Vendredi 3 avril 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

VIOLENCE DE GENRE – Deux fois plus de femmes décèdent en France qu'en Espagne

Par lepetitjournal.com Madrid | Publié le 24/11/2015 à 23:00 | Mis à jour le 24/11/2015 à 17:13

Selon l'ONU, 35% des femmes sont exposées à une forme de violence physique et/ou sexuelle au cours leur vie. Aujourd'hui mercredi 25 novembre, la journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes est célébrée pour dénoncer les agressions physiques, verbales et les nombreuses discriminations dont sont encore victimes de nombreuses femmes. Une violence commune à tous les pays du monde : en Espagne comme en France, des femmes meurent chaque année sous les coups de leur conjoint ou ex-conjoint.

Les inégalités entre hommes et femmes se constatent à bien des niveaux dans nos sociétés occidentales. Sur le plan salarial, les femmes sont moins bien payées que les hommes. Selon les données de l'Union Européenne, la différence de salaire moyenne entre un homme et une femme sur un même poste, est de 16,4%. La France affiche une différence de 15,1% alors que l'Espagne, avec 19,3%, se situe au-dessus de la moyenne européenne. En termes de présence féminine dans la vie politique, il y a encore beaucoup de progrès à faire. Même si l'on constate des améliorations, en Europe notamment, les femmes ne représentent toujours que 17,7% des ministres à travers le monde, comme le montre la cartographie de l'ONU des femmes politiques sur la planète.

172 victimes mortelles par an entre la France et l'Espagne
Au-delà des inégalités sociales, économiques et politiques, la journée du 25 novembre dénonce la violence subie au quotidien par de nombreuses femmes au sein même de leur foyer. Selon le triste registre tenu par le ministère de la Santé, 48 femmes sont décédées depuis le début de l'année sous les coups de leur conjoint ou ex-conjoint en Espagne. Dans ces excès de violence, les vies de trois enfants ont également étaient emportées. L'année dernière, elles étaient 54 victimes mortelles. De l'autre côté des Pyrénées, les autorités françaises ont recensé 118 femmes décédées de violences conjugales pour l'année 2014. Dans le cas de la France, cela correspond à une femme décédée tous les trois jours, et une par semaine en Espagne.
Le ministère de l'Intérieur espagnol recense 389.558 cas de violences conjugales, à des degrés de dangerosité différents. La région d'Andalousie est celle qui héberge le plus de cas (91.070) suivie de Madrid (67.513). Le Pays basque en revanche, est la région où l'on constate le moins de violences de ce type.

Différents niveaux de "violence"
Fort heureusement, les cas répertoriés ne débouchent pas tous sur la situation la plus dramatique, le meurtre. Mais les autres cas n'en sont pas moins préoccupants. Certaines femmes vivent la violence et les menaces au quotidien. Les spécialistes et les associations de protection de la femme distinguent différents niveaux de violences machistes, qui sont franchis peu à peu par l'agresseur à mesure que sa compagne accepte inconsciemment son comportement sans le dénoncer. Généralement, le premier niveau est celui de la violence non physique. Il s'agit de cris, de dévalorisation permanente de la femme, de chantage émotionnel, de contrôle des agissements et même d'humiliations quotidiennes. Ces actes, s'ils ne mettent pas en danger physiquement la victime, peuvent en revanche provoquer de profonds traumatismes psychologiques. La pression exercée pousse la femme à se sentir coupable de la situation, et à ne pas dénoncer les violences. L'agresseur passe ensuite à des violences visibles : coups, agressions, et même abus sexuels et viols. Il ne reste alors qu'un pas jusqu'à l'agression mortelle.

Quelles mesures sont possibles ?
Familles des victimes comme associations soulignent l'importance de mesures juridiques pour prévenir les violences et défendre les femmes. En Espagne, la loi du 29 décembre 2004 sur les "mesures de protection intégrale contre la violence conjugale" a dessiné les pourtours de plans de sensibilisation et de plans d'action dans les domaines sanitaire, légal et économique. Sur cette base, le système VioGén a été mis en place par le ministère de l'Intérieur afin de faciliter la collaboration des différentes institutions publiques pour pouvoir prévenir les situations à risque. Cependant les cas risqués sont parfois difficiles à déceler car les victimes n'alertent pas et se replient sur elles mêmes. A l'approche de la journée internationale de lutte contre ces violences, les politiques et les institutions font part de leur volonté de se mobiliser pour éradiquer ce mal de la société.
A Madrid, la présidente du Gouvernement Cristina Cifuentes vient d'annoncer 160 mesures qui prétendent lutter activement contre ce problème avec la mise en marche de la "stratégie d'action intégrale contre la violence conjugale pour 2016-2021". La communauté de Madrid envisage de se constituer partie civile pour engager des procédures pénales en cas de lésions physiques ou de mort. L'attention portée à la victime sera améliorée, avec la mise à disposition d'un logement public. A Barcelone, Ada Colau s'est elle aussi prononcée et envisage de faire voter une hausse des budgets destinés à la lutte contre les violences conjugales, ainsi que la possibilité de se constituer partie civile lors d'agressions graves. A Valence, une campagne a été mise en place pour assurer la mobilisation de toutes les mairies et pousser les femmes victimes de violences à venir se confier.

Que faire en cas d'agression ?
Cette année, la campagne de sensibilisation contre les violences faites aux femmes en Espagne s'adresse directement aux victimes pour leur assurer le soutien des pouvoirs publics et les pousser à raconter ce qu'elles vivent en composant le 016.

Agenda
Consultez la liste des manifestations organisées dans chaque ville pour la journée internationale de lutte contre la violence conjugale ici.

 

Perrine LAFFON (lepetitjournal.com ? Espagne) Mercredi 25 novembre 2015
Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !
Suivez nous sur Facebook et sur Twitter
Téléchargez notre application pour téléphone mobile viaItunes ou via Google Play 
 

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Coronavirus

#ProtègeTonSoignant: "Les Français de l'étranger sont aussi concernés"

L'initiative, lancée par un collectif regroupant des professionnels du monde médical et du monde de l'entreprise, mobilise depuis le début de la crise du Coronavirus en France une équipe de bénévoles

Sur le même sujet