Mardi 17 septembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

SUCCESS STORY – En Espagne, la révolution Whatsapp en marche détrône toute concurrence, la France toujours pas convaincue

Par lepetitjournal.com Madrid | Publié le 27/04/2014 à 22:00 | Mis à jour le 27/04/2014 à 18:17

En Espagne, l'application mobile de messagerie instantanée Whatsapp est devenue incontournable. S'envoyer des SMS est devenu ringard. Le texto est relégué au second plan. Ici, on s'envoie des Whatsapp. La révolution bien entamée en Espagne est sans équivalent de l'autre côté de la frontière. Décryptage.

(Photo CC Intel Free Press)
Pour beaucoup, Whatsapp est surtout utile pour communiquer avec l'étranger. Pas de surcoût et le même principe qu'un SMS. Il suffit d'entrer ses contacts avec l'indicatif du pays et d'envoyer un message. Réception instantanée, coût nul. Résultat, en 2014 l'application compte plus de 500 millions d'utilisateurs partout dans le monde, selon l'annonce officielle faite par Whatsapp sur son site le 22 avril. Mais en Espagne son utilisation est de loin nationale et touche plus de 20 millions d'utilisateurs. On s'envoie des Whatsapp comme on s'enverrait des textos. Et pour cause, les SMS ne sont pas gratuits et illimités comme en France. Alors pourquoi continuer à payer quand on peut le faire gratuitement (ou presque) ? D'autant plus que depuis juillet 2013 l'application est disponible en téléchargement gratuit pour l'Iphone. Une gratuité limitée à un an avant que l'application ne retrouve son coût d'origine, soit 0.89?.

L'étude de l'AIMC
L'Association de Recherche sur les Moyens de Communication (l'AIMC) publie tous les trois mois une étude décryptant les habitudes des internautes espagnols, âgés de plus de 16 ans. Sa dernière étude http://www.aimc.es/-Datos-EGM-Resumen-General-.htm porte sur le 1er trimestre 2014 :

- 82,7% utilisent la messagerie instantanée  (17 points de plus)
- 78,2% des internautes espagnoles utilisent la messagerie électronique (2 points de moins qu'au 1er semestre 2013
- 56,3% sont des utilisateurs actifs des réseaux sociaux
- 41,6% lisent les actualités via les réseaux sociaux
- 18,5% les utilisent pour écouter de la musique
- 14% pour jouer à des jeux en lignes.

Les citoyens des Baléares seraient les plus connectés à internet avec 75% au total, contre 72,6% des Catalans et des Madrilènes. C'est en Estrémadure qu'ils sont le moins connectés avec 53,9%.

La stratégie de départ de l'application, rendre les SMS obsolètes, semble atteinte pour la Péninsule. En France, elle est loin de faire l'unanimité. Les Français n'en sont ?pas dingues?, comme titrait le quotidien Huffington Post au moment du rachat de Whatsapp par Facebook. En effet, dans l'Hexagone seuls 14 % des Smartphones en sont équipés contre 97% en Espagne. La marge est énorme et défie toute concurrence devant l'Allemagne (84%), les Pays-Bas (83%) ou encore l'Italie (69%). Pendant ce temps en France, le traditionnel SMS continue son chemin et ne craint pas la concurrence du nouveau géant de la messagerie instantanée. Une réalité sans nulle doute lié au fait que les opérateurs téléphoniques français ont opté pour le tout-illimités depuis l'insertion de Free dans le marché. Alors quand on apprend que certaines personnes paient encore leurs SMS au niveau national, cela fait sourire et nous voilà projeter quelques années en arrière. Et pourtant c'est encore le cas en Espagne.

Quand Whatsapp surf sur la vague espagnole
Les opérateurs téléphoniques espagnols ne permettent pas à leurs utilisateurs d'envoyer des messages gratuitement. En réalité, la France fait exception en la matière. L'Allemagne, les Pays Bas et l'Italie n'offrent pas non plus de forfait tout-illimités en dessous de 20 euros. Encore une fois, il s'agit des pays où le succès de Whatsapp est le plus important. Conséquence, le SMS a fortement reculé. En Espagne on compte une perte de 25% depuis 2008. Pour cause, leur coût a longtemps été le plus élevé du marché européen, rapporte l'agence Europa Press.

Dans le même temps les utilisateurs espagnols de Whatsapp ont doublé, passant de 10 millions en 2011 à 20 millions au quatrième trimestre de 2013. Rappelons que l'Espagne compte 47 millions d'habitants. Whatsapp doit également son succès fulgurant à son téléchargement gratuit la première année d'utilisation. Un prix différé que certains ignorent. Après avoir été plus de 10 millions à se ruer sur son téléchargement gratuit lors de son lancement ils ont fini -au prix de vives critiques- par accepter de payer les 89 centimes de l'année suivante. A croire qu'il est difficile de se passer de l'utilité de Whatsapp après y avoir goûté.

Depuis quelques jours, selon l'étude de l'Association pour la Recherche des moyens de Communication (AIMC) whatsapp a officiellement détrôné l'e-mail, tombé à son niveau le plus bas, rapporte le quotidien El País. L'ensemble des messageries instantanées, Facebook messenger, Line et principalement Whatsapp, ont ainsi surpassé l'utilisation de la messagerie électronique, une première dans l'ère numérique. L'étude estime à 82.7% les utilisateurs de messageries instantanées en Espagne au 1er trimestre 2014, contre 78,2% la messagerie électronique. Soit une hausse de 17 point par rapport à l'année 2013. Whatsapp est utilisé  par près de 79.5% des internautes espagnoles et devrait continuer son ascension puisque l'application prévoit quelques 40 millions d'utilisateurs espagnols pour 2015, selon les prévisions de la plateforme espagnole MassyPhone via Europa Press.

L'utilisation de whatsapp en Espagne est telle qu'on y a décelé les premiers cas de ?WhatsAppitis?, a rapporté fin mars l'agence Europa Press. Autrement dit une tendinite du pouce après avoir passé plus de six heures de suite à répondre à des messages via Whatsapp. Face à un tel engouement, le plus dur pour l'application sera -à l'avenir- d'éviter la saturation de son système. Elle aussi est déjà en marche?

Laura LAVENNE (www.lepetitjournal.com ? Espagne) lundi 28 avril 2014
Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !
Suivez nous sur Facebook et sur Twitter

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Jean-Paul Demoule : les multiples facettes de l'archéologie

Jean-Paul Demoule est professeur émérite de protohistoire européenne à l’université de Paris I (Panthéon-Sorbonne) et membre honoraire de l’Institut Universitaire de France.

Sur le même sujet