TEST: 2283

A la découverte des Abruzzes le temps d’un week-end.

Par Le Petit Journal de Rome | Publié le 28/01/2022 à 07:00 | Mis à jour le 28/01/2022 à 11:11
Les pentes du Gran Sasso en hiver

Situées à seulement deux heures de Rome, les Abruzzes offrent tout un panel d’activités à découvrir le temps de quelques jours. Bouleversée par le terrible tremblement de terre de 2009 de l’Aquila, sa capitale, la « Région verte de l’Europe »  a su se relever en valorisant les multiples atouts de son territoire.

 

Une région historique

Les Abruzzes offrent une formidable opportunité de se plonger dans l’époque médiévale, avec de nombreux petits villages qui ont gardé leur charme. Par exemple, celui de Montesilvano Colle, à flanc de colline. De ses ruelles étroites s’échappent de magnifiques perspectives sur la chaine de montagne des Apennins et la mer Adriatique. La cathédrale San Tommaso d’Ortona, petite ville de la province de Chieti, abrite quant à elle les reliques de Saint Thomas. Information intéressante, une fontaine de vin gratuite y coule en continu, créée pour les pèlerins qui venaient visiter le patrimoine religieux de la ville. Dans la même province, vous trouverez le musée archéologique national des Abruzzes qui retrace l’histoire des différents peuples qui ont traversé la région, allant des Sabins aux Murricini, en passant par les Samnites. A vous enfin de découvrir les nombreux petits villages nichés dans les reliefs montagneux, chacun au charme singulier.

 

Une offre touristique complète

Les parcs naturels régionaux couvrent près d’un tiers de la région, comme celui de Gran Sasso, surnommé « Il piccolo Tibet » pour sa beauté. De nombreux départs de randonnées y sont proposés, durant lesquelles vous pourrez profiter de vues plongeantes sur la mer Adriatique. Le parc national des Abruzzes ou celui de la Maiella renforcent l’offre impressionnante de chemins de marche du « Poumon vert de l’Europe », lieu idéal pour se ressourcer loin de l’agitation de la ville. Comme la majorité des régions de « la Botte », les Abruzzes possèdent un littoral donnant sur la mer Adriatique. Si les plages du Sud de l’Italie sont les plus réputées, celles des Abruzzes n’en demeurent pas moins intéressantes pour peaufiner son bronzage l’été ou se rafraichir après une éprouvante randonnée. Pendant l’hiver, les Abruzzes se transforment en station de ski. Encore une fois, la région n’est pas la plus touristique en matière de sports de glisse (notamment comparée au massif alpin), mais propose néanmoins une offre compétitive. Les prix y sont moins élevés, et les plus de 240 Km de pistes satisferont tous les niveaux, des pistes vertes aux pistes noires.

 

Une gastronomie à part

Une fois toutes ces activités effectuées, il conviendra de vous rassasier. Et les Abruzzes ne manquent pas de propositions ! Sa gastronomie repose sur ses produits locaux, allant de viandes telles que les guanciale (joues de porc) ou arrosticini (petites brochettes de mouton), aux produits de la mer avec les anchois ou encore le brodetto, soupe de poisson locale. La région a par ailleurs sa propre spécialité de pâtes, comme les spaghetti alla chitarra (où les pates sont conçues de sorte à avoir une consistance absorbant la sauce). Bref, les Abruzzes n’attendent plus que vous !

 

Informations pratiques 

Depuis Rome, deux options s’offrent à vous pour aller dans les Abruzzes :

- En voiture, où les autoroutes rendent le trajet rapide (environ deux heures quinze pour atteindre Pescara, ville côtière).

- En train, avec la ligne Rome-Sulmona-Pescara, surement l’option la plus pratique. En effet, la région propose de nombreuses lignes de train qui permettent de se déplacer sans avoir recours à la voiture.

Pour le logement, les Abruzzes restent encore relativement peu fréquentées par les touristes. En revanche, notez que certains hébergements ne sont ouverts qu’à certaines périodes de l’année, vérifiez donc à l’avance les disponibilités pour éviter les mauvaises surprises !

 

Clément Lefebvre

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Rome !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Rome.

À lire sur votre édition locale