Dimanche 20 juin 2021

Renald Grabinski: "L'hypnose est un art"

Par Vincent GARNIER | Publié le 24/02/2021 à 19:00 | Mis à jour le 25/02/2021 à 11:07
Photo : lepetitjournal.com
rénald grabinski hypnose

Installé à Madrid depuis 2015, le Lyonnais Rénald Grabinski propose en français des séances d'hypnose d'accompagnement. Si la technique est encore mal connue, ses domaines d'application sont variés, avec toujours, la même démarche : identifier les causes insconscientes qui altèrent le bien-être et, "dans un état de conscience modifié", agir à la source. 

 

Il avait tout pour être heureux et dirigeait une prospère entreprise dans la clim' à Lyon quand Rénald a appris qu'il souffrait d'une maladie génétique au niveau des yeux, susceptible de dégénérer jusqu'à la cécité totale -ou pas : pour connaître un diagnostic définitif, il faudrait attendre et savoir être patient. C'est pour gérer "l'anxiété terrible que provoquait cette menace", que Rénald Grabinski a pour la première fois eu recours à l'hypnose. "Les séances m'ont beaucoup aidé à vivre cette attente et à prendre du recul", se rappelle-t-il. Et si l'hypnose l'a "aidé à faire le deuil", il a fallu aussi changer de vie, faire des choix professionnels où l'usage de la vue n'était plus obligatoire -ni conduire, ni travailler derrière un ordinateur- et tout simplement prendre l'air. C'est comme ça qu'en 2015, Rénald débarque à Madrid, "un peu par hasard", avec un projet d'entreprise dans la mobilité urbaine, des idées neuves et une nouvelle vie devant lui. Passent 5 années où Rénald expérimente les hauts et les bas propres à l'expatriation. Puis en mars 2020, après une formation au sein d'Arche Hypnose, l'une des écoles les plus prestigieuses de France, et des allers-retours entre son pays d'adoption et son pays d'origine, Rénald est certifié "praticien en hypnose". Le projet était en lui de longue date, il est maintenant réalité : Rénald va désormais pouvoir transmettre aux autres ce que l'hypnose lui a apporté, un juste retour des choses en quelques sortes, mais aussi de vraies retrouvailles avec soi-même, et une sérénité nouvelle en cadeau.

 

Il existe environ 20% de la population extrêmement sensible, que l'on peut mettre sous hypnose de façon très rapide

"L'hypnose d'accompagnement -au contraire de l'hypnose de spectacle, qui nous dessert bien souvent- se fait toujours dans le respect du client, et dans le sens de ses besoins", explique celui qui se définit comme "praticien en hypnose". "La pratique de l'hypnose ne peut pas être assimilée à une quelconque thérapie", éclaire Rénald, "et je considère les personnes qui ont à faire à mes services comme mes clients -et non comme des patients". Puisant ses sources dans les théories développées par Milton Erickson au 20e siècle, l'hypnose moderne est avant tout une technique, qui permet de passer d'un état qu'on appelera normal, à "un état de conscience modifiée". Oubliez les stylos que l'on agite de droite à gauche et les "dors je le veux" dignes d'une autre époque. "C'est avant tout une question de suggestion. On utilisera souvent la voix mais on pourra aussi jouer sur les sens, avec des techniques de spirales sensorielles", illustre le praticien, "tout dépend de la personne que l'on a en face". "Yes set", confusion, suggestions directes ou indirectes, l'hypnose ne se déroule pas sans une part de persuasion et de manipulation bienveillante. "Il faut avoir gardé un esprit d'enfant pour se prêter au jeu", accorde Rénald. "Une personne qui par nature voudra toujours garder le contrôle sur tout, qui a priori abordera l'hypnose depuis une posture sceptique, pourra difficilement tirer profit de ce type d'accompagnement", reconnaît-il. "A contrario, il existe environ 20% de la population extrêmement sensible, que l'on peut mettre sous hypnose de façon très rapide".

 

Il nous est parfois difficile d'imaginer le pouvoir de notre inconscient

Surtout, et sans perdre de vue ses fonctions curatives, l'hypnose d'accompagnement suit des protocoles bien définis et est constituée d'étapes essentielles à son bon déroulement, à commencer par l'anamnèse, une séance d'1h30 environ, au cours de laquelle le praticien va échanger avec son client, pour définir l'objectif de l'accompagnement et essayer de déterminer d'où peut venir la cause du problème que ce dernier est venu traiter. C'est au cours des séances suivantes, que le praticien va essayer de créer le déclic chez l'intéressé. "L'hypnose aide à parler à l'inconscient", explique Rénald Grabinski, qui défend que "l'on peut tous changer", mais que "l'on n'a pas appris à le faire". "Il nous est parfois difficile d'imaginer le pouvoir de notre inconscient", poursuit-il, "et le travail du praticien consiste à identifier le bénéfice secondaire lié aux comportements qui posent problème". Pour y parvenir, Rénald utilise aussi, outre l'hypnose, différentes techniques complémentaires, à l'instar notamment de la réalité virtuelle, avec des lunettes spéciales développées par une startup barcelonaise (Psious) permettant notamment de mettre en situation les clients face à leurs phobie, le taping (EFT, Emotional Freedom Technique), le mouvement des yeux (EMDR, pour eye movement desensitization and reprocessing) et même... la magie !

 

Travailler sur des phobies courantes

"L'hypnose est un art, c'est là toute la beauté mais aussi la difficulté de notre métier" avance aussi le praticien. "Sa pratique requiert écoute et observation, elle demande de l'empathie, mais aussi d'avoir une certaine capacité d'improvisation et surtout une intuition assez aiguisée", estime-t-il. Autant de qualités qu'il faudra mettre en œuvre au cours de l'anamnèse, puis de l'induction hypnotique -"qui peut durer entre 30 secondes et 30 minutes en fonction des personnes"- et de la transhypnotique à proprement parler, au cours de laquelle le travail d'influence sur l'inconscient peut avoir lieu. Dans son cabinet à Goya -mais aussi et de façon plus surprenante en vidéoconférence- Rénald Grabinski propose de travailler sur des phobies courantes (agoraphobie, peur du noir, ou peur de prendre l'avion par exemple), mais aussi sur des petits tracas quotidiens, tels que le pipi au lit, les douleurs chroniques ou les acouphènes, ou encore sur du développement personnel, de la recherche de bien être ou de la "modélisation". Deux protocoles complets de 8 à 10 séances, destinés l'un aux étudiants ayant la phobie des examens, l'autre aux cadres dirigeants souffrant de la phobie de parler en public, ont en outre été développées spécialement pour les francophones de Madrid.

"On est tous hypnostisable", assure Rénald. "L'hypnose est un état naturel. L'atteindre n'est qu'une question de temps et de technique", conclut-il. 

 

Plus d'informations: https://renaldgrabinski.com/

Nous vous recommandons
0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet