Fièvre aphteuse (Foot and mouth disease) à Bali

Par Isabelle de Casamajor | Publié le 12/07/2022 à 21:00 | Mis à jour le 12/07/2022 à 21:00
Photo : Fièvre aphteuse à Bali
Fievre aphteuse a Bali

Les autorités indonésiennes ont confirmé aujourd'hui l'apparition d'un foyer de fièvre aphteuse chez le bétail à Bali, après avoir été trouvée ailleurs en Indonésie, pour la première fois depuis plus de 30 ans.

En conséquence, le gouvernement fédéral intensifie ses messages à l'intention des voyageurs.

 

Fièvre aphteuse

La fièvre aphteuse

La fièvre aphteuse est une maladie virale contagieuse qui touche les animaux à sabots fendus, les bovins, les ovins, les caprins, les porcins et les cervidés, ce qui a de graves conséquences sur la santé animale et le commerce.

La fièvre aphteuse peut être transmise par des particules d'air entre des animaux cohabitant à proximité les uns des autres. Elle se propage aussi facilement par l'intermédiaire d'aliments et d'eau contaminés, de véhicules de transport d'animaux, d'équipements, de vêtements et de chaussures.

Contrairement à la fièvre aphteuse, qui peut être extrêmement désagréable pour les enfants, le risque de fièvre aphteuse pour l'homme est extrêmement rare et n'entraîne pas de maladie grave.

Selon le ministère de l'agriculture, l'homme peut être porteur du virus dans son nez pendant 24 heures, ce qui peut entraîner une infection ultérieure chez les animaux.

Il n'est pas nécessaire que les voyageurs aient visité des zones rurales ou agricoles pour risquer d'entrer en contact avec la fièvre aphteuse. La période d'incubation de la maladie est de 2 à 14 jours, ce qui signifie qu'elle pourrait survivre sur une paire de chaussures pendant quinze jours.

Le ministère assure toutefois aux voyageurs que la fièvre aphteuse ne se transmet pas à l'homme par la viande.

Si une personne mangeait à Bali un hamburger provenant d'une vache infectée par la fièvre aphteuse, elle ne contracterait pas la maladie.

 

Consequences de la fièvre aphteuse

Conséquences de la fièvre aphteuse

Comme la fièvre aphteuse infecte rarement les humains, mais se propage rapidement parmi les animaux Elle constitue une menace bien plus grande pour l'industrie agricole que pour la santé humaine. Les agriculteurs du monde entier peuvent perdre d'énormes sommes d'argent lors d'une épizootie de fièvre aphteuse, lorsqu'un grand nombre d'animaux sont détruits et que les revenus tirés de la production de lait et de viande diminuent.

L’endiguement de la fièvre aphteuse exige des efforts considérables en matière de vaccination, une surveillance stricte, des restrictions commerciales, des quarantaines et l'abattage des animaux infectés et sains (non infectés).

Toute personne élevant ou travaillant avec des bovins, des ovins, des caprins ou des porcins doit être consciente des signes de la fièvre aphteuse : cloques sur la bouche et animaux bavant ou boitant.

L'Australie est aujourd’hui indemne de fièvre aphteuse. Selon les modélisations de l'Australian Bureau of Agricultural and Resource Economics and Sciences (ABARES), un foyer généralisé de fièvre aphteuse en Australie aurait un impact économique direct pour le secteur de l’élevage estimé à environ 80 milliards de dollars, les marchés internationaux du bétail en Australie seraient immédiatement fermés.

L'Australie maintient une banque internationale de vaccins contre la fièvre aphteuse et des vaccins sont disponibles en cas d'incursion en Australie. Les vaccins peuvent protéger contre la maladie mais n'empêchent pas nécessairement les animaux d'être infectés. La vaccination est utilisée dans de nombreux pays pour contrôler la maladie dans une situation endémique.

 

Passage de la quarantaine à l'aèroport

Précautions en cours

Le gouvernement australien a offert à l'Indonésie une aide financière pour obtenir des vaccins.

Les agents de biosécurité de première ligne opèrent avec une vigilance accrue sur tous les vols en provenance d'Indonésie, y compris Bali. Des protocoles de biosécurité stricts sont mis en place pour empêcher que des matières à haut risque, telles que des équipements ou des vêtements contaminés, des animaux et des produits d'origine animale, soient introduits par des voyageurs susceptibles d'avoir été exposés à des animaux malades.

Le vétérinaire en chef de l'Australie, Mark Schipp, a déclaré mardi à la radio ABC que les efforts pour arrêter la propagation de la fièvre aphteuse avaient déjà augmenté, et vont suivre plus d'utilisation de chiens détecteurs, plus d'interventions ciblées et plus d'inspections de leurs bagages.

Les activités d'intervention en cours comprennent également le renforcement du matériel de communication ciblé (distribué à l'intérieur et à l'extérieur du pays), le profilage et l'inspection des passagers et des utilisateurs du courrier.

L'Australie entreprend de vastes activités de planification et de préparation pour s'assurer qu'en cas d'incursion, la maladie puisse être contenue et contrôlée aussi rapidement que possible.

Toute personne rentrant en Australie après avoir visité une ferme ou interagi avec du bétail à l'étranger doit le déclarer à son retour, afin que des mesures puissent être prises pour éliminer le risque de transmission par des vêtements contaminés ou des chaussures sales.

Pour toutes informations concernant la fièvre aphteuse vous pouvez consulter le site du gouvernement  

 

Conseils aux voyageurs

Les voyageurs revenant d’Indonésie peuvent s’attendre à des formalités beaucoup plus longues dans les aéroports Indonésiens et aussi Australiens.

Déclarez tout ce qui est biologique à la frontière lorsque vous rentrez chez vous. Prenez-le au sérieux. N'essayez pas de faire passer en douce des bibelots ou des vêtements. Ne vous rendez pas dans une ferme pendant un mois après votre retour.

Si vous voyagez avec plusieurs paires de chaussures, il sera judicieux de les garder facilement accessible dans votre bagage de soute ainsi que tout autre objet devant faire l’objet d’une déclaration, afin de ne pas perdre de temps au passage à la quarantaine.

Isabelle de Casamajor

Isabelle de Casamajor

A Perth depuis plus de 15 ans, depuis toujours passionnée de voyages, de photographie, d'art et de culture, l'Australie est pour moi un merveilleux terrain d'exploration. J'aime faire partager les endroits que j'aime et mes coups de coeur.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Perth !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale