Mardi 14 août 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Les écoliers italiens, parmi les meilleurs lecteurs d’Europe

Par Emmanuelle Révillion | Publié le 06/12/2017 à 21:07 | Mis à jour le 06/12/2017 à 21:11
Photo : En Italie, le niveau de lecture diffère selon le genre et les régions / Pixabay
lecture italie

L’Italie figure comme le 16ème pays du monde où les écoliers lisent le mieux. Un résultat qui s’explique en partie par le choix d’une méthode d’apprentissage mixte.

Le niveau de lecture des écoliers italiens est l’un des meilleurs en Europe. C’est ce que révèle le dernier Programme international de recherche en lecture scolaire (Pirls), réalisée par l’IEA auprès d’élèves de 50 pays différents en fin de quatrième année obligatoire de scolarité (primaire). Aussi, l’Italie se place 16ème au niveau international avec un score de 548 points, supérieur à la moyenne internationale (500) et européenne (544). Un résultat en hausse de 7 points depuis 2001 et qui suit la tendance mondiale à l’amélioration. La Russie (581), Singapore (576) et Hong Kong (569) occupent cette année le podium.


Une méthode particulière d’apprentissage de la lecture

Deux approches pédagogiques se confrontent dans l’apprentissage de la lecture : la méthode globale et la méthode syllabique. La première défend un apprentissage s’appuyant sur la mémorisation rapide des mots entiers alors que la seconde préfère procéder par étapes, en commençant par l’identification des lettres et l’association des syllabes.  

En Italie, ce débat semble totalement dépassé, les écoles italiennes appliquant le plus souvent une méthode mixte. Ce processus consiste à inclure dans un premier temps une dose de « globale » en apprenant aux écoliers d’un bloc certains mots. Mais la décortication et la phonétique ne sont pas oubliées et sont, dans un second temps, enseignées.

Un sujet qui est cœur de l’actualité française : le ministre de l’Éducation national, Jean-Michel Blanquer, s’est prononcé en faveur de la méthode syllabique et d’un abandon total de la méthode globale. Une réforme semble en effet nécessaire car, comme le révèle l’IEA les élèves français sont de piètres lecteurs. La France n’arrive qu’en 34ème position avec un score de 511, inférieur à la moyenne de l’Union européenne (540) et des pays de l’OCDE (541).

 

2 CommentairesRéagir
Commentaire avatar

Raphaele ven 08/12/2017 - 17:01

Sans vouloir minimiser le rôle de la méthode choisie, je soulignerais quand même que l'italien est une langue dite "régulière", où la correspondance graphème/phonème est simplifiée et univoque, c’est-à-dire que chaque son correspond plus ou moins à sa graphie. Contrairement au français, qui en cela est vraiment très irrégulière. L'italien est d'ailleurs la langue étrangère dont l'apprentissage est recommandé aux dyslexiques...

Répondre
Commentaire avatar

fleurevelyn jeu 07/12/2017 - 14:23

Il ne faut pas être sorti des grandes écoles !!!(ENA,EN....) pour savoir qu'une méthode mixte est beaucoup plus équilibrée en favorisant à la fois les mémoires visuelles et auditives...et même kinési!!! Nous sommes au comble de notre décadence en France et dire qu'il y a encore quelques années ,nous étions en haut du panier !!!La Honte !!!!

Répondre
Sur le même sujet