Alaric Bourgoin : "Bâtir la Maison France de Montréal"

Par Damien Bouhours | Publié le 06/10/2022 à 18:00 | Mis à jour le 06/10/2022 à 18:01
Alaric Bourgoin tête de liste Union Française des Indépendants : ensemble, bâtissons la Maison France, engageons-nous pour une communauté plus solidaire et écologique

Alaric Bourgoin est tête de liste « Union Française des Indépendants : ensemble, bâtissons la Maison France, engageons-nous pour une communauté plus solidaire et écologique » pour les élections partielles consulaires 2022 pour la 4e circonscription du Canada (Montréal, Moncton et Halifax) qui se tiendront le 22 octobre 2022. Il revient avec nous sur son programme. 

 

Pouvez-vous vous présenter en quelques phrases ? 

Je m’appelle Alaric Bourgoin, j’ai 38 ans, et je suis professeur à l’Université. J’ai quitté ma Bretagne natale à 19 ans, puis j’ai vécu à Paris, Toronto et Boston avant de poser mes bagages à Montréal il y a 8 ans où j’ai rencontré ma conjointe. En ayant vécu à l’étranger de nombreuses années, j’ai pu constater des défis auxquels font face les expatriés français et le manque de ressources à leur disposition. C’est pourquoi j’ai décidé de m’impliquer, d’abord dans le cadre d’une association qui aident les Français à immigrer et à s’installer au Québec (je suis Vice-Président Social de l’Union Française) - puis dans le cadre des élections consulaires.
 


 

Comment avez-vous constitué votre liste ? 


Mes colistier⸱es et moi représentons une liste indépendante des partis traditionnels, dont le seul objectif est de répondre aux besoins des Français⸱es expatrié⸱es autour de Montréal, Moncton et Halifax. La plupart d’entre nous sont issus du tissu associatif québécois et nous n’avons pas attendu les élections pour nous engager !



 

L’annulation des élections consulaires précédentes a montré que, trop souvent, ces élections sont phagocytées par la politique française et les préoccupations des partis traditionnels. Ce n’est pas notre vision ! Nous voulons être au service des Français du Québec et des Provinces maritimes et nous sommes enthousiastes à l’idée de porter un projet concret, québécois : celui de bâtir la Maison France MTL !
 


 

Quel est selon vous le plus grand défi auquel font face les Français de Montréal?


Le manque d’aide et de soutien ! Les Français⸱es qui arrivent et qui vivent au Québec font face à un tas d’enjeux : la complexité administrative pour obtenir les documents d’immigration, trouver un logement rapidement, la prise en charge médicale, trouver un emploi, la peur de l’inconnu, les différences culturelles, la scolarisation des enfants, etc.

 

 

Il n’existe pas, à l’heure actuelle, d’infrastructures satisfaisantes pour aider nos compatriotes à s’installer et à s’intégrer. Bien que les Français⸱es soient parmi les premières communautés étrangères de Montréal, nous ne parvenons pas à nous organiser pour mieux nous entraider et exprimer nos besoins.



 

C’est la raison du projet Maison France. Nous voulons que la Maison France soit le point de rencontre de la communauté française, l’espace d’accueil, d’information et de soutien privilégié pour chaque Français⸱e du Québec et des Provinces maritimes, ouvert et gratuit. 
 


 

Que représente pour vous la mission principale de conseiller des Français de l’étranger ? 


Selon moi, le conseiller des Français de l’étranger est avant tout un porte-parole de terrain. En cela, son rôle est semblable à celui d’un conseiller municipal. Sa mission est de défendre les intérêts de la communauté française auprès des instances françaises et canadiennes et de résoudre leurs problèmes concrets. 



 

Avec une équipe et un projet solides, je crois que le conseiller des Français de l’étranger peut avoir énormément d’impact. Il peut non seulement défendre les intérêts de la communauté, mais aussi offrir de réelles solutions et bâtir des ressources dont les Français⸱es ont besoin. C’est ainsi que je conçois ma candidature.



 

Pouvez-vous nous détailler les grands axes de votre programme ?

Nous avons réalisé une vidéo pour le présenter. 
D’abord, il y a l’intégration. Nous voulons que la Maison France soit le point d’entrée des Français⸱es à Montréal et facilite la transition entre la France et le Québec sur les aspects du quotidien (visas et documents d’immigration, banque, logement, emploi, garderie…). L’intégration est aussi culturelle et nous voulons que la Maison France soit un lieu d’échanges et d’intégration culturels, de fête, qui permette aux Français⸱es d’en apprendre davantage sur la culture québécoise et vice-versa.

 

La Maison France s’attaquera aussi aux difficultés administratives que rencontrent les Français qui s’installent et vivent au Québec. Elle aura une fonction complémentaire à celle du Consulat et fonctionnera comme un relais en accompagnant les Français⸱es au niveau des démarches dématérialisées et en les orientant en matière de fiscalité, de succession, de préparation de la retraite et de réversion des pensions. 



 

 

Ensuite, l’éducation. Nous l’entendons fréquemment : l’accès aux écoles du réseau de l’enseignement français (Stanislas, Marie-de-France) est un enjeu pour de nombreux parents. La Maison France travaillera à améliorer cet accès. Nous œuvrerons aussi pour une meilleure reconnaissance de l’équivalence des diplômes et la suppression des frais d’inscription différenciés pour les étudiants français qui viennent étudier au Québec. 



 

Un autre grand axe de notre programme est la santé et l’environnement. Le système de santé québécois est complexe. Les difficultés d’accès aux médecins de famille et l’existence d’un délai de carence de 3 mois dans la couverture maladie lors de l’arrivée au Québec ne permettent pas une prise en charge médicale convenable. La Maison France travaillera donc à améliorer l’accès aux services de santé et sera un lieu d’information privilégié, notamment pour les parents, les retraités et les personnes les plus vulnérables.

 

 

Notre environnement est en train de changer, avec des conséquences sur la santé. C’est pourquoi nous nous engageons à ce que la Maison France soit non seulement écoresponsable, mais aussi un lieu d'expression et d'expérimentation pour tous ceux et celles qui souhaitent préserver notre environnement (dépôts-ventes, conférences de sensibilisation, partage de listes d’organismes de recyclage…). 



 

Finalement, la fraternité. Le cœur du projet Maison France est de donner aux Français⸱es de Montréal le sentiment d’être chez soi. Nous souhaitons que la Maison France soit un lieu privilégié pour rassembler la communauté française, développer des projets communs, célébrer ce qui nous unit (notamment lors du 14 juillet) et profiter pleinement de ce que l’expérience de vivre au Québec a à offrir.

 

Union Française des Indépendants : ensemble, bâtissons la Maison France, engageons-nous pour une communauté plus solidaire et écologique

Alaric Bourgoin

Marie-Aline Vadius

Yan Niesing

Sylvaine Bellec

Léo Trespeuch

Anne-Caroline Lancien

Guillaume Falardeau

Maïlys Haurie

Sébastien Reyt

Bérangère Duhen

Alban Mitsyngou Maniangou

Maëlle Descles

Pierre Danten

Lucie Loc'h

Romain Mallet

Eugénie Passet

 

Pour en savoir plus sur les élections consulaires et les autres listes : Elections partielles à Montréal : les modalités de vote et les candidats.

damien bouhours

Damien Bouhours

Diplômé de sociologie à l'Université de Nantes et Tromsø (Norvège), il a vécu plus d'une décennie en Asie du Sud-Est (Laos et Thaïlande). Il a rejoint lepetitjournal.com en 2008 dont il est directeur éditorial et partenariats.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Montreal !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale