Samedi 21 septembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

MALTRAITANCE ANIMALE - L'Espagne partagée, en dépit d'une évolution des mœurs

Par lepetitjournal.com Madrid | Publié le 03/04/2016 à 22:00 | Mis à jour le 26/03/2016 à 14:34

Les animaux sont souvent les meilleurs amis de leurs maitres. Mais pour certains, ils font aussi partie de traditions ancestrales, certes cruelles, mais qu'il est hors de question de remettre en cause. Ils sont, hélas, aussi objets de divertissement lors de jeux cruels. En Espagne, les partisans d'une plus grande protection des animaux et leurs détracteurs cohabitent, sans parvenir à s'entendre.

(Photo tirée du domaine public) L'Espagne est connue et reconnue pour sa culture de la tauromachie et ses nombreuses traditions impliquant le règne animal, et jugées barbares par les défenseurs des animaux. Le toro de la Vega, la corrida de gansos ou encore le toro jubilo sont quelques-unes des coutumes qui font souvent l'objet de plaintes d'associations de défense des animaux. La dernière en provenance de la France vient de l'association Brigitte Bardot, qui après avoir lancé un appel à l'aide au Roi a décidé le 5 février dernier d'adresser une lettre ouverte aux Espagnols en leur demandant de cesser leur tradition de la chasse au lévrier. Chaque année 50.000 lévriers seraient exécutés après la période de chasse, le degré de cruauté de leur mise à mort dépendant des performances du chien lors de la saison.

Multiplication des violences gratuites en Espagne
La haine que portent certaines personnes aux chiens en ville s'affiche publiquement en Espagne depuis quelques années et n'atteint pas de limites. Dans les quatre coins de la Péninsule, des aliments ont été retrouvés cachés dans des parcs pour chiens, les fameux pipican, dans le seul but de les blesser mortellement. On recense par exemple des bouts de viande dans lesquels étaient cachés des clous et des lames tranchantes, ou des saucisses empoisonnées qui ont encore coûté la vie à un animal de compagnie fin février à Tordera (Catalogne). L'inquiétude est alimentée par une série d'actes de violence gratuite qui se sont produits dans le pays, confirmant la présence de personnes prenant plaisir à torturer des animaux. Fin janvier 2016, la Guardia Civil a ouvert une enquête pour maltraitance animale après la diffusion sur Internet d'une vidéo montrant comment une bande de jeunes gens s'amusaient à sauter sur des cochonnets dans une exploitation agricole, provoquant la mort de pas moins de 70 animaux par suffocation ou blessures. Les faits sont encore plus graves lors qu'ils sont réalisés par des professionnels du secteur animalier. Le zoo de Barcelone a récemment été dénoncé par des associations de défense des animaux après avoir sacrifié des animaux nouveau-nés qui étaient en bonne santé, justifiant leur euthanasie par manque d'espace dans l'établissement.


INSOLITE ? Tous nus contre la corrida 

SAINT ANTOINE ? En Espagne, les animaux aussi ont droit à leur place au paradis 

CORRIDA ? Olé ? 

"TORO DE LA VEGA" ? Les raisons de la polémique autour de cette fête traditionnelle 

L'adopter, mais ne pas l'abandonner
Selon le rapport Abandon et adoptions 2015 de la fondation Affinity, plus de 140.000 chiens et chats ont été abandonnés par leurs maitres l'année précédente. Dans la majorité des cas, les animaux sont abandonnés sur la route ou devant un refuge, étant devenus trop encombrants pour leur propriétaire. Seulement 44% d'entre eux retrouvent un foyer dans l'année. Pour adopter l'un des animaux recueillis par les nombreux refuges espagnols, vous pouvez vous adresser aux associations comme Anerpa ou El refugio par exemple, ou bien utiliser des sites comme Matchcota ou 8 patas qui permettent à des futurs maitres de trouver un animal à adopter. L'abandon d'un animal de compagnie sur la voie publique est un délit puni par la loi espagnole. Comme souvent, il n'y a pas de règle générale pour fédérer la mesure dans le pays, mais chaque communauté autonome est libre de fixer sa propre réglementation. La plupart des communautés considèrent l'abandon de l'animal comme une faute grave ou très grave. La région de Castille-La Manche est la moins impliquée dans le débat puisque la sanction maximale infligée s'élève à 300 euros. En Asturies et en Andalousie en revanche, les sanctions peuvent monter jusqu'à 30.000 et 90.000 euros.

La défense des animaux en politique
Les Espagnols ne sont pas tous des bourreaux d'animaux sous prétexte de traditions. Nombreux sont ceux qui se mobilisent pour mettre fin à ces pratiques, informer et transformer les mentalités à ce sujet. Certains organismes de défense des animaux ont pris un poids considérable dans le pays, à l'image de PACMA. Le parti politique animalier a obtenu 324% de voix en plus aux élections européennes de 2014 par rapport à 2011. Lors des dernières élections générales de 2015, le groupe a triplé ses résultats au Sénat par rapport aux élections de 2011 en obtenant 1.034.617 votes, et dupliqué ses voix au congrès des députés grâce à 219.191 votes, avec son programme électoral revendiquant la défense des droits des animaux, la préservation de l'environnement et la justice sociale. Un succès grimpant qui s'explique d'une part par une évolution des mentalités face du traitement infligé aux animaux, et d'autre part par une certaine lassitude des électeurs vis à vis des partis politiques principaux, et qui ont préféré donner leur voix à PACMA en signe de protestation.

Le chien dans la société moderne : nouvelle relation ou caprice ?
En parallèle de ces tristes cas de maltraitance animale, une autre tendance pousse au contraire à intégrer davantage les animaux, plus particulièrement les chiens, dans la vie quotidienne en société avec leur maitre, et d'encadrer cette présence animale pour le respect de tous. Dans le métro barcelonais, les chiens sont autorisés tenus en laisse et avec une muselière, en dehors de heures de forte fréquentation de 7h00 à 9h30 et de 17h à 19h, du 11 septembre au 24 juin. A Madrid, seuls les chiens-guides sont autorisés dans le métro ou les chiens de petite taille dans des cages de transport. Un phénomène que de nombreux professionnels ont compris, et qui leur a donné des idées d'activités pensées pour les propriétaires d'animaux. L'entreprise Sr.Perro en a fait un argument de vente en réalisant un guide qui compile tous les établissements privés, bars, restaurants et magasins ou les chiens sont acceptés, à Madrid et à Barcelone. D'autres activités qui surfent sur la tendance sont bien plus surprenantes. C'est le cas du Doga, un concept importé des Etats-Unis qui rencontre le succès en Espagne ces dernières années, et qui consiste à faire du yoga avec son chien. Certains vont encore plus loin, comme l'entreprise Affinity Petcare, à Sant Cugat del Vallés, qui autorise ses employés à avoir leur chien sur leur lieu de travail. La présence des animaux de compagnie permettrait aux travailleurs d'être moins stressés et davantage concentrés sur leurs tâches, comme l'explique la responsable des ressources humaines de l'entreprise à La Vanguardia.

Perrine LAFFON (lepetitjournal.com ? Espagne) Lundi 4 avril 2016
Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !
Suivez nous sur Facebook et sur Twitter
Téléchargez notre application pour téléphone mobile viaItunes ou via Google Play

2 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Leal ven 19/07/2019 - 22:19

Bonjour, j ai vu quelques reportages de la milice espagnol agissant sur le terrain pour vérifier l état et la santé des chiens. Je n ai pas du tout été convaincu. Ils obéissent à une loi qu ils ne comprennent pas. Ce qui les dérangent c est que leurs voisins de l Europe savent aujourd hui que l Espagne est peuplée de malades mentaux. Le roi règne dans un hôpital pour fou, ils pendent ces chiens, les brûlés vifs, les tortures, depuis plus de 10ans. Y NO PASA NADA. Voilà, ce que les fous répondent.

Répondre
Commentaire avatar

Elva mer 04/09/2019 - 20:34

Bonjour, me llamo Elva et je suis l'auteur du message de Leal. je suis adhęrente de l' association Lévriers sans frontières. Après avoir su ce qui se passe dans le sud de l' Espagne depuis des années, mes nuits sont mouvementées. Je trouve que les associations font un merveilleux travail pour sauver ces chiens martyrs. Seulement voilà, ce n' 'est pas suffisant. Il faut impérativement mobiliser toutes les associations, les adhérants, les adoptants, tous les pays Allemagne, Italie, France, et tout ceux qui veulent nous rejoindre. Il faut demander l' exclusion de ces pays porteur de haine, de sang, de l' Union Européenne. On ne peut pas accepter de tels actes de sauvageries dans un monde où tous, nous voulons la paix, l'ordre, et plus que tout le respect de tout être vivant. Si après dix ans, l' Espagne n'a pas été a la hauteur de changer les mentalités de son peuple, c est qu elle le craint. Elle n' a donc aucun pouvoir. Les vacanciers devraient commencer par déserter le sud. Et nous pouvons egalement boycotter tous les produits en provenance de Espagne. Nous sommes nombreux, et les dons peuvent servir a informer. Une émission télévisée une fois où deux par an, ne suffit pas. Il faut frapper, nous avons internet, la radio, la télé, ça fait également partie de l' histoire et doit être intégrer dans les cours. Les idées ne manquent pas. Il suffit de vouloir pour pouvoir.

Répondre

Expat Mag

Munich Appercu
TRADITIONS

INSOLITE - Les petits secrets de l'Oktoberfest

L'Oktoberfest est connue dans le monde entier. Certes. Mais certains chiffres et certaines anecdotes sont pourtant passés sous silence ou tombés dans l'oubli. En voici un florilège.

Sur le même sujet