Lundi 18 novembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Municipales : à qui a bénéficié le jeu des alliances politiques ?

Par Arthur Diaz | Publié le 16/06/2019 à 18:28 | Mis à jour le 17/06/2019 à 11:26
Photo : DR
élections municipales Espagne

Alors que le bloc de droite entre le PP, C's et Vox s’est confirmé dans plusieurs villes, les socialistes conservent la tête d’autres municipalités. Sur les 81 villes les plus importantes d’Espagne, le PSOE gouvernera dans 40 communes et le PP dans 15. 


Madrid

José Luis Martínez-Almeida (PP) est élu à Madrid avec le soutien de Ciudadanos et les voix de Vox, le parti d’extrême droite. Begoña Villacís (C's) sera la vice-maire. Il n’est pas encore décidé de quels postes disposera Vox au sein de ce gouvernement municipal. En échange de son soutien, il devrait compter sur des conseillers délégués, mais les détails de l’accord n’ont pas encore été concrétisés. Sur les 57 conseillers de la capitale, le parti de Manuela Carmena, Más Madrid, avait obtenu 19 sièges et la majorité simple. Néanmoins le PP (15), C's (11) et Vox (4) totalisent 30 élus, ce qui permet au bloc de droite de récupérer la majorité absolue. Le PP revient à la tête de la municipalité après avoir obtenu le pire score de son histoire dans la capitale. On connaît déjà les grandes lignes du programme de la nouvelle Mairie : baisse de la taxe immobilière, relance de l'opération Chamartín, remise en cause de Madrid Central, lutte contre la vente à la sauvette (top manta), lancement d'un plan propreté et renforcement des moyens de la police, notamment.

 

Barcelone 

Ada Colau avait interrogé les partisans de Barcelona en Comú afin de savoir quel chemin prendre concernant les alliances. Ce vote (71,4% des voix) légitime le choix de faire un pacte avec les 8 socialistes et les 3 élus du groupe de Valls (ils étaient 6, avec 3 d’entre-deux affiliés à Cs, devant se soumettre à la décision d’Albert Rivera de ne pas s’allier avec Colau). Cette alliance porte la Maire sortante à un deuxième mandat dans la capitale catalane. Ernest Maragall avait pourtant rapporté le plus de votes aux élections avec l’ERC, mais le jeu politique impulsé par l’ancien Premier Ministre français a empêché que la capitale tombe entre les mains des indépendantistes. 
 

Séville, Valladolid, Santiago restent à gauche

Le maire sortant socialiste Juan Espadas répétera un nouveau mandat à la mairie de Séville. Son parti, le PSOE, a obtenu la majorité simple aux élections avec 13 conseillers. Le PP suit le PSOE avec 8 conseillers. Si Espadas avait eu recours aux votes de Podemos et de IU en 2015 pour être élu et faire front au PP, il a cette fois-ci obtenu une majorité simple, tous les autres partis ayant voté pour leur propre candidature. De son côté, Óscar Puente est réélu à la mairie de Valladolid, tandis qu'un autre candidat socialiste, celui de Saint-Jacques de Compostelle, Xosé Sánchez Bugallo, a été proclamé Maire de la capitale galicienne. Son prédécesseur était Martiño Noriega, membre de la coalition de gauche Compostela Aberta. Le nouveau Maire est loin d’être à sa première expérience, ce dernier a occupé le poste à la tête de la municipalité de 1998 et 2011, et obtient donc son cinquième mandat dans la ville. Il a été élu par une majorité simple, n’ayant eu aucun accord entre les partis. 


Bloc de droite à Saragosse, Santander, Murcie et changement de bord à Pampelune 

Avec l’aide de Ciudadanos, Saragosse, Santander et Murcie voient le PP accéder à la Mairie. À Saragosse, Jorge Azcón est élu nouveau maire de la ville bien que les socialistes aient le plus de conseillers à siéger. Les populaires gagnent la mairie après 16 années de gouvernance à gauche, grâce à leurs 8 conseillers, les 6 de C's et les 2 de Vox. 
Gema Igual, PP, répète son mandat à la tête de Santander avec le soutien de Ciudadanos. Cependant, les deux partis obtiennent 13 conseillers sur 27 alors que la majorité absolue se situe à 14. Gema Igual a donc été élu grâce à une majorité simple, le seul conseiller de Vox ayant voté pour lui-même. Le PP devra donc dépendre de l’approbation de Vox pour toutes les décisions importantes. 
À Murcie c’est José Ballesta qui est élu Maire pour le PP, avec le soutien de Ciudadanos. PP et C's ont conclu un accord de dernière minute avant de commencer la séance plénière qui a donné Ballesta vainqueur pour la deuxième fois consécutive. 
À Pampelune, la Mairie était tenue depuis 2015 par Joseba Asiron Sáez de la coalition politique de gauche indépendantiste basque, Euskal Herria Bildu (EH Bildu). La tête de liste de la coalition politique de droite Navarra Suma (NA+) a reçu le plus de votes aux élections. Aucun pacte avec une majorité absolue n’ayant été formée, Enrique Maya est élu nouveau Maire de Pampelune. 
 

arthur diaz

Arthur Diaz

Jeune journaliste partagé entre la France, le Canada et l’Espagne. Arthur est passionné par la politique. Motivé et polyvalent, il a déjà travaillé pour la télévision québécoise.
0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

DIPLOMATIE

Espagne-Cuba, 500 ans après

Le roi d’Espagne, Felipe VI de Bourbon, et la reine Leticia, sont en visite d’Etat à Cuba cette semaine pour commémorer les 500 ans de la fondation officielle de la ville de La Havane.

Entreprise

TECHNOLOGIES

V. Rosso, (ex BlaBlaCar): "Consentio est le WhatsApp du commerce"

Derrière Consentio, la plate-forme numérique qui vient révolutionner la commercialisation de l’un des secteurs phares de l’économie espagnole, celui des fruits et légumes, se trouvent deux Français

Expat Mag

TÉLÉTHON

Jonas : "La maladie m'emprisonne, mais je crois au traitement"

Jonas, jeune étudiant de 22 ans, a été diagnostiqué d’une calpaïnopathie à l’âge de 6 ans. Une maladie qui s’est installée progressivement et qui depuis l’adolescence grignote peu à peu ses muscles

Sur le même sujet