Mardi 21 mai 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Anne-Claire Legendre s’exprime sur l’égalité Femmes-Hommes

Par Rachel Scharly | Publié le 08/03/2019 à 11:00 | Mis à jour le 08/03/2019 à 11:00
Photo : Anne-Claire Legendre
Anne-Claire Legendre

Le Petit Journal New York dédie ce mois de mars aux femmes francophones de New York, en mettant en avant 31 femmes d’exception. Pour cette Journée Internationale des Femmes, notre rédaction a demandé à Anne-Claire Legendre, première femme à occuper la fonction de Consule Générale à New York, de s’exprimer dans nos colonnes sur la question de la Femme et l’égalité Femmes-Hommes. Nous la remercions sincèrement pour cet éditorial.

 

« Le Petit Journal célèbre magnifiquement la Journée de la Femme en ouvrant ses pages à 31 femmes de premier plan à New York ce mois-ci. Quand on parle d’égalité Femmes/Hommes, cela commence par-là : donner la parole, donner une visibilité aux femmes de toute origine, visibilité qu’elles peinent encore à se voir reconnaître et qui est cruciale pour offrir aux jeunes générations des modèles qui sortent d’une répartition traditionnelle des rôles sociaux. C’est nécessaire pour nos filles comme pour nos garçons, pour qu’ils puissent repenser le monde dans lequel ils veulent vivre.

Car, en cette Journée de la Femme, il est important de souligner que l’égalité Femmes-Hommes n’est pas un combat d’arrière-garde. La Banque mondiale a publié il y a quelques jours une étude qui souligne que seuls 6 pays au monde (dont la France) garantissent une égalité entre les sexes au plan juridique. Six pays seulement ! Et cette égalité de droit ne suffit malheureusement pas à prévenir les inégalités de fait. Un seul exemple : l’égalité salariale a été votée en France en décembre 1972. En 2019, on constate encore entre 9% et 27% d’écart dans les rémunérations. A ce rythme, le World Economic Forum prévoit que le monde atteindra une égalité effective entre les sexes dans… 108 ans !

C’est pourquoi le Président Macron a fait de l’égalité entre Femmes et Hommes la Grande cause de son mandat, pour impulser un changement culturel au-delà des avancées juridiques. Le volontarisme politique fait la différence. Les quotas ont prouvé leur efficacité : la France est passée de 20% de femmes en 2012 dans les conseils d’administration à 42,5% en 2019 grâce à la loi Copé-Zimmermann. Le gouvernement s’attaque aux violences sexuelles et sexistes, à l’inégalité salariale et à l’éducation avec la même volonté de résultat.

Ce volontarisme modifie aussi notre façon de penser les relations internationales et notre action contre les inégalités à l’échelle globale : la France assume depuis l’an dernier une « diplomatie féministe » qui implique de traduire cet objectif d’égalité dans tous les aspects de notre politique étrangère, qu’il s’agisse des questions de développement, de paix et de sécurité, ou encore de changement climatique. C’est un des grands thèmes qui sera porté par la France au G7 cette année. C’est une des priorités que nous portons ici à New York avec tous les services de l’Etat.

Le changement culturel, cela passe par chacun d’entre nous. Le mouvement #Metoo a libéré la parole des femmes. Il a aussi permis d’ouvrir une discussion plus franche entre hommes et femmes sur la société que nous voulons et les rôles que nous entendons y jouer. Cette discussion, il faut la poursuivre sur tous les fronts. Pour cela nous avons besoin de ces femmes formidables dont vous avez fait le portrait, mais aussi des hommes qui acceptent de porter cet objectif. A quand une série de portraits d’hommes féministes dans Le Petit Journal? »

 

Anne-Claire Legendre

Consule Générale au Consulat Général de France à New York

Rachel Scharly

Rachel Scharly

Expatriée à New York depuis 2012, Rachel Scharly est la Rédactrice en chef de l’édition New York du Petit Journal
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Laurene Hamilton ven 08/03/2019 - 17:26

L'augmentation du nombre de femmes aux hauts postes passe aussi par faciliter l'organisation au sein de la famille. Je pense a un exemple de femme qui gérait un fond dans une grande banque. Lorsque elle a eu un enfant, son entreprise lui payait le logement et les frais liés à sa nounou lorsque elle partait en déplacement. Cet un exemple assez extrême, mais qui illustre la complexité du maintien des performances au sein de l'entreprise une fois que la vie familiale change.

Répondre