Lundi 26 août 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Testé et approuvé : l’Happy Hour chez Mermaid Inn de l’Upper West Side

Par Rachel Scharly | Publié le 22/07/2019 à 22:05 | Mis à jour le 22/07/2019 à 22:27
Mermaid Inn

À l’heure où tout le monde raconte ses vacances en bord de mer, photos à l’appui et balancées sur les réseaux sociaux, il se peut que vous éprouviez une soudaine envie d’évasion, un petit goût de vacances et pourquoi pas une envie d’huîtres. Nous avons déniché et testé pour vous l’Happy Hour chez Mermaid Inn de l’Upper West Side, un véritable régal très abordable.

 

Un conseil : arrivez tôt !

L’Happy Hour commence à 17 heures et se termine à 19 heures, chaque jour de la semaine. Subtilité du restaurant, il ouvre ses portes, et ses cuisines, chaque jour à 17 heures. Aussi, ce qui peut mettre la puce à l’oreille sur le fait que c’est un très bon plan, c’est qu’à 16h50, il y avait déjà une cinquante de personnes bravant la chaleur torride qui enveloppait hier New York. 

Par chance, étant en début de queue, j’ai pu avoir ce qui est, à mon sens, la meilleure place pour un happy hour : celle au comptoir. Il semblait attendre avec impatience les nombreux clients en mal de succulents mets. De mon côté, j’entendais bien mettre un terme à cette envie d’huîtres qui me collait aux papilles depuis plusieurs jours. Le Chef met à la carte de l’Happy Hour des huîtres de la Côte Est, délicates et subtiles. Autre délicatesse de Mermaid Inn, elles sont affichées à $1,25 pendant l’Happy Hour ! Surprise et découverte du jour, les huîtres sont servies avec une « love potion ». Mais ne croyez pas que je vais vous expliquer ça maintenant, allez-y pour comprendre !

Je dois avouer, je me suis aussi laisser tentée par un tartare de saumon. Incroyablement frais et raffiné, il était un parfait contraste avec la chaleur écrasante de cette journée dominicale. Autre raffinement du restaurant, qui est en passe de devenir mon QG, ce petit tartare est affiché à $5, toujours pendant l’Happy Hour. Le tout servi avec des petits « everything crackers ». Seul regret : pas de pain, mais bon, on ne peut pas reprocher à nos amis américains d’être américains, n’est-ce pas ?

 

Le verre de vin à $8,5

Chaque jour, la sympathique barman des lieux sélectionne les vins de l’Happy Hour. Toute française que je suis, j’ai bien évidemment choisi un verre de vin blanc histoire d’accompagner parfaitement huîtres et saumon frais. Hier, c’était un petit Pinot Grigio qui était à l’honneur. Il était très fruité et riche en arômes. Nous l’avons d’ailleurs tellement apprécié que nous en avons pris deux verres. Avec l’amie qui m’a fait découvrir cet endroit, nous avons pris ( après deux verres de blanc ) une décision très importante : faire le GR20 l’été prochain... Et oui !

Si vous préférez le vin rouge ou le rosé, ils sont aussi affichés à $8,5, toujours pendant l’Happy Hour. Du côté des nombreux cocktails, idem, il vous en coûtera $8,5 pour siroter votre petit Old Fashion. Pour les amateurs de bière, de 5 à 7, c’est $6 pour une Coney Island Mermaid Pilsner. Facile à retenir ! 

Si le restaurant est grand, il en reste pour autant relativement calme, une aubaine à New York...

Et ce délicieux moment se termine sur une note marrante. Non, pas l’addition mais le « fortune cake » version Mermaid Inn : un petit poisson en plastique à placer dans la paume de sa main. Sa manière de bouger vous informe d’un de vos traits de caractère. Je ne vous dirai pas comment mon poisson a bougé parce que je préfère taire ce que j’estime être mon pire défaut.

En tout état de cause, la rédaction du Petit Journal a définitivement cédé au chant des sirènes...

 

Pour en savoir plus sur la Mermaid Inn de l’Upper West Side ou de East Village, cliquez ici

 

Rachel Scharly

Rachel Scharly

Après avoir travaillé de nombreuses années dans la presse économique et spécialisée, Rachel Scharly est la rédactrice en chef de l’édition New York du Petit Journal
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

ENVIRONNEMENT

Amazonie, le poumon vert de rage

Depuis plusieurs semaines, les incendies ravagent la forêt amazonienne dont 60% se trouvent sur le territoire brésilien. Lundi dernier, Sao Paulo se trouve plongée dans le noir en plein jour