TEST: 2271

Expo à Madrid sur Jean-Paul Gaultier

Par Monique Auxenfans | Publié le 03/03/2022 à 12:00 | Mis à jour le 03/03/2022 à 17:55
détail de l'affiche sur jean paul gaultier dans le monde du ciné et de la mode

Après la Cinémathèque de Paris, CaixaForum Madrid accueille l'exposition "Cinéma et Mode par Jean-Paul Gaultier" jusqu'au 5 juin 2022, exposition qui postérieurement continuera son itinérance au CaixaForum Barcelone.

 

Jean-Paul Gaultier, l'enfant terrible de la mode, a toujours été fasciné par les genres, ses frontières, l'érotisme, l'émancipation de la femme, les rapports de domination entre les sexes. 

"Ce que j'ai voulu montrer pour cette exposition, en gros, ce sont des vêtements qui m'ont inspiré pour mes collections mais aussi ce qui m'a inspiré, c'est l'évolution des femmes et des hommes, l'émancipation féminine, la modernité dans l'habillement, à travers le cinéma et la mode", a déclaré Jean-Paul Gaultier lors de sa présentation à Madrid.

La première section de l'exposition, exploration croisée entre le cinéma et la mode, commence avec Falbalas, le film de 1945 de Jacques Becker, authentique révélation pour Jean-Paul Gaultier lorsqu'il avait 13 ans qui a décidé sa vocation et sa première école de mode.

La seconde section évoque les archétypes féminins et masculins du grand écran qui évoluent sans cesse, de la courtisane à la super femme, du "machote" au dandy, reflétant ainsi et parfois devançant les rôles des femmes et des hommes dans la société.

Les studios de Hollywood ont inventé des personnages d'une féminité explosive que Marilyn Monroe incarne dans "Les hommes préfèrent les blondes" avec des vêtements sophistiqués face à Brigitte Bardot (Et Dieu créa la femme) héroïne rebelle à l'avant-garde d'une mode prêt-à- porter insouciante, plus jeune et plus simple. Ses contemporaines Delphine Seyrig habillée de Coco Chanel, Jeanne Moreau habillée de Pierre Cardin et Catherine Deneuve vêtue de Yves Saint-Laurent symbolisent la fidélité à la haute couture française.
Face à celles-ci  apparaissent les héros d'une virilité conquérante et machiste (tel le cowboy John Wayne ou la brutalité musculaire de Sylvester Stallone) ou encore l'apparition d'une nouvelle masculinité menaçante et érotisée avec Marlon Brando. Jean-Paul Gaultier est l'un des premiers couturiers à inclure des éléments du vestiaire féminin dans la silhouette masculine.

La troisième section présente les  transgressions où des personnages ont révolutionné les codes du cinéma et de la sexualité, à partir des années 30, où des stars de Hollywood telles que Marlène Dietrich ou Katherine Hepburn manifestent leur androgynie et portent des vêtement traditionnellement réservés aux hommes tels que les pantalons ou les costumes. Elles revendiquent la liberté de s'habiller comme bon leur semble et plaident pour l'égalité des sexes.

Gaultier exprime ces inversions de genre non seulement dans ses défilés mais aussi dans les films où il travaille comme concepteur de vestiaire et plus spécialement dans les films de Pedro Almodovar. Ces deux enfants terribles partagent une vision du monde colorée, impertinente et sans préjugés, avec une préférence pour les corps différents.

Dans la quatrième section, le Pop et le Metal font leur apparition, le métal étant patrimoine exclusif des guerriers et des guerrières, dont Jeanne d'Arc est l'icône la plus célèbre. La mode des années 60 est révolutionnaire. C'est l'époque de l'ère spatiale avec les collections de prêt-à-porter futuristes de Pierre Cardin et André Courrèges et du films de William Klein "Qui es-tu, Polly Maggoo?, satire poétique du monde de la haute couture, qui commence par un défilé de vêtements en métal, strident,  grinçant, délirant.

La dernière section est consacrée aux défilés, comme ultime célébration de la mode, réservés uniquement aux clientes et à des invités triés sur le volet, dans une ambiance de luxe. Dans les année 80, non seulement Jean-Paul Gaultier mais aussi Thierry Mugler ou Vivienne Westwood convertissent les défilés de mode en véritables spectacles à part entière. La scénographie, l'orchestration et l'attitude des mannequins -qui semblent interpréter un rôle en une seule prise- font du défilé l'aboutissement d'une création collective, similaire au cinéma.

Dans ce but, plus de  250 pièces ont été réunies. Elles proviennent des fonds de la Cinémathèque française et d'une vingtaine de 20 prestataires nationaux et internationaux  (costumes de divers films, affiches, photographies et fragments de films mythiques).

L'exposition s'accompagne de projections de films, d'ateliers pour enfants, de conférences,  de visites guidées autour de la mode et du cinéma.

Exposition à ne pas manquer. 
Il est recommandé de réserver son entrée les week-ends.

https://caixaforum.org/es/madrid/p/cine-y-moda_a33079355

 

jean paul gaultier madrid

 

monique

Monique Auxenfans

Spécialisée sur les sujets culturels, touristiques et gastronomiques, expatriée au long cours, voyageuse infatigable. Spécialiste de l'Espagne et de l'univers hispanophone.
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale