Vendredi 21 septembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

COIN BD -Guy Delisle, l’expatriation version récit graphique

Par Mathilde LE GODEC | Publié le 11/06/2018 à 15:00 | Mis à jour le 11/06/2018 à 15:00
GD-1

Les « chroniques » de Guy Delisle, récits graphiques autobiographiques, portent un œil acide et caustique sur l’expatriation et la différence culturelle.

 

Mais qui est Guy Delisle ?

 

Guy Delisle est un auteur de bande dessinée.

 

Il suit depuis de nombreuses années sa femme dans divers pays où elle travaille pour l’organisation humanitaire Médecins Sans Frontières. On pourrait ainsi l’appeler un « mari d’expat ».

 

Il a deux enfants, un garcon, Louis, et une fille, Alice. Il s’occupe d’eux pendant que sa femme travaille, tout en poursuivant son activité d’auteur-dessinateur de bandes dessinées.

 

Son œuvre autobiographique, formée des différents volumes de ses « chroniques », a rapidement rencontrée un public enthousiaste. Elle fait aujourd’hui référence dans le monde du récit graphique.

 

GDPourquoi on aime donc ses « chroniques » ?

 

Ses chroniques se développent en des séries de petites histoires qui racontent, sur une ou plusieurs pages, une expérience, une anecdote. Parfois les histoires se suivent, parfois elles semblent s’enchaîner au hasard du vécu de l’auteur.

 

Ces histoires sont simples, agréables à suivre, et portent un regard souvent distancé, acide et caustique, tout à la fois sur l’expérience de « mari d’expat » et sur la situation des pays où il se trouve.

 

Ces chroniques nous ont charmés dès les premières, intitulées alors simplement Shenzhen.

 

Focus sur les Chroniques de Jérusalem

 

Dans les Chroniques de Jérusalem, Guy Delisle nous raconte son année passée dans cette ville avec sa famille, de 2008 a 2009.

 

Il nous introduit aux tensions et aux contradictions de  cette ville si particulière, en abordant tous ses aspects : religions, conflits, urbanisations…

 

Il nous apprend ainsi ce que cela fait de vivre dans un pays aussi complexe. Et avec cette touche d'humour personnelle qui fait toujours plus ou moins mouche, il dédramatise l’expérience d’une expatriation pour le moins compliquée et engage son lecteur à la réflexion…

 

 

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

CERTIFICATS DE VIE - Vers la fin des tracasseries administratives ?

Dans son rapport remis au Premier ministre pour faciliter la mobilité internationale, Anne Genetet, démontre à quel point cette procédure administrative est « arriérée et anxiogène ».

Que faire à Manille ?

Singapour Appercu
ENVIRONNEMENT

ENVIRONNEMENT – Boracay, ile paradisiaque, fermée au tourisme

Aux Philippines, la magnifique ile de  Boracay de seulement 11 km2, située à 300 km au sud de Manilles, fait rêver avec ses plages de sables fins, ses palmiers et son eau translucide … Un peu trop mêm

Vivre à Manille

Apprendre la langue du pays d’accueil : au boulot les expats !

Faut-il apprendre la langue de son pays d’accueil ? La question, qui semble rhétorique, cache en réalité de nombreuses subtilités. Des habitués de l’expatriation nous racontent leurs difficultés...