villa Torlonia

 

Eléné Pluvinage

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Rome !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Rome.

À lire sur votre édition internationale