Lundi 6 juillet 2020

Alix Carnot : "Les expats sont des super-héros !"

Par Vincent Garnier* | Publié le 02/02/2020 à 12:00 | Mis à jour le 03/02/2020 à 14:05
Photo : lepetitjournal.com
alix carnot

Jeudi à l'invitation de l'association Madrid Accueil, la directrice associée d'Expat Communication a été la protagoniste d'une conférence portant sur la mobilité, le couple et la carrière des conjoints expatriés. Chiffres à l'appui, incluant des données spécifiques à l'Espagne, Alix Carnot a présenté un état des lieux et proposé une boîte à outils valable pour tous et permettant d'appréhender en connaissance de cause l'expatriation et ses conséquences sur la vie familiale, offrant des pistes pour une mobilité sereine.

 

"Mais où est le problème ?" ; "Tu as tout pour être heureuse !" ; "De quoi se plaignent-ils ?"... Les clichés ont la vie dure et les expatriés ayant fait le choix de vivre hors de l'Hexagone, sous le soleil qui plus est, sont souvent l'objet d'incompréhension lorsqu'ils peignent un tableau pas toujours si rose de leur expérience, évoquant les frustrations, les sacrifices, voire les échecs qui sont pourtant susceptibles de l'accompagner. "A force de l'expliquer à ma belle-mère, j'espère être en mesure de clairement faire comprendre pourquoi à un public plus directement concerné", déclare non sans humour Alix Carnot, qui en plus de son expérience personnelle en la matière, mais aussi de son travail de coach auprès du collectif, s'appuye sur un baromêtre très complet, élaboré  tous les deux ans auprès de quelque 7.500 expatriés, pour pointer et analyser les "couacs" de l'expat' en couple. 

 

Les spécificités de l'expatriation en Espagne

Si l'étude publiée par Expat Communication permet d'établir un diagnostic des difficultés communément rencontrées par les expatriés sur l'ensemble du globe, elle donne aussi quelques pistes sur les spécificités de l'expatriation en Espagne. Un pays qui ne manque pas de faire rêver, puisqu'à l'échelle du continent eurpopéen, c'est la destination la plus convoitée parmi les participants à l'enquête. Un pays où les motivations pour s'installer diffèrent aussi notablement de celles généralement avancées par les personnes qui font le choix de vivre en dehors de la France : plus que la progression de leur carrière, c'est la qualité de vie que les expatriés français d'Espagne privilègient. De fait, leur volonté de rester le plus longtemps possible dans le pays reflète le goût qu'ils ont pour leur destination d'accueil. On est bien en Espagne, certes, et les difficultés rencontrées, telles que l'apprentissage de la langue ou l'appréhension de la culture, peuvent être moins complexes à surmonter que pour d'autres destinations. Elles existent néanmoins, et sont principalement d'ordre financier : les inquiétudes liées à la rémunération, à la capacité d'épargne ou à la préparation de la retraite, en plus des griefs relatifs à la complexité des démarches administratives, constituent certains des points évoqués de façon récurrentes par les intéressés.

 

Qu'est ce qu'une "expatriation réussie" ?

Comment définir, dans le cadre du couple, "une expatriation réussie" ? L'établissement d'un véritable lien avec le pays d'accueil est généralement, avec raison, évoqué. Ce qui se dit moins, ou se perçoit souvent a posteriori seulement, et donc peut être un peu trop tard, c'est la nécessité que chaque membre du couple trouve sa place au sein de cette aventure. Et l'auteure du livre "Chéri(e), on s'expatrie!" sait de quoi elle cause. Les conséquences de l'expatriation sur la progression de carrière et la question de la dépendance financière du conjoint accompagnant doivent indispensablement être débattues. On aura tout intérêt au sein du couple d'évoquer des questions liées à la place et au rôle de chacun, mais aussi des questions d'ordre patrimoniales, souligne Alix Carnot. La majorité des conjoints accompagnants déclarent de fait vouloir -eux aussi- continuer à travailler lors du séjour à l'étranger. Leur motivation est avant tout portée par deux craintes bien compréhensibles : celle du trou dans le CV au retour en France et celle de la dépendance vis à vis du conjoint en cas de séparation. A cela s'ajoute que la gestion d'un emploi du temps soudain creux et la question de l'identité sont en outre bien souvent les corollaires de l'accompagnement. Devenue "la femme de..." ou "la maman de...", l'accompagnante, puisque 9 fois sur 10 c'est encore madame qui suit monsieur, va devoir faire face à une situation où elle n'a pas toujours le beau rôle. Là encore, il est important de s'y préparer et de disposer des outils pour savoir se réinventer.

 

alix carnot

 

Conjoint accompagnant et carrière professionnelle


C'est donc sans surprise que la recherche d'emploi du conjoint accompagnant est régulièrement mise sur le tapis. Elle est globalement jugée par les intéressés "difficile", voire "très difficile", "pénible" ou "très pénible", "longue", voire "très longue", avec une période moyenne supérieure à 2 ans. "Attention, les 20% des accompagnants qui, en dépit de leur volonté initiale, ont renoncé à chercher un emploi forment partie de la population la plus frustrée et qui se sent le plus piégée par l'expatriation", avertit la directrice d'Expat Communication. À l'image de leur conjoint - par ailleurs bosseurs invertérés et candidats courants au burnout- les accompagnants sont souvent des professionnels ultra-qualifiés, généralement surdiplômés par rapport à la moyenne nationale, polyglotes (ils parlent 2,85 langues en moyenne - 3,27 en Espagne) et bardés de compétences. Pas facile dans ces conditions de laisser de côté sa carrière, au profit de "sa moitié d'orange", pour reprendre une jolie expression espagnole.

 

Ainsi, la dépendance du conjoint et le décalage dans le couple (identitaire, professionnel, énergétique, financier) constituent des écueils courants au cours de l'expatriation. "Il va falloir se former, apprendre à communiquer, être pragmatique, accepter l'interdépendance et surtout établir une dynamique qui permette que l'expatriation soit un projet commun, où chacun dispose aussi de son projet propre", énumère Alix Carnot. S'il n'est pas impossible de trouver le boulot de ses rêves en accompagnement d'expatriation, il faudra néanmoins peut être faire le choix entre un emploi sous-qualifié et une parenthèse active (formation, bénévolat, entrepreneuriat...), souvent plus facile à valoriser à terme. Et autant vous avertir à l'avance : le retour constitue la phase la plus complexe, selon les trois quarts des expats interrogés. Alors un peu de beaume au cœur : "les expats sont des super-héros", estime Alix Carnot. Confrontés au déracinement et au bouleversement des équilibres, les couples reviennent généralement renforcés, forts d'une expérience où ils auront appris à sortir de leur zone de confort.

 

Prochain rdv de Madrid Accueil PRO

Autónomo ou pas, comment choisir son statut ? - Le 6 février de 10h à 13h

Une des rares alternatives au salariat classique le statut d'indépendant (appelé en Espagne autónomo) semble souvent la meilleure des solutions pour reprendre une activité professionnelle. Cet atelier vous permettra d’identifier les étapes, les avantages et inconvénients, les obligations et les charges relatives à ce statut.
 

 

0 Commentaire (s)Réagir

Entreprise

Barcelone Appercu
BUSINESS

Fira Barcelone: une date pour le MWC et 1ers salons cet automne

La Fira de Barcelone rouvre son espace pour accueillir des événements professionnels de divers secteurs. Un protocole d'adaptation et des mesures préventives permettent de réinventer les salons

Expat Mag

Copenhague Appercu
VOYAGES

Norvège : destination nature par la route du nord

Avec ses 387.000 km², ses 25.000 km (!) de côtes, fjords inclus, et ses quelques 5 millions d’habitants, voilà une destination qui ravira les amoureux de nature à l’état brut !

Sur le même sujet