Gwenaelle Olivié : « nous battre pour des services consulaires efficaces pour tous »

Par Lepetitjournal Montréal | Publié le 20/09/2022 à 18:10 | Mis à jour le 20/09/2022 à 18:20
Gwenaelle Olivié, candidate à l'élection partielle consulaire de Montréal 2022

Gwenaelle Olivié est tête de liste du « Rassemblement citoyen social, écologiste et solidaire : Défendre nos droits au Québec et dans les Provinces Atlantiques » pour l'élection partielle des Conseillers des Français de l'Étranger 2022 pour la 4e circonscription du Canada (Montréal, Moncton et Halifax). Elle revient avec nous sur le programme de son équipe.

 

Pouvez-vous vous présenter en quelques phrases ?

Je m’appelle Gwenaelle Olivié, je suis la Présidente sortante du Conseil consulaire, mon élection a d’ailleurs été une première car il n’y avait pas eu de femme avant à occuper ces fonctions. Je suis arrivée au Québec il y a 14 ans avec toute ma famille. Je suis enseignante depuis une dizaine d’années au Collège International Marie de France et n’ai cessé de m’investir au sein de mon établissement ainsi que dans plusieurs associations montréalaises.

 

Comment avez-vous constitué votre liste ?

Ma liste, qui était la liste majoritaire à l’occasion du précédent scrutin, est constituée de l’équipe des élus consulaires qui se sont investis à mes côtés cette année ainsi que d’une grande partie des citoyens qui faisait déjà partie de l’aventure l’année dernière. Nous avons été rejoints par de nouvelles personnes engagées qui partagent nos valeurs de solidarité, et notre volonté de défendre l’environnement et les droits sociaux. Notre engagement est présent sur tout le territoire de Montréal à Halifax en passant par Gatineau. Notre objectif au moment de constituer la liste était que les profils des colistiers soient le plus diversifiés possible afin que nous représentions au mieux nos concitoyens.

 

Quel est selon vous le plus grand défi auquel font face les Français de Montréal ?

Actuellement le plus grand défi auquel font face les Français de notre circonscription est d’avoir accès dans des délais raisonnables à des services consulaires, et à obtenir des services administratifs quand ils maîtrisent mal l’informatique. Les Français qui vivent en dehors de Montréal subissent le désengagement de l’Etat à ce niveau et c’est un des combats que nous menons, notamment avec Fanny Ratisseau qui vit à Halifax et est particulièrement investie sur ce sujet. Parmi les autres défis que nous aurons à relever, il y aura le soutien aux Français les plus modestes de notre circonscription afin qu’ils réussissent à vivre dignement malgré la forte inflation, ainsi que l’accompagnement des initiatives pour la défense de l’environnement.

 

Que représente pour vous la mission principale de conseillère des Français de l’étranger ?

Les conseillères et conseillers des Français de l’étranger sont des élus de proximité. Selon moi, notre principale mission est d’être un relais entre les administrations françaises, les élus nationaux des Français de l’étranger et la communauté française. Nous représentons un véritable lien privilégié entre les Français et les institutions qui sont trop souvent difficiles d’accès. Notre rôle est également d’alerter le consulat ou les parlementaires après avoir pris connaissance des difficultés rencontrées par les concitoyens qui nous ont sollicités.

 

Pouvez-vous nous détailler les grands axes de votre programme ?

Nous allons nous battre pour que :

- les services consulaires soient de nouveau accessibles et efficaces pour tous ;

- l’écologie deviennent une priorité dans les institutions de la communauté française (projets éco-responsables, labels verts…) ;

- des avancées sociales aient lieu (carte vitale pour les retraités, assurances publiques pour les étudiants…) ;

- les Français les plus en difficulté bénéficient d’une aide financière en cas d’urgence;

- la reconnaissance des diplômes soit plus effective;

- le citoyen ait sa place dans les décisions consulaires ;

- la fiscalité soit juste et équitable pour tous les Français de l’étranger ;

- l’éducation française reste accessible à tous ceux qui souhaitent la suivre.

 

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Montreal !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale