Jeudi 18 juillet 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Grand Débat National : 50 propositions des Français de Madrid

Par Vincent GARNIER | Publié le 14/02/2019 à 10:35 | Mis à jour le 14/02/2019 à 14:37
Photo : DR
grand debat madrid

Mercredi dernier à l'initiative de Samantha Cazebonne, députée de la 5e circonscription des Français de l'étranger, une centaine de personnes se sont réunies au sein de l'amphithéâtre du Lycée français de Madrid, pour participer au Grand Débat National. 

 

Une première sur le territoire, qui sera suivie par des rencontres organisées jeudi soir à Lisbonne, puis à Faro, Andorre, Barcelone et Monaco. L'exercice, pensé comme un moyen de "transformer les colères en solutions", selon les propres mots du Président de la République, aura permis d'articuler, autour des quatre grands thèmes qui structurent le Grand Débat, les témoignages, les réflexions et in fine les propositions des personnes réunies pour l'occasion. Samantha Cazebonne a transmis son engagement à faire remonter à l'Exécutif l'ensemble des doléances, qui seront retranscrites via la plateforme numérique dédiée. 

 

Envisager des solutions pour l’avenir du pays sur des problématiques majeures

Le Grand Débat National, qui se déroule en métropole mais aussi au sein de la communauté française expatriée, a pour objectif via des réunions d'initiatives locales, de promouvoir un dialogue avec l'ensemble des citoyens, qui permette d’envisager des solutions pour l’avenir du pays sur des problématiques majeures. Si tout Français est non seulement autorisé, mais aussi encouragé à organiser une réunion dans le cadre de ce Grand Débat, avec une charte et des outils permettant de faire remonter les propositions qui sont issues des échanges, et si des interfaces sont mises à la disposition de l'ensemble des citoyens pour faire connaître leurs contributions, c'est, le 13 février dernier à Madrid, à l'initiative de la députée que la première réunion a été menée. Animée par Joëlle Sée, Conseillère consulaire, et Vincent Garnier, responsable en Espagne des éditions du site lepetitjournal.com, la rencontre a été l'occasion d'un exercice citoyen finalement assez constructif, en dépit du format inédit du débat et du côté expérimental de cette première rencontre.

 

Une indéniable démarche citoyenne

Pour autant, si le Grand Débat National a pour objectif de transmettre au Gouvernement des propositions concrètes liées à l'intérêt général de la Nation, les interventions auront régulièrement tourné autour du témoignage et des problématiques personnelles, voire propres aux Français de l'étranger. "Grand débat ou grand déballage ?", s'est interrogé en direct un internaute, via le Facebook live retransmis pour l'occasion. On attendait les participants sur des sujets forts qui font l'actualité des Français établis hors de France et c'est sans surprise que les questions de l'accès à l'éducation et de la qualité de l'enseignement à l'étranger ont été longuement abordées. Mais si les questions personnelles, sur ce point comme sur d'autres par la suite, ont été le point de départ de nombreuses interventions, on ne pourra retirer que le débat s'est aussi déroulé dans une indéniable démarche citoyenne, allant au-delà d'une vision égocentrée des problèmes de la Nation, dépassant la seule critique pour aller vers la proposition. Les participants à la réunion sont venus avec leurs inquiétudes et leurs soucis d'expatriés, ils ont su les transcender pour inscrire leurs interventions dans ce qui s'est apparenté souvent à un véritable engagement citoyen. "Je suis encore plus fière d'être Française après vous avoir écoutés ce soir", a évoqué à cet égard la députée à la fin de la rencontre. 

 

samantha cazebonne

 

Les bonnes volontés n'auront pas empêché d'éviter certains écueils propres au format et qui n'auront échappé à personne, de la difficulté de sortir du spécifique pour aller vers le général à celle de traduire les constats en propositions concrètes. On peut s'interroger sur la capacité du Gouvernement à utiliser le produit de ce type de rencontre et on peut choisir de réduire l'exercice à une seule opération de communication. C'est peut être néanmoins d'avoir réussi à réunir des citoyens de tous horizons socioprofessionnels et de tous bords politiques, dans un même espace et autour d'une même réflexion, qui a primé mercredi. "Je propose que l'on instaure un Grand Débat de façon annuelle", a ainsi lancé une participante. "De la même manière que l'on prend nos bonnes résolutions tous les 1er de l'an, revoyons-nous l'année prochaine". L'intervention résume assez bien l'état d'esprit qui a progressivement animé la rencontre. "Je prends l'engagement d'organiser à nouveau une réunion sous le même format, prochainement" a rebondi la députée, qui a par ailleurs tenu à synthétiser les 50 propositions transcrites noir sur blanc, en quelques thèmes forts résumant les doléances ayant recueilli le plus de consensus : "accès à l'éducation", "transparence de l'Etat", "sensibilisation au civisme" notamment.

 

grand debat madrid

 

Car cinquante propositions ont été retranscrites lors du débat. Ce sont presque autant d'interventions avec, on l'a dit et répété, leurs travers et leur sensibilité citoyenne. De la gratuité de l'enseignement français à l'étranger ("ce sont 400.000 enfants à scolariser et un coût de 2,5 milliards d'euros", a précisé la député qui vient de produire un rapport sur la question, "il faudrait aussi préciser comment on les finance"), à l'instauration d'immeubles et de propriété immobilière "à durée limitée", de la nécessité de déconnecter la notion de croissance à celle du PIB à l'étiquetage de la note carbone de chaque bien et service, en passant par l'obligation de vote, la reconnaissance du vote blanc ou l'instauration d'un seuil minimum de participation pour la validation d'une échéance électorale, mais aussi par la suppression des niches fiscales ou la rémunération des lanceurs d'alerte, les Français de Madrid se sont exprimés sur l'organisation de l’Etat et services publics, la transition écologique, la démocratie et la citoyenneté, la fiscalité et les dépenses publiques. Rien ne les oblige à en rester là. Ils ont jusqu'au 15 mars pour continuer l'exercice dans le cadre du Grand débat, et toute la vie devant eux pour s'adonner au dialogue citoyen.

 

 

Nous vous recommandons

1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Kriss sam 16/02/2019 - 00:39

Sur les 20.000 Français vivant à Madrid une grande centaine s’est donc déplacée ce qui ne représente plus même la proportion des électeurs macron sur l’ensemble de la France. Et pourtant ils se prévalent encore de la France entière. Ainsi allons-nous d’un tel aveuglement, que la miss Cazebonne n’a pas même honte à nous montrer un amphi vide à 90% , même proportion que son mentor jupitérien qui n’a rien compris lui-même évidemment de ce que 90% des Français veulent lui faire comprendre ! Tant pis alors pour le meilleur qu’on espérait mais tant pis aussi pour le pire qui se prépare, les godillots marchent marchent droit devant …dans le mur! Peu importe si l’honneur doit être sauf aujourd’hui de trois pelés et un tondu et s’il n’en reste qu’un je serai celui-là, na ! En matière de théatre cela s’appelle un four, un bid un flop un fiasco les mots ne manquent pas en français mais ici se joue une triste comédia del arte où le macronisme excelle d’improvisation et réparties certes bien jouées mais qui va finir par une tragédie à la César! Pas celle de Pagnol malheureusement mais de Brutus que de telles personnes par obstination aveugle de la réalité ne veulent le prévenir ! De qui se moque-t-on? Grand débat National…ni grand ni débat ni national ! Dommage que certains ne comprennent même pas devant une salle vide que la comédie a assez duré !

Répondre

Vivre à Madrid

MÉTÉO

La calima, quèsaco ?

Vous allez la supporter dans une bonne partie de l'Espagne cet été. Épais brouillard de couleur jaune, la calima est un phénomène que l’on retrouve dans les îles Canaries

Sur le même sujet