Ramzi Sfeir : "Nous voulons associer la population aux décisions"

Par Damien Bouhours | Publié le 19/09/2022 à 17:00 | Mis à jour le 20/09/2022 à 10:07
Ramzi Sfeir, tête de liste aux élections consulaires 2021 pour Montréal

 

Ramzi Sfeir est tête de liste de «Union pour l'Écologie et la Solidarité, soutenue par Europe Écologie-Les Verts, La France Insoumise, Génération.S » pour l'élection partielle des Conseillers des Français de l'Étranger 2022 pour la 4e circonscription du Canada (Montréal, Moncton et Halifax). Il revient avec nous sur le programme de son équipe.

 

Pouvez-vous vous présenter en quelques phrases ?

Je suis Ramzi Sfeir, conseiller sortant, vice-président de l'Assemblée des Français de l'Étranger et travailler humanitaire, connu de la communauté française de Montréal car je m'y implique à titre d'élu depuis la dernière année, et socialement et politiquement depuis plus d'une dizaine d'années. J'ai participé à de nombreuses associations d'entraide pour mes compatriotes, comme l'Union Française de Montréal ou encore en tant que mentor pour nouveaux arrivants auprès d'autres organismes montréalais, j'ai également mené plusieurs campagnes électorales et je suis actuellement, en plus de mes fonctions françaises, j'ai été nommé par le conseil de ville de Montréal comme membre du Conseil Interculturel de Montréal (CIM). En 2013, j'ai fondé à Montréal le Club Jean-Jaurès qui a depuis organisé de nombreuses rencontres de réflexion pour permettre aux Français de Montréal de prendre part aux débats qui les touchent en France et à l'étranger, nous avons eu la chance d'accueillir des ministres, des sénatrices et des sénateurs des Français établis hors de France, mais aussi des personnalités politiques locales. Ce club est aujourd'hui dirigé par l'une des membres de mon équipe, Nathalie Pedro. Aujourd'hui autour de L'Union pour l'Écologie et la Solidarité, nous avons créé une formidable dynamique de rassemblement des forces écologistes, , du progrès et de la gauche qui a mené Europe Écologie – Les Verts, la France insoumise, Génération.s, Place Publique, Nouvelle Donne, La Gauche Républicaine et Socialiste et d'autres mouvements et personnalités, dont des anciens élus de la gauche française à Montréal à nous apporter officiellement, et dès le début de cette campagne, leur investiture et leur soutien. Notre volonté est sans équivoque, elle est celle d'être dans la clarté des engagements : nous sommes une vraie liste verte, une vraie liste de rassemblement de la gauche, mais aussi, comme le bilan de la dernière année en témoigne, une liste capable de représenter nos compatriotes dans toute leur diversité politique, économique et sociale, loin des tromperies qui ont forcé la tenue de ces nouvelles élections partielles et que nous condamnons très fermement!

 

Comment avez-vous constitué votre liste ?

Durant la dernière année, j'ai exercé mon mandat en y associant le plus possible mes colistiers et les citoyens qui ont voulu contribuer à mon mandat. J'ai approché des personnes de talent aux compétences complémentaires, des femmes et des hommes impliqués qui se sont engagés à représenter et à défendre les droits des Français du Grand Montréal, de Moncton, d'Halifax, de Sherbrooke et de Gatineau ou encore des Laurentides, pour qui les urgences écologiques, sociales et démocratiques sont des priorités.

 

L'idée de cette alliance est née de nos valeurs communes sur la transition écologique et la solidarité nécessaire à la vie démocratique dans notre communauté. Nous avons été précurseurs de la NUPES en 2021 et nous sommes aujourd'hui dans la suite logique de ce rassemblement. De là est né notre Union pour l'Écologie et la Solidarité motivé par le rétablissement des liens entre les gouvernements et la dignité pour tous les Français et toutes les Françaises qui vivent au Québec et au Canada.

 

Quel est selon vous le plus grand défi auquel font face les Français de Montréal ?

Les défis sont nombreux pour la communauté française au Canada. Nous avons beaucoup souffert ces derniers mois de certaines décisions du gouvernement français, mais aussi du gouvernement québécois et du gouvernement canadien qui n'ont fait que creuser la précarité et l'isolement de beaucoup d'entre nous. Que ce soit dans les délais et les complications pour obtenir des documents d'identité, et pour toute interaction avec les services consulaires, les citoyens sont souvent pris en otage par une administration sous financée qui essaye de faire de son mieux mais qui n'a pas les moyens de ses ambitions. Le gouvernement actuel, et celui qui l'a précédé ont coupé dans le financement du service publique et les Français de l'étranger font partie des victimes de ces coupures. Les décisions administratives ou politiques peuvent être la source de violences inacceptables pour les citoyens. Cette réalité est aussi le fruit d'un désengagement progressif de l'État que nous ne pouvons plus tolérer. Notre engagement est celui de la protection des services publics et du renforcement des liens de solidarité notamment avec les organisations de terrain avec lesquelles nous sommes forts d'importantes relations de confiance. Nous nous engageons formellement à continuer à porter les voix de nos compatriotes dans les instances décisionnelles pour défendre des statuts décents et des options dignes afin que toutes et tous aient les mêmes chances de réussir le parcours de vie.

 

Que représente pour vous la mission principale de conseiller des Français de l'étranger ?

Les conseillères et conseillers élus de notre liste seront des élus de proximité et de terrain, comme je l'ai été durant ce mandat. Ils seront présents autour des tables de concertation des organismes locaux qui représentent la communauté française et seront aussi force de proposition, ils ne manqueront aucune opportunité de défendre leurs compatriotes et de travailler avec les parlementaires pour trouver des solutions durables aux problèmes dont souffrent les citoyens de cette circonscription. Ils seront principalement les gardiens du respect des droits et libertés des Françaises et des Français de l'étranger, mais je ne veux pas me limiter à ça ! Ils feront partie du corps électoral pour élire les sénateurs et les sénatrices des Français de l'étranger en votant pour l'élection sénatoriale de 2023, nonobstant ce que laissent croire certaines candidatures, cette élection est très politique en plus d'être de proximité. La communauté française en a énormément besoin. Les conditions de vie pour les Français établis hors de France se sont dramatiquement dégradées au cours de la dernière décennie, on a du travail à rattraper en plus de celui de s'adapter aux nouvelles contraintes du contexte climatique et sanitaire. Nous sommes prêts, et nous voulons continuer, cette fois-ci, plus nombreux, à vous défendre et à vous représenter!

 

Pouvez-vous nous détailler les grands axes de votre programme ?

Notre engagement est clair, il est écologiste et transversal, c'est celui de la défense des services publics ainsi que de nos droits et libertés. La défense des services publics au nom de notre idée de la République, la défense des services publics au nom de la protection de l'environnement et des biens communs, la protection des services publics au nom de la dignité humaine. Cela implique la défense d'une sécurité sociale efficace, d'une politique de protection des Français en matière de retraite et enfin une amélioration du réseau consulaire pour qu'il puisse répondre aux besoins administratifs des citoyens, mais aussi soutenir la communauté française locale en renforçant le réseau scolaire français, les travailleurs, les entrepreneurs, les étudiants et les associations françaises de la circonscription.

 

Aussi, face notamment aux récents changements de réglementation sur les règles d'immigration au Canada en général et au Québec en particulier, nous voulons défendre un parcours d'immigration qui soit dans le respect de la dignité humaine, cela passe par l'harmonisation des permis et des statuts de travail ou de résidence, avec les PVT notamment, mais aussi pour le regroupement familial, cela passe aussi par une collaboration accrue entre les gouvernements de France, du Canada et du Québec. Nous serons force de proposition dans ces dossiers.

 

Un des axes centraux de notre campagne est celui de l'exemplarité éthique des pratiques des élus des Français de l'étranger. Nous voulons par exemple interdire aux élus d'accepter tout cadeau ou avantage notamment à l'approche d'élections sénatoriales, nous voulons que soit rendue publique l'assiduité des représentants élus aux séances du comité consulaire de leur circonscription en s'assurant de la publication des travaux du conseil consulaire et des commissions sur les sites consulaires et d'ambassade de la circonscription. Enfin, nous voulons associer la population aux décisions du conseil consulaire dans le cadre de toutes ses commissions, par le biais de consultations citoyennes et associatives non partisanes et inclusives.

 

L'affiche de la liste du candidat Ramzi Sfeir aux élections consulaires partielles de Montréal

 

Europe Ecologie Les Verts, la France insoumise, Génération.s : mouvement pour l’Ecologique et la Solidarité

Ramzi Sfeir

Lucie Imbeau

Thibault Froehlich

Nathalie Da Silva Pedro

Marc Pajou

Laurence Dechassey

Barthélémy Lordon

Marion Farandeau

Nathan Dratler

Severine Fantauzzo

François Pays

Irène Svoronos

Tewfik Isseri

Brigitte Sauvage

Kosal Khun

Hugo Sonnery

Florence Roger

 

Pour en savoir plus sur les élections consulaires et les autres listes : Elections partielles à Montréal : les modalités et les candidats.

 

Damien Bouhours

Damien Bouhours

Diplômé de sociologie à l'Université de Nantes et Tromsø (Norvège), il a vécu plus d'une décennie en Asie du Sud-Est (Laos et Thaïlande). Il a rejoint lepetitjournal.com en 2008 dont il est directeur éditorial et partenariats.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Montreal !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale